Prends ça dans ta tronche, tête de troll ! Ana & London

Aller en bas

Prends ça dans ta tronche, tête de troll ! Ana & London

Message par Invité le Mer 3 Nov - 15:46

    « Devine qui j'ai vu dans les couloirs, tout à l'heure ? Miss Teigneuse. Elle semblait avoir une conversation intéressante avec un élève. 'Pas réussis à voir qui c'était. »

    Anise lâcha ses livres sur la table basse et se laissa aller dans le canapé, à côté de London. Elle revenait de la bibliothèque où elle était allée chercher quelques livres, histoire de s'occuper le soir. En chemin, elle n'avait pas été déçu de trouver Ana-Lena en pleine discussion avec un autre élève. En réalité, Anise n'avait pas fait sa fière. Elle savait ce qu'elle risquait si elle s'approchait de trop près de la Serdaigle ou si elle se faisait remarquer. Elle n'échapperait pas aux moqueries et aux tentatives d'humiliation. N'étant pas du genre suicidaire ou maso, elle avait fait son possible pour ne pas être aperçue. Son possible consistant à faire demi-tour et à trouver un autre chemin pour rejoindre la tour des Gryffondor. Tout cela n'était pas bien courageux mais elle n'avait aucune envie de se retrouver coller au plafond comme lors de leur première rencontre. Depuis ce jour, elle jugeait meilleur pour sa santé d'éviter au maximum tout contact avec la demoiselle. Même si elle faisait des efforts monumentales pour ne pas la croiser, il était fréquent que Anise tombe nez à nez avec Ana. Cette fois-ci, elle était parvenue à l'éviter sans trop de difficulté et à rejoindre la tour sans aucun problème. Ce qui équivalait presque à un miracle.

    Elle attrapa un paquet de dragées surprises abandonnés sur la table. Il n'y avait que les sorciers pour inventer semblable confiserie. Chez les moldus, il était impossible d'en trouver. En même temps, qui aimerait inventer des bonbons au goût de chaussettes-sales-restées-sous-le-lit-pendant-dix-jours ? Pour Anise, fille de deux moldus, goûter à ces confiseries avait été une grande découverte pour le moins intéressante. Elle piocha au pif dans le paquet et en ressortit une petite boule à la couleur pas très attirante. Qu'est-ce que pouvait lui réserver ce bonbon ? Avec une couleur pareille, ce ne pouvait qu'être dégueulasse. Mais comme dirait sa mère : ''ne jamais se fier aux apparences''. Anise prit son courage à deux mains et le mit dans sa bouche. Rapidement, une grimace vint se dessiner sur son visage. Elle regarda désespérément autour d'elle, à la recherche d'un mouchoir. Hors de question qu'elle avale cette... horreur ! Ses yeux affolés croisa ceux de London. Elle lui adressa son regard le plus effrayant qu'elle ait en réserve et qui, elle l'espérait, voulait dire ''si tu te moques de moi, je t'étrangle avec tes lacets.''.

    Finalement, elle déchira un bout de papier, mettant un terme à sa torture gustative. Elle n'osait imaginer sur quoi elle était tombée bien qu'elle ait une petite idée, quelque chose comme un subtil mélange entre l'eau des toilettes et peut-être des épinards. Ne jamais se fier aux apparences, mon œil oui ! D'accord, vu la couleur, on aurait pu penser à crotte de nez comme goût mais tout de même. Il devrait avoir un message prévenant que ce dragée était bon, celui-là non ou un code couleurs. Anise se tourna vers son ami pour reprendre la conversation là où elle l'avait laissé.

    « Je crois bien que c'était son dealer. » Elle prit un air songeur avant de reprendre la parole. « Je suis curieuse de savoir ce qu'elle prend pour être aussi peste. »

    Il était impossible d'envisager qu'Ana soit si méchante sans rien prendre ou sans avoir de raison valable. A part cette histoire de ''Toi, t'as du sang pur, je t'aime ; toi, ton sang est celui d'un moldu, je ne t'aime pas'', il n'y avait aucune raison pour qu'elle s'acharne autant sur les élèves. Anise ne voyait qu'une seule possibilité : elle prenait une potion ou quelque d'autre qui la rendait si désagréable. Encore fallait-il être assez fou pour vouloir être détesté de tous. Bref, il allait bien falloir découvrir la cause de son caractère pourri avant qu'elle ne s'en prenne à un élève jusqu'à la mort et Anise ne voulait pas que ça arrive, en particulier si c'était elle la victime. C'était parce que mademoiselle était méchante avec presque tout le monde que Anise se permettait de parler d'elle, une forme de vengeance personnelle inoffensive. Et il fallait avouer que London ne l'aidait pas tellement. Lui non plus n'aimait pas Ana. Parler de la jeune femme était devenu leur sport favori même si ils ne passaient pas leur temps à le faire. D'ailleurs, Ana était la seule personne sur qui Anise faisait des remarques.

    Ce soir-là serait un soir comme les autres où ils allaient encore discuter de Miss Teigneuse, comme la surnommait affectueusement Anise, en se gavant de bonbons. Ils iraient ensuite rejoindre les dortoirs en bons élèves sérieux qu'ils étaient. Oui, un soir comme les autres.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Prends ça dans ta tronche, tête de troll ! Ana & London

Message par London M. Antwerp le Sam 13 Nov - 0:03

— Nom d'un bouse de dragon pétrie à l'ail ! s'écria-t-il en balançant son brouillon d'article tâché d'encre sur un coin de bureau. Froissant le reste de ses parchemins, London poussa un ultime juron et se laissa choir allègrement sur le canapé de la Salle Commune. Il n'avait pas avancé d'un poil de fesse de Boursouf. Sachant que les Boursouf étant des boules, ils n'avaient pas de fesses. Mais passons. Un long soupir souleva brièvement les mèches sombres encombrant son front. Les yeux dans le vague, il ouvrit la bouche pour hurler, se croyant encore seul.
— Devine qui j'ai vu dans les couloirs, tout à l'heure ? Miss Teigneuse. Elle semblait avoir une conversation intéressante avec un élève. 'Pas réussis à voir qui c'était. fit une voix qu'il connaissait bien tandis qu'un poids se posait à ses côtés.
Le cri de London s'étrangla dans sa gorge et un sourire radieux naquit sur ses lèvres. Tiens, Anise. Il la suivit du regard tandis qu'elle se posait sur le canapé à ses côtés.
— Ho, ça d'vait certainement concerner ses résultats scolaires ou son dernier méfait d'affreuse goule... Fit-il en haussant les épaules, sourire malicieux se dessinant sur ses lèvres
Ana-Lena et London... C'était une longue histoire peuplée de je te déteste, tu sens aussi bon qu'une vieille goule, va mourir dans un trou pauvre troll et autres formules sympathiques pour se souhaiter le bonjour.
Le regard du rouge passa ensuite d'Anise au paquet de Dragées négligemment jetés sur la table basse. Noooon, elle n'allait quand même pas faire ça... Elle n'était pas aussi... naïve ? Ingénue ? Les mots manquèrent à London pour décrire ce qui se passa. La jeune fille se saisit d'une dragée couleur crotte de nez radiactive. Le genre de couleur vous savez, qui reste toujours au fond de la boîte parce que personne n'ose le manger. Un peu comme les smarties moldus (Oui oui, on sait tous que les marrons et les jaunes ont un goût dégueu complet et ce sont les seuls qui restent à la fin, ne mentez pas !). Certes, chacun avait appris, à un rythme plus ou moins lent selon les élèves (trèèès lent pour Anise, cela sembler couler de source à la voir agir) qu'il y avait plusieurs choses à éviter, retenir et ne jamais toucher. Premièrement, éviter de manger les dragées de couleur suspecte, du style jaune canari ou bleu lagon. Il n'en ressortait jamais grand chose de très... appétissant. Deuxièmement, éviter Ana-Lena ou tout autre personne appréciant fortement la jeune femme quand on était né moldu (Principe qu'Anise s'évertuait à appliquer à la lettre depuis sept ans semblait-il) et troisièmement... Bon, le troisièmement actuel de Poudlard était de ne jamais accepter quoi que ce soit d'étrange venant de London... Mais oublions cela...
Bref, toujours est-il que pour le coup, ce n'était pas la faute de l'irlandais si Anise roulait des yeux effarés de chihuahua au bord de l'agonie.

Le regard qu'elle lui lança ne le dissuada pas vraiment d'exploser de rire, mais par égard pour la jeune fille, London accepta de torturer sa lèvre inférieure pour éviter tout débordement. Il se contenta simplement d'esquisser un sourire moqueur tandis qu'elle déchirait le devoir qu'il avait jeté quelques minutes plus tôt pour y cracher son dragée.
— Je crois bien que c'était son dealer. Je suis curieuse de savoir ce qu'elle prend pour être aussi peste. Reprit finalement la lionne après cet intermède humour digne de Jackass croisé à VidéoGag.
A cette phrase, l'irlandais adopta le même air songeur de son homologue.
— Son dealer ? Ouais, tu me diras... Ca m'étonnerais pas qu'elle se drogue. Ca doit être pour calmer... Ou si ça se trouve, c'est pour violer des Premières Années dans les toilettes Baaaah oui, y'a que comme ça qu'elle pourra avoir une relation quoi. Qui voudrait d'elle sinon, t'imagines ? Il ponctua sa question plus rhétorique qu'autre chose d'un mouvement de main dédaigneux.
— Tu veux que j'te dise ce qui l'a rend aussi peste ? C'est pas la drogue. Non, la drogue ça rend joyeux tu vois ? Ou au moins tellement mort que tu parles à des hippogryffes roses. Oui, London avait une vision très idéaliste de la drogue. Non, c'est autre chose...
London grattouilla sa barbe naissante d'un index distrait. Il avait beau avoir dix-neuf ans révolus, il n'arrivait toujours pas à se départir d'un fichu air pré-pubère. Mais ça ne l'empêchait pas de prendre son rôle de grand frère responsable très à coeur... Un peu trop peut-être. Cinq ans plus tôt, le jeune homme avait volé au secours de la jeune Anise, alors pendue par les pieds par l'affreuse Ana-Lena (Notez que ce souvenir s'était progressivement modifié dans l'esprit de London et qu'il imaginait désormais Anise vêtue d'un uniforme japonais hurlant comme une gamine de huit ans et Ana voutée et pleine de verrues... Comme quoi vous savez, la mémoire...) et depuis ce jour... Ou du moins un mois plus tard, après un petit séjour à l'infirmerie, il n'avait cessé de garder un oeil bienveillant sur la petite lionne.

L'irlandais étant far far away de l'enfant de choeur, il renchérissait donc sans vergogne sur le dos de la jeune femme. Personne n'était peut-être suffisamment crétin pour se dire "Quand je serais grand, je veux que tout le monde me déteste !" mais London n'avait toujours pas trouvé ce qui pouvait bien faire d'Ana-Lena... Ana-Lena.
— Puis si elle prenait un truc louche, je serais bien le premier à le savoir ! Non, tu sais quoi ? Elle doit avoir ses règles. Tout le temps. Il hocha vigoureusement la tête, comme si ce qu'il venait de dire s'approchait d'une grande probabilité, voire de l'évidence même.
— Tu te souviens de cette première année ? Haha, la tête qu'elle tirait... Si ça se trouve, elle a gardé des séquelles de ce jour là. Ca expliquerait la prise de drogue. Ce qui m'intrigue plutôt, c'est celui avec qui elle pouvait bien parler... Qui pourrait être aussi affreux qu'elle pour qu'elle lui adresse la parole sans le transformer en crapaud hein ? Sûrement Alcide. Tu sais, l'affreux de Serpentard là... En tout cas, certainement pas un admirateur secret ou un truc du genre... Impossible. Je plains tellement son futur mari. L'horreur !
avatar
London M. Antwerp
UFR1 Double Cursus

17/03/2010 795 ϟ © : Little Suzy
Carte d'identité
ϟ Autres appartenances: Sympathisant AFW et FFA
ϟ Fonctions/options: Batteur titulaire. Sortilèges avancés, Relations internationales magiques, Métamorphose avancée
ϟ Réputation: Est connu pour vendre des objets magiques modifiés dans tout Poudlard

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Prends ça dans ta tronche, tête de troll ! Ana & London

Message par Invité le Mar 16 Nov - 16:34

    Et si elle lui foutait un coup de pied pour lui montrer ce que ça faisait de se moquer ? Même si elle en avait très envie, Anise n'en fit rien. Il faisait l'effort de ne pas rire, c'était déjà pas mal. Elle aurait très bien pu justifier sa naïveté par ses origines mais elle n'était pas ce genre. Elle préférait encore assumer ses actes plutôt que d'accuser ses origines de moldues. Elle était assez bête pour avaler des bonbons à l'apparence peut engageante alors autant ne pas en rajouter. Après l'évacuation du bonbon tueur de papilles, Anise reprit la conversation là où elle l'avait laissé, profitant de cette excuse pour faire diversion. Sans même qu'ils ne s'en rendent compte, la machine était lancée. Ils commençaient à délirer au sujet d'Ana-Lena et comme s'était partie, ils allaient continuer jusqu'à tard dans la soirée. London allait même jusqu'à la soupçonner de violer des premières années, soupçon auquel Anise répondit par un rire. Elle riait, elle riait, mais n'empêche qu'Ana en serait bien capable. En tout cas, c'était bien son genre et ça n'étonnerait pas Anise de l'apprendre. D'accord, ils étaient vaches de parler d'elle ainsi mais franchement, quand une personne vous faisait vivre un cauchemar et qu'elle n'hésitait à vous humilier en public, vous seriez heureux de délirer sur l'état de santé de la personne en question. Surtout qu'ils rigolaient bien. London poursuivit, repoussant catégoriquement l'idée de la drogue. Des conséquences vieilles de plusieurs années ? Pourquoi pas, mais cela n'expliquerait pas pourquoi Ana était méchante avant même qu'Anise n'arrive à Poudlard.

    « Elle a peut-être gardé un caractère de hyène ! Ca expliquerait pas mal de choses... »

    Certes, elle n'avait pas été transformé en hyène mais ça pouvait être possible. Un sort raté était vite arrivé, surtout au milieu d'un couloir, face à une Ana en colère et entouré d'une foule d'élèves en délire. Si Anise devait donner un animal qui correspondrait parfaitement à Ana-Lena, se serait incontestablement le hyène. Comme ceux dans les dessins animés qui aiment faire le mal autour d'eux et qui ont un rire complétement débile. Anise se perdit dans ses pensées, imaginant la Serdaigle avec une tête de hyène. Une vision pour le moins intéressante surtout si on rajoutait le rire.

    La jeune lionne était friande des discussions avec London. C'était toujours un bon moment. Ils rigolaient et s'amusaient dans les limites du possible car Anise n'en oubliait pas les règles de l'école. On ne changeait pas une élève studieuse. Bref, quand elle le quittait, elle était toujours de bonne humeur. London était plus un petit frère qu'un grand frère. Il avait beau essayer de lui donner des conseils qui se voulaient réfléchis, le rôle de grand frère ne lui allait pas vraiment. C'était d'ailleurs elle qui, parfois, lui demandait d'arrêter. Le frère qu'elle avait trouvé lors de sa première année était loin d'être celui qu'elle avait par le lien du sang. Son frère moldu était son double masculin et encore, il est le genre autoritaire et prétentieux. Alors que London était souriant, dynamique et pas forcément sage, rarement sérieux. Cependant, elle savait vers qui se tourner si elle avait un coup de cafard ou si elle avait un problème comme elle serait là le jour où London en aurait besoin.

    « Bien sûr que si qu'elle peut avoir un amoureux ! Avec un filtre d'amour, rien de plus facile. Tu imagines ? Le pauvre gars. »

    Elle était réellement compatissante envers le garçon qui ''succomberait'' à son charme. Comment pouvait-on tomber amoureux d'une Ana-Lena ? Rien que pour éviter les risques qu'elle ait recours à une potion magique, il faudrait créer une ligue de lutte contre les amours d'Ana-Lena. La LLCAAL. Et même si il n'y avait aucune lutte à mener, les membres de l'organisation pourront toujours parler d'Ana. Ce ne pourrait qu'être une lutte reconnue dans le monde entier, une lutte pour l'humanité. Même qu'ils recevraient la médaille du mérite des français. Anise se promit d'en discuter avec London dès qu'ils en auraient fini avec la personne qui discutait avec la Miss Casse-pied.

    « Manière, ça ne peut qu'être un suicidaire ou un fou. »

    Qui qu'il soit, cet élève devait être complétement cinglé pour parler avec la Serdaigle. Toutes personnes qui s'adressaient à cette dernière s'exposait à de mauvaises relations et à des réactions négatives de la part des autres élèves. C'était sûrement la raison pour laquelle ils discutaient dans un couloir vide après le repas, ils pensaient être tranquilles. Elle aurait aimé voir le visage du garçon pour mettre un nom dessus. Perdue dans ses pensées, Anise ramena ses jambes contre elle et les encercla de ses bras. Parfois, elle se détestait d'être si froussarde...

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Prends ça dans ta tronche, tête de troll ! Ana & London

Message par Invité le Ven 19 Nov - 23:05

Ana-lena avait passé la journée à ressasser encore et encore la même idée. Depuis quelques jours, elle était devenue totalement obsédée par cette pensée, à tel point qu'elle en perdait la tête ; à force de réfléchir sur le sujet, elle devenait incapable de se concentrer sur autre chose, si bien qu'elle faillit échouer lamentablement lorsque le professeur de sortilèges lui demanda d'exécuter le sort sur lequel il baragouinait depuis plus d'une heure. Ana-lena dû faire preuve d'une volonté extrême pour se souvenir du sujet de la leçon, et après quelques secondes d'hésitation qui lui parurent durer des heures, elle retrouva ses esprits et put enfin se débarrasser de tous ces regards fixés sur elle en exécutant le sortilège à la perfection. Inutile de vous décrire l'intense soulagement qui l'envahit lorsque la sonnerie annonçant la fin des cours retentit dans tout le château. Elle était enfin libre de vaquer à ses occupations : elle était déterminée et convaincue qu'elle parviendrait à le persuader de la véracité de ses soupçons.
Ainsi, Ana-lena fourra négligemment plume, parchemin, encrier et bouquins dans son sac avant de bousculer tout ceux qui se trouvaient sur son passage pour regagner la sortie. Elle dévala les marches à toute vitesse et arrivée au deuxième étage, la Serdaigle se posta à l'entrée de la bibliothèque, dissimulée par une vieille armure à moitié rouillée, persuadée que la personne qui l'intéressait ne tarderait pas à pointer le bout de son nez par ici. Et en effet, quelques minutes à peine après qu'elle ait commencé à guetter, Ana-lena vit le Serpentard sortir de la bibliothèque, un livre sous le bras. A peine eut-il fait quelques pas que la jeune fille le bouscula violemment afin qu'ils se retrouvent tous les deux dans un couloir désert, là où personne ne pourrait saisir la moindre bribe de leur conversation. Évidemment, il fallait s'en douter, Alcide n'apprécia guère une telle attitude, et si l'auteur de cette secousse brutale n'avait pas été Ana-lena, probablement que le pauvre inconscient qui aurait agit de la sorte aurait été réduit en bouillie en seulement quelques secondes. Mais si entre les deux jeunes gens, ce n'était pas une grande histoire d'amitié, ils avaient des objectifs communs, ce qui leur permettait de s'accorder mutuellement une certaine tolérance. Ainsi, Alcide acceptait certaines attitudes d'Ana-lena qu'il aurait catégoriquement refusé venant de quelqu'un d'autre, tout comme la jeune fille lui permettait d'adopter avec elle un ton qu'elle n'aurait pas toléré de la part d'une autre personne. Leur relation était assez étrange, mais tout deux s'en accommodaient parfaitement et s'étaient habitués à faire quelque concessions face à face ; Ana-lena avait appris à "s'excuser" auprès d'Alcide, qui mit un temps fou avant de cesser de lui reprocher cette intrusion inattendue. « Je peux en venir au fait où tu vas continuer à me reprocher de t'avoir bousculer jusqu'ici !? » demanda-t-elle, agacée, sentant qu'elle n'allait plus pouvoir conserver son calme très longtemps. Le Serpentard ne répondit pas et se contenta de fixer sur elle son regard bleu azur, attendant la suite. « Lloyd » lâcha-t-elle avec mépris et dégoût, comme si le simple fait de prononcer ce nom relevait de la torture. Elle n'eut pas besoin d'en dire plus pour qu'Alcide comprenne de quoi elle allait lui parler. « Es-tu certaine de ce que tu avances ? » La jeune fille hocha doucement la tête. Elle en était plus que certaine et n'allait plus supporter très longtemps l'inaction de ceux qui l'entouraient. Si personne ne décidait de réagir, elle finirait pas prendre elle-même les choses en main. Cette dernière idée ne sembla pas plaire le moins du monde à Alcide qui haussa le ton : « Il est hors de question que tu fasses quoi que ce soit sans l'accord du président ! » Mais Ana-lena n'était pas prête à attendre que le dirigeant du club réalise à quel point Lloyd mettait la PBL en danger avec ses stupidités : « S'il était un petit peu plus malin, ça ferait un moment que cette vermine n'aurait plus sa place parmi nous » lâcha-t-elle entre ses dents. Elle était exaspérée, presque menaçante à l'encontre d'Alcide.
La jeune fille ne savait pas qui dirigeait le club, mais au fond d'elle-même, malgré sa discrétion et sa manie de ne jamais se mettre en avant, elle s'était toujours demandé si Alcide n'était pas ce mystérieux président. Mais que ce soit lui ou non, Ana-lena n'allait pas peser ses mots. Celui qui tirait les ficelles était actuellement un véritable idiot, et elle n'allait pas garder le silence de peur des représailles. D'une part, elle n'était pas du genre à éprouver la moindre frayeur face à quiconque, et d'autre part, elle jouait un rôle bien trop important au sein du club pour qu'il puisse se permettre de ne plus l'avoir dans ses rangs. Ana-lena savait que son dévouement à la cause des sang-purs était précieux, et elle se sentait intouchable, indétrônable et irremplaçable. Certes, elle voyait les choses peut être un peu trop à sa façon, mais après tout, elle n'était pas loin de la vérité. Alcide le savait, et peut être est-ce pour cela, d'ailleurs, qu'il finit par lui affirmer qu'il la suivrait si elle tentait quelque chose. Une fois cet échange bref et quelque peu frénétique prit fin, Ana-lena regagna la salle commune des Gryffondors dans laquelle elle était obligée de résider depuis le début de l'année scolaire, ce qui était loin de l'enchanter.

Ana-lena entra dans la salle commune des rouge et or et ne put s'empêcher de grimacer face au brouhaha qui régnait dans la pièce. Les lions étaient décidément bien insupportables ! La jeune fille lança un regard noir à un petit groupe de fille installée dans un coin de la pièce, ce qui provoqua immédiatement une chute considérable de décibels. Désormais, il n'y avait presque plus que des chuchotements dans la pièce, et si Ana-lena n'avait pas entendu cette petite voix exaspérante et moqueuse, probablement serait-elle montée dans son dortoir sans chercher à présenter un spectacle digne de ce nom à ceux qui occupaient la pièce. Mais cette histoire de dealer qui semblait fortement amuser deux Gryffondors éveilla la curiosité de la jeune fille qui s'avança à pas de loup et vint se poster juste derrière le canapé dans lequel était confortablement installés Anise et London. La Serdaigle ne fit pas un bruit, pas un geste, elle se contenta de tendre l'oreille. Avant même de s'approcher de manière à saisir la conversation, Ana-lena avait compris qu'elle était l'objet de la discussion, et ce n'était pas pour lui déplaire. Elle aimait cette peur qu'elle exerçait sur les autres élèves, et jubilait dès qu'elle réussissait à provoquer un carnage. Mais ce qu'elle aimait le plus, c'était savoir que ses exploits faisaient le tour de château à une vitesse considérable, plus vite encore que les crises de Claes.

Ana-lena sentait les élèves s'agiter autour d'elle. Immobile et concentrée, elle percevait tout les bruits avec distinction et ne tarda pas à comprendre que la salle commune se vidait petit à petit. Ah ce que je voie certains ne veulent pas assister au spectacle ... songea-t-elle amusée, mais aussi presque déçue. C'est bien dommage, je leur préparai pourtant quelque chose de grandiose ! pensa-t-elle tandis qu'elle suivait des yeux un petit groupe de quatre élèves qui filait à toute allure en direction des dortoirs, comme s'il s'attendait à ce qu'une tempête ne s'abatte sur la salle commune ; ce qui, d'une certaine manière, n'était pas complètement un délire de leur imagination puisque Ana-lena sentait l'excitation l'envahir un peu plus à chaque mot prononcé par les deux compères, et n'attendait que le moment propice pour intervenir. Mais quand allait-elle pouvoir se montrer aux Gryffondors ? Quel était le moment idéal ? A quel instant devait-elle surgir devant eux pour voir la peur déformer les traits d'Anise et l'agacement se manifester sur le visage de London ? Maintenant !
« Probablement n'as-tu jamais frappé aussi juste Cornwell ! » lâcha-t-elle sur un ton glacial, avec lenteur, détachant bien chaque mot, comme à son habitude. Ana-lena fit le tour du canapé pour venir se placer face au petit couple de rouge et or, et garda le silence un court instant pour leur permettre d'apprécier la surprise à sa juste valeur. « Tu ne comprends pas ? Pauvre innocente va ! » Ana-lena leva les yeux au ciel d'un air faussement désespéré. « Une hyène. C'est justement la forme que prend mon patronus ... » ajouta-t-elle en balayant l'air de la main d'un geste théâtrale, comme pour insister sur l'évidence du raisonnement et la stupidité de son interlocutrice. Un sourire sarcastique prit place sur le visage de la jeune fille qui pointa soudainement sa baguette sur Anise : « Peut être voudrais-tu une démonstration ? » demanda-t-elle, moqueuse, amusée par l'inquiétude qui semblait avoir envahi la jeune Gryffondor. « Mais il serait préférable de se débarrasser avant tout des éventuels importuns ! » dit-elle avec rage, abandonnant l'habituel lenteur de sa voix pour une rapidité effrayante, accompagnant ses mots d'un mouvement rapide du poignet et d'une incantation prononcée à demi-voix. Sa baguette avait changé de cible au dernier moment, et le sortilège frappa London de plein fouet qui se retrouva soudain ligoté et bascula dans le fond du canapé. « A nous deux maintenant Cornwell ...» lâcha Ana-lena, ayant repris son ton habituel : froid, sec, traînant, effrayant. Elle fit un pas en direction de la jeune fille, son regard noir brûlant de haine à l'encontre de la sang-de-bourbe qu'elle n'allait pas tarder à réduire en bouillie.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Prends ça dans ta tronche, tête de troll ! Ana & London

Message par London M. Antwerp le Ven 17 Déc - 20:14

— Elle a peut-être gardé un caractère de hyène ! Ca expliquerait pas mal de choses... Un sourire débile illumina le visage de l'irlandais. Un instant, il eut l'image d'Ana-Lena à la place de la Hyène baveuse du Roi Lion et le résultat était pour le moins... surprenant... Drôle... Déconcertant ? Bref, suffisamment hilarant pour lui arracher un rire étouffé. Attribuer tout les maux du monde à une seule et même personne avait un curieux effet apaisant sur le jeune lion qui trouvait sa vie tout de suite bien plus facile. Nul doute qu'en déversant son venin sur Ana-Lena, il ne lui restait plus grand chose quand venait le tour de ses camarades suivants. D'une manière générale, London n'avait jamais été du genre médisant, dans le sens gratuit du terme -Non, se moquer des filles qui tombent dans la boue et les traiter de dinde ne compte pas pour de la médisance- et pourtant, force lui était de constater qu'Ana-Lena (Avec un appui précieux d'Anise, pour une fois) lui permettait d'explorer un tout nouveau pan de sa personnalité, encore bien méconnu à ce jour. L'irlandais haussa un sourcil circonspect à la déclaration de son homologue.
— Ouais, t'as ptêtre pas tort. Elle aurait très bien pu être une hyène. Une hyène affreuse et baveuse qui aurait tué et torturé des bébés zèbres avec une cruauté sans borne. fit-il en mimant l'air carnassier de l'animal tel qu'il l'imaginait, pointant des crocs imaginaires. L'évocation de cette dernière idée lui arracha pourtant un frisson léger. Brr... Imaginer des cadavres de bébés animaux éventrés dans la savane avec une Ana-Hyène se régalant du fruit de sa chasse... C'était... A vomir. Burp. Puis c'était troooop meugnon les bébés zèbres Shocked Bref. Quoi qu'il en soit, cette histoire de seconde vie (ou troisième ou...whatever.), de réincarnation mâtiné de mystique, ça le chiffonnait un peu le London. Un index distrait vint se poser sur sa lèvre inférieure (Oui, une intense réflexion donnait à London un air plus stupide que d'ordinaire...)
Silence. Rire discret.
— Si ça se trouve, elle a encore les poils qui vont avec... Fit-il, un sourire crétin fendant son visage.
— Mais le truc... Tu vois, le concept de la réincarnation, les règles à respecter... Elle devrait atteindre un niveau de conscience plus éveillé, se rapprocher de la perfection... Et là... Entre la hyène et la Ana-Lena, la différence est peu visible. Ou alors elle devrait être punie pour ses actions passées, je sais pas moi ! Mais bah... Il me semble que les seuls à être punis dans l'histoire, c'est nous...
Elle aurait dû être réincarnée en ver de terre ! Au moins !

Une nouvelle expression se dessina sur le visage du brun, à mi-chemin entre la réflexion profonde, l'amusement et la rancune feinte. Le brun plongea ses yeux bleus dans ceux d'Anise,
— T'es sûre que c'est pas toi qui aurait eu une ancienne vie pavée de faste et de luxure ? Ca expliquerait bien plus de choses... Vilaine, va ! Il avait affiché l'air ulcéré que les parents d'enfants difficiles prenaient habituellement (Expression faciale qu'il connaissait suffisamment bien pour l'imiter à la perfection. Oui bon, en fait, dans le duo, c'était Anise la plus responsable. Mais personne n'oserait l'avouer et London continuait donc à être le grand-frère protecteur aux yeux de tous. Oui oui, même s'il avait autant de plomb dans la cervelle qu'un canard unijambiste amateur de vodka. Même si celui qui faisait le plus de trolleries... Bah c'était lui.
Et c'était lui qui riait en imaginant Ana-Lena avec un fou suicidaire (Même si, avouons-le, ce n'était pas vraiment drôle, à la base...) lorsque la conversation avait à nouveau tourné autour du mystérieux interlocuteur de leur cible favorite. Il roula des yeux indignés lorsqu'Anise évoqua un quelconque philtre d'amour.
— Naaaan ! Pas possible. Même avec un philtre... Ca serait un supplice... Et un peu comme dans les films, il découvrirait la supercherie et irait occire l'affreuse sorcière... Ca ferait un super film ! Hein ? Hei...
— Probablement n'as-tu jamais frappé aussi juste Cornwell ! affraid Argh ! Au fur et à mesure que les mots se débitaient dans son dos, London s'était tourné, croisant le regard de la froide Ana-Lena. Il l'observa faire le tour et s'asseoir face à eux, à la manière des méchants dans les séries télévisées. Iiik *Cri de souris paniquée* comment avait-il pu oublié ce principe élémentaire ? Cela se passait toujours comme ça dans les films. Quand on parle du loup, on en voit la queue. Enfin. En l'occurrence, quand on parle de la Hyène, on en entend le ricanement. Dire qu'il n'avait même pas vu la Salle Commune se vider de tout ses occupants, trop occupé qu'il était à échafauder des théories fumeuses sur les réincarnations et autres amours de la Bradshaw.
Et a la manière de tout méchant de dessin animé, cette dernière pointa sa baguette sur Anise, débitant un discours de méchante, avec un air méchant, une voix de... Bref. Maaaiiis pouuuurquoiii est-elle si méchaaanteuh !
— Tu ne comprends pas ? Pauvre innocente va ! Une hyène. C'est justement la forme que prend mon patronus ... Peut être voudrais-tu une démonstration ? London haussa un sourcil. D'après ce qu'il savait, les patronus n'étaient effectifs que sur les Détraqueurs. Et à dire vrai, il n'avait aucune envie de voir si cela fonctionnait également sur les Gryffondors acculés par un Ana-Lena en colère.
— Mais il serait préférable de se débarrasser avant tout des éventuels importuns !
Plait-il ? Avant d'avoir pu ouvrir la bouche pour répliquer, ayant tout juste le temps de sortir sa baguette, London s'était retrouvé basculé au fond du sofa un peu trop moelleux à son goût. L'irlandais pesta silencieusement en observant la Serdaigle s'approcher de la Cinquième année. *Musique des dents de la Mer ON*
— A nous deux maintenant Cornwell ... Dans toute sa détresse, le lion ne pu s'empêcher de hausser les yeux vers le plafond. Réplique typique de vilain Marvel.
Serrant sa baguette dans sa main gauche, il se débattit un instant, marmonnant des insultes incompréhensible à l'égard de la jeune sang-pur mais qui aurait été bien désagréable à l'oreille s'il avait pu les exprimer à voix haute. Puis ses cours d'Enchantement finirent par lui traverser l'esprit. De façon assez fugace, j'en conviens, mais suffisamment pour lui rappeler les sort informulés. C'est donc après cinq bonnes minutes passées à pester contre le monde entier que l'irlandais acheva de se libérer. Il se battit un instant avec les coussins qui menaçaient de l'engloutir dans le canapé puis se dressa de tout sa silhouette malingre, l'oeil ardent.
— Nom d'une morue morte ! Ca va pas bien dans ta tête de pourriture consanguine, Bradshaw !?! (Oui, sang-pur=Consanguinité chez London) Pas étonnant que votre tour soit en ruine les piafs avec une malade comme toi dans leurs rangs ! Il fronça les sourcils, frotta son poignet endolori par la chute dans le sofa et agita sa baguette avec rapidité.
— Locomotor Mortis !
Sans se préoccuper des effets de son sort ni même de sa portée, il agrippa rapidement Anisa par le bras, bascula le canapé et s'en fit une barricade de fortune (Il adore les barricade, il se croit dans un film après =D).
— Bradshaw, tu sais trèèès bien que ce combat n'aura pas de fin. Alors rends toi tant qu'il t'es possible de le faire. Tu risques de le regretter amèrement espèce de vieille peau ! Le poing serré, il se tourna vers sa camarade pour lui chuchoter quelques vagues reproches/consignes/plans (rayez la mention inutile) Et toi, tu me feras le plaisir d'arrêter ce regard de merlan frit et de serrer ta baguette. On la prend à revers, tu te glisses sous le bureau en face, et moi je fais diversion. On va lui faire cracher ses dents à l'affreuse ! fit-il, triomphant, avant de tendre son poing vers la lionne pour un check-de-la-victoire-de-la-mort.

avatar
London M. Antwerp
UFR1 Double Cursus

17/03/2010 795 ϟ © : Little Suzy
Carte d'identité
ϟ Autres appartenances: Sympathisant AFW et FFA
ϟ Fonctions/options: Batteur titulaire. Sortilèges avancés, Relations internationales magiques, Métamorphose avancée
ϟ Réputation: Est connu pour vendre des objets magiques modifiés dans tout Poudlard

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Prends ça dans ta tronche, tête de troll ! Ana & London

Message par Invité le Dim 19 Déc - 21:34

    Ana-Lena serait tellement belle en hyène... Ça lui irait à ravir. Alors qu'Anise pensait à arrêter de voir la Serdaigle avec une tête d'animal, parce que franchement ça faisait froid dans le dos, London continua sur cette lancée. Il imaginait carrément une hyène méchante qui s'en prendrait aux bébés zèbres. Anise leva un sourcil interrogateur. Pour des zèbres ? Elle ne chercha pas à comprendre. London était London. Si elle commençait à chercher, elle se perdrait. L'image d'Ana-Lena recouverte de poils fit rire Anise. Qu'il était bon de dénigrer ses ennemis et de les imaginer autrement que la réalité ! Certes, elle faisait moins la maligne face à l'ennemi. Elle écouta le baratin de son camarade à propos de la réincarnation. Un discours qui n'avait pas vraiment de sens ici. Cela ne l'empêcha pas pour autant d'écouter attentivement ce qu'il lui disait. A tout bien réfléchir, le raisonnement de London était tout à fait juste, il était même flippant ou rassurant, à voir. Savoir que la serdaigle avait pu avoir une tête de hyène avant sa venue au monde était carrément inquiétant. La nature faisait vraiment n'importe quoi ! Qui oserait réincarner un animal en une créature aussi méchante et cruelle qu'Ana-Lena ? Heureusement pour la méchante sorcière de l'histoire, elle n'avait pas pu être hyène dans une vie antérieure puisque, selon le gryffondor qui semblait pas mal informé sur le sujet, il fallait atteindre un niveau de perfection afin de se réincarner. Venant de la part d'Ana, la perfection était impossible. Ou peut-être qu'elle était la perfection de la méchanceté... Une idée à développer.

    Anise s'imagina en danseuse de cabaret des années quatre-vingt avec la robe qui allait avec, version noir et blanc. Une vie antérieure de danseuse sulfureuse était une idée pour le moins amusante. Elle qui était si discrète et studieuse trouvait divertissant de s'imaginer tout le contraire de ce qu'elle était. Si son ancienne vie était ainsi, elle avait dû beaucoup s'amuser et en profiter. Elle aurait adoré se souvenir de ce passé. De toute manière, qui était-elle pour estimer avoir eu atteint la perfection dont parlait London ? Un élève passa devant eux, le visage déformé par la peur. Anise n'y prêta pas attention. Il avait peut-être lu un livre d'horreur et il avait peur, voilà. Elle était bien trop occupée par sa conversation pour se soucier des problèmes des autres. Elle revint au sujet numéro un qui l'inquiétait le plus. Le pauvre gars qui avait dû lui adresser la parole. Il ne pouvait s'agir que d'une victime d'un philtre d'amour pour Anise. London poussait l'idée encore plus loin. Pour lui, même le philtre d'amour ne suffirait pas à aimer Ana-Lena. Comme c'était méchant ! Mais tellement plaisant. Elle esquissa un sourire. Oh que oui, personne ne pourrait l'aimer à moins d'être aussi méchant qu'elle. Ce qui ne pouvait exister. Ce serait une catastrophe pour l'humanité. Bien que la discussion était des plus marrantes, la jeune lionne ne put s'empêcher de s'enfoncer dans le canapé en entendant la voix froide. Elle savait parfaitement d'où elle venait et à qui elle appartenait. Elle avait entendu des centaines de fois ce ton à vous glacer le sang. Et là, la situation était encore pire. Ana-Lena les avait entendu la comparer à une hyène. Celle-ci soulignait justement que son patronus était une hyène. Une lueur satisfaite traversa le regard d'Anise : elle avait vu juste ! Ana était bien une hyène... dans un sens, du moins. Cependant, la lueur ne resta que quelques secondes. Elle croisa le regard pénétrant de la méchante sorcière et se tassa davantage. Okay, ils étaient foutus. Mayday, mayday, nous avons un problème.

    D'un regard impuissant, Anise vit sa pire ennemie ensaucissonner London d'un coup de baguette. Elle n'osa même pas faire un geste pour prendre la sienne et riposter. Face à Ana, elle était incapable de faire quelque chose. Un jour, le courage lui viendra peut-être mais aujourd'hui n'était pas encore le bon jour. London ''éliminé'', il ne restait plus qu'elle et Ana-Lena. Pendant ce qui lui parut de très très longues secondes, la jeune lionne attendit la punition. Finalement, ce n'est pas la serdaigle qui lança un sort mais plutôt le gryffondor. Anise n'eut pas le temps de voir l'effet du sortilège car elle était emportée malgré elle avec le canapé. Elle en profita pour s'assommer contre le sol de la Salle Commune. Quelle douceur ! Le canapé était maintenant retourné. London avait envie de s'en servir comme d'un mur protecteur. Ben voyons. Le machin faisait même pas un mètre de hauteur, Ana n'aurait aucun mal de lancer un sort par-dessus. Enfin, quand elle se serait libéré de son sort. En écoutant le plan de son ami, Anise crut qu'elle allait l'étrangler. Il ne trouvait rien de mieux à faire ?Se retenant de lui sauter au cou, elle se contenta de le fusiller du regard. Comment pouvait-il garder son esprit d'enfant alors qu'Ana-Lena, l'ennemi public numéro un s'apprêtait à les griller comme deux saucisses au barbecue ? Elle lui donna une claque sur son poing pour qu'il le redescende plutôt que de coller son propre poing contre le sien. Anise avait fini de rire. Maintenant, elle avait peur que cette Serdaigle les réduise en poussière. Elle en serait bien capable, d'ailleurs. C'était bien ce que craignait la jeune lionne. Rien ne pouvait arrêter une machine à tuer comme Ana lorsqu'elle était lancée. Sauf peut-être, un sort bien placé. Toujours est-il qu'ils avaient fait une grave erreur en parlant d'elle ainsi, au milieu de la Salle Commune. D'autant plus qu'ils savaient qu'elle ne tarderait pas à apparaître. Quels idiots ils étaient. Vraiment ! Et London qui ne trouvait rien de mieux qu'en rire. Elle se demandait parfois qui était le plus mature des deux.

    « Arrête voir tes bêtises, Lond' ! Elle ne rigole pas, ELLE. »

    Le seul point positif, c'était qu'il était décidé à se battre. Mais tout de même. La jeune sorcière sortit sa baguette. Derrière leur abri de fortune, ils ne seraient pas tranquilles bien longtemps. Ana-Lena n'aurait aucun mal à passer à côté d'un canapé retourné. Ce n'était pas comme si ils s'étaient cachés derrière un grand mur. Elle devait même les trouver bien idiot à se cacher ainsi. Où étaient passés les deux courageux lions ?

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Prends ça dans ta tronche, tête de troll ! Ana & London

Message par Invité le Mer 2 Mar - 14:22

Un sourire satisfait avait pris place sur le visage d'Ana-lena. Qu'allait-elle bien pouvoir faire subir à Cornwell !? La jeune femme caressa délicatement sa baguette sur la longueur, bien décidée à prendre son temps. Elle adorait s'en prendre à la Gryffondor : toujours terrorisée, incapable de se défendre, peinant à brandir sa baguette droit devant elle ... Anise lui aurait presque inspirée de la pitié si elle ne la répugnait pas autant. Un rire moqueur s'échappa de la gorge de la Serdaigle ; lire la peur sur le visage d'Anise lui procurait un plaisir indescriptible. Mais comment faire durer cette joie intense ? Quelle option Ana-lena devait-elle choisir ? Son esprit bouillonnait d'idées plus amusantes, plus tordues, plus démoniaques les unes que les autres. « Par quoi vais-je pouvoir commencer ? » s'interrogea-t-elle à haute voix. Ana-lena fit quelques pas devant la rouge et or, les yeux fixés sur sa baguette, son trésor de cruauté. Pourquoi ne pas commencer par modifier cet effroyable petit visage d'ange qui lui donnait la nausée ? Ou alors peut être pouvait-elle la pendre par les pieds, histoire de faire remonter de jolis souvenirs ? Mieux ! Pourquoi ne pas tester sur elle ces nouveaux sortilèges de Magie Noire qu'elle avait découvert au cours de l'été ? Oui, c'était cela qu'il fallait faire. Essayer sur une personne humaine. Essayer afin de bien saisir le pouvoir de ce sort. Une lueur de folie s'alluma dans les yeux d'Ana-lena. Elle pointa sa baguette sur Anise, et alors que la formule s'apprêtait à sortir de ses lèvres, la voix de London attira l'attention d'Ana-lena. Merde, je l'avais oublié celui là ! Plongée dans ses réflexions et ses rêves de tortionnaire, la Serdaigle avait complètement oublié le rouge et or qu'elle avait ligoté quelques secondes plus tôt. Certes, elle avait entendu ses grognements, mais London ne cessant jamais ce genre de stupidités, elle ne s'en était pas préoccupée le moins du monde. Quelle idiote je suis ! pesta-t-elle intérieurement avant de se tourner vers London, le regard brillant de colère, déterminée à le mettre hors-jeu.

« Locomotor Mortis ! » Ana-lena n'eut pas le temps de réagir, le sort la frappa de plein fouet. Ses jambes se serrèrent d'un seul coup ce qui mit à rude épreuve l'équilibre de la jeune femme. Elle vacilla sur le côté, réussit à se rattraper à l'un des fauteuils, et par un mouvement circulaire du bassin très gymnique et une contraction abdominale des plus éprouvantes, elle put se redresser. La colère était plus forte que jamais ; le coeur de la jeune fille battait à une vitesse folle, à tel point qu'elle avait l'impression qu'il ne tarderait pas à exploser. London allait lui payer cela, il allait payer très cher ! D'ailleurs où était-il passer cet énergumène !? Ana-lena ne tarda pas à trouver la réponse à sa question. Comme à son habitude, London avait décidé d'agir de manière extrêmement stupide : il était désormais caché derrière le canapé qu'il avait renversé de façon à en faire une barricade. « Bradshaw, tu sais trèèès bien que ce combat n'aura pas de fin. Alors rends toi tant qu'il t'es possible de le faire. Tu risques de le regretter amèrement espèce de vieille peau ! » Il n'en fallait pas plus à la jeune femme pour entrer en guerre. Elle fit trois petits sauts en direction du canapé défensif et pointa sa baguette sur la touffe de cheveux bruns qui dépassait : « Tarentallegra ! » hurla-t-elle. Mais la rage qui s'intensifiait en elle à chaque seconde ainsi que l'impossibilité de se déplacer normalement perturbait grandement la motricité d'Ana-lena ; son bras dévia légèrement, et le sort frôla l'oreille de London pour aller s'échouer sur l'un des tableaux de la salle commune, provoquant une crise de panique au sein des portraits. La peinture explosa et son occupant se précipita chez son voisin, qui hurlait à tue tête quelque chose d'assez incompréhensible, qui ressemblait vaguement à une prière adressé à Godric Gryffondor, mêlé à une imprécation à l'encontre de Rowena Serdaigle. Ana-lena poussa un juron mais ne se laissa pas distraire par la situation : elle effectua une rotation de 90° afin de faire face à la cheminée. Pointant sa baguette sur un gros vase en verre débordant de rose rouge aux épines effrayantes, elle se mit à hurler : « Waddiwasi ! » Son bras s'élança d'un seul coup vers London, et le vase partit à toute vitesse dans la direction du jeune homme. Ana-lena ne chercha pas à voir les effets de son sortilège ; cependant, alors qu'elle contournait le canapé défensif des Gryffondors en effectuant des petits sauts ridicules, elle perçu un grognement de douleur, qui appartenait, sans le moindre doute, à London. Parfait ! songea-t-elle. J'ai au moins deux minutes pour m'occuper de l'autre petite peste avant qu'il ne revienne à la charge !

Ana-lena se retrouva enfin face à Anise, probablement terrorisée. Mais la Serdaigle voyait à peine les traits de son visage : sa vue était brouillée par la colère. Peut importait, il lui fallait régler son compte à cette importune, à cette sang-de-bourbe, à cette erreur de la nature ! Ana-lena brandit sa baguette, prête à lancer l'un des nombreux sortilèges de Magie Noire qu'elle avait découvert au cours de l'été, curieuse de voir si le résultat serait aussi efficace sur les humains que sur les elfes de maison ... Mais au dernier moment, elle changea d'avis. Mieux valait-il essayer quelque chose d'autre, quelque chose de plus ... excitant. J.K.Rowling était dingue, certes, mais la plupart de ce qu'elle relatait dans ses livres était réel ; pourquoi ce fameux sortilège ne serait-il pas aussi efficace dans la réalité que dans la fiction !? Un sourire démoniaque déforma le visage de la Serdaigle. Oui, autant essayer ce qui me semble être un véritable petit bijoux ... Brandissant sa baguette, les yeux braqués dans ceux d'Anise, elle déclara d'une voix forte, avec froideur, détachant bien chaque syllabe : « SECTUMSEMPRA ! » La force du sortilège la fit basculer en arrière : Ana-lena eut seulement le temps de voir la peur déformer le visage d'Anise avant de se cogner le crâne contre l'angle d'une petite table en bois. Il lui fallut une bonne minute pour reprendre ses esprits, se redresser sur les coudes, et observer le spectacle qui s'offrait à elle ...

Pardon pour ce loooooong retard !
J'espère que la folie analenienne vous plaît Twisted Evil

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Prends ça dans ta tronche, tête de troll ! Ana & London

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum