Relashio


 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
Bienvenue sur Relashio
Nous vous souhaitons une bonne visite sur le forum. N'oubliez pas les Top-sites o/
Info: Les Jumeaux sont à limiter.
Info: Les Sang-pur de type "traitre à leur sang" sont désormais limités.
Si vous souhaitez un sang-pur, reportez-vous aux familles ou sur un personnage membre de la PBL.

Partagez | .
 

 [TERMINE] ♪ Mamma mia » Maelan

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Message
Message(ϟϟ) Sujet: [TERMINE] ♪ Mamma mia » Maelan Mar 19 Nov - 23:12

Invité

ACCIO PROFIL


Invité

♪ Mamma Mia, here I go again ♬


La salle commune était dépeuplée, ce qui pour une fois, lui convenait à merveille. Astrid laissa tomber son sac à terre et regarda la pièce presque vide, à l’exception de quelques grappes d’élèves qui faisaient leurs devoirs ou jouaient aux échecs et aux cartes.
La Serdaigle choisit un canapé vide, un peu à l’écart, et s’y laissa tomber. Ramenant ses genoux à elle, elle inspira un grand coup et ferma les yeux.

Alcide Hemingway n’était qu’une raclure de bidet. Astrid sortait plus secouée de chacune de leurs rencontres. Elle aurait dû, à l’âge de dix-huit ans, savoir passer outre un vilain de dernière année qui se moquait d’elle et de sa peur du noir. Elle aurait dû l’envoyer bouler, lui coller une baffe, appeler sa mère, bref : faire quelque chose. A la place de quoi elle restait tétanisée à l’idée qu’il éteigne à nouveau la lumière et qu’elle se retrouve seule, dans le noir, à attendre qu’il lui jette encore un sort.
Enfin. C’était terminé, il avait fini par lui ficher la paix. Elle n’avait plus qu’à respirer et inspirer profondément, à se calmer et à se promettre que la prochaine fois, elle ne se laisserait pas faire. Ou qu’elle enverrait London, déguisé en elle, se promener à sa place dans les couloirs.
Avec un soupir, la jeune fille se pencha pour attraper un rouleau de papier et une plume dans son sac. Finir ses devoirs en retard serait plus utile que de se lamenter sur son manque total de courage et d’utilité.

L’univers était apparemment contre elle. Astrid manqua de laisser échapper sa plume deux fois en moins de trois minutes, déchira un bout de son papyrus et manqua de s’éborgner avec sa propre baguette. Pour couronner le tout, alors qu’elle se frottait l’œil en maugréant contre sa maladresse, la silhouette de Maelan se dessina devant elle.
La boule dans sa gorge remonta. Pourquoi fallait-il que le sort s’acharne sur elle ? Elle ne tuait même pas les araignées, alors de là à s’attirer un mauvais karma… Et pourtant, il lui semblait que les choses étaient déjà suffisamment affreuses sans que le souvenir de ses anciennes amours non partagées ne vienne la hanter. Surtout si c’était pour la hanter en la traitant de tarée et se moquer d’elle. Quel crétin.  

▬ Salut, marmonna-t-elle d’une voix morne en reposant sa paperasse. T’es pas à la réunion ?
Qu’elle, elle les plante, ça n’avait rien d’exceptionnel. En revanche, Maelan faisait partie des têtes plus-ou-moins-pensantes de l’AWH.
Il aurait été faux de dire qu’elle était entièrement mécontente de le voir. Elle avait toujours, dans un petit coin, des petits papillons quand il souriait. Sauf que maintenant, les sourires étaient précédés d’insultes et suivis d’imbécilités en série. Un vrai désastre. De toute façon, elle n’était pas en état d’assimiler plus de « taquineries » ce soir… même si les blagues de Maelan étaient de nettement moins meilleur goût que celles d’Alcide.


Dernière édition par Astrid T. Ludwill le Mar 8 Avr - 21:49, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Message(ϟϟ) Sujet: Re: [TERMINE] ♪ Mamma mia » Maelan Ven 22 Nov - 20:55

Invité

ACCIO PROFIL


Invité

Soirée pourrie, tiens. La réunion de l‘AWH avait été annulée pour cause de London à l’infirmerie, ce qui arrangeait aussi Layla qui voulait répéter avec son groupe et Zac qui devait sans doute avoir un nouveau plan machiavélique pour conquérir le monde à élaborer. Tout le monde se retrouvait donc avec une activité sympathique et pouvait se dire que sa soirée n’était pas totalement perdue, sauf Maelan, qui allait donc pouvoir ronger son frein en toute tranquillité. L’élimination de son complice de toujours enlevait la possibilité, pourtant alléchante, d’un entraînement sauvage contre des membres de la PBL traînant dans les couloirs. Il pouvait toujours essayer d’avancer seul dans les préparatifs de la soirée d’intégration de l’AWH, mais c’était quand même bien moins intéressant. Donc cela le laissait avec ses devoirs, ce qui n’était au final pas un mal. Ne pas prendre de retard était une épreuve pour lui, qui avait passé le plus clair de sa scolarité à rendre ses essais au dernier moment en les faisant par-dessus la jambe. Ce n’était pas une option pour cette année, où il espérait enfin se passionner pour quelque chose, même s’il se demandait encore s’il n’aurait pas mieux valu qu’il se lance dans les relations internationales. Il verrait bien ! En attendant et pour ce soir, il allait se contenter de finir son papier concernant les éditos de journaux, qu’il avait eu la bonne idée de ne pas terminer en classe. Eh oui, on ne pouvait pas être beau comme un dieu et intelligent tout le temps, ce serait déprimant pour le reste de l’espèce humaine.

Il était donc de retour dans la salle commune de Gryffondor, prêt à se mettre à la tâche quand son regard fut attiré par une silhouette familière dans un des fauteuils, à côté du canapé dans lequel il comptait s’écrouler avec grâce. Bon, on ne pourrait pas dire que c’était sa faute s’il ne faisait rien. Elle allait sans doute lui demander comment il avait fait pour parvenir jusqu’en UFR1, étant donnée son innommable stupidité. Il se passa la main dans les cheveux en lui répondant : Salut. Il laissa tomber son sac par terre et son divin séant dans le sofa. Croisant les jambes sur la place d’à côté, il se baissa pour attraper ses affaires. S’adossant à l’accoudoir, il finit par lancer : La réunion a été annulée, tu n’as rien raté. Encore heureux, sinon on t’aurait reléguée avec les bizuths. Pourquoi pas ? Il se foutait évidemment de sa gueule et la gratifia d’un grand sourire de tête à claques qu’il maîtrisait à merveille. Il posa la pile de journaux qu’il comptait consultait et sortit un carnet pour prendre des notes. Il aurait volontiers passé la soirée à l’asticoter, mais il avait surtout besoin, à l’heure actuelle, d’avoir une bonne note à son premier devoir de l’année. Sortant une plume, il cala l’encrier à côté de lui. Il avait presque l’air d’un bon élève, sauf que, d’ordinaire, ceux-ci se mettaient plutôt à une table pour travailler. Mais bon, ce n’était pas comme s’il cherchait à se faire coller l’étiquette de premier de la classe, il laissait ça aux Serdaigles. Tiens, d’ailleurs … Dépliant un numéro du Times moldu, il jeta un regard par-dessus son rebord à Astrid, Oh, et oui, je sais lire. Il grimaça d’un air comique avant de poser un index sur ses lèvres, assorti d’un clin d’œil : Mais ne le dis à personne, ça risquerait de ruiner ma réputation. De parfait crétin, tu sais. Et il baissa les yeux sur sa page, ne lui portant, en apparence, plus aucun intérêt.
Revenir en haut Aller en bas
Message(ϟϟ) Sujet: Re: [TERMINE] ♪ Mamma mia » Maelan Sam 23 Nov - 19:10

Invité

ACCIO PROFIL


Invité

▬ La réunion a été annulée, tu n’as rien raté.
A ces mots, Astrid poussa un gémissement plaintif. Alors comme ça, elle s’était déplacée pour rien ? Elle s’était déplacée dans le couloir, s’était retrouvée face à face avec Alcide, pour rien ?
Le monde était vraiment trop injuste, râla mentalement Calimerastrid en levant les yeux au ciel.
▬ Encore heureux, sinon on t’aurait reléguée avec les bizuths, avait continué Maelan sans aucun tact.
Avec les bizuths ? Astrid hoqueta, offusquée. Comment ça, avec les bizuths ? Elle avait beau n’être que membre, elle avait toujours plus ou moins eu un statut un peu privilégié. A la place de quoi, elle se serait retrouvée reléguée avec les bizuths à nettoyer la salle. Question nettoyage, elle avait déjà donné, merci. Elle avait même donné d’autant plus qu’elle avait passé un certain nombre d’années à nettoyer les bêtises de London avant même qu’il ne rentre à Poudlard.  
▬ Chouette alors, marmonna-t-elle.
Autant le dire clairement, elle était vexée – et pas du tout de mauvaise humeur pour des raisons n’ayant rien à voir avec Maelan ou l’AWH, noooon. Pinçant les lèvres, Astrid ajouta à voix basse quelque chose en rapport avec des lamas au bacon en adoptant un air renfrogné. Elle rassembla ses papiers sur ses genoux, observant Maelan qui se plongeait dans un journal moldu.

Elle haussa un sourcil interrogateur. Comme s’il avait anticipé ses commentaires, le Gryffondor lui jeta un coup d’œil.
▬ Oh, et oui, je sais lire.
▬ Ouuuuh, woaw, apprécia Astrid avec un claquement de langue.
Elle savait qu’il avait décidé de se tourner vers le journalisme ; la lecture des journaux devait être inclue dans le lot. En revanche, elle était surprise qu’il s’intéresse aux informations moldues. Globalement, Maelan n’était pas du genre à prêter attention à ce qui se passait de… sérieux ? Aussitôt pensé, aussitôt regretté : après tout, il avait commencé à s’intéresser timidement à l’ABSU et suivait un cursus de journaliste. Même s’il racontait en permanence n’importe quoi, il devait bien avoir un petit côté intelligent. Bien planqué quelque part, derrière les battes-poulets en plastique. Et l’alcool. Et le Quidditch. Et les lotions capillaires (qu’on ne lui fasse pas croire que tout ça était parfaitement naturel). Et les blagues vaseuses. Et les rots. Et… bref, vous avez saisi l’idée.
▬ Mais ne le dis à personne, ça risquerait de ruiner ma réputation. De parfait crétin, tu sais.
▬ Oh, je pense que ton identité secrète est bien préservée, observa-t-elle d’un ton neutre, s’appliquant à ne pas rougir.
Ca n’était pas très, très gentil de sa part de remuer le couteau dans la plaie. Apparemment, le fait qu’elle ait été folle de lui et qu’elle s’en repentisse (avec plus ou moins d’application) maintenant le faisait beaucoup rire. Parfait, râla-t-elle mentalement, juste ce dont elle avait besoin. Une autre personne qui rirait à ses dépends.
Elle s’en serait presque voulu. Astrid n’était pas du genre à insulter les gens ; elle disait juste ce qu’elle pensait. Parfois, ce qu’elle pensait était légèrement insultant, et elle se prenait de temps en temps à s’amender : mais elle avait été tellement déçue par Maelan qu’elle n’avait juste pas pu s’en empêcher. Elle lui jeta un autre coup d’œil à la dérobée. Il était plongé dans son journal et ne s’occupait absolument pas d’elle – ni de qui que ce soit, d’ailleurs.

La Serdaigle soupira. Elle n’était d’aucune utilité à quiconque ce soir. Même l’AWH n’aurait pas eu besoin d’elle. Froissant nerveusement l’une de ses feuilles, elle se demanda si elle ne ferait pas mieux d’aller se coucher une bonne fois pour toutes.
Sauf que là-haut… il faisait noir. Instinctivement, elle se recroquevilla dans son fauteuil, refusant de penser encore à Alcide Hemingway et sa perversité. Elle avait besoin de se changer les idées, de discuter avec un ami. En parlant d’ami… Maelan saurait sûrement où ils se trouvaient, tous.
▬ Hé, tu sais où est Livia ? Questionna-t-elle soudain avec espoir. Et London, il est où ?
Revenir en haut Aller en bas
Message(ϟϟ) Sujet: Re: [TERMINE] ♪ Mamma mia » Maelan Mar 26 Nov - 22:03

Invité

ACCIO PROFIL


Invité

Chouette alors. Je savais que ça te plairait. Comme le deck est composé de crétins, ça te pend au nez, ma grande, railla-t-il sans la moindre pitié. C’était tellement facile, depuis qu’il savait exactement pourquoi elle l’avait taclé, ce jour-là, alors qu’il n’avait rien demandé. C’était difficile, d’être un sex-symbol et un objet de fantasme pour autant de jeunes filles en fleurs, mais il le vivait plutôt bien et savait comment s’en tirer. D’habitude, il se montrait gracieux et voilà, fin de la discussion. Mais étant donné que petit a, c’était la cousine de London, et petit b, elle lui avait clairement signifié que, de toutes les manières, il n’était qu’un con, le jeu devenait un peu plus corsé. Et puis, elle était tellement mignonne quand elle s’énervait ou qu’elle boudai (ce qui, il fallait bien l’avouer, arrivait très souvent quand il était dans le coin). Enfin, ce n’était certainement pas ce qui allait l’aider à réussir son devoir, mais au moins, ça faisait du bien. Et bosser en sa présence devait relever de l’exploit, étant donné qu’elle était persuadée qu’il ne savait pas aligner deux mots sur un parchemin, alors plusieurs et avec des pensées cohérentes … et il n’avait pas vraiment envie de la détromper. C’était marrant, de jouer les crétins finis. Ça permettait de ne pas se prendre au sérieux, de ne rien prendre au sérieux. Ce qui ne cadrait pas avec ses plans pour l’année. Mais pour l’instant, s’il s’y mettait réellement, il allait finir par faire une dépression, ce qui n’était pas envisageable. Ça abîmerait ses cheveux, il en était persuadé.

Oh, je pense que ton identité secrète est bien préservée. Heureusement que tu es là pour la préserver. Juste pour être certain, tu as bien passé le mot à mon fan-club ? Un de ses sourcils s’arqua de façon comique alors qu’il la considérait, une étincelle de provocation au fond du regard. Elles sont toujours persuadées que je vais faire quelque chose de ma vie et que je serai un bon parti. Tu pourrais leur dire à quel point elles ont tort et je suis inintéressant ! Il se foutait de sa gueule et il aimait ça, en plus. Et il fallait bien dire que l’autodérision était un sport que le jeune homme pratiquait quasiment aussi régulièrement que le Quidditch et avec autant d’application ! Cela ne faisait pas de mal. Considérant que tout avait été dit et que ce n’était peut-être pas la peine d’en rajouter avant qu’elle ne lui envoie le premier objet tranchant se trouvant à portée de main, il se replongea dans la lecture de son journal. Les moldus et les sorciers n’étaient pas très différents, contrairement à ce que certains auraient bien voulu faire croire, en tous cas en ce qui concernait leur intérêt pour la politique, pour les ragots divers et variés et les faits-divers assez glauques auxquels on accordait bien trop de place, selon le jeune homme. Ce serait d’ailleurs peut-être sous cet angle qu’il devrait orienter son papier. À savoir, la place donnée aux faits divers déjà dans les éditos, où le journaliste les mettait en rapport avec …

Hé, tu sais où est Livia ? Mais ! La phrase intelligente et construite venait de s’envoler, et il abaissa son journal pour lui lancer un regard courroucé. Et London, il est où ? A l’infirmerie, avec des brocolis qui lui sortent des oreilles, soupira-t-il en reposant le journal sur ses genoux, désespéré. Et je ne sais pas du tout où est Livia, nota-t-il. Tiens, c’était vrai, où donc se trouvait la Reine de Cœur ? Il ne l’avait pas vue au début de la réunion, enfin, au moment où ils avaient tenté de rassembler les cartes restantes. Elle avait sans doute croisé quelqu’un qui lui avait dit que cela n’aurait pas lieu et elle avait trouvé mieux à faire. Comme … Elle s’est peut-être trouvé un mec. Mignonne comme elle est, ça ne m’étonnerait pas ! Il la considéra un moment, un sourire isupportable aux lèvres : Tu devrais peut-être t’y mettre. C’est quoi, ton style, à part les crétins blonds ? Oh, que c’était bas ! Enfin, ce n’était pas méchant et elle devait bien le savoir.
Revenir en haut Aller en bas
Message(ϟϟ) Sujet: Re: [TERMINE] ♪ Mamma mia » Maelan Mar 26 Nov - 23:09

Invité

ACCIO PROFIL


Invité

Et la soirée « torture » continuait de plus belle. Astrid était désormais complètement repliée sur elle-même, engoncée dans un coin du canapé. A chaque minute qui passait, elle se sentait un peu plus minable – elle n’avait pas la force de se défendre, ni contre Alcide, ni contre Maelan – mais dans le dernier cas, elle n’avait même pas ENVIE de se défendre. Elle aurait voulu s’allonger par terre, que quelqu’un l’achève et au plus vite pour qu’elle puisse aller au paradis des gentilles Serdaigles et que des blonds mignons pas stupides du tout s’intéressent à elle. Elle accepterait même une version non détestable d’Alcide Hemingway avec qui elle aurait pu aller boire du chocolat chaud au bord de la plage.
▬ Je savais que ça te plairait. Comme le deck est composé de crétins, ça te pend au nez, ma grande.
▬ Ne m’appelle pas « ma grande », râla-t-elle. Elle était toute petite, pas besoin de remuer le couteau dans la plaie. De toute façon, je suis bien trop intelligente pour vous, continua Astrid avec un claquement de langue approbateur.
Ce qui était presque complètement vrai… Ou alors pas du tout. Entre London le génie fou, Livia qui la talonnait de près dans la course aux bonnes notes (enfin, les versions divergeaient selon le point de vue) et Layla la rock star, ils étaient plutôt bien dotés, question intelligence. Si l’on exceptait le crétin susnommé.
▬ Heureusement que tu es là pour la préserver. Juste pour être certain, tu as bien passé le mot à mon fan-club ?
▬ Tu aimerais bien, lâcha-t-elle d’un air dédaigneux. Enfin, d’un air qui se voulait dédaigneux. Elle s’y entraînait depuis pas mal de temps et y arrivait presque (mine de rien, c’était un véritable entraînement, pour quelqu’un qui aimait tout et tout le monde, comme Astrid).
▬ Elles sont toujours persuadées que je vais faire quelque chose de ma vie et que je serai un bon parti. Tu pourrais leur dire à quel point elles ont tort et je suis inintéressant !
▬ Si tu crois que je vais faire ton sale boulot, tu te fourres la baguette dans l’œil. Débarrasse-toi de tes groupies tout seul… tu sais si bien t’y prendre, acheva-t-elle avec un sourire discret.
Ah, mais. Il n’y avait pas de raison pour qu’elle soit la seule à subir ses sarcasmes, même si le restant des groupies de Maelan n’avaient probablement pas jugé utile de lui dire qu’il était stupide, comme ça, au débotté.

Si seulement les autres étaient là pour la défendre (ou pour faire diversion). Malheureusement, ils avaient tous disparu. London, par exemple…
▬ A l’infirmerie, avec des brocolis qui lui sortent des oreilles.
Astrid ouvrit la bouche et la referma, muette de surprise.
Des brocolis dans les oreilles. Il les avait toutes faites, mais celle-là, c’était une nouveauté. Des brocolis dans les oreilles. Elle failli demander comment il s’était retrouvé dans un état pareil… sauf qu’elle n’était pas sûre de vouloir savoir. Avec London, mieux valait s’abstenir.
La nouvelle avait eu le mérite de lui changer les idées. Si son abruti de cousin et ses brocolis l’avaient laissée toute seule à la merci d’Hemingway, la vision enchanteresse lui remonterait probablement le moral pour les cent prochaines années. Petit à petit, le sourire revenait sur le visage d’Astrid, qui se délectait à l’idée des prochaines fêtes de famille. Il fallait absolument qu’elle se procure une photo.
▬ Et je ne sais pas du tout où est Livia.
Hein ? Oh. Une ombre repassa sur le visage de la Serdaigle. Ouais. Livia devait encore être enfouie au fin fond de la Réserve de la bibliothèque, n’accordant aucune attention aux aventures de ses collègues de l’AWH ou de sa meilleure amie. Dans le cas d’Astrid, « mésaventure » aurait été un mot plus adapté.
▬ Elle s’est peut-être trouvé un mec. Mignonne comme elle est, ça ne m’étonnerait pas !
▬ Pas son genre. Elle est plutôt du genre à se trouver un livre. Ou un Whisky pur Feu.
Astrid grimaça franchement. Elle avait dû avoir des tas d’amants dans sa vie amoureuse précédente, pour être aussi maudite dans celle-là. Non pas que ça la dérange, qu’il trouve Livia mignonne. Non. Elle s’en fichait complètement. Livia était carrément canon, de toute façon. Elle aurait pulvérisé la moitié des Serdaigle en concours de beauté. Est-ce que c’était une raison pour narguer Astrid ? Pour lui rappeler encore une fois qu’elle n’était qu’une groupie folle à lier et qu’elle s’était plantée sur toute la ligne ?
Apparemment, oui.
▬ Tu devrais peut-être t’y mettre. C’est quoi, ton style, à part les crétins blonds ?
Elle le fusilla du regard.
▬ Oh, j’aime bien les blonds intelligents, observa-t-elle d’un ton songeur. La preuve, c’est qu’avant qu’elle ne soit rendue compte que Maelan ne correspondait pas à cette description… Bref. Elle n’allait pas revenir là-dessus.
▬ Toi, en revanche, il paraît que tu t’intéresse aux bruns sans cœur ? Coucou Alcide.
Revenir en haut Aller en bas
Message(ϟϟ) Sujet: Re: [TERMINE] ♪ Mamma mia » Maelan Dim 1 Déc - 20:32

Invité

ACCIO PROFIL


Invité

Fallait-il qu’il abandonne dès le départ l’idée de bosser ? Il aurait aussi bien pu la laisser, partir dans son dortoir en claquant la porte, en lui disant que les gens qui n’étaient pas aussi brillants qu’elle avaient besoin d’étudier, de temps à autres, s’ils voulaient réussir. Mais en même temps, ça aurait été sacrément moins amusant. Et puis, comprenez-le, son ego avait quand même été légèrement piqué au vif quand elle l‘avait traité de crétin, puis qu’elle avait décrété que du coup, il n‘était pas assez bien pour elle. COMMENT CA ? Déjà, d’accord, il n’était sans doute pas une graine de prix Nobel ou un futur Pulitzer, mais quand même. Ce n’était pas parce que lui ne paradait pas partout en prétendant sauver le monde et alignant des notes parfaites qu’il était con comme un manche à balai (et encore, son propre balai de course n’était pas si stupide). Alors oui, il se sentait obligé de répondre et de se « défendre », ne serait-ce que par principe. Qu’on se calme, il ne se prenait pas pour le mec parfait, bien loin de là. Il fallait voir au-delà des apparences de ce superbe blond un peu con sur les bords, et miss Perfection était bien loin de le faire. Alors que chacun balaye la poutre de son voisin devant sa porte et tout irait bien ! Ou quelque chose du style, le français était définitivement une langue compliquée, au niveau des expressions. Tu devrais boire plus, ma grande, appuya-t-il sans vergogne, l’alcool grille les neurones, il n’y a qu’à voir London et moi. Et ça te ferait peut-être du bien, de ne pas toujours être sur le 380. Tu vas finir par clamser avant même d’avoir obtenu que les elfes de maison mangent à table avec nous, ce serait quand même dommage, lâcha-t-il non sans un rictus entendu. Quoi, c’était tellement facile de la titiller, il y avait tellement de sujets sur lesquels elle s’enflammait rapidement (pour ne pas dire tous les sujets, il suffisait sans doute de parler d’une chose pour qu’elle s’en érige défenseur).

Et apparemment, les jeunes filles composant son fan-club n’en faisaient pas partie. Étonnant, il l’aurait pourtant bien vu brandir des pancartes en papyrus écolos recyclé indiquant « liberté pour les dindes », même si cela n’aurait pas été très gentil pour ses petites chéries (quoi, il les aimait bien, elles étaient choux et ne faisaient de mal à personne, elles avaient droit d’exister et de le vénérer, non ?). Mais on ne pouvait pas dire que « gentil » soit un qualificatif qui convienne toujours à miss Astrid, malgré ce qu’elle semblait vouloir faire croire. Il paraît qu’il me suffit d’ouvrir la bouche pour que le charme n’opère plus, effectivement. Mais apparemment, certaines ont quad même du mal à se défaire de mon impressionnant magnétisme ! C’était tellement bon d’enchaîner les conneries pour la faire râler, excusez-le, et ne prenez surtout pas au sérieux cette prétendue crise d’ego, ce serait bien mal cerner le personnage. Mais bon, personne n’était parfait et l’erreur était humaine, contrairement à ce que certaines semblaient peser. Oh, il était un peu dur, sur le coup, mais avouez que c’était un peu agaçant, de se prendre des réflexions partiellement infondées (bon, il donnait bien le change pour ce qui était de la stupidité totale, je vous l’accorde). Alors ce n’était que « justice » qu’il se venge un peu, surtout quand ses devoirs en pâtissaient. L’honneur avant les plaisirs de l’esprit, après tout, c’était un ion qui ornait son blason, et non un aigle !

Et c’était d’ailleurs de mieux en mieux parti, il n’y avait qu’à voir la tête qu’elle tirait alors qu’elle comprenait que personne ne semblait disposé à venir la tirer de son ennuyeuse car stupide compagnie. Et quand il complimenta de façon indirecte la jolie Livia. Je crois que c’est le style de toutes les filles, au bout d’un moment, d’arrêter de lire des livres sur le prince charmant et d’en trouver un dans la vraie vie. Même s’ils sont décevants car évidemment moins bien que ce qu’on avait imaginé. Ils ne sont après tout que des hommes, railla-t-il. Il ne releva cependant pas la pique de la jeune fille, la lui laissant. Il fallait qu’il fasse attention de ne pas devenir trop intelligent, cela risquerait de briser ses nouvelles certitudes à son propos et il n’était pas sûr que cela lui plaise. Et en parlant de nouvelles certitudes … Son regard s’éclaira alors qu’elle amenait un Serpentard bien connu sur le tapis. Ah bon, elle mordait à l’hameçon, elle aussi ? A vrai dire, cela risquait de donner une nouvelle dimension à l’affaire. Il haussa les épaules, faussement désinvolte : Tu ne vas pas nier le fait qu’il est odieusement sexy. Et les bad boys ont tendance à plaire, je ne t’apprends rien. Il ne parlait pas de son cas à elle, évidemment, on ne pouvait pas dire qu’il entrait dans cette catégorie. Affectant toujours ce même détachement, il attrapa son journal et prétendit se replonger dedans : Enfin, ça ne te regarde pas vraiment. Et ce n’était pas comme si ça allait aboutir à quoi que ce soit. Ou le meilleur moyen de se faire passer pour u homosexuel refoulé et frustré.
Revenir en haut Aller en bas
Message(ϟϟ) Sujet: Re: [TERMINE] ♪ Mamma mia » Maelan Lun 2 Déc - 23:27

Invité

ACCIO PROFIL


Invité

Astrid grimaça à l’idée de boire plus. Elle buvait déjà suffisamment comme ça. Un peu plus et sa mère débarquerait à Poudlard pour lui faire suivre un programme de désintoxication. Qui plus est, elle finirait par perdre les quelques neurones qu’elle avait encore.
▬ Ca te ferait peut-être du bien, de ne pas toujours être sur le 380. Tu vas finir par clamser avant même d’avoir obtenu que les elfes de maison mangent à table avec nous, ce serait quand même dommage.
▬ London est bien plus intelligent que moi, remarqua-t-elle, songeuse.
Le remarquable cerveau de son cousin, combiné à sa propension à tout faire exploser, n’était qu’une source d’émerveillement dans la famille. A côté, elle faisait figure de débile légère ; heureusement, le côté « inventeur fou » suffisait à faire en sorte que tout le monde maudisse London plutôt que de l’aduler.
Quant au reste…
▬ Tant pis. Vous érigerez un tombeau à ma gloire et vous me dédicacerez un poème quand vous vous ferez botter les fesses par un troupeau d’elfes libres.
Les deux propositions étaient aussi improbables l’une que l’autre. Et puis ça voulait dire quoi, qu’elle allait clamser ? Elle avait un système biologique extrêmement performant et fonctionnait à merveille, merci bien. D’accord, elle s’endormait occasionnellement un peu partout, mais elle aurait toujours le temps de dormir plus tard. Quand elle serait vieille. Ou morte. Ce qui risquait d’arriver plus rapidement que prévu, si elle continuait de rougir aux remarques de Maelan.

Peut-être qu’elle finirait par s’habituer. « Certaines ont quand même du mal à se défaire de mon impressionnant magnétisme », c’était pour elle ? Elle ouvrit la bouche pour protester, et la referma sans rien dire. Qu’il croit ce qu’il veut. Les choses pouvaient difficilement être pires, de toute façon, alors pourquoi s’embêter à démentir ? D’autant que… Il restait le joueur de Quidditch au sourire à tomber. Il la prenait déjà pour une groupie stupide, autant assumer.
▬ Je crois que c’est le style de toutes les filles, au bout d’un moment, d’arrêter de lire des livres sur le prince charmant et d’en trouver un dans la vraie vie.
Elle retirait toutes ses pensées précédentes. En fait, elle ne l’aimait plus du tout.
▬ Même s’ils sont décevants car évidemment moins bien que ce qu’on avait imaginé. Ils ne sont après tout que des hommes.
Et bam, merci pour elle. Toute trace d’affection ou de compassion s’évanouit une bonne fois pour toutes (on y croit, on y croit) alors qu’elle le fusillait du regard. Ne pouvait-il s’empêcher de retourner le couteau dans la plaie ? Ca va, elle avait compris, elle s’était rendue ridicule tout du long et continuait de l’être. Fallait-il être bête pour rêve d’un beau joueur de Quidditch de l’année supérieure.
▬ Preuve que mes neurones sont déjà suffisamment grillés, observa-t-elle presque froidement.
Astrid se promit mentalement de s’abstenir la prochaine fois. Juré, elle ne sortirait plus qu’avec des moches. La Belle et ses princes presque charmants, édition spéciale Poudlard.

En parlant de « presque charmant »…
▬ Tu ne vas pas nier le fait qu’il est odieusement sexy. (En fait, si, elle le niait. La beauté intérieure, tout ça…) Et les bad boys ont tendance à plaire, je ne t’apprends rien.
Elle haussa un sourcil interrogateur. Donc, la rumeur était vraie. Il avait bel et bien plaqué Angie parce qu’il avait changé de bord. Elle ressentit un élan de compassion pour la Pouffsouffle – sérieusement, se faire plaquer pour un autre homme, ça ne devait pas être terrible – qu’elle avait détestée les années précédentes. Au moins, ça réglait la question : elle était ridicule d’avoir fantasmé sur lui parce qu’il était homo, point à la ligne. Et amoureux d’Alcide, en plus. Quel duo de rêve. (A cet instant, elle essaya de les imaginer se tenant la main dans les couloirs. Rien à faire. Le fou rire guettait.)

▬ Enfin, ça ne te regarde pas vraiment. Et ce n’était pas comme si ça allait aboutir à quoi que ce soit.
▬ Parce que c’est un connard fini ? Ou il y a une autre raison secrète ? Questionna-t-elle abruptement.
Avec la charmante soirée qu’elle venait de passer, Astrid n’était pas très bien disposée à l’égard d’Alcide Hemingway, quelle que soit la qualité de ses attributs. Dire qu’elle l’aurait bien transformé en tapisserie était un doux euphémisme.
Seulement, après avoir croisé le regard de Maelan, elle s’en voulut encore. Les choses n’allaient probablement pas aboutir parce qu’Alcide était un triple crétin dangereux – ça n’avait probablement rien de facile à assumer. Elle haussa les épaules.
▬ T’as raison, c’est pas mes oignons, s’excusa la Serdaigle. Désolée. Je dirai plus rien.
Revenir en haut Aller en bas
Message(ϟϟ) Sujet: Re: [TERMINE] ♪ Mamma mia » Maelan Dim 8 Déc - 12:45

Invité

ACCIO PROFIL


Invité

London est bien plus intelligent que moi. Certes, on ne pouvait le nier, mais avouez que c’était quand même vexant qu’elle le lui reconnaisse et ne lui laisse même pas le bénéfice du doute, à lui. Il ne faisait peut-être pas exploser des inventions génialissimes et foireuses tous les jours dans les couloirs, mais quand même ! Ils se valaient sans doute en concours de connerie, alors pourquoi ne pas imaginer qu’il pouvait être brillant à sa manière (autrement que par ses cheveux, entendons-nous bien, sur ce point, personne n’avait rien à redire, pas même elle) ? C’était injuste. Et non, il ne mettrait pas de coquille, cela risquerait de le décoiffer, imaginez qu’elle était là et qu’il était un choupi poussin noir. Comment ça « non » ? De toutes les manières, même s’il avait été un petit chat tout mignon, elle aurait sans doute trouvé encore le moyen de le trouver stupide, alors … Tant pis. Vous érigerez un tombeau à ma gloire et vous me dédicacerez un poème quand vous vous ferez botter les fesses par un troupeau d’elfes libres. Il aurait peut-être du être un elfe de maison, dans ce cas. Ou quelqu’un pour lequel elle aurait pu se battre. C’était ça, le problème, non ? Ou qu’il ne se battait pas assez fort tout seul ? Il devait avouer qu’il n’avait pas très bien compris quel était son problème, en réalité. Enfin, si, apparemment le film qu’elle s’était fait ne correspondait pas à ce qu’il était. Logique, étant donné qu’elle ne e connaissait pas. Mais n’allons pas pleurer sur les erreurs de jugement des gens, il était bien au-dessus de ça. Pour tout dire, il n’avait jamais cherché à remporter tous les suffrages. Il appréciait le fait d’être populaire mais d’une part, il n’avait jamais rien fait pour ça et d’autre part, si cela devait s’arrêter du jour au lendemain, ce ne serait pas gravissime. Il y avait des choses plus importantes dans la vie.

Preuve que mes neurones sont déjà suffisamment grillés. Oh, ça alors, il l’avait vexée. Pauvre chérie. Il la regarda avec un sourcil en l’air. Ou qu’il t’arrive de te planter sur toute la ligne et que tu en sois la seule fautive. Mais bon, ce n’est qu’une hypothèse stupide, nota-t-il en haussant les épaules, avant de retourner à son journal. Mademoiselle Parfaite ne se trompait jamais, c’était une évidence, donc s’il la décevait, c’était sa faute, bien sûr. Bah voyons. Un tantinet grognon, maintenant, le Carmichael se replongea dans son journal. Ce ne serait jamais arrivé à Jonathan, ça. Après tout, il était tout ce dont tout le monde pouvait rêver. Et il ne restait maintenant plus que lui, qui n’était qu’une jolie coquille avec de beaux cheveux et rien à offrir. Su-perbe. Olah, doucement garçon, se morigéna-t-il, ce n’était pas vraiment le moment de s’apitoyer sur son sort. Ce qu’on pensait de lui n’avait pas d’importance, il fallait qu’il s’en souvienne. Ce qui lui permettait de faire n’importe quoi.

Parce que c’est un connard fini ? Ou il y a une autre raison secrète ? Comme de faire croire à Hemingway qu’il était amoureux de lui. Et apparemment, il n’était pas le seul à mordre à l’hameçon. Surpris, il lança un regard étrange à la Serdaigle par-dessus son journal et celle-ci se rétracta : T’as raison, c’est pas mes oignons. Désolée. Je dirai plus rien. Par la barbe de Merlin, elle y croyait aussi ! C’était le pompon. Mais cela lui fit étrangement plaisir. Peut-être devrait-il finalement se lancer dans l’art, le théâtre, ou le cinéma moldu ? On lui confierait des rôles chouettes où il devrait dire des phrases profondes du style « what are you doing ? DON’T WALK ON MY ROOF ! », ce serait bien. Mais il n’en était pas à changer de nouveau ses plans pour son futur. Il en était à observer la jeune fille en face de lui. Voyons, jusqu’où pouvait-il a convaincre qu’il aimait vraiment les hommes ? Juste comme ça, pour le défi. Et puis pour se venger, un peu, aussi. Après tout, cela voulait dire qu’elle n’avait effectivement aucun moyen de l’intéresser, de quelque manière que ce soit. Et puis, avouez que c’était quand même très drôle. Il laissa donc le silence s’installer, jouant avec le bord du quotidien, es yeux fixés sur un mot et finit par lâcher, comme à regrets : Parce que j’aime les filles, tout le monde sait ça ! Le ton se voulait humoristique, mais la voix tremblait légèrement. Punaise, il était bon. L’air faussement détaché, il tourna une page : Et parce qu’un Serpentard de sang pur n’en a rien à faire d’un sang mêlé. Surtout de sexe masculin. Et paf, parfait, cela pouvait en plus soi-disant expliquer sa présence à la première réunion de l’année de l’ABSU. Qui avait dit qu’il était juste stupide ? C’était un génie, oui. Incompris, voilà tout.
Revenir en haut Aller en bas
Message(ϟϟ) Sujet: Re: [TERMINE] ♪ Mamma mia » Maelan Dim 8 Déc - 19:41

Invité

ACCIO PROFIL


Invité

De toute évidence, la guerre était déclarée. Astrid était un peu perdue. D’accord, elle lui avait fait remarquer une fois ou deux qu’il était un peu plus bête de ce dont il avait l’air. Pour être exact, ses mots avaient été « mais t’es stupide, en fait ». Ca n’était pas pour autant une raison pour lui en faire voir de toutes les couleurs, si ? Elle avait beau ne pas être la plus délicate des sorcières, garder autant de ressentiment envers quelqu’un à qui on n’accordait pas plus d’importance qu’à un slip sale la dépassait un peu. Pour le coup, elle était vexée. Ce qu’avec sa franchise habituelle, elle ne se priva pas de lui faire partager.
▬ Pas besoin d’être méchant, râla-t-elle. J’ai compris. Je n’aurais pas dû te… te quoi ? Astrid rougit et opta pour une option un peu plus sécurisée. Je n’aurais pas dû être attirée par toi, ni t’adresser la parole en début d’année. Désolée pour ça.
Ca n’était quand même pas sa faute à elle s’il rivalisait de stupidité avec London à chaque fois qu’elle était dans le coin. Ou si elle avait construit tout un fantasme basé sur du rien et que forcément, il s’était effondré (bon, ça, peut-être que c’était un peu sa faute).
Une fois cette question réglée, la Serdaigle se détendit un peu. Elle n’était pas vraiment d’humeur à chanter les louanges d’Alcide Hemingway, mais le sujet semblait plutôt sensible, aussi s’abstint-elle pour l’instant de toute remarque déplaisante (du genre « ton amoureux est un connard fini qui prend un malin plaisir à me torturer »).

▬ Parce que j’aime les filles, tout le monde sait ça !
Astrid haussa un sourcil. Tout le monde savait rien du tout : il aimait UNE fille et l’avait plaquée pour des raisons inconnues. Ca ne prouvait pas grand-chose. Elle retint un « mouais » mental, d’autant plus que Maelan n’avait pas l’air extrêmement bien disposé. Ils pouvaient peut-être faire un concours de bouderie : celui qui tenait le plus longtemps sans rien dire gagnerait le droit d’aller se coucher. Et tant pis s’il n’était que 22 heures et qu’on était samedi soir.
▬ Et parce qu’un Serpentard de sang pur n’en a rien à faire d’un sang mêlé. Voilà qui ressemblait plus à Alcide Hemingway, nota-t-elle. Surtout de sexe masculin.
▬ Pourtant, il paraît que les hommes, c’est son truc.
Astrid croyait sans peine aux rumeurs de son homosexualité : combinée avec son intolérance chronique à ce qui n’était pas un sang-pur blanc hétérosexuel, elle pouvait expliquer une grande partie de son mauvais caractère. Refouler sa personnalité profonde, tout ça…
▬ Je pense que ça tient plus à son fanatisme qu’à toi.
Inutile de se mentir : Maelan était le genre de tout le monde, homosexuel ou pas. Quant à être sang-mêlé, c’était une autre affaire. Elle doutait que qui ou quoi que ce soit puisse faire changer d’avis un membre de la PBL sur le sujet du statut du sang. Dans un monde idyllique, il aurait été transformé par l’amoûûûr et n’aurait pas hésité à envoyer balader principes et famille pour vivre sa romance au grand jour, mais le petit doigt d’Astrid lui soufflait que ça n’était pas vraiment le genre de ce connard d’Hemingway.
▬ Sans parler de son arrogance, de son agressivité ou de sa légère sociopathie. Nooon, elle ne lui en voulait pas du tout.Enfin, pour ce que ça vaut… osa-t-elle prudemment, vous seriez plutôt mignons ensemble, s’il se calmait un peu. Enfin, dans l’hypothèse où Alcide assumerait un jour ses préférences, acheva-t-elle sur un ton dubitatif.
Elle les avait bien vus, la dernière fois, au beau milieu du couloir. Ils étaient bien assortis, ce qui ferait probablement se pendre de désespoir la moitié des filles de Poudlard (elle comprise).
En attendant, Maelan non plus n’avait pas l’air au clair avec son orientation. C’était pourtant un cas moins désespéré qu’Alcide, dans la mesure où il avait déjà fait la moitié du chemin en larguant Angie. Astrid avait envie de lui prendre le bras, de le regarder dans les yeux et de lui sortir un truc du genre « il ne faut pas que tu aies peur d’assumer ce que tu es ». Sauf que, au vu de la situation, il le prendrait sans doute très mal. Elle opta pour une solution à mi-chemin.
▬ Écoute, commença-t-elle avec timidité, si tu veux en parler de temps à autre, je promets de ne pas te traiter de crétin.
C’était déjà pas mal, non ?
Revenir en haut Aller en bas
Message(ϟϟ) Sujet: Re: [TERMINE] ♪ Mamma mia » Maelan Sam 14 Déc - 22:17

Invité

ACCIO PROFIL


Invité

Tout cela allait tourner au vinaigre si quelqu’un n’intervenait pas ou s’ils ne se calmaient pas. En même temps, trompetait une voix hautement gamine dans sa tête, c’était elle qui avait commencé. Et c’était bien la peine de jouer maintenant les martyres, quand il râlait par rapport à la façon dont elle l’avait traitée. Madame Je-suis-franche-et-deal-with-it n’avait pas encore compris qu’il y avait des conséquences au fait de l’ouvrir à tort et à travers. Eh bien tant pis, et il n’allait pas lui simplifier la vie : Oh, ne t’excuse pas, je sais que les filles ne peuvent pas s’en empêcher. Par contre, la plupart du temps, elles évitent de me traiter de crétin fini, sorti de nulle part. Mais bon, personne n’est parfait. Non, ça ne passait pas et il n’en était même pas désolé, après tout, lui n’avait agressé personne, il s’était contenté de … quoi e plus ? Il ne faisait rien de particulièrement stupide à ce moment-à. Enfin bref, elle débloquait complètement et c’était lui qui était méchant ? Parce que ça, tu vois, pour le coup, c’est méchant et complètement gratuit. Et maintenant il allait continuer de bouder avec son tigre dans la jungle toute la soirée. Ne vous indignez pas, il aurait pu être vraiment vilain en lui disant qu’en plus, aux vues de la superbe couleur cramoisie de son teint de pêche, ce n’était sans doute pas que du passé. Mais il restait quelqu’un de bien, même quand il était blessé, lui. (La narratrice note que son personnage est quand même un gros relou aigri, et se prend une baffe au passage).

Mais laissons là ces ressentiments, après tout, il fallait juste tirer un trait là-dessus. C’était juste que personne n’aimait se faire juger comme ça, sorti de nulle part et qu’il voulait exprimer qu’il l’avait mal pris, point final. Passons au sujet du jour qui était son orientation sexuelle. Et tout le monde semblait disposé à le croire de la jaquette. Il aurait peut-être du mal le prendre, mais ça le faisait surtout beaucoup rire, pour l’instant. On verrait plus tard, quand il aurait de nouveau la tête aux vraies relations, mais à ce moment précis, ce n’était pas sa priorité (petite pensée pour Angie, soudain, avec un pincement au cœur. Il espérait qu’elle allait bien, mais n’avait aucun moyen de le savoir.) Pourtant, il paraît que les hommes, c’est son truc. Pourquoi est-ce que tu crois que j’ai commencé à lui montrer de l’intérêt ? répondit-il du tac au tac. Ce qui était vrai, au final, mais pas dans ce sens : il avait surtout décidé d’enfoncer le clou quand London avait lancé cette superbe rumeur. Mais si cela pouvait alimenter cette idée dans l’esprit d’Astrid … Et ça le faisait. Il l’écoutait attentivement, comme s’il était vraiment en attente de ses réponses, de son jugement, comme si elle allait le sauver. Il tiqua quand elle énuméra ses défauts, comme si cela l’ennuyait de le reconnaître et marmonna dans sa barbe : Il est un peu plus que ça, quand même … Mais il ne valait mieux pas qu’on lui demande quoi, il aurait bien été incapable de lui répondre. Sa grande créativité et sa ténacité, peut-être ? Et puis également sa plastique de rêve, hein, on ne pouvait pas la lui enlever, malgré tous ses travers.

Enfin, pour ce que ça vaut… vous seriez plutôt mignons ensemble, s’il se calmait un peu. Enfin, dans l’hypothèse où Alcide assumerait un jour ses préférences, Donc ça n’arrivera jamais, commenta-t-il sobrement. Par Merlin, et imaginons que celui-ci se prenne réellement au jeu et que … ? Non, Alcide était aussi hétérosexuel que lui, c’était une certitude absolue, même s’il ne pouvait pas citer le nom de sa dernière copine. Il y avait des gens, comme ça, pour lesquels on n’avait pas vraiment de doute. Enfin, pas tout le monde, apparemment. Il eut un léger sourire à sa dernière phrase et nota, sans malice : Parce que je ne suis pus un objet de fantasme, mais une cause à défendre ? Intéressant … Il eut finalement un petit rire fatigué avant de repousser le journal. C’est gentil. Mais ça ne servirait pas à grand-chose. Tu ne l’aimes pas du tout, comme quasiment tout le monde. Et je pense qu’il vaut mieux simplement oublier toute cette histoire. Avant que toute l’école ne soit persuadée de son penchant pour les hommes ? Enfin, pour ce que ça changeait pour le moment …
Revenir en haut Aller en bas
Message(ϟϟ) Sujet: Re: [TERMINE] ♪ Mamma mia » Maelan Lun 16 Déc - 23:00

Invité

ACCIO PROFIL


Invité

La discussion s’enlisait. Astrid avait mal au crâne et éprouvait une sensation persistante de désespoir, partagée entre une culpabilité qui pointait le bout de son nez et l’envie d’aller se coucher une bonne fois pour toutes pour oublier tous les malheurs qu’elle avait subi ce soir. Mais le karma, qui est une sale petite péripatéticienne, en avait décidé autrement.
▬ Oh, ne t’excuse pas, je sais que les filles ne peuvent pas s’en empêcher.
Et voilà. C’était exactement pour ce genre de choses qu’elle l’avait traité de garçon stupide. Il ne prenait jamais rien ni personne au sérieux, alors qu’elle avait vécu quelque chose comme LE moment de sa vie au moment où il lui avait adressé la parole. Et qu’elle s’était ramassée une bonne fois pour toutes, comprenant en une fraction de seconde qu’elle n’était pas plus intéressante qu’une crotte de Doxy.
▬ Par contre, la plupart du temps, elles évitent de me traiter de crétin fini, sorti de nulle part. Mais bon, personne n’est parfait. Parce que ça, tu vois, pour le coup, c’est méchant et complètement gratuit.
Astrid sentit les larmes lui monter aux yeux. Tout ça commençait à faire un peu trop pour son petit cœur fragile : la trouille qu’elle avait ressentie en se faisant coincer dans les cachots par Alcide commençait à remonter à la surface. Certes, tout ça était sa faute. Elle s’était bel et bien montrée désagréable et malpolie – tout ce qu’elle détestait chez les autres. Sauf qu’à ses yeux, il s’était juste agi de franchise, alors que son monde et ses fantasmes s’écroulaient (enfin, en partie : il restait une pure bombasse, d’un point de vue purement objectif). Et puis, qu’est-ce que ça pouvait bien lui faire, ce qu’elle pensait de lui ? Elle n’était que l’une de ses groupies, elle l’avait bien compris. Que voulez-vous répondre à ça ? Qu’elle était désolée ? Elle l’était. Elle avait enchaîné les idioties, ce soir. Elle s’était montrée désagréable et froide, mais ce qui ne gênait d’habitude personne semblait être un problème pour tout le monde ce soir. Peut-être que c’est elle qui devrait sortir avec Alcide.
▬ Je pensais pas que mon avis t’importerait, observa-t-elle sur un ton qui tentait d’être détaché.
Elle n’était pas du tout convaincue. Et son orgueil à elle, alors ? Mais si elle voulait pouvoir aller se coucher sans entendre la voix de sa mère lui rappeler qu’elle était la honte de sa famille, ou pouvoir se regarder le lendemain dans le miroir… il lui faudrait s’excuser.
▬ Désolée. Je voulais pas être blessante.

Astrid se plongea ensuite dans l’observation attentive de ses cuticules. Eux au moins ne lui feraient pas de reproches (et encore). Heureusement, ils repassèrent rapidement au sujet « Alcide ». Pour montrer que le sujet était clos ? Elle était pardonnée, pouvait retourner à son statut crotte-de-doxyesque ?
▬ Pourquoi est-ce que tu crois que j’ai commencé à lui montrer de l’intérêt ?
Et bien, pour être tout à fait franche… Elle se le demandait.
▬ Il est un peu plus que ça, quand même …
▬ Oui, il est aussi fou, violent et dangereux, observa-t-elle.
Son cou lui faisait toujours mal, là où la baguette d’Alcide s’était enfoncée et où une marque rouge subsistait. Et Maelan de se répandre sur le fait qu’Alcide n’accepterait de vivre leur amour au grand jour (ou quelque chose du genre). S’il choisissait un peu mieux ses petits amis, aussi, les choses se passeraient sûrement mieux. Pour sa sortie du placard, Maelan choisissait décidément la solution de la facilité. Peut-être que sortir avec le Ministre de la Magie aurait été plus simple. Il aurait suffi de s’introduire dans son bureau, de laisser peut-être quelques roses, et…
▬ Parce que je ne suis plus un objet de fantasme, mais une cause à défendre ? Intéressant …
Astrid rougit de plus belle. Bien sûr qu’il était un objet de fantasme. Il le savait très bien. Elle détourna le regard pour fixer un peu le plafond, histoire de se laisser le temps de retrouver une couleur et une attitude normale. Peut-être que cette pique signifiait le retour à la normale de leurs relations (leurs relations consistant la plupart du temps à s’engueuler, on était très légèrement en progrès).
▬ On va dire ça.
▬ C’est gentil. Mais ça ne servirait pas à grand-chose. Tu ne l’aimes pas du tout, comme quasiment tout le monde. Et je pense qu’il vaut mieux simplement oublier toute cette histoire.
Elle ne le lui faisait pas dire.
▬ Oh, il ne m’aime pas du tout non plus, grinça-t-elle. Ou alors, il exprimait son amour de façon un peu violente. Mais quelque part, elle avait un doute.
▬ N’abandonne pas trop vite, continua Astrid sur un ton plus léger. Peut-être qu’il changera d’avis un jour et qu’il se réveillera en se disant d’un coup qu’il meurt d’envie de t’embrasser.
Ouais. Comme si ça avait marché pour elle.
▬ Peut-être qu’on peut réfléchir à un plan ?
Penchée en avant, Astrid se laissa entraîner mentalement. Penser à la meilleure façon de réunir Alcide et Maelan lui permettait d’oublier que les réunir était à la fois un échec sur le plan personnel (pour elle) et la pire idée du monde (pour tout le monde). (Sans déconnez, imaginez un peu des enfants élevés par ces deux-là.)
▬ S’il se laissait aller, peut-être qu’il deviendrait un peu moins désagréable et qu’il arrêterait d’agresser les gens dans les couloirs, continua-t-elle sur un ton rêveur. Ca servirait à la fois ta vie amoureuse et le bien de l’humanité. Quand est-ce que tu le vois pour la prochaine fois ?
Revenir en haut Aller en bas
Message(ϟϟ) Sujet: Re: [TERMINE] ♪ Mamma mia » Maelan Sam 21 Déc - 18:43

Invité

ACCIO PROFIL


Invité

Je pensais pas que mon avis t’importerait. Et son avis n’importait pas vraiment, en réalité, pas en tant que tel en tous cas, devait-il reconnaître. Ce que les autres pensaient de lui l’avait toujours plongé dans une profonde indifférence, il prenait les critiques avec le sourire et les dissipait du revers de la main. Cependant, il était vrai qu’elle avait frappé fort et qu’il ne s’y attendait pas et que par conséquent, cela comptait. Désolée. Je voulais pas être blessante. Non, tu voulais juste faire partager ta profonde désillusion. Il ne savait pas trop ce qu’elle s’était imaginé, ce que s’imaginaient les filles en général. Ça n’avait jamais été son problème, pour tout dire. Comment le voyaient-elles ? Il était séduisant, il en était bien conscient mais au-delà de ça ? Il n’y avait que peu de personnes qui pouvaient se vanter de le connaître vraiment alors sur la foi de quoi pouvait-on s’accorder le droit de le juger ? Il finit par laisser échapper un léger rire de gorge : Laisse tomber va. Ça ne vaut même pas le coup. Il n’avait aucune envie d’argumenter sur sa valeur ou sur ce qu’il était réellement. Ce n’était pas l’important pour l’instant. S’il paraissait être un con fini, so be it. Il se défoncerait dans les études comme il le pourrait et continuerait à profiter de tout ce que Poudlard avait lui offrir jusqu’à la fin de sa scolarité et personne ne s’en porterait plus mal.

Et sur les rumeurs qui couraient à son propos et à celui d’Alcide. Il n’en revenait pas de l’engouement qu’il parvenait à créer. S’il se montrait aussi talentueux dans ses écrits que dans ses stupidités quotidiennes, il était fort probable qu’il devienne rapidement un journaliste mondialement reconnu. Ah, les rêves de gloire. En attendant, il n’était pas franchement ravi de ce qui se passait, probablement parce qu’il s’était pris des insultes homophobes en pleine figure. Oui, il est aussi fou, violent et dangereux. Et obtus. Et intolérant. Et … Il n’avait rien à répondre. Le souvenir de ce qui s’était passé entre eux deux était trop frais pour qu’il puisse l’invoquer sans avoir une profonde envie de hurler et d’aller le frapper. Et il n’était donc pas d’humeur à lui trouver des qualités, pour tout dire. En réalité, il commençait à être fatigué. Il voulait seulement en finir avec cette discussion, retourner dans le dortoir des mecs de Gryffondor et tenter de travailler un peu. Il était à peine vingt-deux heures et on était samedi, c’était terriblement triste. Ses devoirs allaient être heureux de bénéficier de son auguste présence, au moins. N’abandonne pas trop vite. Peut-être qu’il changera d’avis un jour et qu’il se réveillera en se disant d’un coup qu’il meurt d’envie de t’embrasser. Un rire sinistre secoua la jeune homme. Pourquoi pas, cela pourrait être amusant après tout et il se moquerait de lui de façon sans doute franchement cruelle. Ça ne lui ressemblait pas vraiment, mais pour l’ensemble des homosexuels de Poudlard et même du monde magique, pour tout dire, il était prêt à aller très loin. Je doute qu’il le fasse, mais il paraît que l’espoir fait vivre. Peut-être qu’on peut réfléchir à un plan ? Un filtre d’amour ? Je ne vois que ça, à ce niveau-là …

Il avait vraiment l’air désespéré, enfoncé dans son canapé. Peut-être qu’effectivement les gens allaient y croire de façon définitive, s’il continuait comme ça. Les paroles suivantes d’Astrid glissèrent sur lui et il haussa les épaules avant de grogner : Le plus tard possible, j’espère. Cela valait mieux pour sa gueule d’amour, noterait-on et cela pouvait, de plus, passer pour du simple découragement ou de l’agacement profond face à cette situation amoureuse qui semblait sans appel. Ca ne sert à rien. Je le dégoûte. Tout ceci ne mène à rien. Il me l’a bien fait comprendre l’autre jour. Il ramena ses jambes à lui, attrapant son journal. Rentrer, aller sur son lit. Cela semblait une bonne idée. Il se leva, s’étirant nerveusement avant de tout rassembler, continuant, les yeux rivés sur elle. Je suis désolé. Je n’aurais même pas du en parler. Oublie tout ça. Il n’avait vraiment pas la force d’aller jusque-là ce soir et probablement pas plus le lendemain. Je crois que les elfes de maison ont beaucoup plus besoin de toi que moi. Il haussa les épaules avant de conclure dans un petit sourire charmeur, il ressemblant déjà plus : Bonne soirée, Astrid. Et en quelques enjambées, il n’était déjà plus là. Se calmer. Faire le point. Et décider s’il allait jusqu’au bout et tentait effectivement le filtre d’amour ou hurlait à Poudlard qu’il n’était pas gay. À moins de l’écrire … Le journal tomba sur le matelas et sa main se tendit vers du parchemin. L’écrire … ça, c’était une idée !
Revenir en haut Aller en bas
Message(ϟϟ) Sujet: Re: [TERMINE] ♪ Mamma mia » Maelan Ven 3 Jan - 12:34

Invité

ACCIO PROFIL


Invité

Dans le genre fiasco, la soirée se posait là. D’abord, la réunion de l’AWH avait été annulée pour cause de London mit brocolis dans les oreilles. En parallèle, Astrid avait été sauvagement attaquée par un Alcide Hemingway de fort mauvaise humeur. Et elle venait finalement d’atteindre le fond du fond : si Maelan ne la détestait pas totalement jusqu’à ce moment, c’était probablement le cas maintenant.
Elle aurait volontiers fait vœu de silence, jurant de ne plus rien dire à personne puisque les gens semblaient s’énerver à chaque fois qu’elle ouvrait la bouche. Seulement, Astrid se connaissait et savait bien qu’elle était incapable de respecter ce genre de bonne résolution. Ce qu’elle aurait voulu, vraiment voulu, c’est que Maelan fasse un de ses sourires ultrabright au lieu de bouder et que Livia arrive enfin, pour qu’elles puissent aller se répandre en lamentations sur le lit d’Astrid tout en s’empiffrant de chocolats. Mais bien sûr, rien de tout ça n’allait arriver.

▬ Laisse tomber va. Ça ne vaut même pas le coup.
Raaah. Frustrée, la Serdaigle tapota nerveusement sa plume contre son papyrus. Elle n’arrivait décidemment pas à s’exprimer correctement, ce soir. D’accord, elle était désolée de lui avoir fait partager sa déception quand elle avait découvert – quoi, qu’il n’était qu’un garçon normal, derrière ses cheveux brillants ? Astrid n’avait jamais été l’héroïne de personne, elle n’avait aucune idée de ce qu’il pouvait ressentir. Elle haussa les épaules d’un air maussade. Très bien, il n’avait qu’à la détester, de toute façon ça ne changerait plus grand-chose. Ca lui ferait au moins un point commun avec Alcide, ils pourraient en discuter la prochaine fois qu’ils voulaient se retrouver dans un couloir pour s’embrasser langoureusement. Ce qui ne semblait pas être au programme, vu l’air désespéré de Maelan quand on abordait la question. La Serdaigle avait bien compris qu’Alcide avait du mal à vivre ses penchants, mais elle était loin d’être aussi sûre de son rejet que Maelan : elle l’avait bien vu, ce soir, en proie à une émotion. Oui monsieur. Une vraie de vraie.

▬ Un filtre d’amour ? Je ne vois que ça, à ce niveau-là …
▬ London sera sûrement ravi de t’en concocter un.
London était toujours ravi de concocter des tas de choses. Et si Maelan n’en avait pas besoin, parce qu’Alcide finirait forcément par changer d’avis, Astrid pourrait toujours l’utiliser pour se trouver un gentil petit juif qui ne la détesterait pas et que sa mère adorerait. Perspective ô combien réjouissante, qui lui donnait tout de même envie de se pendre et pas plus tard que tout de suite. Ils pourraient peut-être organiser un petit suicide collectif, à en juger par l’expression amère de Maelan.
▬ Ca ne sert à rien. Je le dégoûte. Tout ceci ne mène à rien. Il me l’a bien fait comprendre l’autre jour.
▬ Mais non, protesta-t-elle. Laisse-lui le temps de se faire à l’idée. C’est pas forcément évident, ni pour lui… ni pour toi.
Apparemment, elle aurait dû s’abstenir. Sortir du placard n’avait pas l’air d’enthousiasmer le Gryffondor, qui se levait et ramassait ses affaires. Elle regarda sa plume, complètement fichue à force de se faire tapoter contre le papier, d’un air dépité. Tout plutôt que de regarder l’autre dans les yeux et de faire semblant d’être de bonne humeur alors qu’il refusait catégoriquement son aide, tout ça parce qu’elle était – quel était le terme utilisé ? – méchante gratuitement.
▬ Bonne soirée, Astrid.
▬ Bonne soirée, marmonna-t-elle sans le regarder, les joues rougies par une légère honte.
Il fallait qu’elle se débarrasse de ce sentiment de culpabilité. Après tout, qui se souciait de son opinion à lui ? Elle était passée à autre chose, c’était l’ami de London, pas le sien. Sortant sa baguette pour réparer sa plume, la Serdaigle prit une autre bonne résolution qu’elle ne tiendrait sans doute pas. A partir de maintenant, elle se montrerait parfaitement civile et polie et n’essaierait plus d’aider aucun homosexuel ne s’assumant pas. Et surtout pas Alcide Hemingway.
Revenir en haut Aller en bas
Message(ϟϟ) Sujet: Re: [TERMINE] ♪ Mamma mia » Maelan


ACCIO PROFIL


Contenu sponsorisé

Revenir en haut Aller en bas
 

[TERMINE] ♪ Mamma mia » Maelan

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» [Salle à manger]Petit diner entre amis [TERMINE]
» [THEME] Baiser volé [TERMINE]
» Mamma Mia... [TERMINE]
» Les histoires d'amour finissent mal, en géneral...[FB 1753] [TERMINE]
» {TERMINE} Olaf le bonhomme de neige qui aime l'été

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Relashio :: Administration :: Les Archives :: Version 1 :: [V1] Archives RP-