Relashio


 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
Bienvenue sur Relashio
Nous vous souhaitons une bonne visite sur le forum. N'oubliez pas les Top-sites o/
Info: Les Jumeaux sont à limiter.
Info: Les Sang-pur de type "traitre à leur sang" sont désormais limités.
Si vous souhaitez un sang-pur, reportez-vous aux familles ou sur un personnage membre de la PBL.

Partagez | .
 

 Tick, tick, tick, boom

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Message
Message(ϟϟ) Sujet: Tick, tick, tick, boom Dim 5 Déc - 11:48

Invité

ACCIO PROFIL


Invité

Libre

    Installé à l'unique bureau de la chambre, le Serpentard tentait de se concentrer sur son livre de Métamorphose. Mais force était de constater qu'il n'était pas d'humeur à étudier. Dans sa main droite, sa plume tournait et retournait entre ses doigts. Les doigts de son autre main tapotaient avec agacement le rebord du bureau.

    Une demi-heure plus tôt, il était rentré dans la Salle Commune avec ses camarades de Serpentard. Les cours venaient de s’achever. N'ayant pas grand chose d'intéressant à faire de sa journée et estimant qu'il faisait trop mauvais dehors pour aller se promener, Peers s'était fait violence pour apprendre ses cours. Sans grand succès.

    Le jeune homme jeta sa plume sur son bureau et referma violemment livres et parchemins. Ce n’était pas ainsi qu’il allait avancer son devoir de métamorphose et décrocher un Optimal. Tant pis. Il repoussa sa chaise et se leva. Les Serpentards présents dans le dortoir relevèrent la tête, curieux. Peers allégua qu’il allait faire un tour pour se changer les idées. C’est ainsi qu’en moins de temps qu’il n’en fallait pour dire « chocogrenouille », il se retrouva hors de la Salle Commune des Serpentards.

    A cet instant, une main s’abattit sur son épaule. Peers fit volte-face et se retrouva nez-à-ne à Nolan Segwick, un étudiant de Poufsouffle. Le Serpentard ne put s’empêcher de lever les yeux au ciel. Ce Poufsouffle était un vrai pot-de-colle ! Heureusement ils s’entendaient bien malgré la… Tare de Nolan… Il était de sang-mêlé. Et si Peers l’acceptait dans ses relations proches c’était pour la simple et bonne raison qu’il aimait la détermination et l’ambition du Poufsouffle. Il se retrouvait en lui.

    « Peers, qu’est-c’que tu fous ? J’m’attendais pas à tomber sur toi ! »

    Peers haussa un sourcil. Il venait de remarquer les mains de Nolan. Elles étaient rouges et boursoufflées. Le Poufsouffle remarque ses yeux posés sur ses mains et haussa les épaules.

    « Reyes ! Ce dragon m’a encore collé… Il a fallu que j’astique les chaudrons du cours de potion. Ils étaient remplis d’une vieille mixture. Un peu l’équivalent d’un sortilège de cuisant. Si tu permets, je te laisse là, je vais à l’infirmerie ! Tcho ! »

    Aussi vite qu’il s’était immiscé aux côtés de Peers, Nolan prit la tangente et disparu à l’angle d’un couloir. A cet instant, Peers remarqua qu’il était arrivé à proximité de la bibliothèque. Peut-être qu’un bon livre lui permettrait de se détendre ? Mais le jeune homme en doutait. Pourtant il pénétra dans la pièce. Le silence le plus total régnait. Peers longea les allées sans but. Ses yeux sombres s’attardaient sur les élèves penchés sur leurs parchemins et livres ouverts. Il sourit. Il aimait cette ambiance. Il avait l’impression d’être dans son élément. Le jeune homme n’avait jamais été du genre à trop faire la fête. Il n’était pas non plus très expansif ce que pas mal de ses camarades lui reprochaient.

    Peers s’aperçut qu’il était arrivé devant la haute étagère contenant les livres d’Histoire de la Magie. Ses doigts parcoururent les tranches inégales des manuels et s’arrêtèrent sur celle d’un livre au titre évocateur « Sorciers & Gobelins ». Un sourire passa furtivement sur le visage du Serpentard. Le jeune homme attrapa le livre nonchalamment mais il sentit une force étrangère attraper le même objet dans le sens contraire. Le Serpentard fronça les sourcils. Visiblement, de l’autre côté de l’étagère, un étudiant venait de se saisir du même livre et ne comptait pas le lâcher de si tôt. Peers non plus. Il tira un coup et voyant que l’étudiant s’accrochait, il préféra lâcher le livre. Le bouquin disparut. Peers se pencha pour voir qui l’avait pris mais il n’aperçut qu’un œil furieux qui disparut tout aussi tôt, suivi d’un « aïe » qui dérangea les étudiants se trouvant à proximité. Le jeune homme contourna l’étagère pour se retrouver nez-à-nez avec…
Revenir en haut Aller en bas
Message(ϟϟ) Sujet: Re: Tick, tick, tick, boom Dim 5 Déc - 17:35

Invité

ACCIO PROFIL


Invité

Indéniablement, Ana-lena était une peste, une garce, une emmerdeuse ... bref, un vrai cauchemar. Il suffisait que quelque chose lui déplaise chez quelqu'un pour qu'elle fasse de l'existence de cet indésirable un véritable enfer. Elle laissait derrière elle bien plus de malheureux que d'heureux, et n'avait jamais le moindre remord. Terroriser ceux qui l'entouraient la divertissait et exterminer les sang-de-bourbe était l'un de ses vœux les plus chers. Certes, au cours des années précédentes, elle était moins catégorique à propos de ces histoires de sang, mais depuis qu'Aaron n'était plus là pour l'influencer, tout était bien plus clair dans sa tête. Elle détestait ces êtres impurs qui peuplaient Poudlard, et si on lui en avait laissé la possibilité, elle était persuadée qu'elle n'hésiterait pas une seule seconde à les assassiner les uns après les autres. Après tout, il faut bien que quelqu'un prenne les choses en main pour nettoyer toute cette vermine, non ? La jeune fille avait d'ailleurs déjà commencé le travail quelques années plus tôt, le jour où sa baguette s'était malencontreusement emballée un peu trop vite sur une élève de Poufsouffle au sang répugnant. En effet, après lui avoir jeté quelques sortilèges des plus agréables, Ana-lena avait laissé la jeune fille à moitié morte dans les toilettes ; la pauvre victime avait faillit y passer, et ne remit jamais plus les pieds à Poudlard. La Serdaigle avait été plutôt fière de son intervention ; du moins une fois qu'elle avait appris que la jeune fille avait survécu ... Miss Bradshaw serait-elle plus attachée à la vie humaine qu'elle ne le laisse paraître ? Probablement. Ana-lena avait poursuivi son quotidien sans paraître le moins du monde perturbée - Nolan, cette vermine de Poufsouffle qui l'avait pris sur le fait et avait désormais décidée de la faire chanter pouvait l'affirmer. Elle paraissait aussi sereine et sûr d'elle qu'à l'accoutumée, ce qui avait d'ailleurs bien effrayé le témoin de cette effroyable scène. Mais au fond d'elle, Ana-lena avait eu peur ; elle avait eu peur d'être découverte, et même si elle ne l'avouerait jamais, elle avait eu peur d'avoir volé une vie. Certes, elle voulait exterminer les sang-de-bourbe, certes, elle les détestait au plus haut point et adorait leur faire subir les pires tourments, mais peut être qu'au fond, elle n'était pas prête à les tuer elle-même. Peut être était-elle moins violente et démoniaque qu'elle ne le croyait. Oui, peut être bien que ces combats de sang demandaient plus qu'elle ne pouvait donner ... Pourtant, si elle fut mortellement angoissée pendant plusieurs jours, lorsqu'elle apprit que sa victime avait survécu, la fierté remplaça très vite l'inquiètude : elle avait réussi à débarasser Poudlard d'une sang-de-bourbe ! Un peu plus et dans son enthousiasme, elle serait allée le crier sur tous les toits ! Mais elle savait parfaitement qu'elle risquait sa place à Poudlard si la direction apprenait qu'elle était mêlée à cette affaire ; alors Ana-lena avait gardé cet exploit pour elle, ce qui ne l'empêchait pas d'apprécier, parfois, d'en évoquer le doux souvenir en compagnie de Nolan, ce que le jeune homme ne semblait pas vraiment apprécier, loin de là. Mais si Ana-lena était une vraie tornade, le genre d'éléments qu'ont évite à tout prix de rencontrer sur son chemin, elle était une élève studieuse, digne représentante des valeurs des Serdaigles. Assidue et toujours très attentive en cours - malgré des remarques parfois cinglantes et déplacées à l'attention du professeur - elle excellait en Magie et était toujours à la recherche de la perfection. Le mot échec ne faisait pas parti de son vocabulaire - excepté lorsqu'il s'agissait du jeu - tout comme les termes passable, moyen ou encore satisfaisant. Ana-lena ne jurait que par l'excellence et n'obtenait d'ailleurs QUE l'excellence. Perfectionniste à souhait, elle ne laissait passer la moindre petite erreur et pouvait passer des heures à effectuer un devoir afin d'obtenir un résultat parfait. Alors lorsqu'un effroyable doute l'assaillit à propos d'une date concernant les affrontements entre sorciers et gobelins, la Serdaigle n'hésita pas une seule seconde à se rendre à la bibliothèque. Car si bon nombre d'élèves auraient accepté d'écrire 13 août 1612 au lieu de 14 août 1612 - voir de se contenter de l'année - c'était totalement impensable pour Ana-lena.

C'est ainsi que la jeune fille se retrouva dans la bibliothèque silencieuse. Elle se fraya un chemin entre les tables jusqu'au rayon qui l'intéressait. A vrai dire, elle n'était pas du bon côté de l'étagère, mais connaissant la bibliothèque comme sa poche, l'adolescente savait qu'elle pourrait tout de même saisir l'objet de son désir ; en effet, l'étagère qu'elle longeait ne contenait aucun livre sur la planche qui faisait face à celle qui abritait les ouvrages consacrés aux gobelins. Ana-lena arriva donc face à ce petit espace vide encadré par deux vieux bouquins poussiéreux, et elle reconnut immédiatement, de part son épaisseur, le livre qu'elle voulait consulter. La Serdaigle tendit la main pour s'en saisir, mais alors qu'elle l'attirait à elle, une force inattendue mit son bras à rude épreuve. Qu'est-ce que c'est que ce délire !? pesta-t-elle tout en resserrant sa prise sur l'ouvrage qu'elle ne comptait pas laisser échapper. Ana-lena ne mit pas bien longtemps à comprendre que quelqu'un voulait, tout comme elle, se saisir de ce bouquin. Déterminée à ne pas laisser la victoire à son adversaire, la jeune fille tira brutalement l'objet de son désir vers elle, et à sa grande surprise, il n'opposa plus aucune résistance. Ana-lena lança un bref regard noir à l'importun entre les livres, puis fit quelques pas afin de s'installer là où elle avait posé son sac. Elle s'occuperait de l'indésirable un peu plus tard ; pour le moment, elle avait une date à consulter !
Mais dans sa précipitation, la jeune femme se prit le pied dans une sorte d'étrange fil noir, qui la fit basculer en avant. Ana-lena lâcha le livre qui tomba sur le sol dans un claquement surprenant, et atterrit les deux mains à plat sur le sol, se fracassant le nez contre le bouquin. « Aïei ! » pesta-t-elle tandis qu'elle se relevait à une vitesse phénoménale, bien décidée à ne pas laisser quiconque la voir dans une position si peu avantageuse. Par chance, les tables qui l'entouraient étaient vides, et excepté le désagréable individu qui avait tenté de lui subtiliser son ouvrage, il ne semblait y avoir personne aux alentours. Ana-lena se mit sur ses pieds en moins de temps qu'il n'en faut pour le dire ; elle se baissa pour ramasser le livre qui lui avait échappé des mains, et tandis qu'elle relevait la tête, elle ne put retenir un petit cri de surprise. Peers se trouvait à quelques centimètres d'elle, et sa présence était si inattendue que la Serdaigle crut d'abord à un délire de son imagination. Mais cette idée stupide s'évapora bien vite et un sourire prit place sur le visage d'Ana-lena. Certes, elle n'en était pas encore au sourire Colgate, mais il ne s'agissait pas de l'un de ses sourires mauvais et méprisants qu'elle arborait d'habitude. « Je croyais qu'on ne pouvait pas transplaner dans l'enceinte de Poudlard ... » lâcha-t-elle sur un ton légèrement sec, mais dans lequel on percevait tout de même une pointe d'amusement.
Revenir en haut Aller en bas
Message(ϟϟ) Sujet: Re: Tick, tick, tick, boom Dim 12 Déc - 19:15

Invité

ACCIO PROFIL


Invité

    « Je croyais qu'on ne pouvait pas transplaner dans l'enceinte de Poudlard ... ».
    « « J’ai pas mal de talents cachés. »

    Peers allait tendre la main afin d’aider Ana-Lena à se relever mais avant d’avoir pu esquisser un seul geste, la jeune fille se tenait sur ses deux pieds et ramassait le livre pour lequel ils s’étaient affrontés. Peers eut un coup de tête en direction du bouquin. Elle aussi bossait sur ce devoir. Il reconnaissait bien là Ana-Lena et son goût pour le travail bien fait. Contrairement à beaucoup d’étudiants, Ana-Lena allait au fond des choses et n’omettait aucun détail.

    « « Je vois que les grands esprits se rencontrent. »

    Ses lèvres s’étirèrent en un sourire discret. Peers souriait rarement. Il n’était pas très démonstratif et parlait très peu de ses sentiments par pudeur. Même avec ses plus proches amis, qu’il pouvait compter sur les doigts de la main. C’était un jeune homme très réservé, souvent sur la défensif et qui parlait très peu de lui. Ses camarades de Serpentard disaient qu’il était froid et distant mais les étudiants se pressaient autour de lui. Après tout, Peers était issu d’une longue lignée de sang-pur…
    Une étudiante moldue aux cheveux roux tressés de la maison des Poufsouffles pénétra dans leur allée. Ses bras étaient plein de livres. Lorsqu’elle aperçut Ana-Lena puis Peers, elle hoqueta. Son visage pâlit ostensiblement. Ses livres lui échappèrent. Plutôt que de les ramasser, elle détala à toute vitesse. Peers arqua un sourcil et jeta un regard moqueur à Ana-Lena.

    « Je crois que tu lui as fait peur. »

    Il se dirigea vers le tas de livres échoués sur le sol. Peers porta sa main à sa ceinture et en sortit sa baguette magique. Pour rien au monde, il n’aurait touché les livres portés par la petite moldue mais cela lui faisait mal au cœur de voir tous ces livres à terre. Peers avait la caractéristique d’aimer presque plus les livres que les êtres humains… D’un coup de baguette, les livres décollèrent. Peers jeta un coup d’œil aux couvertures et d’un sortilège, les ramena sur leur étagère originale. Après avoir glissé sa baguette dans sa ceinture, il tourna les talons et jeta un regard exaspéré à Ana-Lena.

    « Les moldus… »

    Peers haussa les épaules. Mais au fond de lui, il n’était pas aussi à l’aise avec cette histoire de sang impur qu’il aurait voulu le faire croire. Pendant des années, il avait grandi en pensant qu’il était de sang-pur. Sa famille l’avait élevé en le laissant penser que les sang-purs valaient mieux que les autres alors quand il avait découvert que ses origines étaient mêlées… Il avait eu l’impression de perdre tous ses repères. Cependant, sans rien laisser paraitre, il avait affecté d’agir comme s’il n’avait jamais rien su. Mais ses origines moldues venaient le tirailler de temps en temps, lui rappelant qu’il n’était pas ce qu’il prétendait être. Et il haïssait cette part de lui-même.




Revenir en haut Aller en bas
Message(ϟϟ) Sujet: Re: Tick, tick, tick, boom Mar 21 Déc - 1:28

Invité

ACCIO PROFIL


Invité

Ana-lena ne put s'empêcher d'esquisser un sourire en coin. Peers était décidemment bien surprenant ; il avait cette étrange manie de toujours débarquer de nulle part, constamment aux moments où elle s'y attendait le moins. C'était un peu comme s'il avait un GPS intégré qui pouvait le conduire auprès d'elle à n'importe quel instant. D'ailleurs, la plupart du temps, ses apparitions soudaines avaient lieu lorsqu'elle se trouvait dans des situations étranges, des lieux incongrues ou encore lorsqu'elle était agitée par des sentiments violents. Oui, Peers était comme ça, inexplicablement doué pour lui tomber dessus quand elle avait besoin de lui, mais aussi quand elle cherchait la solitude. Elle ne l'entendait jamais débarquer, il se déplaçait comme un ange un fantôme, silencieusement, sans un bruissement d'étoffe, sans un souffle perceptible. Décidemment, il ne peut que transplaner pour me faire des coups pareilles. J'aimerais bien qu'il m'apprenne son truc ce vieil égoïste ... songea Ana-lena tandis qu'elle souriait à la remarque du jeune homme. Elle resserra sa prise sur son livre et fit quelques pas en direction de la table la plus proche, prête à déposer le volumineux ouvrage qui commençait sérieusement à peser sur ses petits bras de femmes aux muscles relativement peu développés. Oui, Ana était loin d'être une grande sportive. Avec son corps élancé, son mètre soixante-dix (et encore) et ses cinquante cinq kilos, elle paraissait bien fragile la petite dernière de la famille Bradshaw. Mais derrière cette frêle apparence se cache un vrai démon, une âme presque maléfique, un esprit littéralement mauvais, et surtout, une sorcière aux talents indéniables. Un grand esprit ? C'était exactement cela. Un génie. Un génie poussé d'un souffle impétueux, d'un destin insensé.

Ana-lena déposa précautionneusement le lourd volume sur la table en bois de noyer. Elle pivota légèrement afin de faire face à Peers, mais son attention semblait être ailleurs. Ana-lena suivit son regard jusqu'à ce qu'elle ne remarque la présence d'une jeune fille rousse à l'autre bout de l'allée. Qui est donc cette pauvre inconsciente qui veut être mon nouveau cobaye ? Un sortilège prometteur et destructeur attend de pouvoir être testée depuis trop longtemps déjà ... jubila-t-elle intérieurement, la main déjà glissée dans la poche de sa robe de sorcière, serrée sur sa baguette. La jeune fille fit quelques pas de plus avant de remarquer la présence du duo formé par Ana-lena et Peers. Presque instantanément, son teint devint blafard, la peur fut visible dans ses yeux et sa poitrine fut secouée par des hoquets incontrôlables. Un sourire moqueur prit place sur le visage de la Serdaigle qui contempla ce spectacle jouissif avec délectation. Remarquant les cheveux roux de la nouvelle arrivante, enserrés par deux nattes à l'épaisseur effrayante, la jeune femme ne put retenir une grimace de mépris : encore une qui doit enchaîner les erreurs fashion ! Mais Ana-lena n'eut pas le temps de poursuivre l'étude du spécimen qui lui faisait face : la Poufsouffle, prise de panique, laissa tomber le tas de livre qui encombrait ses bras avant de s'enfuir à toutes jambes. « Je crois que tu lui as fait peur. » Un sourire entendu prit place sur le visage de la Serdaigle : « Ou peut être est-ce toi ... » répliqua-t-elle doucement. Satisfaite dès qu'elle obtenait une preuve de l'effet qu'elle produisait sur les autres, Ana-lena retourna auprès de la table sur laquelle elle avait jeté son dévolu. Tandis que Peers veillait à remettre chaque livre à sa place, la jeune femme caressa la couverture de l'ouvrage du bout des doigts, songeuse.

« Les moldus … » La voix de Peers ramena Ana-lena à la réalité. Levant les yeux vers lui, elle hocha la tête d'un air entendu, le regard perdu dans le vague. « … et les sang-de-bourbes ne devraient pas faire parti de ce monde !» dit-elle afin de terminer la phrase que le Serpentard avait laissé en suspens. Oui, aucun de ces êtres impurs, aucune de ces vermines encombrantes, aucun de ces êtres ignominieux ne devraient avoir sa place sur la surface terrestre ; ils devraient tous être exterminés, anéantis, détruits. Un génocide ! C'était cela qu'il fallait ! Ana-lena sourit rêveusement, perdue dans son utopie. Elle finit par reporter son attention sur Peers ; une expression extrêmement sérieuse remplaçait désormais cet air songeur qui lui allait si bien, mais que très peu de personne avait déjà eu l'occasion de remarquer. « Si personne ne prend les choses en main, je m'en chargerai seule ! On ne peut pas continuer à cohabiter avec ça ! Je refuse de laisser notre Monde plonger dans la médiocrité !» Son ton était sec, convaincu, un peu comme si elle avait longuement réfléchie à la question. « Mais pour mettre fin à cette aberration, il faut connaître l'ennemi ...» ajouta-t-elle d'un air préoccupé. « Je ne tolérerai pas une fois de plus qu'un sang-de-bourbe me menace avec ces objets moldus complètement inutiles ! Cette fro... cette frilto... cette fritose ... enfin ... quelque chose dans ce genre ! » Ana-lena fit claquer sa langue afin de manifester son agacement ; elle balaya l'air de la main d'un geste ample et rapide, comme pour montrer l'insignifiance de cet objet dont le nom lui échappait. Après quelques instants, elle reprit, une pointe d'agacement dans la voix : « D'ailleurs, je ne connais toujours pas la fonction de cette satané machine ! Si ça continue, je vais en être réduite à suivre le cours d'étude des moldus ... » Sa dernière phrase fut teinte d'un mépris indescriptible, d'une haine incommensurable, et pourtant, elle esquissa un faible sourire en coin. Peers était bien le seul avec qui elle faisait preuve d'humour - léger, certes, mais humour malgré tout - d'autant plus sur un tel sujet. Mais Ana-lena n'avait pas pour but d'amuser son camarade ; non, elle avait un tout autre objectif en tête. Ce qu'elle voulait, c'était voir s'il allait tomber dans son piège ... Oui, Ana voulait savoir si Peers était aussi faiblement informé sur le monde des moldus qu'il ne le laissait entendre ...
Revenir en haut Aller en bas
Message(ϟϟ) Sujet: Re: Tick, tick, tick, boom


ACCIO PROFIL


Contenu sponsorisé

Revenir en haut Aller en bas
 

Tick, tick, tick, boom

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Miss Tick
» Mathew Hamilton - Tick tock on the Clock But the Party Don't Stop.
» Les souris et la miss tick :)
» Tick tock goes the clock... ₪ ANATOLE
» Now we're here, let's skate? [Pv Malia]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Relashio :: Administration :: Les Archives :: Version 1 :: [V1] Archives RP-