... when you look long into an abyss, the abyss also looks into you ; ft anémone.

Aller en bas

... when you look long into an abyss, the abyss also looks into you ; ft anémone.

Message par Invité le Dim 14 Nov - 19:33




anémone&aslander

« un homme qui veut séduire une femme doit franchir des montagnes, une fille qui veut séduire un homme n'a qu'une cloison de papier à franchir. » © andré guillois
Je commence à penser qu’à Poudlard, les journées se suivent et se ressemblent. En trois cent quarante trois ans d’existence je ne suis jamais tombé dans une telle monotonie. Les cours ne m’intéressent pas, ça fait un moment que j’ai mon diplôme, mais je suis contraint à me planquer dans ce château parce que j’ai eu la brillante idée de me foutre de la gueule de vampires millénaires, qu’y puis-je s’ils ne savent pas jouer au poker ? Toujours est-il que je suis coincé ici et qu’emmerder les élèves devient ennuyant. Je suis obligé de changer de victimes de plus en plus souvent et à ce rythme la toute l’école y sera passée avant la fin de l'année. M’enfin, je tiens suffisamment à ma vie, aussi longue soit-elle, pour supporter quelques années les élucubrations de professeurs qui s’amusent à m’apprendre ce que je sais déjà. Après tout, le temps que je vais passer à Poudlard n’est qu’une poussière en comparaison avec l’éternité qui m’attend. Longtemps j’avais pensé que l’immortalité serait un fardeau, que je finirais pas ne plus prendre goût aux siècles qui s’écoulent, mais finalement, je trouve mon intérêt. Certes je n’ai plus de pouvoirs sorciers, ou si peu grâce au traitement, traitement d’ailleurs que je ne respecte que peu, m’échappant la nuit pour boire du sang animal, je ne tiens pas à laisser filer ma perpétuité et pense sérieusement à aller jeter un coup d’œil du côté de Sainte-Mangouste, s’il n’y aurait pas quelques réserves de sang humain, parce que je tiendrais plus très longtemps sans ce foutu nectar. Peut-être n’est-ce que psychologique, mais je ne suis pas du genre à m’accoutumer au bon vouloir de la société, je suis certain que ce traitement ne tiendra plus bien longtemps. Un vampire ne peut pas renier sa nature, tout comme un moldu ne peut pas échapper à la médiocrité de la sienne. Je passe une main lasse sur mon visage et jette un regard peu sympathique à un Gryffondor qui suit les mêmes cours que moi. Il s’arrête net, me regarde comme si j’allais le bouffer - s’il savait ! - et attend que j’ouvre la bouche. « C’est quoi le prochain cours ? » « Cours … cours … de vol. » dit-il avant de s’éclipser. Tiens, voilà que ma journée s’illumine. Je souris pour moi-même, en premier lieu parce que j’ai involontairement effrayé ce gamin puis parce que le cours suivant m’intéresse plus que les autres, et me lève du fauteuil dans lequel je somnole depuis une bonne heure.

Mon balai sur l’épaule je prends négligemment mon temps, histoire que tous les élèves aient disparus. Durant les quelques minutes de cohue - dire que se sont des universitaires - je n’ai de cesse de jeter des regards appuyés à notre prof de vol, qui elle ne m'a pas calculé de toute la séance. Aussi loin que je m’en souvienne, rares ont été les femmes séduisantes au sein du corps professoral, et Anémone Reyes en fait partie. De taille moyenne, élancée, tout juste ce qu’il faut d’autorité et de charme, ajouté à cela un brin d’arrogance et de sadisme, et vous obtenez une femme particulièrement attractive. Et je ne me prive pas de la détailler, et en tout bon gentleman - oui, il me reste des vestiges de mon existence humaine - je me suis lancé dans un jeu de séduction aussi interdit que plaisant. Certes je n’ai pas attendu longtemps pour que mon côté gamin amoral et présomptueux ne refasse surface. Oh les fois où elle m’a repoussé sont nombreuses, mais le code éthique doit être un frein à son laisser aller et , parole de vampire, elle ne résistera plus bien longtemps, ancienne serpentard ou pas. Alors que le terrain de quidditch a retrouvé son calme baigné des échos des matchs disputés les semaines précédentes, je m’approche d’elle alors qu’elle n’a pas remarqué ma présence - ou alors joue-t-elle fichtrement bien la comédie - et colle mon torse contre son dos, au risque de me prendre une gifle monumentale et lui murmure. « Vous comptez faire abstraction de ma présence à chacun de vos cours, professeur ? »


Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: ... when you look long into an abyss, the abyss also looks into you ; ft anémone.

Message par Invité le Ven 19 Nov - 22:09




Un mal de crâne s'imposa malencontreusement dans son esprit alors qu'elle tentait vainement de s'extirper de ses draps chauds pour retrouver la fraîcheur matinale qui s'était engouffrée dans ses appartements par une petite ouverture entre ses fenêtres qui étaient, de toute évidence, mal fermées. Une grimace des plus charmantes étira les traits de son visage, un goût pâteux s'était échoué sur ses les lèvres, redoublant sa moue dédaigneuse. La soirée de la veille s'était avérée particulièrement mouvementée, elle s'était encore laissée séduite par quelques verres, les deux derniers avaient été ceux de trop. Comme elle n'avait pas vu ses deux meilleurs amis depuis plus d'un mois, la jeune femme s'était hâtée de les inviter pour une petite fête qui s'était terminée en un vrai déluge. Anémone était une femme sérieuse, mais une fois qu'elle se retrouvait le nez dans un verre d'alcool, la bêtise la gagnait rapidement et elle se retrouvait à glousser comme une poule, et cela ne s'arrangerait guère en présence de Ceres et d'Adam avec qui tout était permis. Repensant à la soirée d'hier, la sorcière se prit soudain un fou rire lorsqu'elle revit les images de ses compagnons bourrés défiler à travers son esprit. C'était un spectacle plutôt distrayant à voir. Elle se ressaisit et bondit élégamment sur ses pieds, refermant la fenêtre après avoir jeté un coup d'oeil distrait à l'extérieur. Ses yeux balayèrent minutieusement la chambre, à la recherche de sa baguette qu'elle retrouva sur sa petite table de nuit sur lequel reposait les dernières actualités concernant le quidditch. Elle murmura une formule destiné à refaire son lit et à réchauffer la pièce, histoire qu'elle n'attrape pas froid. Une fois qu'elle jugea que tout était rangé à sa place, la jeune femme se dirigea vers une armoire dans laquelle elle fourrait tout son bric à brac, prit un petit flacon dont elle avala le contenu. Une fois la migraine effacée, Anémone entreprit une petite toilette et une petite lecture matinale avant de rejoindre les cuisines pour y prendre son déjeuner. Elle aimait l'ambiance qui y régnait et, au moins, elle n'était pas incommodée par les brouhahas des élèves. Tout en poursuivant sa lecture, la sorcière se régala avec une tartine au chocolat et un thé qui vint lui brûler la langue.

Le professeur Reyes attendit patiemment ses élèves sur le terrain de quidditch, arrivant toujours dix minutes à l'avance pour répondre aux éventuelles questions de certains de ses étudiants. Ses perles sombres dévisagèrent le ciel teinté de gris qui annonçait un temps pluvieux en fin d'après-midi, une moue s'échoua sur ses lèvres pour disparaître en une fraction de seconde lorsqu'elle aperçut des silhouettes se dessiner derrière elle. Elle réclama le silence une fois que tous les élèves furent présents, jetant un regard assassin à ceux qui n'avaient pas compris la notion de 'silence'. Une fois les explications données, les étudiants enfourchèrent leur balai et se retrouvèrent en un rien de temps en l'air, s'attelant aux consignes de leur professeur qui les surveillait d'un oeil vigilant. Elle les rejoignit rapidement et leur fit quelques démonstrations, leur glissant subtilement quelques conseils entre deux exercices. Comme à chacun de ses cours, elle en envoya quelques-uns en retenue ou enleva des points, s'attirant quelques murmures cinglants auxquels elle répondit par un sourire sadique.

Le cours se finit rapidement et, une fois au sol, Anémone entreprit de prendre quelques notes vis-à-vis de certains étudiants, griffonnant dans son cahier usé et ramolli par l'humidité. Elle entendit quelqu'un s'approcher d'elle et, sans même avoir le besoin de se retourner, elle sut à qui elle avait affaire. L'individu en question vint se coller non sans la moindre gêne contre Anémone qui s'arracha à ses notes, pivota nonchalamment pour se retrouva face à Aslander qui l'observait avec son habituel regard carnassier. Un rictus apparut sur son visage, elle haussa lentement un sourcil et poussa un soupir d'ennui et d'amusement. Ce n'était pas la première fois qu'un de ses étudiants essayait de la 'courtiser', mais Aslander semblait ne pas lâcher prise. Elle se recula d'un pas pour marquer une distance suffisante entre eux deux, soutenant le regard du jeune homme.

"Rassurez-vous, monsieur Bannon, j'ai pris soin de noter vos médiocres perfomances dans mon carnet" lui rétorqua-t-elle de sa voix malicieuse et froide.








Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum