AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Bienvenue sur Relashio
Nous vous souhaitons une bonne visite sur le forum. N'oubliez pas les Top-sites o/
Info: Les Jumeaux sont à limiter.
Info: Les Sang-pur de type "traitre à leur sang" sont désormais limités.
Si vous souhaitez un sang-pur, reportez-vous aux familles ou sur un personnage membre de la PBL.

Partagez | .
 

 [TERMINE] Is it too late to apologize ? ϟ Felipe & Jules { Ended.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Message
Message(ϟϟ) Sujet: [TERMINE] Is it too late to apologize ? ϟ Felipe & Jules { Ended. Sam 8 Mar - 16:43

Invité

ACCIO PROFIL


Invité

Felipe & Jules


Ce n’était pas une situation facile mais je ne pouvais pas reculer. Depuis que cette histoire m’était revenue aux oreilles, je n’avais eu qu’une envie : retrouver ce jeune homme pour lui présenter mes excuses. Tirant nerveusement sur mes manches, je remontai les couloirs vers la Grande Salle. Ce n’était pas la première fois que cela se produisait évidemment, mais ça n’était jamais facile. Si je recherchais celle-ci (la facilité), je pourrais toujours prétendre ne pas savoir et continuer à avancer, tentant de me raccrocher aux moments présents en oubliant le passé. L’ironie de cette pensée m’arracha un léger rire un peu triste. Je l’avais oublié mais m’en détourner n’était pas la solution si je voulais pouvoir avancer au fur et à mesure. Alors aller voir ce Poufsouffle était encore un pas vers ce futur que je désirais me construire. Son nom résonnait en boucle dans mon esprit, comme s’il me défiait de m’en détourner. Felipe Casanuava.

Je n’étais même pas certaine de connaître son nom à ce moment-là. Les regards qu’il m’avait lancés dès mon retour m’avaient informé des sentiments négatifs que je lui inspirais. Alors j’avais tenté, lentement, de retrouver les souvenirs qui lui étaient liés, parcourant de vieux albums, me renseignant au mieux sur lui. Je n’étais pas connue pour m’intéresser réellement au Quidditch, je n’avais donc pas pu lui faire une remarque désobligeante sur son jeu. Et cela ne ressemblait pas à celle que j’étais à ce moment-là. Lasse, j’avais fini par demander. Et la réponse avait été … Je ne parvenais toujours pas à y croire, même si de moins en moins de choses me surprenaient de la part de Jules-la-Serpentard. Elle ou moi, au final, lui avait donné un rendez-vous aux airs lubriques pour qu’il se retrouve à demi-nu devant une armée de camarades vert et argent se moquant de lui. On ne pouvait que comprendre son hostilité à mon égard dans ces conditions. Il me fallait donc aller le voir pour remédier à cette situation.

M’arrêtant peu avant les grandes portes, je jetai un coup d’œil rapide à l’intérieur de la salle. Il n’était pas encore là ce qui me laissait donc à l’attendre à l’extérieur. M’adossant au mur, je tirai de nouveau sur mes manches, dissimulant mes mains à l’intérieur. Il ne s’agissait pas de me blanchir à ses yeux ou de faire en sorte que nous soyons amis. J’avais fait ce que j’avais fait, même si je ne m’en souvenais plus. Je ne m’abaisserais donc pas à le supplier ou à lui servir une moue innocente comme l’auraient sans doute fait d’autres jeunes filles en fleurs pour se racheter. J’avais mérité son mépris, c’était indéniable, même si le fantôme de cette étudiante débraillée et insolente me mettait hautement mal à l’aise. J’aurais tout le temps de regretter plus tard, je n’étais pas là pour cela. Il fallait que je parvienne à capter son attention, que je lui exprime de sincères excuses et c’était tout. Je n’attendais pas grand-chose de plus pour ne pas dire rien du tout. Il avait tout à fait le droit de me dire qu’il était un peu facile de venir vers lui dans ces conditions. Cependant, je ne les avais pas choisies. Je ne me serais sans doute même pas retournée sur son passage si … si cet été n’avait pas existé.

Un groupe me dépassa, sans que je ne le reconnaisse. Me forçant à prendre de petites inspirations, je tentai de me calmer. Et il fut là. Je le vis venir du bout du couloir et il n’était pas seul. Cela aurait été trop simple. Les manches de mon pull pourpre ne ressemblaient plus à rien mais c’était le cadet de mes soucis. Me détachant du mur, je fis deux pas et finalement m’avançai à leur rencontre pour attirer son attention. J’essayais de ne pas faire attention aux autres, ce qui me vaudrait sans doute des réflexions sur le fait que je les ignorais mais ce n’était pas le sujet, ni mon intention. Un problème à la fois. Felipe, c’est ça ? Mon regard devait transpirer la nervosité et je baissais les yeux un instant sur mon pull. La couleur rouge me calmait souvent, me rappelant que j’étais maintenant à Gryffondor et « à l’abri ». Relevant les yeux vers le visage du Poufsouffle, je continuais : Est-ce que je peux te parler quelques minutes … s’il-te-plaît ? En espérant qu’il ne m’envoie pas promener, car je n’étais pas certaine de pouvoir réitérer l’expérience.


Dernière édition par Jules T. O'Connor le Ven 18 Juil - 10:07, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Message(ϟϟ) Sujet: Re: [TERMINE] Is it too late to apologize ? ϟ Felipe & Jules { Ended. Dim 13 Avr - 20:07

Invité

ACCIO PROFIL


Invité

La journée qui venait de se dérouler n’avait rien de différentes à celles qu’il vivait depuis le début de la rentrée. Les journées défilaient, se rassemblant même horriblement après un petit temps d’adaptation. Bien entendu, son retour au sein des couloirs de Poudlard n’était pas sans incidence sur l’esprit quelque peu perturbé de Felipe tant ce dernier se trouvait particulièrement atteint par le décès de son frère jumeau. Il lui était très difficile de se dire qu’il ne verrait plus son frère au coin d’un dédalle de couloir, que son prénom ne quitterait plus les lèvres de ses camarades si ce n’est pour exprimer leur tristesse ou les vieux souvenirs qui étaient rattachés à ce dernier. C’était résolument une idée pénible pour lui, qui avait du mal à se faire à tout cela alors qu’il était le mieux placé pour savoir que son frère ne reviendrait plus. Cela n’avait de cesse de soulever d’innombrables questions à son esprit au sujet de sa présence au sein de l’école à commencer et beaucoup d’autres choses sur le plan personnel. Il se trouvait bien trop perdu pour être en mesure de réfléchir convenablement à tout cela. Il voulait se donner un peu de temps pour réfléchir à tout cela. Être sur qu’il prenait la bonne direction et ne faisait pas les choses sur un coup de tête. Il avait besoin de planifier son plausible départ pour savoir exactement dans quel chemin se dirigeait. C’était un sujet tabou pour ses amis et coéquipiers qui refusaient d’en entendre parler. Ils se rendaient bien compte qu’il n’était pas dans son état normal en dépit de tous les efforts qu’il fournissait pour agir comme toujours. Il était cruellement à fleur de peau, plus impulsif que par le passé et bien plus mélancolique encore.

Il arpentait donc les couloirs de l’école avec ses camarades, ces derniers s’amusant à plaisanter sur des tas de sujets divers et variés auxquels il s’efforçait de participer sans réellement en faire pari. C’était une sensation résolument déconcertante, cette impression d’être dans un endroit sans l’être réellement. De ce fait, il se trouva particulièrement surprit de voir une jeune femme entrer dans son champ de vision. Une demoiselle qu’il mit un peu de temps à se remémorer, son esprit bien trop absent pour pouvoir être aussi réactif que par le passé. Son intrusion sur leur chemin, sembla intriguer l’ensemble de ses amis, qui tout comme lui se trouvaient interloqué. Il l’observa quelque peu absent avant que son identité ne vienne frapper son esprit ainsi que les désagréables souvenirs qui en étaient rattachés. Son regard si fit moins neutre, plus sombre même s’il ne vint dire mot, se contentant simplement de la dévisager en silence. A sa première question, il se contenta simplement de hocher la tête dans un signe d’assentiment sans pour autant changer d’expression. Il se demandait surtout ce qu’elle cherchait en venant lui adresser la parole. Il pouvait entrevoir dans son regard, un léger malaise mais ne s’y arrêta pas plus longuement avant qu’elle ne lui demande si elle pouvait lui parler quelques minutes. Cette politesse dans ses paroles était résolument étrange, il avait tant habitué à subir ses railleries lorsqu’elle était une serpentard qu’il avait du mal à croire qu’elle puisse être devenue une griffondor. A sa requête, il se contenta simplement de hausser les épaules dans un geste nonchalant pour lâcher dans un ton ferme mais neutre.

« Si tu veux… » Il ne savait pas de quoi elle voulait lui parler, ni même si cela aurait un intérêt quelconque mais il était assez civilisé pour accorder quelques instants à une personne qui lui demandait de discuter avec elle. C’est pour cette raison que son regard vint se diriger vers ses camarades et amis pour leur murmurer dans un fin sourire. « Avancez, je vous rejoins dans quelques minutes, le temps de converser avec elle. » dit-il en l’indiquant dans un mouvement de tête sans pour autant prononcé son prénom.

Son comportement pouvait semblait particulièrement méprisant mais, il ne pouvait nier avoir de sérieux griefs à lui reprocher. Le genre de reproches qu’on ne pouvait expier si aisément, juste par orgueil et respect envers sa propre personne. Ces amis se contentèrent de hocher la tête dans un signe d’assentiment avant de reprendre le chemin, intrigué et curieux de savoir ce qu’ils pourraient se dire. Il attendit donc que ces derniers aient atteint quelques mètres pour ajouter simplement en la fixant de son expression la plus indifférente et froide à la fois.

« Qu’est-ce que tu veux ? Je t’écoute. »
Revenir en haut Aller en bas
Message(ϟϟ) Sujet: Re: [TERMINE] Is it too late to apologize ? ϟ Felipe & Jules { Ended. Jeu 17 Avr - 21:59

Invité

ACCIO PROFIL


Invité

Je pus détecter dans son regard le moment exact où il me reconnut : d’attentifs, ses yeux passèrent à sombres. J’en déduisis qu’il ne m’avait pas oublié, même si visiblement, la connexion ne s’était pas faite immédiatement. Il avait du se passer évidemment d’autres choses dans son existence, autrement plus importante que cette « plaisanterie » qui n’était certes, pas de très bon goût mais restait une partie de ce qui pouvait se passer dans une école. Je ne minimisais absolument pas la portée de ce que j’avais pu faire à l’époque, mais je comprenais le fait que j’étais bien le dernier des soucis de ce jeune homme. Après tout, dans son esprit, je devais avoir étiquetée « garce » avant d’avoir été rangée dans le tiroir des personnes à ne pas fréquenter et à ignorer. Je ne voulais pas tellement qu’il change d’idée à mon égard, ce n’était pas mon but. Je ne pouvais rien changer à l’image que les étudiants que j’avais fréquentés avant mon amnésie avaient de moi et je ne tenterais d’ailleurs rien en ce sens. On ne récoltait que ce que l’on semait et si je m’efforçais de n’envoyer que des messages positifs depuis mon retour, il était normal que me reviennent les remarques et conséquences de ce que j’avais fait à l’époque. Je ne m’attendais pas forcément à de la bienveillance de sa part, mais le sentais surpris et sur la réserve, ce qui se comprenait. Je ne savais pas ce qu’il connaissait de ma « situation » et n’allais certainement pas m’étendre dessus, à moins qu’il n’en fasse la demande. Le sujet n’était pas de savoir si je me souvenais ou non de mes actes, mais de présenter mes excuses à ce sujet. Rien de plus. Si tu veux … Un très léger soupir de soulagement s’échappa de mes lèvres alors que mes yeux se fermaient pour quelques secondes. Il avait accepté, ce qui était déjà énorme pour moi. Il n’y avait plus rien qui ne me retenait et je pourrais au moins dire ce que j’avais à dire. La suite importait peu.

Le laissant prendre congé des autres, je fis mine de ne pas remarquer la façon dont il me désigna, qui n’était pas tellement polie. Ne pas lui en vouloir et penser à ce que je lui avais fait m’aidait, même si je continuais à m’acharner sur les manches de mon pull pour tenter de me calmer. En silence, je comptai jusqu’à dix pour m’assurer qu’ils soient suffisamment loin pour me lancer, me disant qu’il aurait tout aussi bien pu exiger de moi que je me livre à ce périlleux exercice devant ses amis, comme juges et public. Je lui étais reconnaissante de n’en avoir rien fait, espérant y voir un peu de la douceur des Poufsouffles (ou tout simplement l’absence d’un esprit tordu comme celui qui était le mien auparavant). Il me devança cependant et sa voix me glaça, manquant de me faire reculer. Qu’est-ce que tu veux ? Je t’écoute. Te présenter mes excuses, enchaînai-je immédiatement, de peur de me rétracter si je me laissais gagner par son ton froid et son attitude indifférente. Il ne fallait pas que je laisse passer cette occasion et je ne devais pas reculer. Le blason qui était le mien aujourd’hui exigeait que je fasse preuve de courage. Je ne pouvais parler de mon éducation à ce sujet alors je me raccrochais à ce que je pouvais pour m’en donner. Je relevai donc le menton pour venir chercher son regard. Je n’avais rien d’assuré mais ne tremblais pas pour autant. Je voulais juste lui faire passer un message, et j’y tenais : On m’a raconté récemment ce que je t’avais fait. Ne pas s’étendre sur le pourquoi du comment de la chose, s’il voulait des détails, il me les demanderait sans doute, après tout.

Baissant les yeux quelques instants, je finis par les ramener sur son visage. Il fallait que j’aille jusqu’au bout, le plus rapidement possible, avant qu’il ne me décourage : Je ne suis pas fière de ce qui s’est passé et n’ai aucun doute sur le fait que je n’ai jamais dû te demander pardon pour cela, à ce moment-là. Je ne doutais pas d’ailleurs d’avoir profondément apprécié ce tour et l’humiliation qu’il avait dû ressentir à la suite de celui-ci. Je profite donc de le faire maintenant. Mes dents vinrent trouver ma lèvre inférieure, tic contre lequel j’avais pourtant brillamment lutté jusque-là. Cela devenait pesant et je finis par dire : Je n’attends rien, je voulais juste te le dire. Ca m’a semblé important que tu saches que je n’en étais pas fière. Je l’avais sans doute été à l’époque, mais ce n’était certainement plus le cas maintenant. Et maintenant … j’allais le laisser parler. Et sans doute aller chercher Tim après cela pour agripper son pull à la place du mien qui, étrangement, me calmait beaucoup plus efficacement.
Revenir en haut Aller en bas
Message(ϟϟ) Sujet: Re: [TERMINE] Is it too late to apologize ? ϟ Felipe & Jules { Ended. Ven 9 Mai - 23:53

Invité

ACCIO PROFIL


Invité

Il avait conscience que son comportement était résolument désobligeant envers la demoiselle qui se trouvait face à lui à cet instant. Il devait reconnaitre qu’il ne la portait nullement dans son cœur et que leur passé commun, ne l’aidait nullement à se montrer plus cordial. Quand bien même n’avait-il pas été meurtri réellement par l’action passée de la demoiselle, il ne pouvait nier que son orgueil avait été froissé au point de s’en souvenir même aujourd’hui. Il n’y pensait pas vraiment. C’était un souvenir déplaisant mais ancien. Il avait grandi depuis et il avait évolué. Cependant, voir Jules devant lui, à cet instant, ne pouvait que réveiller son ressenti à son égard. Il ne l’aimait pas, qu’importe si elle se trouvait désormais attachée à la maison de la plupart de ses amis les plus proches. Il ne pouvait faire table rase du passé. Il reconnaissait être rancunier à son égard. C’était dans sa nature. Il était bon mais, il avait ses limites. Il pouvait pardonner les blessures qu’on lui infligeait involontairement. Ce genre d’actions, il pouvait passer au dessus mais, celles réalisées par mépris et intension, il ne pouvait pas. Il faisait au moins l’effort de l’écouter. Il ne cherchait pas à entrevoir les raisons qui la menaient à lui, n’en ayant que faire dans une certaine mesure. Il restait calme, cependant, attentif, silencieux.

Il pouvait entrevoir dans le regard de la jeune femme, qu’elle était quelque peu heurté par le ton froid et insociable de sa voix. Il reconnaissait lui-même qu’il ne prenait pas de pincettes avec elle, tout comme elle n’en avait pas eu par le passé avec lui. Une petite vengeance dans une certaine mesure. On pouvait également le nommer ainsi. C’était elle, qui venait à lui, après tout. Elle venait lui présenter ses excuses, du moins c’était ce que la jeune femme semblait lui dire. Elle vint remonter son minois vers le sien pour chercher son regard, le soutenir même si elle n’était nullement à l’aise. Il pouvait l’entrevoir en dépit de l’assurance qu’elle désirait se donner. Elle ajouta qu’on lui avait raconté récemment ce qu’elle lui avait fait. Et alors ? Pensa-t-il sans l’exprimer alors qu’il la voyait baisser le regard quelques instants. Elle semblait réfléchir à ses mots, il ne disait mot de son côté, gardant cet air solennel et austère sans réellement en avoir pleinement conscience. Elle finit par remonter son regard sur son visage. Elle n’était pas fière de ce qu’il s’était passé et n’avait aucun doute sur le fait qu’elle ne lui avait jamais demandé pardon pour cela, du moins à ce moment là. En effet, la Jules qu’il avait rencontré, qu’il avait côtoyé n’en avait eu que faire, se jouant de lui à chaque fois qu’elle le croisait pour lui faire comprendre qu’il avait pu être sot de croire qu’elle avait pu être attiré par lui. Sans doute avait-elle raison sur ce point là, elle lui avait donné la leçon que chacun devait apprendre : ne pas croire un traitre mot d’un serpentard. Il avait très bien apprit en effet et il n’avait plus jamais flirté avec une verte et or depuis ce jour.

Elle voulait donc profiter de leur rencontre pour le faire maintenant. Il ne comprenait pas à quoi voulait mener ce petit manège. S’excuser n’effaçait en rien l’affront qu’elle lui avait fait par le passé. Sans doute sa orgueil était-il trop fort pour être en mesure de surpasser sa rancœur mais cet élan de repentis ne vint nullement le toucher, du moins, le mal avait été fait alors à quoi bon ? Elle lui fit comprendre qu’elle n’attendait rien de lui, elle avait juste voulu lui dire. Elle pensait que c’était important qu’il le sache, qu’elle n’était pas fière de ce qu’elle avait fait. A ses mots, il la fixa, la sondant de son regard neutre et légèrement austère. Aucune émotion ne s’affichait sur son visage, lui qui était pourtant de nature très expressif. Il inspira profondément pour soupirer en lâchant. « Ok. » Que pouvait-il dire d’autre ? Elle avait fait sa bonne action de la journée et elle-même venait de dire qu’elle n’attendait rien de sa part. Il ne désirait nullement lui faire honneur de faire preuve de minutie avec elle. Il n’en fit nullement, haussant simplement les épaules pour ajouter. « ça ne change rien à ce qu’il s’est passé. Qu’importe ce qu’il t’es arrivé… cette amnésie ou autre. Tu as été capable de le faire, c’est tout ce dont je suis certain. Si cela peut t’aider mieux à dormir…. Ok. J’accepte tes excuses mais, cela change en rien mon avis à ton égard. »

Il ne dit rien de plus que cela. Son regard froid et neutre fixer la demoiselle avec une totale indifférence ou presque. Il était irrité, il ne pouvait le nier en dépit du fait qu’il s’efforçait d’être cordial. C’était facile de s’excuser, c’était toujours un avantage certains pour ceux qui voulaient reconnaitre leur erreur mais, cela ne changeait en rien le mal qui avait été fait, tout simplement.

HRP : Je suis désolée pour le retard T.T mais j'espère que ma réponse te conviendra. Si tu m'en veux, déteste mes examens, c'est les vilains de l'histoire *porte*
Revenir en haut Aller en bas
Message(ϟϟ) Sujet: Re: [TERMINE] Is it too late to apologize ? ϟ Felipe & Jules { Ended. Sam 10 Mai - 22:34

Invité

ACCIO PROFIL


Invité

Ok. O-k ? Bien. C’était peu pour l’épreuve que je venais de m’infliger mais en même temps, à quoi m’attendais-je ? Cela dépendait. Certains me prenaient de haut et en pitié, arguant qu’on ne pouvait pas condamner quelqu’un qui ne se souvenait plus de ce qu’il avait fait. D’autres m’avaient insultée en me disant que personne n’était dupe. Quelqu’un était parti dans une grande dissertation philosophique pour savoir si oui ou non nous pouvions être considérées comme des personnes différentes et savoir si oui ou non j’aurais pu être condamnée à mort aux Etats-Unis pour un crime commis avant mon amnésie. J’avais eu droit à beaucoup de choses, mais à ce masque de soit-disant indifférence teinté de colère, pas nécessairement. Il devait être de ceux qui pensaient que je jouais la comédie, je ne voyais que cela. Et je n’allais certainement pas m’amuser à le détromper, je n’étais pas là pour cela. J’étais venue, je lui avait présenté mes excuses, point. Le reste ne regardait que lui. M’améliorer, ou faire amende honorable à ses yeux aurait été un bonus mais n’avait rien d’obligatoire, bien au contraire. Forte de la réussite de cette nouvelle épreuve, je n’avais donc plus qu’à tirer ma révérence. S’il n’avait pas poursuivi, je m’en serais d’ailleurs contentée. Je l’aurais poliment remercié pour son temps avant de prendre congé, d’aller retrouver Timothy et d’avaler mon repas.

ça ne change rien à ce qu’il s’est passé. Qu’importe ce qu’il t’es arrivé… cette amnésie ou autre. Tu as été capable de le faire, c’est tout ce dont je suis certain. Si cela peut t’aider mieux à dormir…. Ok. J’accepte tes excuses mais, cela change en rien mon avis à ton égard. Je sus immédiatement ce qui m’avait déplu. Son ton lorsqu’il avait dit « cette amnésie ou autre ». Ce n’était pas tant qu’il n’y croyait pas, il ne remettait pas cela en cause. C’était qu’il s’en fichait. Que je sois amnésique, qu’il me balance l’animosité qu’il avait pour moi « avant ». Que je le méritais, pour une chose dont je n’avais pas le moindre souvenir. Je ne te l’ai pas demandé, notai-je, sans doute un peu sèchement. Mais il m’avait blessé, ce que mon regard ne pouvait que trahir. Je reculai d’un pas. Tu n’as pas à te montrer aussi agressif. « Cette amnésie ou autre », comme tu dis m’a sevré de ce genre de pulsions sadiques dans lesquelles je ne me reconnais pas. Alors tu ne crains rien de ma part, si c’est ce que tu sous-entends.

Tirant sur mes manches, je fis un pas en arrière. J’étais contrariée, en réalité. Je n’étais pas venue pour me faire insulter. Alors je suis désolée pour ce que je t’ai fait, je suis désolée de t’avoir fait perdre ton temps, et si ce que tu veux est que nos chemins ne se recroisent plus, ce sera effectivement le cas. Je relevai les yeux vers lui pour finir : Je voulais juste que tu aies droit aux excuses que tu mérites et que tu n’as pas eues. Je ne viens pas implorer ton pardon, pas plus que je ne te demande de juger la personne que je suis aujourd’hui. Je haussai les épaules. Mais si c’est ce que tu veux faire, je n’ai effectivement rien à opposer à cela. Que voulait-il dire après tout ? Qu’avait-il contre moi en cet instant précis ? Je n’avais rien fait pour mériter d’être traitée comme il le faisait. Peut-être était-il celui de trop ? Fallait-il que j’arrête, à l’avenir, de tenter de réparer les fautes de celle que j’avais été ? Peut-être bien. Je ne voulais pas t’ennuyer. Peut-être aurais-je mieux faire de m’abstenir. Il aurait continué le cours de sa vie normalement, en pensant exactement la même chose et moi, je ne me sentirais pas aussi mal. Je devais être fatiguée pour prendre cela autant à coeur. J’arrivais normalement à prendre plus de recul face aux attaques dont je pouvais être victime.
Revenir en haut Aller en bas
Message(ϟϟ) Sujet: Re: [TERMINE] Is it too late to apologize ? ϟ Felipe & Jules { Ended. Dim 11 Mai - 0:01

Invité

ACCIO PROFIL


Invité


Il avait conscience qu’il avait été plutôt sec dans le ton de sa voix. Si on s’y arrêtait même sans doute pourrait-on croire qu’il la prenait de haut. Il ne pouvait le certifier réellement, lui non plus. C’était confus ce qu’il éprouvait à son égard. Il ne la connaissait pas plus que cela et la facette qu’il avait connue d’elle, lui avait laissé un gout particulièrement amer. Il devait reconnaitre que cet accident ne venait nullement jouer à sa faveur. Il ne savait pas ce qui lui était arrivé. Il avait rapidement entendu parler d’une « amnésie » mais, n’avait nullement prêté attention du pourquoi, du comment. Il était résolument détaché de tout depuis son retour au sein de l’école. Il se demandait même parfois si sa place se trouvait encore ici, dans cet endroit qui lui rappelait trop de mauvais souvenirs.  Il n’était pas dans son état normal et était souvent assailli par des pensées moroses. Il n’était plus aussi patient et devenait irritable. C’était un fait que ces amis les plus proches avaient pu remarquer. il n’avait plus le cœur à rire, ni à être compatissant ou compréhensif. Il essayait déjà de se dépêtrer de ses émotions si contradictoires qui l’étreignaient, jour après jour en arpentant les couloirs du château.

Il disait vrai également. Du moins, le pensait-il. Qu’importe les raisons qui avaient fait d’elle, une rouge et or, il fallait bien reconnaitre que la serpentard y somnolait encore. Elle avait seulement oublié les raisons qui l’avaient poussé à le devenir. C’était peut être pas plus mal pour l’ensemble de ses victimes mais, oui, ça le laissait indifférent. Du moins, à cet instant. Il se rendit compte de la froideur et l’agressivité de ses paroles lorsque ce dernière lui lâcha sèchement qu’elle ne lui avait pas demandé et qu’il n’avait pas à se montrer aussi agressif.  L’expression qu’il avait employé semblait irriter cette dernière qui lui fit remarquer que cette « amnésie ou autre » comme il le disait fort bien l’avait sevré de ce genre de comportement. De ce fait, il ne craignait rien de sa part, s’il le sous-entendait.

« Ce n’est pas ce que j’ai voulu dire… » Lâcha-t-il simplement dans un ton assez abrupt de nouveau. Ce n’était nullement ce qu’il avait voulu dire mais, en y réfléchissant bien, cela pouvait en effet porter à confusion. Il était juste pas d’humeur en ce moment et elle tombait au mauvais moment et lui offrait une raison de se défouler, même si ce n’était nullement louable. Il la laissa donc poursuivre tout en silence, en la regardant. Il inspirait doucement en l’écoutant, tout en s’efforçant de chasser ses mauvaises pensées. Il n’avait pas été très aimable, ni digne. Il devait bien le reconnaitre. Il glissa donc sa main derrière sa nuque dans un énième soupir. Il était tendu et ne savait quoi répondre.

« Je suis désolé. » Finit-il par lâcher dans un soupir. Il la regarda, le regard un peu tiraillé et mal à l’aise. « Mes mots ont dépassé ma pensée ou du moins, tu sembles les avoir mal interprété. » Il fit une pause en venant faire tomber sa main sur le côté pour ajouter. « Je ne comptais pas te froisser en mentionnant «  une amnésie ou autre ». Je ne sais pas ce qu’il t’est réellement arrivé. J’ai entendu parler d’une amnésie mais, je n’ai pas cherché à en savoir plus. Je ne sais même pas si c’est réellement le cas où si c’est du à autre chose. » Il inspira profondément en venant se racler la gorge. Il avait mal agit également. Dans d’autres circonstances ou auparavant, sans doute n’aurait-il pas agit de la sorte, il devait bien le reconnaitre. Ce qu’il fit obligeamment. « Je me suis mal comporté également. Tu es juste tombée au mauvais moment. J’ai manqué d’altruisme en me montrant peut être abject et indifférent. Ma rancœur n’a pas du joué en ma faveur. Je te pris de m’excuser. » Il reconnaissait son erreur. Il savait qu’il avait mal agit en dépit de ce que son esprit et sa rancœur pouvait lui signifier. Il avait beau souffrir d’être trop gentil ou de pardonner facilement mais, c’était dans sa nature. Sans doute, ne pourrait-il jamais pardonner à la serpentard, ce qu’elle avait fait mais, il pouvait au moins essayer de ne pas en tirer rigueur à la gryffondor, jusqu’à preuve du contraire. C’était ce que son cœur altruiste lui sommait de croire tandis qu’il ajoutait simplement.

« En dépit de ce que j’ai pu sous-entendre, je ne cherchais nullement à juger ce que tu es aujourd’hui. Je ne peux juste pas pardonner à la serpentard, que tu étais, ce qu’elle m’a fais. Je ne te connais que sous elle, et oui, elle a été capable de le faire et c’est tout ce dont j’étais certain. Je ne te connais pas, du moins celle que tu es aujourd’hui… C’est une évidence mais, il est vrai que ça ne change en rien, ce que nous étions avant : de simples étrangers avec un passé peu plaisant. C’est tout. » Il vint inspirer profondément dans un raclement de gorge tout en se pinçant les lèvres. Il ne vint rien ajouter de plus à ces mots. Elle pouvait accepter ses excuses et ses explications comme ne pas le faire. Il ne lui en tirerait pas rigueur. Il était le premier à avoir mal agit, du moins dans le cadre de cette rencontre.

Revenir en haut Aller en bas
Message(ϟϟ) Sujet: Re: [TERMINE] Is it too late to apologize ? ϟ Felipe & Jules { Ended. Dim 11 Mai - 16:11

Invité

ACCIO PROFIL


Invité

Ce n’est pas ce que j’ai voulu dire… Bien sûr, pensais-je amèrement. Je n’avais pas l’habitude de prendre mal les attaques qui m’étaient faites mais là, c’était trop. Je ne supportais pas l’idée qu’il puisse me tenir responsable de ce qui s’était passé, ou plutôt sous-entendre que le fait que je ne me souvenais pas ne changeait rien à ses yeux. J’avais perdu la mémoire, n’était-ce pas suffisamment difficile comme ça ? Fallait-il qu’il en rajoute, qu’ils en rajoutent tous autant qu’ils étaient ? Je n’avais rien demandé à personne et aurais pu me contenter de n’en avoir rien à faire des torts que j’avais pu causer avant, vivant ma vie dans mon coin. Là, j’aurais pu comprendre qu’on me prenne pour une peste (ou pire) et qu’on me jette des pierres quand on en avait l’occasion. Mais là, il devait bien voir que je prenais sur moi, que je n’étais pas dans mon assiette ou en état de lui demander de m’accorder un autre rendez-vous pour se déshabiller en public une fois de plus ? Je suis désolé. Je me forçai à respirer. Il me présentait ses excuses, il ne fallait pas que je m’énerve. Ca ne me ressemblait pas. Stop. Frottant mes mains sur ma jupe, j’inspirai lentement. Mes mots ont dépassé ma pensée ou du moins, tu sembles les avoir mal interprété. Me. Maîtriser. Bien sûr, j’avais sans doute pu interpréter de travers le fait qu’il jugeait mon état non avec indifférence, mais avec mépris. Me contrôler. Il continuait.

Je ne comptais pas te froisser en mentionnant «  une amnésie ou autre ». Je ne sais pas ce qu’il t’est réellement arrivé. J’ai entendu parler d’une amnésie mais, je n’ai pas cherché à en savoir plus. Je ne sais même pas si c’est réellement le cas où si c’est du à autre chose. Je me suis réveillée dans un champ sans le moindre souvenir de qui j’étais il y a un an, claquais-je plutôt sèchement. Ne pas parler sans savoir devrait être une règle d’or, même si apparemment je ou plutôt elle, ou celle que j’étais avant n’était pas la mieux placée pour en parler. Il se trouvait que moi, par contre, l’étais. Je me suis mal comporté également. Tu es juste tombée au mauvais moment. J’ai manqué d’altruisme en me montrant peut être abject et indifférent. Ma rancœur n’a pas du joué en ma faveur. Je te prie de m’excuser. Bien. C’était juste, quelque part et je ne souhaitais pas non plus qu’il s’aplatisse devant moi de la sorte. Reprenant petit à petit le contrôle de mes pensées et de mes sentiments, je le laissais terminer, me signifiant qu’il parvenait, maintenant que j’avais hurlé, à voir la différence entre « nous deux ». Ce n’était pas ce que je désirais entendre d’habitude, n’aimant pas me dédouaner mais il y avait une limite à ne pas dépasser.

Je finis par hocher lentement la tête. Je comprends. J’apprends à la connaître - ou plutôt à me connaître - et je peux comprendre ce que tu me dis. Mais je n’en suis pas responsable. Je voulais juste que ce soit clair. Je haussai les épaules pour finalement lâcher les manches de mon pull (ma mère allait devenir folle à force de m’en envoyer des nouveaux. Mais c’était ma thérapie du moment. Il faudrait que je lui demande d’en envoyer à Timothy également). Faire ça, venir voir les personnes que j’ai blessées n’est pas un moyen de demander pardon pour elle, enfin, pour moi. C’est juste que j’estime que vous méritez des excuses. Il n’était pas le premier, mais je me demandais sincèrement s’il n’allait pas être le dernier. Cela commençait à être au-dessus de mes forces. Je détournai le regard vers d’autres élèves nous croisant, certains se mettant à murmurer. Je crus même apercevoir deux filles de Serpentard en train de glousser. Avaient-elles été là à ce moment-là ? Comment savoir ? Je n’allais certainement pas le lui demander. Maintenant que les choses sont claires, effectivement, comme tu dis … Je ne te connais pas, je n’ai aucun souvenir de toi. Et tu ne me connais pas plus. Ce qui était le cas de … tout le monde ou presque à ma connaissance. Il y avait quasiment de quoi en pleurer, mais je ne craquerais certainement pas. C’était également le moment de faire de nouvelles rencontres et de tirer le meilleur de chaque moment, comme de celui-ci. Juste deux inconnus repartant à zéro. Je lui tendis la main pour « sceller » cet accord. Jules O’Connor. Je suis heureuse que nous ayons pu avoir cette discussion. Et cela s’arrêterait là, pour cette fois en tous cas. Mais au moins, les choses étaient dites et posées. Il finit par la serrer brièvement et je n'en demandais d'ailleurs pas plus. Il m'avait entendue, plus que cela, écoutée au final et c'était l'important. Nous pouvions reprendre chacun le cours de nos vies et le monde ne s'en porterait pas plus mal. Au contraire.



To be continued.
Revenir en haut Aller en bas
Message(ϟϟ) Sujet: Re: [TERMINE] Is it too late to apologize ? ϟ Felipe & Jules { Ended.


ACCIO PROFIL


Contenu sponsorisé

Revenir en haut Aller en bas
 

[TERMINE] Is it too late to apologize ? ϟ Felipe & Jules { Ended.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» It's never too late to apologize [REGINA]
» Too late to apologize • Nila-Grace
» EDGAR&LYL • It's too late to apologize ?
» it's too late to apologize. [jon-jon]
» davina claire ⏀ it's too late to apologize. (en cours)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Relashio :: Administration :: Les Archives :: Version 1 :: [V1] Archives RP-