AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Bienvenue sur Relashio
Nous vous souhaitons une bonne visite sur le forum. N'oubliez pas les Top-sites o/
Info: Les Jumeaux sont à limiter.
Info: Les Sang-pur de type "traitre à leur sang" sont désormais limités.
Si vous souhaitez un sang-pur, reportez-vous aux familles ou sur un personnage membre de la PBL.

Partagez | .
 

 This is an emergency ϟ Rafael

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Message
Message(ϟϟ) Sujet: This is an emergency ϟ Rafael Dim 29 Sep - 13:03

Invité

ACCIO PROFIL


Invité



Certains animaux ou certaines créatures peuplant le château auraient pu dire qu’ils avaient senti la catastrophe venir, du plus profond de leur être, que leur instinct leur soufflait que quelque chose se préparait, quelque chose que personne ne souhaitait voir se produire. Ils n’auraient pas su dire quoi, ils auraient à peu près cerné l’endroit, la personne sans pouvoir mettre de mot dessus. Les sensations animales étaient un outil intéressant, une arme puissante mais, pour le coup, insuffisante. C’était ainsi que raisonnait Junko, à son bureau, alors que ses étudiants étaient en train de s’exercer sur un nouveau sortilège pour lequel elle demanderait une maîtrise parfaite au prochain cours. Flairer l’odeur du danger n’était pas assez et elle posa la main sur la couverture en cuir de son carnet, dans un geste rassurant. Ses prunelles d’acier étaient posées sur un étudiant qu’elle ne lâchait pas des yeux depuis qu’il était entré dans la salle. Jauger ses élèves était une habitude pour elle. Même si elle n’était pas la plus démonstrative ni la plus proche d’eux, d’un point de vue visible, elle n’en était pas moins celle qui les connaissait le mieux, qui notait toutes leurs manies, leurs habitudes, capable de cartographier les expressions de ces jeunes sans jamais se tromper. Et elle avait repéré une anomalie sur les traits d’un des Serdaigles entrant dans la salle. Il ne s’agissait pas de l’air rêveur de quelqu’un qui venait de décrocher un rendez-vous comme cette Poufsouffle un peu plus loin. Ses notes, qu’elle n’avait même pas besoin de consulter, ne mentaient pas. Et si quelqu’un n’intervenait pas, on risquait de courir à la catastrophe, ce qu’elle ne manqua pas d’intégrer. Et ce quelqu’un, ce devait être elle, étant donné qu’elle était la seule à avoir conscience et connaissance du problème.

Patiemment, elle attendit donc la fin de son cours pour lui demander de rester, mais l’être rusé partit avant même qu’elle ne puisse entrouvrir ses lèvres pour lui enjoindre de venir la voir. Sans se départir de son calme apparent, elle prit donc le parti de ranger ses affaires lentement. Il s’agissait du dernier cours de la journée, il n’y avait donc pas tellement d’urgence. Elle saurait où le trouver, où le surprendre et s’occuperait du reste après. Cela n’entrait pas au sens propre dans ses attributions, quoique. Après tout, il s’agissait de la protection de ses étudiants. Fermant soigneusement la salle derrière elle, n’emportant que sa baguette et son fidèle calepin, la codirectrice s’engagea dans le couloir. La plupart des étudiants préféraient se taire en la voyant et cela manqua de lui arracher une moue sarcastique. Ils n’avaient pas besoin de parler pour qu’elle sache, il fallait qu’ils commencent à l’intégrer. Elle finit malheureusement chou blanc dans les couloirs et se décida à intervenir  après le dîner, qui fut bref, ceci état autant dû à l‘urgence de la situation qu’au caractère insupportable de son voisin du soir, l’Auror machiste du quatuor. Vous m’excuserez, Samaël, mais j’ai mieux à faire que de supporter un énième fois vos discours stériles. Je suis encore là cette année, que cela vous plaise ou non et nous allons devoir faire avec. La réponse ne l’intéressait pas et elle s’était déjà levée. Il lui semblait avoir repéré la silhouette qu’elle guettait et ne voulait pas lui laisser l’occasion de s’échapper encore une fois.

En sortant dans les couloirs, elle n’eut qu’à suivre les légers gloussements et minauderies qui lui annonçaient ce qu’elle craignait, hélas. Ils étaient plutôt déserts étant donné que la plupart des élèves étaient encore en train de se décider sur leur dessert, et la demoiselle qui se faisait entendre de façon si distinguée et discrète n’allait pas tarder à servir de douceur de ce type si elle ne se dépêchait pas. Elle déboucha bientôt à l’angle d’un corridor pour voir deux silhouettes plutôt proches. Elle n’eut pas de mal à les identifier et nota qu’elle était arrivée à temps, les mains de l’élève qu’elle pistait depuis une heure maintenant s’approchaient dangereusement d’elle : Monsieur Levy ! Sa voix avait claqué, sèche, un ordre mais aussi un avertissement. Miss Ethridge, il doit rester de la mousse au chocolat qui conviendra bien mieux que ce genre d’indécence en plein couloir. Vous feriez bien d’aller y faire un sort si vous voulez échapper à une semaine de retenue. Implacable, mais surtout injuste pour une fois. Cependant, c’était sans doute préférable. Elle attendit qu’elle s’exécute sans la regarder. D’ailleurs, elle ne lui avait pas adressé un seul coup d’œil. Ses prunelles étaient fixées sur Rafaël, attendant une explication sur son état et surtout, guettant la moindre de ses réactions pour le cas où il lui faudrait intervenir rapidement.
Revenir en haut Aller en bas
Message(ϟϟ) Sujet: Re: This is an emergency ϟ Rafael Mar 1 Oct - 16:10

Invité

ACCIO PROFIL


Invité

Elle trépignait sur place. Mains moites et regard détourné, la sécheresse de sa gorge s'intensifia lorsqu'il entra. Si élégant, l'allure fière et noble, les yeux gorgés d'un aplomb incroyable et ternis à la fois de ces nuages rêveurs. Il ne l'aperçut même pas lorsqu'il entra dans la salle de classe, solitaire comme toujours, le teint cadavérique rehaussant l'intensité de ses prunelles métalliques, le nez aquilin, une mâchoire carrée dessinant des traits durs, et pourtant un minois angélique à la hauteur de son prénom. D'aucuns le disaient sans beauté aucune malgré son charme indéniable quand d'autres affirmaient qu'il irradiait d'une finesse rare. De fait, ce fut bien intimidée par cette prestance que Lisa Ethridge n'osa lever le nez comme il passa à sa portée. Mais parce qu'elle fut soutenue par quelques amies pétillantes, laissant s'échapper de leurs lèvres des rires malicieux en notant le rose aux joues lui montant aux pommettes, l'ingénue Lisa finit par se faire remarquer par le jeune homme convoité. Rafael tourna enfin la tête vers la demoiselle tandis qu'il prit place quelques rangs derrière elle, jaugea cette dernière d'un seul coup d'oeil, puis lui répondit d'un bref sourire enjôleur. Les quatre jeunes filles, excitées, se concertèrent dans un bref piaillement : « Hiiiiii ! Il t'a souriiii ! File le voir après le cours ! » Le vampire reprit sa moue impassible comme il plongea le nez dans son ouvrage, feignant ne pas humer les effluves chaudes et âcres de l'hémoglobine. Il avait faim.


Passer l'essentiel du cour à se sentir épié n'avait rien d'un fait agréable, pour autant Rafael tenta de rester concentré, autant pour éviter d'accrocher les prunelles du professeur que de se rappeler la famine tiraillant son estomac. Las cependant. Le Serdaigle avait beau tenter de tourner son attention entière vers le cours, seule une information capitale lui montait au cerveau : ce soir, il mordrait la jolie Poufsouffle. Brûlerait le corps, sans doute, pour qu'aucune preuve ne subsiste. Ne manquait plus que de faire passer la disparition pour une fugue... Relevant la tête comme il s'extirpa de sa léthargie, Rafael finit par croiser le regard de l'enseignante et put y percevoir toute la force qu'elle put mettre à tenter de le lire. Il était cerné. Aussi fut-il plus malin et se hâta-t-il de quitter la salle de classe furtivement lorsque le cours fut achevé.

***

« Bonsoir Lisa. Je te prie de m'excuser d'être aussi rustre et de t'enlever à tes amis, mais je souhaitais savoir si une balade en ma compagnie te tentait ? » La voix suave levée à son encontre la fit frémir, et lorsqu'elle leva son regard vers Rafael venu la cueillir à sa table, plus rien n'avait d'importance. Ni les tintements de verre autour d'elle, les discussions vives, les rires gras, pas même le regard insistant et malicieux de ses camarades Poufsouffles. Quelques demoiselles pouffèrent avec stupidité, telles des adolescentes revivant leurs premiers émois. Mais les protagonistes n'en eurent cure ; Lisa déglutit avec difficulté, tenta de calmer son myocarde tout tambour battant (ah et quel afflux sanguin provoquait-il dans sa démesure sentimentale ! Rafael pouvait le sentir d'ici. Un délice.) et enfin parvint à articuler quelques mots peu audibles : « Tuveuxdiremaintenant ? » « Maintenant. » affirma le brun ténébreux dans un sourire avant de lui tendre la main. Jouant de ses charmes décuplés par sa condition vampirique, il ne rechignait guère à amadouer la victime. Avide de s'en repaître jusqu'à la lie puisque la famine creusait encore son estomac avec force. La nourriture servie se soir n'avait trouvé grâce à ses yeux ; Rafael n'avait pas même touché à son assiette, sous le regard étonné de ses camarades Serdaigles trop habitués à le voir manger tel un ogre. La lune ronde et pleine avait amené avec elle la faim bouchère de la créature ; elle ne désirait que du sang.

Les deux jeunes gens se dirigèrent donc vers les couloirs déserts au sein desquels ils échangèrent quelques mots sertis de sourires. Ravageurs pour le vampire, timides et amoureux pour la demoiselle. Laquelle vint vite lui desservir quelques rires d'une joliesse rare sous le joug des compliments, laissa la main masculine s'épancher à sa hanche, puis frissonna de plaisir lorsqu'il s'approchait de temps à autres pour mieux lui susurrer quelques douces paroles à l'oreille. Elle succombait. Même lorsqu'il l'arrêta dans l'un des couloirs désertiques afin de la dévorer des yeux. Ah pauvre enfant, si elle savait comme intérieurement il la dévorait déjà tout court. Mais son charme, ses paroles, ses sourires, ce magnétisme brut qu'il dégageait la collaient contre le mur. « Tu me plais depuis si longtemps, Lisa. Je n'ai jamais osé venir te voir jusque maintenant. » Jouer le jeu et mentir, endosser le rôle du jeune homme timoré pour mieux faire fondre la demoiselle. Elle se laissa aller, vint même lui voler un baiser à la surprise du vampire affamé, puis daigna le laisser s'approcher. Ce frisson d'extase qui parcourut son échine à sentir son souffle chaud dans son cou lui était délectable, l'envie de lui contre sa peau la faisant trembler d'impatience. Lui, approcha ses lèvres dans le creux de son cou de cygne, remonta peu à peu la main caressant ses courbes... Prête à se poser fermement sur la bouche de sa proie lorsque cette dernière viendrait à crier et se débattre sous la surprise des crocs ancrés dans la chair... « Monsieur Levy !   » Un grognement inaudible passa la barrière de ses lèvres lorsqu'il se redressa, reconnaissant cette voix familière d'entre toutes. Elle suintait l'avertissement plus que la remontrance, et en cela irrita le vampire. La jeune fille quant à elle soupira de frustration avant de rosir de honte, acquiesça sur les dires du professeur et fila à toute vitesse vers la Grande Salle.

Un silence oppressant se fit, durant lequel Rafael dut contenir sa colère. La faim déjà le tenaillait avec rage, et il lui fut presque insoutenable de contenir son inhumanité plus longtemps : celle de sauter sur n'importe quelle proie, tant qu'elle put la nourrir. « Madame Thomas, vous sentez divinement bon. » Une menace plus qu'un compliment, alors qu'il rétracta ses canines qui ne furent pas perçues par la victime à présent absente, bien trop charmée par le vampire pour ce faire. « Il est interdit de faire la cour à sa petite amie dans l'enceinte du château, à présent ? » La provocation en étendard, le Serdaigle arqua les sourcils comme s'il fut innocent.

Revenir en haut Aller en bas
Message(ϟϟ) Sujet: Re: This is an emergency ϟ Rafael Ven 4 Oct - 20:28

Invité

ACCIO PROFIL


Invité

Mâchoire crispée, Junko sentit la catastrophe les frôler de justesse avec l’air que déplaça la jeune fille en passant à côté d’elle. Son sang pulsait calmement dans ses veines seulement parce qu’elle savait qu’il serait e mesure de le percevoir. Un contrôle total était la clef si vous vouliez sortir entier de ce genre d’affrontement. Et si elle n’avait pas eu le sieur Levy en cours ce jour-là ? Personne n’aurait su ce qu’il préparait et cette pauvre fille se serait vue vidée de son sang en quelques instants, sa vie fauchée. Comment cela pouvait-il seulement être possible ? Elle vivante, cela ne se produirait pas. Face au prédateur, où d’autres auraient sans doute déjà dégainé, la codirectrice ne se saisit pas de sa baguette, même lorsqu’une menace indirecte fut lancée à son encontre. Ses lèvres se pincèrent dans une moue clairement désapprobatrice avant qu’elle ne réponde d’un ton désinvolte : On me l’a effectivement souvent dit. C’étaient malheureusement des choses qui arrivaient lorsqu’on était AB négatif et que l’on avait la fâcheuse idée d’aller mettre son nez et le reste dans les affaires des vampires. Quelques-uns avaient même eu le privilège de goûter au précieux nectar, le premier par simple curiosité, les suivants par goût. Elle appréciait une bonne morsure, surtout lorsque celle-ci était accompagnée du froissage de draps de circonstance. C’était avant. Dans une autre vie. Un autre espace-temps. Le compliment, dans la bouche de cet étudiant, n’avait cependant pas la même saveur. Plus âgé, il lui signifiait qu’en un bond il pouvait être sur elle et la vider de toute substance. Il n’en ferait rien, et c’était pour cela qu’elle ne s’alarmait pas outre mesure. Malgré ses instincts, il restait un être de raison et ne s’en prendrait pas à elle. Certains riraient sans doute de l’aplomb de la directrice à la silhouette peu adaptée à résister aux assauts d’un vampire. Enfin, jusqu’à ce qu’elle les épingle d’un regard perçant les clouant sur place.

Ce fut la suite qui l’agaça un peu plus, même s’il en fallait davantage pour mettre une Junko en colère. Croisant les bras d’un geste sec, elle darda ses prunelles sur l’impudent qui jouait dangereusement avec le feu de bien des manières, ce soir : Je ne vous fais pas l’affront de vous prendre pour plus idiot que vous ne l’êtes, monsieur Levy, je vous saurais gré de faire de même. Ce serait donc visiblement un de ces moments où ils s’opposeraient. C’était à prévoir, étant donné sa soif. Miss Thomas préférait de loin les passades où ils établissaient une communication constructive, où il lui confiait les difficultés de son quotidien. Cela aurait pu être le cas à ce moment, mais il en avait décidé autrement. L’affrontement n’était pas ce qu’elle préférait, mais tant pis. S’il lui fallait jouer la carte de la codirectrice qui connaissait son secret et pouvait l’exposer ou même le faire renvoyer pour ce qu’il venait de manquer de faire, qu’il en soit ainsi ! Le verdict était de toutes les manières clair. Il n’irait nulle part tant qu’elle ne se serait pas assurée qu’il n’était pas un danger pour ses camarades de Gryffondor et Serdaigle en retournant à son dortoir. Des raclements de bancs sur le carrelage lui firent tendre l’oreille. Les étudiants seraient bientôt hors de la salle et il n’était pas question de laisser une quelconque proie approcher Rafael, comme il était inenvisageable qu’il trouve un moyen de lui échapper. Je vais devoir vous demander de m'accompagner dans mon bureau, monsieur Levy. Il semble que nous ayons à discuter. Elle se débrouillerait mais parviendrait à le calmer une fois isolé, par le verbe ou la magie, elle restait persuadée qu’il ne tenterait rien de préjudiciable contre elle. Tantôt raisonnable, tantôt insaisissable, il ne lui causait cependant pas régulièrement de problèmes. De mémoire, c’était la première fois que ce genre de choses se produisait, en tous cas depuis sa prise de fonction au sein de l’école de magie et ce n’était pas exactement ce que l’on attendait ordinairement d’un début d’année. Si ce souci avait pu lui être évité, elle ne s’en serait pas plus mal portée. Décroisant les bras, elle désigna d’un geste le couloir derrière Rafael pour l’encourager à se mettre en mouvement : Vous connaissez le chemin, je vous suis. Il ne se déroberait sous aucun prétexte.
Revenir en haut Aller en bas
Message(ϟϟ) Sujet: Re: This is an emergency ϟ Rafael


ACCIO PROFIL


Contenu sponsorisé

Revenir en haut Aller en bas
 

This is an emergency ϟ Rafael

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Rafael Delgado a un accident de voiture [Libre]
» (M) Rafael Nadal ☼ Je te connais toi!!
» 27 novembre
» Raphaël Farès
» Élection de Monster BB

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Relashio :: Administration :: Les Archives :: Version 1 :: [V1] Archives RP-