Relashio


 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
Bienvenue sur Relashio
Nous vous souhaitons une bonne visite sur le forum. N'oubliez pas les Top-sites o/
Info: Les Jumeaux sont à limiter.
Info: Les Sang-pur de type "traitre à leur sang" sont désormais limités.
Si vous souhaitez un sang-pur, reportez-vous aux familles ou sur un personnage membre de la PBL.

Partagez | .
 

 Talwyn E. Saynsberry

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Message
Message(ϟϟ) Sujet: Talwyn E. Saynsberry Mer 19 Oct - 22:14

Invité

ACCIO PROFIL


Invité


♛ Prologue
I'm finally coming home
▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬
ft. Felicity Jones

ID N° S.698. 81 PR
Talwyn Elestren Saynsberry
113 ans ϟ Infirmière ϟ Vampire
Infos personnelles
♛ Nom: Saynsberry
♛ Prénoms: Talwyn Elestren
♛ Surnoms: Tal', Wynnie, Melangell, Ygerna, Hafren
♛ Date de naissance: o1/o1/1898
♛ Lieu de naissance: Ile de Man, Colline de South Barrule
♛ Nationalité: Britannique
♛ Qualité du sang: Mêlé
♛ Race: Vampire
♛ Quotient magique: 80
♛ Appartenances: Glee Witchcraft Club si vous avez besoin d'une infirmière dérangée pour animer les réunions.
♛ Signe particulier: Tache de naissance sur le flanc gauche
♛ Péché: Envie/Jalousie

Informations Personnel
♛ Ancienne école/Maison: Poudlard/Serdaigle
♛ Métier: Infirmière
♛ Cursus précédent: Début d'études d'infirmière avant de servir comme aide soignante au front, dans les tranchées
♛ Baguette: 31,6 cm • Souple • Noisetier • Plume de phénix • Défensif & soins.
♛ Patronus: le Renard
♛ Epouvantard: Caireall redevenu être vivant de chair et d'os



♛ Chapitre 1: Chronologie
Story of the impossible
Ici vous avez carte blanche. Un seul but: Nous faire passer l'information. Une seule exigence: Un minimum de 1000 mots. Ici vous pouvez rédiger un rp, faire ce que vous voulez, l'essentiel est de nous présenter la petite vie de votre personnage, avant Poudlard et après, la découverte de ses pouvoirs etc etc... Nous n'attendons pas de roman au style incroyable, juste un texte agréable à lire avec une bonne syntaxe et une orthographe correcte.
Bonne chance !


Chronologie

1er janvier 1898 • Naissance de Caireall et Talwyn sur la colline de South Barrule
6 mars 1902 • Naissance de Lylwen sur la colline de South Barrule
13 février 1905 • Manifestation de ses pouvoirs magiques
1er septembre 1909 • Entrée à Poudlard
Juin 1915 • Départ de Caireall pour le front
30 juin 1916 • Fin de sa scolarité à Poudlard
Juillet 1916 • Entame ses études d'infirmière au Noble's Hospital Braddan
1er juillet 1916 - 18 novembre 1916 • Bataille de la Somme
Mai 1917 • Annonce du « décès » de Caireall à la Bataille de la Somme
Mi-décembre 1917 • Départ de l'hôpital
Mi-décembre 1917 • Bombardement de l'hôpital
Janvier 1918 • Début de l'errance
Mars 1918 • Découverte de Caireall
Avril 1918 • Morsure
1920-1929 • Profite en partie des années folles en France
1929-1939 • Voyages en Europe
1939 • Retour au pays à long terme
1940-1945 • Infirmière dans des hôpitaux de fortune
1945 • Découverte des USA
1947 • Virée gastronomique en Grèce
1950 • Virée gastronomique en Corée
1953 • Virée gastronomique au Laos
1955 • Virée gastronomique à Chypre
1957 • Virée gastronomique en Birmanie
1960 • Première virée gastronomique au Viêt Nam
1962 • Virée gastronomique en Inde
1964 • Virée gastronomique au Yémen du Sud
1966 • Virée gastronomique en Malaisie
1968 • Virée gastronomique à Prague
1970 • Virée gastronomique en Irlande
1974 • Deuxième virée gastronomique au Viêt Nam
1978 • Virée gastronomique au Cambodge
1980 • Virée gastronomique en Iran
1983 • Virée gastronomique au Sri-Lanka
1985 • Virée gastronomique en Turquie
1987 • Virée gastronomique au Timor oriental
1989 • Virée gastronomique en Roumanie
1991 • Virée gastronomique en ex-Yougoslavie
1994 • Première virée gastronomique en Tchétchénie
1996 • Virée gastronomique en Afghanistan
1999 • Deuxième virée gastronomique en Tchétchénie
2002 • Virée gastronomique en Côte d'Ivoire
2004 • Virée gastronomique en Irak
2006 • Virée gastronomique au Kivu
2008 • Virée gastronomique en Erythrée
2011 • Virée gastronomique en Libye
Septembre 2011 • Retour à Poudlard

Récit

Le Gourmand, l'Envieuse et la Faucheuse, fable des temps modernes rédigée à quatre mains mortes pour le plaisir de vos consciences.
    Oyez oyez, passants, badauds,
    Le conte des sinistres jumeaux.
    Ici, au mystérieux South Barrule,
    Où tout qui approche, recule,
    Sont nés les enfants du fléau.
    Sages, modèles et exemplaires,
    Tant et tant que leurs parents furent fiers,
    Ils grandirent, malin, maligne,
    Domestiquant la colline,
    Futur fruit de leurs regrets.
    Car petits, jolies images,
    Ils entretenaient le mirage,
    D'une vie calme et tranquille,
    Bâtie par leurs mains habiles.
    Mais comme ils se fourvoyaient.
    Si Lylwen les imaginaient modèles,
    Avançant sans béquille ni attèle,
    Bien vite la guerre, vicieuse et rude,
    Mua l'ambitieux comme la prude,
    En des porteurs de fardeaux.


Tous les contes de fée commencent sur une butte tranquille, un petit coin de paradis peuplé d'êtres étranges, magiques et mystérieux. Tous les drames commencent sur une colline sordide, un petit coin d'enfer infesté par des monstres exsangues, maléfiques et mesquins. Les « entre-deux » prennent place sur des collines aussi - pour faire original -, mais celles-ci sont à mi-chemin entre ciel et terre, entre sorcellerie et sang commun, entre tout et rien. South Barrule a d'extraordinaire qu'on la craint, sans la connaître parce qu'on ne l'approche pas. On lui attribue châteaux hantés, cachés, antres poussiéreuses de seigneurs meurtriers ou demeures d'antiques Norrois. On la dit repère de Fées qui arrachent les nourrissons à leur mère. Pourtant, Elestren, la magicienne, et Eoghan, son moldu de mari militaire, ont tous deux deux bambins bien à eux qu'aucun n'a dérobé à personne. Et bientôt trois, même. Ni l'un ni l'autre n'a assassiné un jour son précédant conjoint en lui lançant un bloc de granit. Ils n'ont pas encore rencontré le Satyre qui se dissimule dans le secteur et n'ont, Merlin merci, jamais eu à se prémunir d'un quelconque risque d'incendie. Ils écrivent leur propre légende de la colline, d'une écriture plus mal habille qu'ils ne l'avaient toutefois projeté.

Caireall, Talwyn et Lylwen, Elestren, Eoghan, South Barrule ... Une poignée de noms propres qu'on secoue pour orchestrer l'histoire des principaux protagonistes, leur offrant la gloire et la richesse ou l'indifférence et la misère. Femme au foyer, haut officier, pouvoirs magiques, monde moldu, jumeaux, isolement, sérénité ... Un tas de noms communs qu'on agite pour dresser la situation initiale, leur chez eux, leur vie. Ce qu'elle était. Pas ce qu'elle sera. Ca, ce sont des termes, plus ou moins précis, comme Poudlard, baguette, répartition, Serdaigle, Serpentard, devoirs, contraintes, aléas qui détermineront les embranchements empruntés, les galères à venir et les obligations qui incomberont à Caireall et Talwyn, inséparables gamins, que le Collège éprouverait, à l'image du reste. Oui, la fillette avait peut-être transformé le chat en un pot de fleurs à pattes sous le coup de l'énervement - un chat est collant et pénible, parfois, et, quand on a sept ans, l'image du « pot de colle » est potentiellement substituée par l'image d'une jardinière qu'on a sous les yeux, avant l'image mentale de la glu - mais ça ne signifiait en rien qu'elle ferait une grande carrière de botaniste ou qu'elle finirait tailleuse de vasques en pierre dans une quelconque boutique moldue.

    Le duo que rien n'altère,
    Qui respectait père et mère,
    Bientôt se séparerait,
    Où le conflit culminerait,
    Pétri de rage et de sang.
    Les contraintes de la tactique,
    Loin de la morale et de l'éthique,
    Assèneraient le premier coup,
    A une Talwyn à genoux,
    Seulement pour un commencement.
    Ame bancale, fébrile, maniaque,
    Qu'une perturbation détraque,
    La sorcière, face au vide,
    Tourna secrète et impavide,
    Puis combla le temps pour deux.
    Quand sonna l'heure du diplôme,
    Elle s'en alla soigner les hommes,
    Qui du front rentraient meurtris,
    Cherchant dans les visages amis,
    Les traits de son double éternel.


Si finir dans des maisons différentes avait déjà constitué un écueil, rien ne fut comparable à ce qui suivit. La guerre creusait un fossé plus profond que la distance entre deux dortoirs, deux salles communes. Les tranchées blessaient au corps et au cœur. Dans les familles. dans les fratries. Et Caireall partit au front. Lylwen était peut-être adorable, elle n'était pas pour autant comparable à son frère, son jumeau enrôlé dans les troupes, comme leur père. Inutile de chercher réconfort ou secours dans ce lien de sang qui n'égalerait pas l'autre. Seuls les livres, l'acharnement et le travail, mâtinés de quelques manies vicieuses et excessives, lui permirent d'artificiellement combler le vide dans le seul et unique but : servir à son tour. Si ses seules armes n'étaient jamais que les potions, le scalpel ou l'aiguille, la bassine et le linge d'eau tiède, peu importe. Si le combat était le terrain de son frère, il serait le sien également, peu importait les moyens.

Son diplôme obtenu, Talwyn entama donc des études au Noble's Hospital Braddan, découvrant sans ambages, protections ni précautions les affres de la guerre, les visages marqués, les corps meurtris, les chairs tailladées et les âmes détruites. Et parmi toutes ces têtes inconnues, jamais ne se découpa la silhouette du frère qu'elle recherchait.

    Pas une missive, pas un lettre,
    Rien qui aurait pu permettre,
    D'assurer au cœur malade,
    Que ces angoisses étaient salades,
    Et son mal-être, infondé.
    Jusqu'au jour où, triste nouvelle,
    Parvint, sombre tourterelle,
    Oiseau de malheur,
    Triste porteur,
    L'annonce de la fin.
    Le bataillon entier, décimé,
    Et dans leurs rangs,
    Son frère aimé,
    Son double, son sang,
    Aussi périt.
    Ebranlée et circonspecte,
    Mue par une croyance suspecte,
    Entre l'espoir et la folie,
    Talwyn quitta sa panoplie,
    D'infirmière dévouée.


Les nouvelles étaient déjà bien rares. Un jour, elles se tarirent. Fallait-il en conclure que tout était fini ? Pour Talwyn, la chose était inconcevable. Son frère ne pouvait choir. Ni ici, ni là-bas. Hélas, quand la confirmation arriva au final, quand tous surent que son bataillon était tombé face à l'ennemi, il n'y avait normalement plus d'autre issue que de s'y résoudre, accepter qu'une époque se mourait. Triste constat inexorable que la demoiselle rejeta en bloc. Impossible. Inimaginable. Comme Saint Thomas, elle n'accepterait la vérité que si elle l'avait sous le nez, elle ne croirait que ce qu'elle verrait.

Au fil des mois, l'abattement et la lassitude firent place à la résolution profonde que tout n'était pas joué. Mettant en cage son côté Serdaigle, Talwyn vira Gryffondor, partant en croisade solitaire contre un destin capricieux. Qui sait ? Qui savait si cette certitude ancrée dans ses entrailles n'était pas simplement le reflet du réel ? Si, quelque part, perdu dans la campagne, n'errait pas Caireall, jusqu'à ce qu'elle le retrouve ?

Organisant le nécessaire, la Britannique mit les voiles, abandonnant son poste comme une voleuse, déserteuse à sa manière. Néanmoins, ce manquement n'eut guère le temps d'être acté dans les mémoires, sa fuite étant tristement couverte par les bombardements du Noble's Hospital Braddan par les tirs allemands.

    Par monts et par vaux,
    Faisant fi des maux,
    Elle parcourut les terres,
    Devenant pauvre hère,
    Fixé sur une silhouette.
    Un fantôme du passé,
    Un pilier dépassé,
    Jamais, ô grand jamais,
    Elle ne l'admettrait.
    Il devait être là.
    Et ses errances payèrent,
    Quand, sous la lumière claire,
    Se dressa, pâle, mais droit,
    Son frère, Caireall, son roi,
    Qui revenait enfin.
    L'indicible bonheur,
    Contenu avec peine,
    Explosa en horreur,
    Incompréhension, haine,
    Pour les suceurs de sang.


Une course sans fin. Contre la montre. La fatigue. L'abattement. Contre elle-même, aussi. Elle aurait parcouru l'Angleterre, l'Ecosse, l'Irlande, le Pays de Galles, l'Île de Man, la Belgique, la France et l'Allemagne de fonds en combles jusqu'à mourir d'épuisement tant qu'elle n'aurait pas, face à elle, la preuve que le pire était survenu. Elle aurait décroché la lune si une telle prouesse lui avait ramené son frère. Peu lui importait de faiblir, peu lui importait de s'user à la marche. Peu l'atteignait encore, à bien y réfléchir, son fol espoir la berçant toute entière sur des flots illusoires. Il était vivant. Cette seule assertion assénée dans son crâne décuplait ses forces et la maintenait debout. Droite. Vaillante.

Jusqu'à ce qu'elle l'aperçoive.

Presque un an s'était écoulé depuis qu'on le jurait mort. Pourtant, il se dressait bien face à elle. Envoûtant. Charismatique soldat auréolé de gloire en plein printemps français. Il lui fallut quelques instants pour le reconnaître. Plus encore pour l'apprivoiser. Comprendre. Déchanter. Et accepter.

Ce n'est pas tout de sauter au cou de son jumeau, gonflée par la joie de le serrer à nouveau dans ses bras. Il faut réaliser que les bras qui vous tiennent n'ont pas que forci avec l'âge. Qu'il y a, dans cette étreinte, plus d'amertume que de soulagement. Que si la porte d'un enfer s'est refermée, c'est pour mieux permettre aux battants de l'autre de s'écarter plus encore. Il était peut-être sauf, mais ce salut avait eu un prix paradoxal : sa vie.

    Et puis le jour se lève,
    Conférant un autre éclairage.
    La crainte qu'ils lui enlèvent
    Insufflait force et rage,
    Dans son corps fatigué.
    Elle saisit la vipère
    Lovée dans son giron.
    Remuant ciel et terre,
    Trésors d'argumentation,
    Pour avouer enfin.
    Sa peur, la vraie, la seule,
    Maintenant clairement nommée,
    Offrit aux propos veules,
    Une place toute désignée
    Sur sa langue volubile.
    Elle et lui ne formaient qu'un,
    Quoi qu'en dise le destin.
    Leurs sorts seraient, alors,
    Liés jusqu'à la mort.
    Et même par-delà.


L'incompréhension fait place à la douleur. Celle de ne pas avoir été là quand cela aurait été nécessaire. Celle d'arriver après les batailles. Toutes les batailles. Dans un sursaut possessif, l'esprit explose les dernières barrières, saccage la retenue et éjecte la crainte de son sillage. Qu'a-t-elle encore à perdre, maintenant ? Caireall. Puisqu'il est là, c'est qu'il n'est pas mort. S'il n'est pas mort, c'est qu'elle peut encore le rejoindre. Traverser un guet n'a jamais fait peur à personne, Talwyn comprise, et ce même si le tribut à payer s'évalue en hémoglobine.

Une fois convaincue elle-même, lorsque son égoïsme prit définitivement le pas sur la raison, le sens commun et la prévenance, quand seul ne compta plus que son désir d'être à nouveau « comme lui », assurée qu'elle ne partirait pas un beau jour sans lui, emportée par le poids des ans et des souvenirs, Talwyn se lança dans sa croisade argumentative pour le faire accéder à sa faveur.

    Son sang se figea,
    Et quand elle tourna de l'œil,
    Ce fut, non sans orgueil,
    Crâne, qu'elle se rappela
    Qu'elle l'avait choisi.
    La vie quitta son être,
    Sa peau, son cœur, ses tripes,
    Laissant sans dieu ni maître,
    Une frêle poupée de fripes,
    A un frère écartelé.
    Deux crocs luisants au soir,
    Croquant sa nuque gracile,
    Rendirent une vague d'espoir,
    Bien qu'un peu trop facile,
    Au tandem boiteux.
    Talwyn mourut cette nuit,
    Et Melangell naquit,
    Affublée de deux sœurs,
    Qu'il faut nommer sans peur :
    Hafren et Ygerna.


Elle tremblait. A mi-chemin entre la peur et l'excitation, Talwyn frissonnait de tout son être. C'est étrange de se dire qu'on va mourir, à un instant programmé, même pour renaître après. Même si on la choisit. Une famille abandonnée, un seul être qui reste, c'est ça qui rend la décision vite tranchée. Pour elle. De l'autre côté, la responsabilité de donner la mort à sa sœur, de porter le coup fatal, avait un tout autre poids dans la balance. Mais aveuglée par ses désirs, ses craintes et ses fantômes, la jeune fille avait signé le contrat sans plus se préoccuper des charges qui pèseraient sur les épaules de Caireall. Erreur amère teintée sur sa langue pour les siècles à venir et qui éroderait un peu plus son esprit à chaque heure qui s'écoule.

Le sang de son frère s'infiltra dans ses veines et elle se sentit partir, vague froide paralysant ses membres, emprisonnant sa poitrine et compressant son cœur au fur et à mesure que le venin s'infiltrait. Tout meurt. Tout s'éteint. Et un coup d'émail sert d'électrochoc, métamorphosant le corps inerte en une nouvelle créature.

Vampire. A son tour. En pleine campagne française. Pas vraiment de table rase, pas vraiment de fardeaux allégés ; juste plus d'années pour les porter.

    Les Folles années françaises,
    Les accueillirent parfois.
    Ils y prirent quelques aises,
    Pour retrouver foi,
    Vigueur et envie.
    Les excès nuisent en tout,
    A la bourse comme à vous.
    Et quand le crack survint,
    Ils reprirent leur chemin,
    Vers la sombre colline.
    Blasés ou bien cyniques,
    Ils observaient, curieux,
    Et ne trouvez point iniques
    Qu'ils soient un peu chez eux,
    Quand une guerre éclate.
    Des belliqueux ? Que nenni ...
    Mais jamais ils ne nient,
    Que des affrontements sévères,
    Ne sont pour leur déplaire.
    Buffets à volonté, profitez !


La France servit d'asile ponctuel jusqu'à la crise économique des années 30. Là, l'Ile de Man redevint leur pied à terre entre deux voyages en Europe. Contraints de se fixer dès 1939, ils reprirent un semblant de leur vie antérieure, Caireall en servant dans l'armée, Talwyn, dans des hôpitaux de fortune et ce jusqu'à la fin de la guerre. C'est durant cette période qu'ils comprirent que leur propre survie dépendait de l'exploitation des faiblesses humaines. Que, s'ils désiraient préserver ce qu'il leur restait de leur antique dignité, tuer pour se nourrir pouvait se réaliser indirectement, sans se salir les mains.

Aussi, chaque conflit qui éclatait les appelait, attirance inexorable pour le sang frais à volonté. Plus encore que durant leurs périples d'intellectuels profitant de leur temps à rallonge pour voler de ville en ville, ils parcoururent le monde, s'emplissant la panse autant qu'ils encombraient leur mémoire d'atroces visions. Talwyn y perdit quelques plumes supplémentaires, dépouillant quelques peu les ailes de son fragile esprit, de moins en moins apte à s'envoler sans boiter.

    D'incartades en conflits civils,
    De port en port, de ville en ville,
    Pigeons voyageurs aux ailes sombres,
    Quand vient la guerre, comme des ombres,
    Toujours les jumeaux rôdent.
    Crocs avides, gorges assoiffées,
    Aucun honneur, pas de trophées,
    Juste le sang à récolter
    Pour quelques temps, se rassasier
    Dans leur monde.
    Une quête éternelle, ils le savent.
    Ils ne se prétendent ni géniaux ni braves,
    Mais leur lot, ils ont endossé,
    Sans rechigner, sans renâcler,
    Ad vitam aeternam.
    Ce n'est ni une vie, ni un drame.
    Talwyn a même tout l'air d'une vraie dame,
    Caireall et elle ne manquent de charme.
    Et tant que Poudlard ne sonne l'alarme,
    C'est sans bruit et sans vacarme,
    Qu'ils se nourriront là-bas,
    De ce qu'ils désireront, on ne les contrôle pas ...


Ils poursuivirent leurs découvertes là où la faim les poussa. Ils s'en allèrent, de-ci, de-là, se jouant du temps et du monde, se fondant dans l'espace et l'époque comme de bons contemporains. La vie devient rapidement un grand jeu quand on n'a plus rien à perdre, tant qu'on n'étiquette pas clairement sur son front qui on est. Et cette belle partie de poker aurait manqué d'As s'ils n'avaient pas décidé de défier les quatre constituant Poudlard, retournant aux sources finir l'inachevé.
Nbre de mots: 3263 {Compteur de Relashio}

Let's write the sequel together !


♛ Chapitre 2: Caractère
Where is my mind
Un minimum de 300 mots pour nous parler un peu de la psychologie de votre personnage et de son physique paraît tout à fait faisable non ?
Bonne chance !
Multiple, joueuse, jouette, égoïste, égocentrique, narcissique, comédienne, persuasive, manipulatrice, fausse innocente, faussement puérile, attendrissante, faussement irresponsable, imperméable à la souffrance des autres, adepte de la minimalisation, comédienne, envieuse, jalouse, possessive, excessive, distinguée, subtile.

Une jeune femme distinguée et subtile au sourire enfantin. Talwyn est une dichotomie des pieds à la tête jusqu'au bout des ongles. Tantôt insouciante, tantôt tête pensante, elle vogue d'une ère à l'autre, d'un âge à l'autre, d'une personnalité à une autre aussi facilement qu'on tourne le bouton d'une radio. Ca doit être ça d'aller sur ses 114 ans. On perd un peu le sens des réalités. On se perd soi-même. Folle ? Meuh non, elles vont très bien. La Talwyn originelle, Melangell, Ygerna et Hafren, autrement dit les différentes facettes d'une même personne, apparaissant au fil des jours et au gré des évènements. Dédoublement de la personnalité, tendances schizophréniques ... Peut-être. Ou autant d'identités que de personnages récurrents à jouer. Parce qu'on ne disparaît pas du monde des vivants sans être l'objet de recherches, sans susciter l'inquiétude et l'interrogation. On ne s'évapore pas du monde en même temps que son « ancien soi ». Il est impératif de se fondre dans le décor en revêtant un nouveau costume.

C'est perturbant d'entrer dans « cet univers », cette non-vie à part entière, mais ça l'est bien moins que de se figer dans le temps à l'instant même où tout bascule. On frôle du doigt un territoire sauvage, méconnu, cahoteux. Qu'on doit domestiquer. A l'image de ce que l'on devient et qu'on est contraint d'apprendre à maîtriser aussi. Et pour corser le tout, comme s'il eut été trop facile de conserver des points de repères stables pour se reconstruire, c'est la société toute entière qui se met en branle avec « l'entre deux guerres ». Pas grand-chose à quoi se raccrocher. Inutile de compter sur la famille « vivante » et ce que vous avez de plus proche est frappé du même mal que vous. Alors, on s'y perd forcément un peu. On oublie la notion de douleur, de souffrance, de compassion et plus encore quand on vit la deuxième guerre. On oublie de grandir tous les jours, régressant parfois à l'insouciance infantile, la candeur perdue d'un autre âge. Parce que le corps ne suit plus, l'esprit égare quelques cases et les pédales tournent à vide.

Talwyn n'a rien d'un monstre. C'est son sens des réalités qui diverge du vôtre. Elle a vu et vécu plus que ce que des yeux et une mémoire humaine supportent une existence durant. Pour mieux répartir ce poids des souvenirs, elle classe, série, cloisonne. Elle crée des mondes qui n'en sont pas et stocke dans chaque profil et type de personnages les éléments qui le construisent, le rendent réel, effaçant les données des autres facettes de sa personnalité afin qu'elles n'en soient plus affectées. Un carton, un tas de bibelots et rien ne se mélange. Rien ne peut le faire. En théorie, du moins. Car il y a bien un humus commun à toutes ses caisses éparses, une lame de fond qui s'insinue dans les boîtes, gorgeant leurs parois d'une eau croupie, viciée à l'air du temps.

Une eau sale, impropre à la consommation, souillée des relents de cadavre du corps qui y baigne. Une essence qui a mal vieilli, qui a tourné, s'éventant à force d'être ouverte au mauvais moment par de mauvaises mains. On pourrait dire que c'est ça, les restes de la vraie Talwyn. Une bobine de pellicule mal conservée qui a fini par se ternir, flétrir et péricliter, faute de soins. Un parfum aux senteurs envoûtantes dont n'exhalent plus maintenant que d'indésirables fragrances. Elle avait 17 ans quand son jumeau quitta Poudlard, que la première piqûre du venin s'infiltra dans ses veines. D'un tandem soudé et forgé pour l'existence entière, ne subsista qu'un demi-médaillon, brisé par les besoins de la guerre, l'appel du front. Un manque, cruel, féroce, comblé par l'égoïsme, l'égocentrisme, ce maladif besoin de faire tout en double, tout conserver en autant d'exemplaire, de préparer un retour qui n'arriverait peut-être pas. L'apparition de son premier - et unique, jusqu'à sa morsure - trouble fut sa maniaquerie et son désir maladif de conservation. Trouble qui subsiste aujourd'hui.

Jusqu'à la fin de son cursus, Talwyn a nourri ses travers, peu muselé son acharnement, ses excès, se noyant dans le travail et les concepts pour espérer devenir infirmière et servir à son tour. Près de son frère. Travailleuse et acharnée, elle y laissa force et courage. Les guerres de tranchées font des ravages, physiques chez les uns, psychologiques chez les autres. A 19 ans, elle sombra dans l'affliction profonde face à ses blessés revenant du front. Comme son frère. Comme son frère aurait dû le faire. Car chaque visage qu'elle voyait, anonyme, au départ, prit bientôt, en superposition, les traits de son jumeau dont l'annonce de la mort avait été implicitement faite. Un bataillon décimé. Le sien. Plus aucune chance de le revoir, de reformer ce duo pourtant vital pour elle.

Cet évènement fut un tournant dans son caractère. La sage, volontaire, maniaque mais vaillante Talwyn, Serdaigle, érudite, désireuse de se montrer dignes des attentes qui pesaient sur elle, se mua en une frondeuse obsessionnelle qui planta là devoirs et obligations pour se mettre en tête de retrouver Caireall. S'il lui avait fallu quelques mois pour se remettre d'aplomb et, en bonne bronze et azur, préparer consciencieusement son épopée, elle n'en était pas moins partie dans la hâte, le secret et le mensonge, antithèse de sa personnalité profondément intègre. Sa fuite passa toutefois presque inaperçue, le bombardement de l'hôpital peu de temps après couvrant funestement son départ.

Aux mois d'abattement suivirent les mois d'angoisse, métamorphosant la Talwyn de bibliothèque en demoiselle fatiguée, marquée et projetée dans d'autres réalités que les hôpitaux de fortune et les odeurs de détergents. Ses joues perdirent leur rondeur enfantine, la candeur insouciante et son corps tout entier se tailla progressivement pour devenir cette pâle sylvidre oui, je fais des références à Albator qu'un coup de dents figerait pour l'éternité. Traumatisée par la découverte de ce qu'était devenu son double, Talwyn fit inconsciemment sauter les barrières de défense érigées pour se maintenir à flots ses trois longues années. L'égocentrisme, la détermination, la persuasion, qui avaient été ses armes pour cristalliser sur sa langue aplomb et acharnement, se couplèrent à un égoïsme exacerbé, une perte du sens des réalités et de la mesure qui la poussèrent à convaincre son frère d'en faire aussi une suceuse de sang. Plus de scrupules, plus de pondération ... Un rire désabusé de petite fille perdue qui joue les grandes dames, force les cadres de son éducation et use de sa distinction en une subtilité réelle mais parfois quelque peu altérée par le narcissisme et l'exagération qui désormais la caractérisent.

Parce qu'elle ne s'imaginait vivre seule. Qu'elle n'imaginait pas se voir vieillir et mourir inexorablement, son jumeau se muant en son portrait maudit à la Dorian Gray, Talwyn vendit humanité, sens commun, bienveillance, douceur et prévenance pour laisser place à un quatuor féroce s'alternant dans sa tête comme les chevaux de bois danseraient sur un manège. Après Talwyn, jeune demoiselle de l'Île de Man aux ailes coupées, à la jeunesse farouche et à l'espoir devenu cendre succéda Melangell, manipulatrice dans l'âme, comédienne par essence et fourbe beauté pour qui la fin justifiait tous les moyens. Un pan sombre qui dort en elle ? Oui, l'incarnation même de sa force de caractère, le noyau dur de son âme gorgé de puissances profondément enfouies au creux de son être dont elle a gratté les tréfonds pour les extraire. La femme qu'elle a poussée sur le devant de la scène en une vaine tentative de faire table rase, de bâtir un quelque chose après le rien. C'est cette première facette qui engendra les autres, ce pas maladroit qui déclencha l'engrenage ... Après cette silhouette la rendant bipolaire, la place aux autres était toute dégagée, voie royale tracée d'une main de maître ...

Quand la comédie s'invite, le mensonge et les autres vices s'engouffrent en farandole. A Melangell s'allia bien vite Ygerna, froid visage au cœur de pierre. Tous ses remords, regrets, travers, ses souffrances, ses peines prirent corps en un être de sentiments brutes et d'impressions non domestiquées. Une pierre pour la rudesse, la rugosité et le tranchant, le froid pour l'absence totale d'aspects humains dans la compréhension et la compassion. Une chair morte mais à vif donc chaque lambeau meurtri exacerbait plus encore ses sensations sauvages. L'excès épousa la jalousie, enfantant l'envie et la perte du sens des réalités dont découla la minimalisation et l'odieuse tendance à se placer comme étalon de toute chose. Si elle parvenait à le faire, c'est qu'elle était la norme et, rapidement, ses propres souffrances devenant son standard, Talwyn occulta celle des autres qui ne lui causa bientôt plus aucun frémissement. Pas de pitié, plus un regard, juste des crocs, lame blanche sur lèvre rouge, dévoilée sans complexe pour chasser l'importun de son terrain de jeu. On n'empiète pas. On ne touche pas. On ne convoite pas. Ni ses biens ni sa chair, l'extension de son âme, cinquième pilier de son esprit vacillant : Caireall.

Son frère. Son double. Sa seule famille. Et sa seule faille. A lui tout seul, il est une fenêtre sur son passé ou l'Ygerna, bouillonnante vampire sans mesure ni contrôle, s'engouffre parfois par mégarde. En un tour de magie inexpliqué, une pirouette de malice au secret non dévoilé, la succube se prend de plein fouet l'innocence, la candeur, en un mot comme en cent, l'enfance, et ce mélange peu conventionnel provoque mille et une étincelles. Le volcan se couvre d'une chape de glace scintillante et sous ce voile de calme, une demoiselle attendrissante pointe le bout de son délicat nez. Elle est joueuse, jouette, amusante et amusée, merveilleuse et émerveillée. Un concentré d'authentique, si on se contente de la surface, loin des arcanes de ses circonvolutions embrumées par la folie ... Car sa tactique n'est que du toc, de A à Z. Faussement innocente, faussement puérile, faussement irresponsable, Hafren est tout entière un subterfuge, illusion d'un personnage mort et enterré. Car la vive et inventive Talwyn est morte, ensevelie sous les souvenirs, les épreuves, les pertes. Ils ont vu toute leur famille souffrir, vieillir, partir, leur monde se bousculer et changer. Alors, comme une exilée en mal de sa terre natale, Talwyn retombe en enfance, dans ces contrées d'insouciance où sa bulle de protection, à l'époque, n'avait rien de faux.

Mais quid aujourd'hui ? Dès le lever, à son regard incisif ou hagard, il n'est guère complexe de voir à qui on aura à faire ce jour, de déterminer comment elle est lunée. Avec les années qui passent, Talwyn a appris à ne pas être ... toute seule dans sa tête. Elle n'en a cure, elle, de toute façon, parce qu'elle n'est pas celle qui en pâtit. Et si Caireall n'en subit aucun retour de flammes, ça ne gêne pas la demoiselle de perdre parfois la mémoire et de n'avoir comme traits communs entre ses cohabitants qu'un calepin gribouillé servant d'intermédiaire entre facettes interposées.

Nbre de mots: 1808 {Compteur de Relashio}

Still ready to know me ?



♛ Chapitre 3: Informations
Family portrait & Répartition
Obligatoire pour les sang-purs, clans de vampires/meutes & familles influentes. A vous de parler de la famille de votre personnage. Son influence dans le monde sorcier, ses valeurs etc... Afin que l'on puisse la recenser dans le bottin des familles influentes
Ils sont deux. Depuis toujours, les liens gémellaires les ont soudés en un duo parfait. Mais outre ce tandem forgé par les liens du sang et de la génétique, les Saynsberry sont les rescapés d'une lignée sang-mêlé qui ont vu naître et s'éteindre la majeure partie de ses membres. Nés d'un père haut gradé dans l'armée moldue, Eoghan, et d'une mère sang pur, Elestren, ayant abandonné titre et famille pour épouser son soldat, Caireall et Talwyn avaient également une sœur cadette, Lynwen, qui les érigeait en modèles absolus.

A leur « disparition », elle devint la dernière Saynsberry en titre et c'est elle qui perpétua la lignée. Du moins, c'est le constat que purent faire les jumeaux, le temps passant, gardant un œil lointain mais protecteur sur l'évolution de la petite dernière. C'est d'ailleurs sans surprise qu'ils « surveillèrent » leurs lointains descendants lorsqu'ils retournèrent à Poudlard, la Capitale de Londres et la Force divine scandinave étant désormais les héritiers indirects du sang des Saynsberry. Ce qui, pour des vampires, revêt une signification toute particulière.

Soyons réalistes, ils ne sont pas à proprement parler « de la famille ». Plus des sujets d'analyse ou de curiosité, voire de tests pour une fille de la trempe de Talwyn dont l'imagination dépasse bien souvent la rationalité. Toutefois, ils l'intéressent. Mais son centre de gravité, d'attention, son pilier et sa bouée reste Caireall et personne n'a le droit d'en disconvenir. Possessive et jalouse, elle n'est jamais bien loin de son ombre et si, d'aventure, quelques vampires désiraient rallier un Saynsberry à leur cause, l'autre ne serait forcément pas très loin.

Vivant avant tout pour eux, ils sont sans clan et sans attache fixe. Peu enclins à se gaver de petites pilules qui dénatureraient ce qu'ils sont devenus, ils n'en sont pas pour autant gratuitement agressifs ou violents envers leurs opposants. Tacticiens et diplomates, ils pensent à leur survie primordialement, ne négligeant jamais la fin, quitte à déployer plus de moyens, la contrainte, la force, la persuasion et la rudesse reprenant alors librement leurs droits. N'allez pas imaginer que Talwyn est encore infirmière pour la beauté du métier et l'altruisme théoriquement intrinsèquement compris dans la dévotion dont il faut faire preuve dans pareille profession.
▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬
Formulaire de répartition

Questionnaire de répartition
And what kind of hero are you ?
Répondre aux questions avec un maximum de précision. Merci de conserver la mise en page.

Trust or dare ?

Chocolat chaud ou Thé à la menthe ?
Qu'est-ce que ça peut bien vous faire ? Les nourritures mortelles ne m'apportent ni satisfaction ni chaleur. Boire ça ou de l'eau croupie n'a strictement aucune différence pour moi alors cessez vos enfantillages, tendez gentiment votre cou et laissez-moi œuvrez, au lieu de me servir cette vase, en mauvais hôtes que vous êtes.
Soirée sans alcool ou arrosée ?
Arrosée en fer ? On trouve facilement aussi rouge que le meilleur des vins pour peu qu'on oxygène correctement le nectar. Prenez une grande inspiration. Voiiiilà, oui. Arrêtez d'être aussi angoissé, c'est mauvais pour la viande et je veux que tout circule bien. Déformation professionnelle. Bien sûr.
Cancre ou étudiant assidu ?
Assidu, Serdaigle fut ma maison, bande de gueux. Quoi ? Rien d'autre à dire. C'est assez clair pour vos cerveaux embrumés ?
Quidditch ou Echecs magiques
Echecs magiques, j'ai toujours eu l'étoffe d'une reine. Et le premier qui moufte gagne un aller simple du haut de la tour d'astronomie.
Noir ou blanc ?
Rouge. Je m'en repaîtrais jusqu'à satiété. Puis par gourmandise. Et jusqu'à en être écœurée. Si tant est qu'on puisse l'être encore vu ses dysfonctionnements ...
Party starter ou Geek ?
« Geek » ? Si le côté passionné est à prendre en compte, optons pour cela. Je suis un être de passion. Des pieds à la tête et jusqu'au bout des ongles.
Bain de minuit ou fringale nocturne dans les cuisines ?
Fringale nocturne où vous voulez. Mais surtout les nuits de pleine lune. Evitez les colliers d'argent et les cols roulés. C'est affreusement démodé.

Questions fermées
Essayez de détailler si possible

Quelle est ton opinion sur la saga d'Harry Potter et le danger qu'elle pourrait faire courir au monde sorcier ?
- Une présomptueuse. Une mignonne présomptueuse. Mais qu'ai-je à faire de son existence de cancrelat quand je regarde l'infinité du monde ? Rien. Tout le tort qu'elle a pu causer à la communauté sorcière est une chose mais je ne répondrai que par « et après ? » J'étais là pour assister à l'arrivée du déclin et je serai encore là pour voir les choses empirer au fil du temps. Ou se redresser. Mais l'humain est maladroit, grevé de défauts et d'ambitions dérisoires bien que destructrices qui donnent peu d'avenir heureux à sa race. Ce n'est guère dommageable. Tant qu'il reste un mâle et une femelle en âge de procréer, nous aurons de quoi nous nourrir. Et c'est suffisant. Hum ? Me soucier plus ou moins des « sans magie » que des sorciers ? J'ai appartenu aux seconds, j'ai côtoyé les premiers. Ils ne sont pas si différents qu'ils en ont l'air, juste le fluide de leur carotide qui n'a pas forcément le même goût. Mais quand on a perdu pouvoirs et dextérité au duel, on se fiche légèrement des distinguos entre les deux engeances. Ils mourront tous, au final, non ?
Les conflits dit "de Sang" sont-ils un sujet sensible ?
- Pas un n'est plus goûteux qu'un autre. En revanche, je peux vous assurer que la réputation des O est très surfaite. Rien ne vaut un petit A bien frais. Et s'ils s'entredéchirent pour déterminer lequel est le plus savoureux pour mon palais, je leur ferai l'insigne honneur de goûter plusieurs fois en trinquant à leur santé.
Quelles sont les valeurs qui te paraissent les plus importantes ?
- *a un rire étonné.* Hum ? Je croyais que les grands méchants vampires étaient sans foi ni loi. Hmmm, réfléchissons. La famille, la ruse et l'abnégation ?
Lorsqu'un conflit éclate, comment réagis-tu ?
- Je regarde, je prends les paris et je trinque au final. Avec mon frère. Evidemment.
Quels sont tes projets pour l'avenir ?
- Venir à votre enterrement.
Ton avis sur les directeurs ?
- Joker, ils n'ont pas eu la bienséance de me donner leur groupe sanguin durant l'entretien d'embauche.
Accordes-tu une certaine importance à la Magie noire ? Pourquoi ?
- Vous avez fini avec vos couleurs, oui ? Et vos clichés totalement obsolètes. Ridicules. Et enfantins. « Ce qui est noir est mal, ce qui est blanc est bien ». L'incendio, c'est un sort de quelle magie, rappelez-moi ?
Que penses-tu des moldus, des cracmols ?
- Qu'ils font aussi bien la guerre que les sorciers.
Tes plus grandes peurs ?
- L'ennui. Et, face à vous, je frôle l'effroi.

I wish i could...
Notez sur 5. Ajoutez des commentaires si vous le souhaitez

Devenir populaire
    Comme si je n'avais que ça à faire, sincèrement.

Passer tes examens avec succès ■■■■■
    A l'époque de ma scolarité, score maximum exigé. Maintenant, je doute avoir encore beaucoup d'épreuves notés à passer. Hormis les entretiens d'embauche mais, c'est étrange, avec l'âge, j'ai acquis un charme qui, du temps de mon cursus à Serdaigle, me faisait défaut.

Vivre le grand amour
    Ah ah aaaah. Hrm. Ah ... c'était sérieux ?

Refaire le monde
    Il change bien tout seul.

Croire en l'avenir ■■■■■
    Histoire de remplir cinq points au moins pour une question. Bwarf, non, je n'irais pas jusqu'à dire que je crois en l'avenir mais ma nature me force à m'y accommoder, à tout le moins, car nous risquons de nous côtoyer pour l'éternité.

Réussir sa carrière ■■■■■
    Carrière dans quoi ? La médecine ? Allons bon. Mettons le maximum simplement parce qu'il y a près de 97 ans que je me consacre à ce domaine. Seulement, cela s'arrête là.

Deal with it !
Répartissez 15 points dans les catégories suivantes et justifiez si vous le souhaitez =)

Gentillesse ■■■
    Faible score car faible cercle auquel je la destine.

Intelligence ■■■■■■
    On n'a rien sans rien, c'est la discipline reine.

Courage
    Pas une Gryffondor.

Humour ■■■
    Noir de préférence.

Assiduité
    J'ai perdu le goût de la répétition et ne supporte guère que ça traîne sur la longueur. Je prends, je laisse, je reviens, je reprends ...

Respect ■■
    On me l'a inculqué. Je m'en souviens encore. Ca rejaillit souvent. Point.

Hush hush the world is quiet



♛ Chapitre 4: Don {Facultatif}
Gifted youngsters
Consultez ce sujet avant toute chose. Sous réserve d'acceptation =)
Nom du don; Vampire {mais Talwyn me souffle que ça n'a rien d'un don, en fait, et que, pour sa part, elle préfère les dons de sang. Encore tiède. Sous pochette hermétique.}
Principe & explication: La compagnie des bouquins et l'expérience de son frère ont fait que Talwyn a pu être métamorphosée en vampire sans tâtonnement ni bévue. Du sang de vampire inoculé dans les veines, une mort inéluctable de l'humaine en elle et la renaissance sous forme vampirique après la morsure nécessaire de Caireall, tel fut le processus suivi. Inutile de relater ici la tension, les discussions, disputes ou débats qui survinrent immanquablement avant que la décision finale ne soit prise. Plus qu'un choix, il s'agissait là d'une responsabilité de muer Talwyn en une enveloppe humaine, à la peau aussi chaude que n'importe quelle femme, à l'allure de n'importe quelle dame mais aux organes aussi morts qu'un cadavre et qu'une exposition trop longue au soleil finirait par faire tourner. Parce que, oui, outre être figé dans le temps, frôler du doigt l'immortalité complète et gagner une paire de crocs dissimulables à l'envi en plus de deux iris baromètres extérieurs du degré de malnutrition, le fossé avec « l'avant » ne semblait guère plus grand.
Force et avantages: Afin de ne pas avoir « Dracula », « suceuse de sang » ou « chauve-souris géante » imprimé sur le front, Talwyn use et abuse de la capacité inhérente à sa race qui lui permet de réduire ses proéminentes canines à la taille des dents du commun des mortels. C'est aussi un bon moyen de résister à la tentation d'une morsure car, le temps de déplier la paille, Ygerna a parfois le déclic salvateur lui rappelant que ce n'est pas bien. Parfois. Ensuite, hormis cette délicieuse couleur rouge ornant ses iris dans les moments d'intense faim, Talwyn bénéficie de sens à l'acuité aussi accrue que sa rapidité et sa force. Plus résistante, plus instinctive, plus solide, ce qui, dans un sens, peut se comprendre vu qu'il n'y a plus grand-chose à infecter dans les tissus morts qui la constituent. Notez également une longévité tendant vers l'immortalité et préservant l'apparence du jour de la morsure, petit point non négligeable qui joue sur les réticences de la demoiselle face aux médicaments moisis qu'on voudrait lui faire bouffer. Non, c'est non et si on tente de l'y contraindre, la vampire joue de son « tout nouveau » charisme naturel pour renverser la vapeur en sa faveur.
Faiblesses & dangers: Fini le teint délicieusement bronzé et la peau dorée en sortant du four-plage. Ô ignominie ... Oui bon, c'est un léger désavantage que de devoir éviter le cagnard au zénith mais Talwyn n'a pas envie de pourrir sous les rayons de l'astre du jour donc elle s'en accommode. En bonne narcissico-mégalo qu'elle est parfois, elle a appris à se passer de l'argent pour ne plus jurer que par l'or, faisant passer cette nécessité par le biais d'une lubie frivole. Point plus gênant : les iris rouges, détail marquant et fort visible qu'il faut éviter de laisser trop longtemps à vue, aussi déploie-t-elle mille et une astuces pour que son frère et elle ne soient jamais assoiffés. D'autant plus que ce changement de couleur n'est qu'un signal et qu'il y a plus important à prévenir que cette coquetterie. En effet, le manque de sang cause irritabilité, violence, taciturnité et pertes de contrôle, donnant le tableau d'un junkie méchamment en manque qui ne perçoit plus son entourage que comme autant de proies potentielles. Pour couronner le tout, l'immortalité n'est pas absolue, un coup de pieu bien placé ou une morsure de lycan étant aptes à sonner le glas d'une vampire bien de sa personne, et la métamorphose réduit à peau de chagrin l'efficacité magique. Bonjour acharnement, peine et sueur pour le basique des basiques ; la rapidité en ce domaine a fui en même temps que les battements de cœur.
Justification: Déjà, un refus signifierait que je devrais changer d'avatar - bah oui, une sorcière de 113 ans, c'est un peu plus décrépit -, ensuite, cela impliquerait que mon personnage n'aurait plus beaucoup de temps à vivre dans l'absolu - là, avec un vampire, elle est déjà morte donc c'est réglé *pan* - et, enfin, le caractère serait entièrement à refaire car Talwyn ne serait plus schizophrène mais sénile et ça ne serait plus totalement la même chose, or je n'ai pas écrit mon roman-fleuve pour des prunes. *out* Blague à part - et, non, ceci n'est pas du remplissage pour arriver au minimum de dix lignes vous savez bien que je dépasse toujours les planchers prévus *resort*, c'est ma premièèèèèère vampire (oui, pour une fois que je peux sortir l'argument du « c'est la première fois », je vais me gêner) et son histoire, ainsi que celle de son frangin, est construite sur cette relation particulière entre les affres du temps qui épargnent son corps mais grignotent son esprit avec la persévérance des plus voraces termites. Talwyn est ce qu'elle est aujourd'hui parce que, vers la fin de la 1ère guerre mondiale, elle a préféré basculer du côté des suceurs de sang que d'abandonner Caireall à son éternité d'errance. Elle s'est perdue, corps et âme dans une quête d'une stabilité identique à l'ancienne légèrement utopique. De plus, le seul moyen de faire se côtoyer des générations différentes - comme arrière-grande-tante/arrière-grand-oncle et les derniers petits-petits-cousins dans l'arbre généalogique est d'en faire des vampires histoire d'allonger leur longévité. Il y avait aussi l'option « fantôme » mais c'eut été trop transparent pour des gens éclatants comme Caireall et Talwyn. *out*

I wanna be special



♛ Conclusion: Muggle zone
Introducing me, myself and I


Phil

ϟ Prénom/âge Sophie/2o ans pour quelques jours encore. u.u
ϟ Double-compte ? Négatif, messire.
ϟ Présence sur le forum; 5/7 même si « on » - il a même un phare, c'est le phare à on, le chef des nous - sait bien que je passe tous les jours.
ϟ Avatar choisi: Felicity Jones
Code:
 <b>[color=indianred]▬ </b> Felicity Jones[/color]■ [url=http://relashio.forumactif.com/t556-talwyn-e-saynsberry#6922]Talwyn E. Saynsberry[/url]

ϟ Réponse au code du règlement:


ϟ Comment avez-vous connu le forum et quel est votre avis ? « Beurk », ça sent la limande avariée et la rizière.
ϟ Le mot de la fin ? Je les préfère fruits avec du goodwill sur un tableau vert.

Let's play ! ϟ Etat fiche: [Partie réservée au staff]


Dernière édition par Talwyn E. Saynsberry le Lun 24 Oct - 23:39, édité 59 fois
Revenir en haut Aller en bas
Message(ϟϟ) Sujet: Re: Talwyn E. Saynsberry Mer 19 Oct - 22:31

Invité

ACCIO PROFIL


Invité

Qui, quoi ? Où ça un accro du F5 ?
Bienvenue, vilaine tantine (a) Sois sage, ne mords pas les inconnus, brosse-toi bien les dents, fais ta fiche et viens donc te battre en RP
Revenir en haut Aller en bas
Message(ϟϟ) Sujet: Re: Talwyn E. Saynsberry Mer 19 Oct - 23:30

UFR1 Double Cursus

avatar
ACCIO PROFIL

17/03/2010 795 ϟ © : Little Suzy

Carte d'identité
ϟ Autres appartenances: Sympathisant AFW et FFA
ϟ Fonctions/options: Batteur titulaire. Sortilèges avancés, Relations internationales magiques, Métamorphose avancée
ϟ Réputation: Est connu pour vendre des objets magiques modifiés dans tout Poudlard

*Hum*

Je n'vous aime pas, vous, madame ! Enfin, vous avez tout même de bien jolis seins, Berry... *se sort*

Bienvenuuuue sur Relashio, donc, si tu as des questions, tu sais où nous trouver (Même si je me cache bien), mais surtout bouge-toi de faire ta fiche, j'ai cassé ma touche F5

PS: C'toi la rizière !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Message(ϟϟ) Sujet: Re: Talwyn E. Saynsberry Ven 21 Oct - 22:33

Invité

ACCIO PROFIL


Invité



Mademoiselle la Skyzophrène, il semblerait bien que je vous aime. Sous toutes vos personnalités, je vous l'assure ! Bon, je suis malheureusement déjà mariée avec votre arrière petite fille hein, mais bon on peut toujours s'arranger

Dans tous les cas, on fera pêter le champagne si tu nous ponds un truc de dingue comme à chaque fois (a)
Revenir en haut Aller en bas
Message(ϟϟ) Sujet: Re: Talwyn E. Saynsberry Dim 23 Oct - 15:39

Invité

ACCIO PROFIL


Invité

    *a envie de chanter "au conditionnel" maintenant et accompagne Opium dans sa danse de schtroumpf*


    Ouhaaa vous en avez fait beaucoup des voyages gastronomiques. Vous devez être bonne en cuisine... non?

    Par contre.. je veux pas passer pour une raciste de vampire hein - j'aime les dents pointus et les soifs sanguinaires, je vous assure - mais euh .. faut s'inquiéter si l'infirmière veut qu'on fasse des dons de sangs quand on vient pour un mal de crâne ou pas ?
    M'enfin sinon ... Je vous aime déjà Madame, parce que j'aime déjà votre narratrice
Revenir en haut Aller en bas
Message(ϟϟ) Sujet: Re: Talwyn E. Saynsberry Dim 23 Oct - 16:36

Invité

ACCIO PROFIL


Invité

Astrid T. Ludwill a écrit:
Qui, quoi ? Où ça un accro du F5 ?
Bienvenue, vilaine tantine (a) Sois sage, ne mords pas les inconnus, brosse-toi bien les dents, fais ta fiche et viens donc te battre en RP
Je crois qu'ils sont partis vers la gauche. En courant vite, tu as une chance de les attraper. UU
Tu veux te battre ? Kessta ? Kessta ? Tu crois qu'il n'y a qu'un seul poisson dans l'océan ?

London M. Antwerp a écrit:
*Hum*

Je n'vous aime pas, vous, madame ! Enfin, vous avez tout même de bien jolis seins, Berry... *se sort*

Bienvenuuuue sur Relashio, donc, si tu as des questions, tu sais où nous trouver (Même si je me cache bien), mais surtout bouge-toi de faire ta fiche, j'ai cassé ma touche F5

PS: C'toi la rizière !

*meurt*

Meeeeeeeeerci beaaaaaaucouuuuuuuuuuuuuuuup oui, je sais parler baleine.

*donne une touche F5 à London. <3*

Opium R. Calaghan a écrit:


Mademoiselle la Skyzophrène, il semblerait bien que je vous aime. Sous toutes vos personnalités, je vous l'assure ! Bon, je suis malheureusement déjà mariée avec votre arrière petite fille hein, mais bon on peut toujours s'arranger

Dans tous les cas, on fera pêter le champagne si tu nous ponds un truc de dingue comme à chaque fois (a)

*fond et bouboule.*

Grand merciiiiii et j'exige d'ores et déjà des liens avec twa aussi ! Evidemment. La question ne se posait même pas. UU

Mélina O. Ashton a écrit:
    *a envie de chanter "au conditionnel" maintenant et accompagne Opium dans sa danse de schtroumpf*


    Ouhaaa vous en avez fait beaucoup des voyages gastronomiques. Vous devez être bonne en cuisine... non?

    Par contre.. je veux pas passer pour une raciste de vampire hein - j'aime les dents pointus et les soifs sanguinaires, je vous assure - mais euh .. faut s'inquiéter si l'infirmière veut qu'on fasse des dons de sangs quand on vient pour un mal de crâne ou pas ?
    M'enfin sinon ... Je vous aime déjà Madame, parce que j'aime déjà votre narratrice

Pour la cuisine, on donne même bénévolement des cours, surtout les nuits de pleine lune, aussi. <3

L'infirmière est plus discrète et subtile que ça, m'enfin. *out*

*bouboule tout plein.*

(ovo)
()°°°)
/_vv
Revenir en haut Aller en bas
Message(ϟϟ) Sujet: Re: Talwyn E. Saynsberry Dim 23 Oct - 17:17

Invité

ACCIO PROFIL


Invité

owi une comparse vampire, c'est bon ça !
(et en plus elle parle baleine, que demande le peuple)
Tiens toi aussi t'as côtoyé les tranchées ? :')
Revenir en haut Aller en bas
Message(ϟϟ) Sujet: Re: Talwyn E. Saynsberry Dim 23 Oct - 17:23

Invité

ACCIO PROFIL


Invité

D'un peu plus loin que mon frère mais oui, également. Les vampires centenaires, il n'y a que ça de vrai, n'est-ce pas ? x)
Revenir en haut Aller en bas
Message(ϟϟ) Sujet: Re: Talwyn E. Saynsberry Dim 23 Oct - 17:46

Invité

ACCIO PROFIL


Invité

Heyhey, tu veux être ma coupine ? On est des femmes à poigne, on a la classe, viens, on va castrer quelques mâles, ça leur fera les pieds !

(Suuuuuuuuuuur fan ... as usual ! Potté )
Revenir en haut Aller en bas
Message(ϟϟ) Sujet: Re: Talwyn E. Saynsberry Lun 24 Oct - 17:49

Invité

ACCIO PROFIL


Invité

Junko A. Thomas a écrit:
Heyhey, tu veux être ma coupine ? On est des femmes à poigne, on a la classe, viens, on va castrer quelques mâles, ça leur fera les pieds !

(Suuuuuuuuuuur fan ... as usual ! Potté )

Evidemment très chère ! *-*

Eeeeeeeeeeeet fiche prête pour passer le premier examen devant le Concile administratif. \o/
Revenir en haut Aller en bas
Message(ϟϟ) Sujet: Re: Talwyn E. Saynsberry Lun 24 Oct - 21:58

UFR1 Double Cursus

avatar
ACCIO PROFIL

17/03/2010 795 ϟ © : Little Suzy

Carte d'identité
ϟ Autres appartenances: Sympathisant AFW et FFA
ϟ Fonctions/options: Batteur titulaire. Sortilèges avancés, Relations internationales magiques, Métamorphose avancée
ϟ Réputation: Est connu pour vendre des objets magiques modifiés dans tout Poudlard

Pré-validation et Questionnaire
OHMY !
U____________________U *Instant jalousie OFF*
Bon, comme je me charge pas de la suite, je vais m'extasier maintenant, genre de suite.... GAAAA[...]AAAAH !! GNYAH !! MROUH !! GUEUH *-*. GNUH (C'est toi le gnou !). Bref... Comment dire... Si on faisait une chanson de cette fable, huh ? Je fais la musique à la flûte à bec, puis toi tu jouerais du triangle et Opium lâcherait ferait la grosse caisse... Non ? Bon.
Donc. Tout ça pour dire, chevalier Talancelot, vous êtes donc Pré-validée !
Un dernier pour la route...
GNIIIIIIIIIIIIHHHHHHHHHHHHHHHHH

Cébo Cébo Cébo Cébo Cébo Cébo Cébooooooooooooooooooooooo

Tu trouveras à la suite le questionnaire de répartition à éditer sur ta fiche.
Code:
<div class="titrepres">Questionnaire de répartition
<span class="idnumber">And what kind of hero are you ?</span></div><center><div class="repart"><blockquote><div style="border-bottom: solid 3px steelblue;">Répondre aux questions avec un maximum de précision. Merci de conserver la mise en page.</div>
<div class="idnumber"> Trust or dare ?</div>
<span class="infoschamp"> Chocolat chaud ou Thé à la menthe ?</span>
[size=11]Réponse[/size]
<span class="infoschamp"> Soirée sans alcool ou arrosée ?</span>
[size=11]Réponse[/size]
<span class="infoschamp"> Cancre ou étudiant assidu ?</span>
[size=11]Réponse[/size]
<span class="infoschamp"> Quidditch ou Echecs magiques </span>
[size=11]Réponse[/size]
<span class="infoschamp"> Noir ou blanc ?</span>
[size=11]Réponse[/size]
<span class="infoschamp"> Party starter ou Geek ?</span>
[size=11]Réponse[/size]
<span class="infoschamp"> Bain de minuit ou fringale nocturne dans les cuisines ?</span>
[size=11]Réponse[/size]

<div class="idnumber"> Questions fermées
<span class="nomava">Essayez de détailler si possible</span> </div>
<span class="infoschamp">Quelle est ton opinion sur la saga d'Harry Potter et le danger qu'elle pourrait faire courir au monde sorcier ?</span>
[size=11]- répondre ici[/size]
<span class="infoschamp">Les conflits dit "de Sang" sont-ils un sujet sensible ?</span>
[size=11]- répondre ici[/size]
<span class="infoschamp">Quelles sont les valeurs qui te paraissent les plus importantes ?</span>
[size=11]- répondre ici[/size]
<span class="infoschamp">Lorsqu'un conflit éclate, comment réagis-tu ?</span>
[size=11]- répondre ici[/size]
<span class="infoschamp">Quels sont tes projets pour l'avenir ?</span>
[size=11]- répondre ici[/size]
<span class="infoschamp">Ton avis sur les directeurs ?</span>
[size=11]- répondre ici[/size]
<span class="infoschamp">Accordes-tu une certaine importance à la Magie noire ? Pourquoi ?</span>
[size=11]- répondre ici[/size]
<span class="infoschamp"> Que penses-tu des moldus, des cracmols ? </span>
[size=11]- répondre ici[/size]
<span class="infoschamp"> Tes plus grandes peurs ?</span>
[size=11]- répondre ici[/size]

<div class="idnumber"> I wish i could...
<span class="nomava"> Notez sur 5. Ajoutez des commentaires si vous le souhaitez</span> </div>
<span class="infoschamp"> Devenir populaire</span><font color="silver">■■■■■</font>
<span class="infoschamp"> Passer tes examens avec succès</span> <font color="silver">■■■■■</font>
<span class="infoschamp"> Vivre le grand amour</span> <font color="silver">■■■■■</font>
<span class="infoschamp"> Refaire le monde</span> <font color="silver">■■■■■</font>
<span class="infoschamp"> Croire en l'avenir</span> <font color="silver">■■■■■</font>
<span class="infoschamp"> Réussir sa carrière</span> <font color="silver">■■■■■</font>

<div class="idnumber"> Deal with it !
<span class="nomava"> Répartissez 15 points dans les catégories suivantes et justifiez si vous le souhaitez =)</span> </div>
<span class="infoschamp"> Gentillesse</span> ■
<span class="infoschamp"> Intelligence</span> ■
<span class="infoschamp"> Courage</span> ■
<span class="infoschamp"> Humour</span> ■
<span class="infoschamp"> Assiduité</span> ■
<span class="infoschamp"> Respect</span> ■</div></center>

Une fois cela fait, n'oublie pas de prévenir et on passera pour ta répartition en bonne et due forme =)
Bon courage !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Message(ϟϟ) Sujet: Re: Talwyn E. Saynsberry Mar 25 Oct - 0:05

Invité

ACCIO PROFIL


Invité

Verdict du Choixpeau


Bon la vampire, ça suffit de faire des fiches comme ça hein. Moi j'en ai marre, faut pas montrer ses talents comme ça c'est mal (a). Sinon, je trouve que tu n'as pas le droit de rejoindre ton frère parce que franchement vous allez tuer tout le monde a Poudlard, et c'est paaaas bien. u.u

D'ailleurs, Opi' va acheter des cols roulés


Du coup, tu es validée madame l'Infirmière !

Je n'ai plus qu'à te souhaiter :



Je te laisse faire ta fiche de liens, ta volière ainsi que ton répertoire de Rp.
Tu peux également adhérer à un club ou en fonder un, faire partie de l'équipe de Quidditch ou devenir préfet
Pense également à faire référencer ta famille, ton vice etc... sur sur ce sujet

Voilà ! Bon jeu ! Et pour toute question, je rappelle que la boite MP des admins et modérateurs t'es toute ouverte !
Revenir en haut Aller en bas
Message(ϟϟ) Sujet: Re: Talwyn E. Saynsberry


ACCIO PROFIL


Contenu sponsorisé

Revenir en haut Aller en bas
 

Talwyn E. Saynsberry

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Relashio :: Administration :: Les Archives :: Version 1 :: [V1] Archives Hors-Rp :: Ancien :: Présa'-