Everyday it will rain [Pv Alejandro]

Aller en bas

Everyday it will rain [Pv Alejandro]

Message par Invité le Jeu 15 Déc - 4:37

Passion et Alejandro


    Bon, je sais bien ce que tout le monde de moi en ce moment. Je ne suis pas du tout à ma place, mais dans la vie il faut ce qu’il faut et moi si je veux quelque chose je m’organise pour l’avoir. Donc, à ce moment-là, un superbe samedi après-midi où il pleut des cordes, je me tiens près de la porte des Gryffondor et je l’attends pour papoter. Oui bon, disons qu’entre les Serpentards et les Gryffondors ce n’est pas toujours beau. Mais avant je ne me considère pas comme une fille avec les verts et argent et lui un rouge et or. Nous sommes liés par autre chose que par nos maisons rivales. Nous sommes des loups et on doit s’entraider non. Se soutenir. J’en sais rien moi, c’est ce que je pense. Et puis, qu’est-ce que ça pouvait bien faire ? Au final, tout le monde devrait s’en foutre. J’en ai rien à foutre ! Mon père a beau dire ce qu’il veut, même si je dis toujours qu’il a raison, je commence à en avoir mal de ses sautes d’humeur. «Oui papa mon sang est souillé maintenant ! Oui papa je viens de gâcher la ligné. Désolé papa que tu n’as pas eu d’autres enfants !» Mon père est un homme des plus charmants. Il fait ce qu’il peut avec ma nature. Il commence tout juste à relativement accepter ce que je suis devenue depuis ma folie d’aller dans ce foutu bois cette fameuse nuit d’été…une nuit de pleine lune.

    Mais bon, peu importe mon contexte familial. Je n’entends pas beaucoup parlé de mon père durant l’école de toute manière. Depuis une quinzaine de minute je me tenais près d’une fenêtre en attendant qu’il se pointe. Le seul soutien relatif dans cette école par rapport à ce que je suis. Un autre loup de mon clan. Alejandro. Vous savez la meilleure ? Il n’aime pas ma tête. Je suis une vilaine fille de chez Serpentard, on ne peut pas me faire confiance. J’adore c’est foutu réputation qui sortent de nulle part. Dans un sens, ça m’arrange. Comme ça je peux avoir la paix, je peux faire mes petites affaires tranquillement sans être dérangées par des millions de copine qui veulent me parler de leur vernis à ongle et de leur talon qui s’est cassé la veille en descendant les escaliers. Pauvres filles…je compatis avec leur talon, mais je serais incapable de suivre une conversation du genre sans me mettre à pouffer à cause du ridicule de la situation. Franchement, on ne peut être plus confortable que dans une bonne vieille paire de basket usée par le temps. Enfin, encore une fois peu importe, ce sont elles qui endurent ces petites choses qui martyrisent leurs orteils.

    J’étais assise sur le bord de la fenêtre depuis maintenant une trentaine de minute et je commençais à perdre mes bonnes résolutions. J’étais venu le voir pour qu’on puisse discuter pour que nous puissions, peut-être éventuellement, être des amis. Je tiens à préciser que je ne suis pas le genre de fille qui se cherche désespérément des amis, au contraire. Cependant, le truc est que mon cercle d’ami loup-garou dans cette école est assez restreint. En fait, pour l’instant, il n’existe même pas. Alors, disons que pour ma santé mentale, il serait que je puisse papoter avec quelqu’un non ? Ce n’est vraiment pas mon genre, mais j’en sais rien, ça pourrait me faire du bien de parler à quelqu’un en dehors du professeur qui doit nous aider à nous intégrer. Je sais pas pour vous, mais moi le côté relation prof-élève pour m’ouvrir le cœur et tout…ça ne me dit rien. C’est donc pourquoi je faisais le pied de grue devant la fenêtre à côté de la porte du dortoir de Gryffondors…et des Serdaigles par la même occasion, mais peu importe. Cependant, après à peu près une trentaine de minute à attendre qu’il pointe le bout de son nez, je commençais à perdre mes bonnes intentions autant que ma patience.

    J’ai finalement vu passé un jeunot qui devait être en première année se diriger vers la porte de leur salle commune. Disons que je lui ai à peu près sauté dessus pour ne pas le manquer et qu’il entre sans que je lui ai fait ma requête.


      « Eh toi ! Oui oui toi ! Viens ici quelques secondes. »


    Le jeune garçon s’est avancé vers moi à petit pas et je pu lui parler avec mon plus beau des sourires. Si on veut quelqu’un fasse ce qu’on lui dit, il faut toujours avoir l’air amical. Apprenez ça.

      «Tu sais qui c’est Alejandro ? Grand, cheveu brun, l’air un peu grognon, Gryffondor ? Tu voudrais bien lui dire de sortir. Dis-lui de prendre son manteau s’il ne veut pas être frigorifié dehors et que Passion l’attend à la porte et ne le lâchera pas. Merci !»


    Après un bref regard en arrière, il est finalement entré dans sa salle commune à la recherche du grand brun à l’air grognon pour donner son message, Il ne me restait plus qu’à attendre et espérer qu’Alejandro veuille bien m’accorder quelques minutes pour que nous accordions nos violons. Je suis donc retournée me poster près de la fenêtre où j’étais plus tôt pour regarder la pluie tomber et attendre.


Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum