AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Bienvenue sur Relashio
Nous vous souhaitons une bonne visite sur le forum. N'oubliez pas les Top-sites o/
Info: Les Jumeaux sont à limiter.
Info: Les Sang-pur de type "traitre à leur sang" sont désormais limités.
Si vous souhaitez un sang-pur, reportez-vous aux familles ou sur un personnage membre de la PBL.

Partagez | .
 

 Non, les femmes ne sont pas de futures aurors ft Elle

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Message
Message(ϟϟ) Sujet: Non, les femmes ne sont pas de futures aurors ft Elle Ven 25 Nov - 1:23

Invité

ACCIO PROFIL


Invité

Mais j’ai rien fait tonton. Je te promets que j’ai rien fait… Sam regarda son neveu avec un regard noir. Il l’avait convoqué dans son bureau quelques minutes plus tôt à cause d’une rumeur de fête dans la salle de duel, il était même persuadé que son neveu était responsable de cette fête et pire encore, sa mère était venue lui demander si c’était lui qui faisait des fêtes illégales. Arrête tes conneries Noah ! Je te connais, tu es un mini-moi, tu fais autant de conneries, voire même plus. Alors arrête de me prendre pour un con et annule cette fête. Je ne veux rien dans ma salle de duel. Ta mère vient de me pourrir pendant deux heures, alors t’as intérêt à arrêter sinon j’te jure que je te balance… On pouvait difficilement croire que c’était le directeur de l’école qui parlait mais c’était bien le cas. Cependant avec son neveu, il lui était difficile d’être comme avec tous les autres. Certains pensaient que c’était du favoritisme et c’était effectivement le cas, mais il ne pouvait pas s’en empêcher après tout. Tu annules cette fête et il n’y a aucune négociation possible cette fois. Je ne veux pas d’une fête ce soir. Son neveu protesta pour la forme mais il savait bien qu’une fois que son oncle avait pris une décision, il ne pouvait plus lui faire changer d’avis. Bon très bien. Je vais annuler cette fête, mais tu ne dis rien à maman d’accord ? L’homme eut un léger sourire avant d’acquiescer finalement.

Lorsqu’il eut quitté la pièce, Samaël se concentra de nouveau sur les nouveaux élèves de son UFR. Certains paraissaient prometteurs mais la plupart n’arriveraient pas à réussir dans le domaine de l’auror. D’autres encore ressemblaient à des touristes, comme cette fille… Plus il regardait son dossier et moins il arrivait à se convaincre qu’elle était faite pour cette filière. Elle avait d’excellentes notes et surtout d’excellentes appréciations, mais c’était une femme, bâtie comme une mouche et son mental surtout semblait trop faible. C’était une bosseuse, ça il ne pouvait pas le dénigrer, mais de là à ce qu’elle puisse devenir auror, il y avait un monde. Il n’avait hésité qu’un instant, lors de leur premier cours, avant de la convoquer dans son bureau. Elle n’était pas mauvaise, non, elle n’avait simplement pas la carrure pour ce qu’elle désirait faire et il était encore temps pour elle de changer d’orientation en début d’année. L’ancien auror poussa un soupir audible, il détestait faire ça, cette partie de son travail de directeur d’ufr… Conseiller les élèves sur leurs choix alors que lui-même n’avait été que modèle de mauvais choix tout au long de sa vie… C’était une sorte d’ironie qu’il ne digérait pas vraiment.

Soudain des coups furent frappés à la porte. Entrez miss Hyatt ! Il pouvait ajouter ponctuelle à la liste de ses qualités, mais encore une fois, ce n’était pas ça qui allait l’aider à devenir une bonne auror. Lorsque l’élève entra, il la regarda, de haut en bas d’abord puis de bas en haut. C’était comme un morceau de viande qu’il observait même si pour une fois, ce n’était pas à fins sexuelles. Tout ce qu’il désirait, c’était se faire une idée de ce qu’elle pourrait représenter face à un ennemi et sa conclusion était sans appel, rien du tout. Asseyez-vous je vous en prie. Il avait beau être poli, son regard était froid et ses gestes empreints, comme s’il n’aimait pas sa présence ici. Avant même qu’elle ne lui demande ce qu’elle faisait ici, l’homme repris la parole. Bien, je suppose que vous vous demandez pourquoi vous êtes ici alors je vais éclairer votre lanterne et pardonnez moi d’avance d’être franc. Vous n’êtes pas faite pour cette filière. Vous êtes douée certes, mais vous n’avez pas les épaules pour devenir auror, comme vous soulignez vouloir le devenir dans votre demande d’orientation. Il préféra éviter de préciser qu’il la jugeait inapte dans son UFR, qu’elle était une fille et donc forcément pas assez forte et aussi qu’elle était bien trop bonne pour ça. Il se réservait pour plus tard, dans le cas où elle demanderait des comptes. Pour l’instant, il conservait son petit sourire sardonique alors que ses yeux se posèrent sur son anatomie généreuse. Il aimait beaucoup mettre mal à l’aise ses étudiantes, alors qu’il n’en touchait pourtant aucune. Si je peux me permettre, vous avez tous les atouts pour une carrière plus… artistique… Sous-entendez par là, stripteaseuse bien entendu…
Revenir en haut Aller en bas
Message(ϟϟ) Sujet: Re: Non, les femmes ne sont pas de futures aurors ft Elle Ven 25 Nov - 19:54

Invité

ACCIO PROFIL


Invité

    Elliiiiiiiiiiiiiie ! Faut qu'on aille poser des affiches, tu en es ? Assise en tailleur sur un banc du parc, penchée sur un devoir, la demoiselle ainsi bruyamment interpelée releva les yeux vers son infatigable meilleure amie, les bras effectivement chargés de feuilles brillantes, aux couleurs vives qui étaient destinées à être placardées partout dans l'école. Souriant, elle posa sa plume, notant mentalement où elle en était, se doutant que l'interruption durerait un certain temps, même si elle ne l'accompagnerait au final pas. Elle lui fit de la place pour qu'elle s'assoit, même si elle allait sans doute sauter sur ses pieds dans les deux secondes qui suivraient. Désolée, As', je ne vais pas pouvoir cette fois. Quoiiiii ? Mais tu m'avais dit que tu n'avais pas Quidditch! Oui, et c'est vrai, c'est juste que mon directeur d'UFR a demandé à me voir. L'air étonné de son amie fit écho au sien quand elle avait reçu le hibou de monsieur Lewis, ce matin-là, la conviant à se rendre dans son bureau le soir-même, 18 heure, à la fin du cours. Rangeant ses affaires, elle passa en revue avec son amie toutes les raisons qui auraient pu faire qu'elle avait été convoquée (qu'une de ses options n'avait pas assez d'étudiants et qu'elle devait en changer, ou lui demander d'en prendre une de plus pour ne pas en fermer une, étant donné son implication visible dans ses cours, faire un point sur son orientation, pointer une erreur d'emploi du temps, parler de son dossier dans lequel il pouvait manquer des papiers, connaissant Hank, ou d'une lettre anonyme que Timy avait menacé d'envoyer quand ils avaient plaisanté sur le fait que coucher pour réussir était discutable, savoir si lui serait de cet avis), bref, au final pour n'aboutir à aucune conclusion. Ou alors, il avait été informé des vols dans les cuisines, et était remonté jusqu'à elle. Et ce serait une tache dans un dossier d'Auror, il lui ferait promettre de ne pas recommencer. Peut-être, peut-être pas … Elle n'en avait aucune idée ! Elle n'était pas du genre à se faire remarquer dans le mauvais sens, en tous les cas. Ou alors les profs pensaient que c'était une lèche-botte. Il n'aimait pas son engagement étudiant, qui n'était pas compatible avec celui que demandait ses études … Oui, elle réfléchissait un peu trop, mais en même temps, il n'y avait aucun motif sur la convocation, alors il y avait de quoi se faire des noeuds à la tête !

    Ayant rangé ses affaires, elle fit quelques pas avec Astrid, qui finit par l'accompagner jusqu'à la porte du bureau de son directeur d'UFR, professeur dans deux matières aussi, accessoirement, et un des directeurs de l'école. Ce n'était pas impressionnant du tout ! Se raclant la gorge, affichant son sourire en un peu moins lumineux, celui qu'elle réservait à ses professeurs pour ne pas qu'ils pensent qu'elle se moquait d'eux, ou qu'elle était complètement cruche, voire attardée, elle finit par frapper à la porte. Entrez miss Hyatt ! Bonsoir Professeur Lewis, glissa-t-elle alors qu'elle entrait dans la pièce. Loin d'être une dinde, elle n'était pas de ces gamines intimidées, et côtoyer des hommes toute sa jeunesse lui avait appris à ne pas être mal à l'aise en leur présence, alors, malgré l'étrangeté de la situation, ne connaissant pas le motif de cette convocation, elle parvint à avoir l'air intelligent ce qui, avouez-le, était un exploit que certaines de ses camarades n'auraient pas accompli, surtout face à ce directeur « odieusement sexy », comme se pâmaient certaines. Il était bel homme, il n'y avait pas à dire, mais ce n'était pas ce genre de pensées qui traversaient l'esprit d'Elle quand elle le regardait. Elle l'avait vu en cours, savait très bien quel genre d'homme il était, et en eut au final la confirmation quand il la détailla des pieds à la tête. Bien, soupira-t-elle intérieurement. Il y avait de ces hommes dont le regard puait tellement le vice que c'en était insoutenable. Malheureusement pour lui, il était tombé sur la mauvaise fille à tenter de mettre dans ses petits souliers. Il s'agissait sans doute d'une manoeuvre pour la faire se sentir mal, mais ça ne prenait pas avec elle. Asseyez-vous je vous en prie. Merci. Elle s'assit, retenant finalement un frisson. Sa froideur l'inquiétait, pour tout dire. Elle savait que ce n'était pas un tendre, mais tout de même. Elle commençait vraiment à se demander ce qu'elle avait bien pu faire pour avoir droit à un aller simple pour le bureau du directeur dans les premières semaines de la rentrée. Ça ne sentait pas bon, ou alors elle ne s'appelait pas Elle, et elle n'avait pas envie d'une sucette pour calmer ses nerfs, là, maintenant, tout de suite. Était-ce à elle d'entamer la conversation, où allait-elle savoir ce qui avait amené ce hibou à quasiment renverser son bol de céréales ce matin ?

    Bien, je suppose que vous vous demandez pourquoi vous êtes ici alors je vais éclairer votre lanterne et pardonnez moi d’avance d’être franc. Vous n’êtes pas faite pour cette filière. Vous êtes douée certes, mais vous n’avez pas les épaules pour devenir Auror, comme vous soulignez vouloir le devenir dans votre demande d’orientation. Pardon ? L'interrogation, spontanée, lui avait échappée, alors qu'elle regardait l'homme avec des yeux ronds comme des soucoupes. Jambes croisées, elle avait posé ses mains sur ses genoux avant de les enlever brusquement. Elle n'en croyait simplement pas ses oreilles. Une vague d'incompréhension déferla sur elle avant de se demander ce qui pouvait bien le pousser à dire une chose pareille. Les cours n'avaient commencé que depuis peu, et elle avait été à chacun d'entre eux, avait pris des notes, posé des questions, elle avait même commencé sa dissertation pour le premier devoir à rendre dans deux semaines, elle s'exerçait le soir sur son oreiller pour les sorts. Il devait l'avoir vue une fois ou deux en cours, notamment en duel avancé où elle ne pensait pas avoir démérité. Ou alors il n'aimait pas sa façon de sourire quand elle envoyait un maléfice sur son adversaire ? Elle ne s'était jamais dit qu'un Auror devait tirer la gueule tout le temps, enfin ce n'était pas comme ça qu'elle le voyait. Cherchant ses mots, et surtout, les raisons d'un pareil affront (car cela l'était, pour elle qui ne rêvait que de cela depuis qu'elle était gamine), elle finit par retourner son regard vers le professeur … et surprit ses yeux sur sa poitrine. Si je peux me permettre, vous avez tous les atouts pour une carrière plus… artistique… Elle croisa les bras sur sa poitrine, n'en croyant pas ses oreilles. Ça ne pouvait pas être … ça ? Tout bêtement et tout connement ? Elle était trop « fille » pour devenir Auror, à ses yeux ? C'était … n'importe quoi ! D'accord, sa promotion était majoritairement composée de garçons, et les quelques filles en cours avec elle n'avaient pour la plupart que peu des atours de la féminité. Sciée, sa langue prit la relève pour elle, alors qu'elle cherchait comment formuler sa pensée : Oh, mais je compte effectivement devenir une artiste … une vraie virtuose de la baguette ! Elle se mordit l'intérieur de la joue, se rendant compte du jeu de mots qu'elle venait de lancer, pourtant inconsciemment. Pas ça. Surtout pas vu le personnage qui commençait à se dessiner sous ses yeux. Cependant, c'était du sérieux.

    Elle ne savait pas s'il pouvait la changer d'autorité de filière, et cela l'inquiétait un tantinet. C'était un cauchemar. Auror, c'était son rêve de gamine, son but ultime. Elle avait travaillé d'arrache-pied pour arriver dans cette filière, sélective au possible car exigeant des résultats impeccables dans des matières clefs comme la défense contre les forces du mal, évidemment, mais aussi la métamorphose, les sortilèges, les potions … C'était n'importe quoi. Il n'avait pas le droit de dire ça. Finissant par décroiser les bras, elle enchaîna, bien décidée à se défendre: Je suis surprise, professeur. Mes premiers cours se sont plutôt bien passés, enfin, je ne pense pas vous avoir donné des raisons de vous offusquer en duel. Mon dossier parle pour moi, je suis appliquée, et avide d'apprendre. Devenir Auror a toujours été mon but, et je me donne les moyens d'y arriver. Je ne vois pas pourquoi je n'y arriverais pas, en tous cas pourquoi j'y arriverais moins que n'importe quel autre élève inscrit dans cette UFR.
Revenir en haut Aller en bas
Message(ϟϟ) Sujet: Re: Non, les femmes ne sont pas de futures aurors ft Elle Lun 28 Nov - 17:05

Invité

ACCIO PROFIL


Invité

Oh, mais je compte effectivement devenir une artiste … une vraie virtuose de la baguette ! Un fin sourire éclaira le visage de Samaël alors qu’il l’écoutait parler. Il n’avait pas réussi à la mettre mal à l’aise en étant sec et froid, peut être le pourrait il d’une autre façon. En effet, même s’il était persuadé d’avoir en face d’elle une minette incapable de devenir une auror, il ne pouvait pourtant pas s’empêcher de la tester, de la pousser dans ses retranchements. Après tout, il pouvait avoir tort, elle avait peut être certaines capacités pour le métier qu’elle désire poursuivre. C’était une chose pourtant rare, qu’il se trompe sur quelqu’un mais à la voir face à lui, il avait maintenant des doutes. Peut être cachait elle quelque chose sous cet aspect d’étudiante sexy. Ce n’est pas exactement ce que je suggérais par carrière artistique, mais je serais bien sot d’ignorer une telle remarque. Son sourire s’était élargi, un brin sadique. Il ne s’amusait pas à faire souffrir ses élèves, à les détruire pour qu’ils perdent confiance en eux. Au contraire, tout ce qu’il cherchait à faire c’était les aider et d’une certaine façon, il savait que cette discussion aiderait la jeune demoiselle. Elle n’allait pas se laisser démonter par quelques remarques déplacées, il le savait.

Je suis surprise, professeur. Mes premiers cours se sont plutôt bien passés, enfin, je ne pense pas vous avoir donné des raisons de vous offusquer en duel. Mon dossier parle pour moi, je suis appliquée, et avide d'apprendre. Une vraie miss parfaite… Trop parfaite. Devenir auror n’était pas une simple association de notes. Devenir Auror a toujours été mon but, et je me donne les moyens d'y arriver. Je ne vois pas pourquoi je n'y arriverais pas, en tous cas pourquoi j'y arriverais moins que n'importe quel autre élève inscrit dans cet UFR. Avec une lenteur calculée, Samaël déposa ses coudes sur le bureau et croisa ses mains au dessus, en une position solennelle et calculée. Selon vous, miss Hyatt, qui peut être un bon auror et qui ne le peut pas ? Qui en a les capacités ou pas ? Sa voix avait perdu de sa fraîcheur, il n’était plus là pour la déstabiliser, du moins plus consciemment. On aurait beau dire beaucoup de chose sur l’ancien auror, il y avait une chose qui lui tenait à cœur, c’était que ses élèves réussisse à faire ce qu’ils sont destinés à faire. Est-ce que vous pensez que des bonnes notes font de vous une future auror ? Pour lui, il était évident que ce n’était pas le cas. Ce n’était pas des notes qui attrapaient les psychopathes, tout comme ce n’étaient pas les notes qui empêchaient les tueurs de tuer. De bonnes notes, une fois l’école terminée, ce ne sont rien de plus que des lettres sur un bout de papier.

Il poussa finalement un soupir et se leva de sa chaise. D’un air distrait, il regarda par la fenêtre, les bras croisés sur sa poitrine. Si vous estimez être douée parce que vous savez lancer des sorts et que vous avez de bonnes notes, c’est que je ne me suis pas trompé sur vous. Sa voix était douce maintenant et il regardait toujours au dehors, comme peu concerné par ce qu’il était en train de dire. En fait son esprit s’était égaré dans son passé… Il se revoyait, des années plus tôt, lorsqu’il avait dit à sa sœur qu’elle ne pourrait pas être auror puisque c’était une fille. Il se retrouvait là dans la même situation, à cette différence près que cette fille n’était pas sa sœur… Et qu’elle était diablement sexy, mais ce n’était pas là la question. Il se tourna de nouveau vers elle et ses bras retrouvèrent leur place habituelle. Samaël s’avança finalement vers elle et contourna son bureau pour s’assoir dessus à moins d’un mètre d’elle. La distance professeur/élève n’était pas respectée mais à vrai dire, il s’en moquait pas mal. Alors je vous le demande miss Hyatt, pensez vous être faite pour devenir auror ? Pour lui, c’était plus devenu un test qu’un réel rendez vous d’orientation. Elle l’intéressait d’une certaine façon, parce qu’elle semblait déterminée à le contredire et cette personnalité combattive lui plaisait, et était une condition essentielle à ce qu’elle désirait devenir…
Revenir en haut Aller en bas
Message(ϟϟ) Sujet: Re: Non, les femmes ne sont pas de futures aurors ft Elle Mar 29 Nov - 0:25

Invité

ACCIO PROFIL


Invité

    Ce n’est pas exactement ce que je suggérais par carrière artistique, mais je serais bien sot d’ignorer une telle remarque. Et elle choisit d'ignorer délibérément sa remarque, levant les yeux au ciel d'un air affligé. C'était son directeur ? Peut-être, mais là, c'était plus une réflexion de porc de bas étage qu'autre chose, alors elle ne lui accorderait pas plus de considération, du moins pour cette intervention. Elle pensa à relever, répondre, mais ça n'aurait sans doute fait qu'exciter l'animal, et il n'en était pas question. Retenant à grand peine un soupir, elle décroisa les jambes et les croisa dans l'autre sens. Tout ça ne lui disait rien qui vaille, et sa détermination sans faille, attaquée méchamment, tira la tronche pendant quelques minutes. Mais il ne fallait pas qu'elle perde contenance, ou son sang froid, c'était visiblement ce qu'il cherchait. Le dos parfaitement droit, son sourire d'ange peut-être légèrement tendu, par ses plaisanteries douteuses et la pression également, elle était attentive, et n'entendait pas baisser sa garde. Surtout que le plus difficile n'allait sans doute pas être les blagues salaces à peine sous-entendues, comme elle le comprit quand il posa les coudes sur la table, son regard soudain sérieux. Selon vous, miss Hyatt, qui peut être un bon auror et qui ne le peut pas ? Qui en a les capacités ou pas ? Je ne pense pas qu'il y ait des gens prédestinés à être Auror pour telle ou telle raison. On ne peut pas classer les gens dans des catégories, c'est du cas par cas. Une question de personnalité. De volonté. Et rien d'autre. Ou en clair: si vous me dites vraiment que je ne peux pas être Auror parce que je suis une fille pas trop mal fichue, je vous jure que je vais voir la directrice, ou l'autre directeur pour me plaindre de discrimination. Est-ce que vous pensez que des bonnes notes font de vous une future auror ? Non, accorda-t-elle sans hésiter. Cela dénote tout de même d'un sérieux, d'une rigueur et d'un intérêt qui sont capitaux, enfin à mon sens dans cette profession.

    Elle n'en menait pas large, alors qu'il se levait pour aller vers la fenêtre. L'énervement pointait doucement le bout de son nez, il n'y avait sans doute rien de pire qu'un interlocuteur qui ne vous regardait pas quand il parlait, mais surtout, elle se semblait vaciller, intérieurement. Personne ne lui avait jamais demandé de comptes sur son projet professionnel. Elle voulait être Auror, depuis des années, et jamais personne n'avait remis cela en question. Alors qu'on lui demande, maintenant, en vertu de quoi elle prétendait à cette fonction … ça avait quelque chose d'incroyablement frustrant, et insultant, quelque part. Avait-il posé la même question à toutes les personnes de l'UFR ? Elle en doutait franchement. Si vous estimez être douée parce que vous savez lancer des sorts et que vous avez de bonnes notes, c’est que je ne me suis pas trompé sur vous. Je n'ai pas dit ça, protesta-t-elle. Il l'agaçait prodigieusement, autant qu'il l'inquiétait, à ne pas la regarder, et à lui lancer des piques à tort et à travers. Sa voix douce, presque paternelle lui donnait des boutons. Il n'avait pas le droit de sembler détaché à ce point alors qu'il était en train de traîner dans la boue le rêve de toute une vie. Ne le quittant pas des yeux, elle les plongea dans les siens dès qu'il se tourna vers elle, ne le lâchant pas une seconde. Il n'était pas question qu'il pense qu'elle se défile, et, à défaut d'autre chose, elle allait lui prouver qu'elle avait du cran. Quand elle vit la trajectoire qu'il prenait, elle se décala vers le fond de son siège, en essayant de faire en sorte que cela paraisse naturel. Ce n'était pas qu'elle soit particulièrement mal à l'aise, mais au vu de l'esprit très tourné qui était le sien, elle voulait éviter le moindre contact à tout prix. Alors je vous le demande miss Hyatt, pensez vous être faite pour devenir auror ? Détermination. Persévérance. Observation. Adaptabilité. Travail. Rigueur. Autant de qualités qui sont celles d'un Auror, il me semble. Elle n'avait pas envie de faire un plaidoyer complet. Parce qu'elle n'avait pas à le faire. Pourquoi se justifier ? Joignant ses mains, elle les posa sur ses genoux, affrontant de nouveau son professeur du regard. Par contre, je serais curieuse de savoir pourquoi je suis la seule étudiante à être soumise à ce genre d'interrogatoire. Tous les autres, vous leur avez demandé, pourquoi eux seraient de bons Aurors ? Ou suis-je la seule à devoir justifier ma présence dans cette UFR ? Dangereuse, cette question, peut-être. Mais ce n'était pas juste, et elle n'avait pas l'intention de se laisser faire pour des motifs sexistes.
Revenir en haut Aller en bas
Message(ϟϟ) Sujet: Re: Non, les femmes ne sont pas de futures aurors ft Elle Mar 29 Nov - 18:39

Invité

ACCIO PROFIL


Invité

Détermination. Persévérance. Observation. Adaptabilité. Travail. Rigueur. Autant de qualités qui sont celles d'un Auror, il me semble. Dire qu’il était impressionné lui donnerait certainement trop d’importance. Néanmoins il aimait bien ses réponses. Elles étaient sensées et construites, même s’il ne s’enlevait pas l’idée qu’elle n’était pas faite pour son ancien métier. Il la voyait face à lui et elle semblait si frêle, si fragile… Certes la magie évitait la plupart des combats à mains nues et elle n’aurait probablement aucun mal à être major de sa promotion vu les capacités qu’elle avait mais… Il restait persuadé qu’elle était dans le faux. Une femme, comme Elle, paraissant faible, n’ayant rien de plus pour elle qu’un bon cerveau et une plastique certes impressionnante. Dans l’esprit de tous ses compagnons, elle resterait la jolie brunette qui est là pour faire le café et pour leur donner de quoi mater en rentrant d’une mission. Son ancien chef avait beau être quelqu’un d’impartial et honnête, il ne pourrait pas risquer la vie d’une jeune femme, aussi douée soit elle. Si elle ne démontrait pas une certaine force de caractère et une force intérieure encore plus grande, elle resterait celle qui classe les dossiers. Par contre, je serais curieuse de savoir pourquoi je suis la seule étudiante à être soumise à ce genre d'interrogatoire. Tous les autres, vous leur avez demandé, pourquoi eux seraient de bons Aurors ? Ou suis-je la seule à devoir justifier ma présence dans cette UFR ? Il poussa un profond soupir avant de croiser de nouveau les bras. Il n’avait pas quitté sa place face à elle. De cette façon, il la dominait, la déstabilisait et arrivait plus facilement à l’énerver.

Malgré ce qu’il pensait, elle avait une vraie motivation pour rester dans l’UFR. Elle voulait réellement devenir auror et il ne restait plus qu’à voir si elle était réellement aussi forte qu’elle le prétendait. Les mots sont faciles à utiliser mais les méninges qui servent à réellement agir en tant qu’auror n’étaient pas forcément les plus utilisées en temps normal. Si je devais choisir, là, aujourd’hui, quelqu’un à virer parce qu’il n’a pas sa place ici. Ce serait vous ! Sa voix était toujours aussi calme et il avait débité cette remarque comme s’il était en train de parler de la météo. Ses yeux s’étaient finalement accrochés à son regard et il essayait vraiment de déterminer si elle avait peur de lui. Vous êtes sûre de vous ! Trop sûre de vous… L’arrogance vous mènerait vous et votre éventuel coéquipier dans des situations désastreuses. Son but actuel était simple, il voulait la faire sortir de ses gonds, il voulait qu’elle quitte cette image de miss parfaite et qu’elle lui montre aussi ses tripes. C’était de preuves dont il avait besoin, pas de simples belles paroles. En le regardant dans les yeux, Elle n’avait pas hésité une seule seconde à dire qu’elle était faite pour ça, qu’elle avait les qualités pour être auror.

De belles paroles tout simplement et tout ça le forçait bien à croire qu’elle était arrogante. Il voyait cependant autre chose en elle, une certaine force de prouver quelque chose. Une détermination importante et surtout une capacité d’analyse inconsciente. Néanmoins, il avait besoin de preuves, il avait besoin de savoir s’il faisait une erreur à lui donner de son temps ou si au contraire elle pourrait faire le meilleur auror de tous les temps sous sa férule. Plus il passait du temps avec elle, plus il était persuadé qu’elle cachait quelque chose en elle, ce petit quelque chose qui pourrait éventuellement la faire passer d’indésirable à élève chérie. Vous avez parlé d’observation… Observez-moi et dites moi ce que vous voyez. N’hésitez pas à dire tout ce que vous pensez. Avec un son flegme légendaire, Samaël s’était finalement assis sur son bureau et il avait décidé de la fixer. Son œil pourtant était distrait alors qu’il attendait qu’elle reprenne la parole. Il se donnait volontairement une image de sale type arrogant et sardonique. Dans son esprit, il était obligatoire qu’elle le juge de façon erronée et il se préparait mentalement à en prendre pour son grade… Si elle osait ! Ce qu’il espérait vraiment.
Revenir en haut Aller en bas
Message(ϟϟ) Sujet: Re: Non, les femmes ne sont pas de futures aurors ft Elle Mer 30 Nov - 0:52

Invité

ACCIO PROFIL


Invité

    Si je devais choisir, là, aujourd’hui, quelqu’un à virer parce qu’il n’a pas sa place ici. Ce serait vous !Elle avait frissonné. Elle n'avait pas pu s'en empêcher. Bien sûr, elle essaya de se calmer, se disant qu'il n'avait pas ce pouvoir, qu'on ne le laisserait jamais faire, et pu donc relever les yeux vers lui pour affronter son regard scrutateur. Elle ne demanda pas en vertu de quoi. Elle ne voulait pas ouvrir la bouche plus que nécessaire, en réalité, elle n'avait pas envie qu'il lui dise qu'elle n'était qu'une pimbêche pipelette incapable de réfléchir avant de parler. Il ne la briserait pas, il ne la ferait pas fondre en larmes, il ne la ferait pas reculer. Elle entendait derrière elle ses quatre pères lui dire qu'elle pouvait le bouffer sans souci, qu'elle n'avait peur de personne, et surtout, surtout pas d'un homme. Les femmes étaient vicieuses. Mais on pouvait lire un homme, et comprendre comment il fonctionnait: Vous êtes sûre de vous ! Trop sûre de vous… L’arrogance vous mènerait vous et votre éventuel coéquipier dans des situations désastreuses. Je ne suis pas arrogante. Vous m'avez demandé ce que je pensais valoir, je vous ai répondu. Je n'allais pas vous dire que je ne suis pas sûre de moi, et que je doute de mes capacités. Même si c'est sans doute ce que vous auriez voulu entendre, ajouta-t-elle mentalement. Elle marchait sur une corde raide. Il ne fallait pas que son impulsivité prenne trop le dessus. Elle avait perdu le sourire depuis qu'il avait établi ce contact visuel, et était devenue sérieuse, soudainement. Ça ne lui arrivait pas souvent. Pas le fait d'être sérieuse, mais de le montrer. Elle aimait sourire, être agréable, ne pas montrer que les choses pouvaient être difficiles, parce que c'était ce qu'elle était. Mais là … c'était différent. Les règles du jeu ne lui appartenaient plus. Le temps de sourire était révolu. Le dos légèrement plus droit, elle ne baissait pas les yeux, continuant ce qui était, elle s'en rendait compte, un combat.

    Perplexe, intérieurement tout de moins, elle se rendait compte qu'elle n'avait jamais eu ce genre d'attitude, ce genre de réaction, ou même de réflexion. Elle n'avait jamais été que miel et douceur, même quand elle assommait ses camarades d'un maléfice bien placé. Cependant, cela lui semblait naturel. Elle ne jouait pas un rôle. Elle ne jouait pas. Elle se pliait à ses exigences, parce qu'il le fallait, mais elle était mortellement sérieuse. Vous avez parler d’observation… Observez-moi et dites moi ce que vous voyez. N’hésitez pas à dire tout ce que vous pensez. Dardant son regard sur lui, elle n'hésita pas longtemps. Se redressant dans son fauteuil, elle posa un coude sur l'accoudoir, déposant son menton dans sa main, avant de le dévisager, sans la moindre retenue, comme il l'avait fait avec elle quand elle était rentrée dans la pièce. Et avec le même objectif: se faire une idée de la personne qu'elle avait en face d'elle. Elle se doutait que ce serait plis complexe que ce qu'il y paraissait. Il s'agissait d'un ex-Auror, entraîné donc. Mais … Mais. Mais Elle avait été élevée avec des hommes. Et savait les jauger, sans trop se tromper. Et surtout … Il avait dit tout ? Elle allait tout dire. Il l'avait demandé après tout, non ? Après un examen minutieux, sans doute un peu trop poussé, mais chacun son tour après tout, elle attaque, directement: Bel homme, en tous cas c'est ainsi que vous vous voyez, approchant de la quarantaine. Vous êtes sûr de vous, séducteur sans le moindre doute, avec un esprit particulièrement mal tourné. Misogyne, je pense que personne ne me contredira. La plupart du temps, un misogyne a lui-même été blessé par une femme, ou les craint. Mais je n'ai pas assez d'éléments pour trancher. Merci Papa, merci Evan. Deux hommes qu'elle adorait qui avaient été profondément meurtris par des femmes, et lui avaient expliqué comment ils auraient pu tourner, comme certains ivrognes qui étaient toujours plantés au comptoir de « Robin Hodd and cie ». Vous avez un avis sur tout, toujours forcément tranché, ce qui n'est pas forcément signe que vous maîtrisez le sujet, juste que vous aimez que tout soit sous contrôle. Vous n'êtes pas sadique, malgré ce que vous essayez sans doute de montrer ici. Ce qui voulait dire qu'il pensait réellement qu'elle n'avait pas l'étoffe d'un Auror. Elle finit par changer de position, croisant délicatement ses bras sur sa poitrine. Vous n'avez honte de rien. Vous êtes qui vous êtes, ou du moins vous montrez celui que vous voulez que les gens croient que vous êtes, et vous assumez, totalement. Parce qu'au final, vous vous débrouillez pour montrer ce que vous voulez montrer. Elémentaire, ma chère Hyatt ? Elle referma doucement sa bouche, posant de nouveau ses mains croisées sur ses genoux. Il y avait des fois où les mots venaient tous seuls. Au bon moment, à propos ? En tous cas, elle avait dit ce qu'elle pensait, et se fendit même d'un sourire à la fin de son exposé.
Revenir en haut Aller en bas
Message(ϟϟ) Sujet: Re: Non, les femmes ne sont pas de futures aurors ft Elle Mer 30 Nov - 1:32

Invité

ACCIO PROFIL


Invité

Surpris. Il devait avouer qu’il l’était réellement. Sans doute avait il pensé qu’elle se défilerait rapidement, trouvant maintes et maintes excuses pour ne pas répondre à sa demande. Il avait cru au moins qu’elle choisirait la facilité en lui mentant, en débitant une immondice de conneries juste pour lui faire plaisir. Elle avait été franche, elle avait répondu sans la moindre peur face à lui, malgré ses menaces. Avec un léger sourire, il reconnaissait ses torts… Finalement, elle avait peut être l’étoffe pour devenir une grande auror. Par certains aspects, elle lui ressemblait… Déterminée, sûre d’elle, acharné à faire valoir son point de vue, courageuse. Si elle devait parvenir jusqu’au bureau des aurors, nul doute qu’elle serait même meilleure que lui. Son sourire s’élargissait au fur et à mesure de son discours et ça l’amusait de voir comment elle le dépeignait. Son avis sur sa personne avait une étonnante acuité et lorsqu’elle acheva finalement, son sourire n’aurait pu être plus éclatant. Pendant un temps il garda le silence, venant passer sa main sur son menton en un geste qui aurait pu être plein de sagesse s’il n’était pas accompagné de ce regard espiègle qu’il avait coutume d’avoir lorsque les choses se déroulaient selon son plan. Intéressant ! Vous n’avez pas la langue dans votre poche miss Hyatt Sa voix et son discours auraient pu apparaître comme plein de remontrances mais c’était fortement démenti par son regard et son sourire. Intérieurement, il restait sur le choc de cette révélation. Elle avait réussi à lui montrer tout son intérêt en quelques minutes bien plus efficacement que n’importe quel dossier ou que n’importe quel cours. Certes, dès les premières minutes il avait déjà été convaincu qu’il avait tort sur elle mais elle venait de le lui prouver avec brio, il avait bien fait de la tester comme il venait de le faire.

Vous avez raison sur certains points, même si vous avez passé sous silence trop de choses. Vous ne m’avez pas jugé sur mon attitude sur vous depuis votre arrivée, vous ne m’avez pas jugé sur mon impolitesse ou autres choses du genre. Vous avez préféré partir sur des choses plus profondément ancré sur moi… Encore une fois, son discours puait les remontrances, mais ce n’était qu’un effet qu’il se ménageait. Son regard s’était fait sérieux et son sourire avait disparu lors de son discours, augmentant probablement le malaise de son interlocutrice même si elle ne semblait pas particulièrement affectée par ça. Savez vous pourquoi je vous ait fait resté dans mon bureau après ma première annonce ? En temps normal, je vous aurais simplement annoncé que vous deviez quitter cette filière. Vous avez su en quelques mots me convaincre que je me trompais à votre propos. Son sourire était maintenant revenu alors qu’il quitta son bureau pour se retrouver à quelques centimètres de sa chaise. Il posa les deux mains sur les accoudoirs jusqu’à ce que son visage soit à hauteur du sien. Peu de personnes retiennent mon attention au point que je veuille les tester. Vous venez de me prouver que vous aviez des tripes et que vous ne vous démontiez pas pour rien. Vous venez de me montrer que j’avais raison de perdre du temps avec vous. Vous êtes douée. Encore beaucoup à apprendre mais avec un peu d’entrainement vous serez une excellente auror. Vous semblez doté d’un instinct de protection envers vous-même pour autant vous n’avez pas la langue dans votre poche et vous n‘avez pas peur de ce que vous pensez…

Il se redressa finalement pour retourner s’assoir sur son bureau. Il avait voulu donner plus de poids à son discours de cette façon mais il avait bien du mal à rester de marbre à cette distance. Elle était réellement très jolie et son cul était d’ailleurs à se damner. Vous m’impressionnez miss Hyatt. Juste une preuve qu’un cul agréable peut être accompagné de capacités qui le sont tout autant. Il se releva finalement pour contourner son bureau et griffonna quelque chose sur le dossier de la demoiselle. C’est avec un regard noir qu’il se tourna finalement de nouveau vers elle. Un conseil néanmoins. Ne prenez pas la grosse tête. Ce n’est pas parce que vous avez mes… faveurs que vous devez vous reposer sur vos lauriers. Il s’assit de nouveau sur sa chaise, regrettant déjà ce qu’il allait dire. Ce n’était pas dans ses habitudes d’agir comme ça, mais il devait le faire. Vous êtes douée, je vous l’ai dit mais… j’aimerais passer plus de temps avec vous. J’aimerais, en plus de vos cours, vous dispenser des cours plus… pratiques. Certain qu’elle allait mal l’interpréter, il se rectifia presque aussitôt, un léger sourire aux lèvres. Ne vous affolez pas. Je parlais de cours d’observation, d’interrogatoire. En gros, j’aimerais vous enseigner des choses que l’on n’apprend pas dans vos cours, mais qui vous seront forcément utile plus tard. Je crois en vous, j’aimerais vous booster. Oui, Samaël proposait à une femme de devenir son égal en matière d’auror et il ne le regrettait presque pas. Nous pourrions commencer maintenant avec un autre test. Vous devez trouver dans cette pièce la chose la plus importante pour moi. Selon vous ! Il s’agissait de son album photo, situé dans sa bibliothèque derrière lui, juste au dessus de la cheminé, mais il était persuadé qu’elle ne saurait pas définir ce qu’il lui demandait…
Revenir en haut Aller en bas
Message(ϟϟ) Sujet: Re: Non, les femmes ne sont pas de futures aurors ft Elle


ACCIO PROFIL


Contenu sponsorisé

Revenir en haut Aller en bas
 

Non, les femmes ne sont pas de futures aurors ft Elle

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Jeanne Deveraux ♣ Les femmes ne sont pas que douceur et amour
» Les rêves des femmes ne sont jamais des rêves d'exil, mais d'intimité [PV Victoria]
» Pourquoi les femmes sont elles absentes à ce forum?
» Pourquoi les femmes sont elles plus attirantes que les hommes
» Anthéa de Prouville // La faiblesse des hommes font la force des femmes !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Relashio :: Administration :: Les Archives :: Version 1 :: [V1] Archives Hors-Rp :: Ancien :: RP-