Le serpent change de peau, mais garde sa nature.

Aller en bas

Le serpent change de peau, mais garde sa nature.

Message par Invité le Mar 2 Nov - 3:35


le serpent change de peau
« ft. lullaby & anémone »mais garde sa nature



    Il n’y a rien de plus embêtant -pour ne pas dire autre chose- que de se lever un lundi matin pour aller suivre des cours totalement inintéressant. C’est pour ça que je hais le lundi matin. Oui, je déteste réellement les lundis matins et pas seulement parce que le lundi signifiait la fin du week-end. Il fallait reprendre le petit train train quotidien. Je me levais à 6 h 10, je me douchais jusqu’à 6 h 40, je m’habillais, j’allais déjeuné et je me rendais à ma première heure de cours. Ma vie était parfaitement réglée et je n’aimais pas ça, j’aimais les imprévus comme par exemple quand on m’annonçait que la professeur de divination avait attrapé la grippe et qu’elle était dans l’incapacité d’assurer son cours, le jour même. Ça s’était le rêve mais je savais que malchanceuse comme j’étais mon vœu ne se réaliserais jamais. Avoir un cours de divination, le lundi matin, en première heure avait le don de me plomber le moral pour le reste de la semaine. Imaginez vous un instant dans ma situation, on dirait que -aussi charmante soit la dame qui nous faisais cours- , qu’elle venait de sortir de la prison d’Askaban. C’est vrai, elle était maigre -on aurait dit qu’elle était sous alimentée-, et puis elle avait les cheveux roux délavés, les sourcils bien fournis et même si on était à Poudlard dans une école de magie, il y avait plein d’esthéticiennes dans le centre ville de Londres. Je dis ça mais je ne critique pas, chacun et comme il est et je ne peux pas me moquer des gens parce que tout le monde ne peux pas être belle, intelligente comme moi.
    Personnellement je considère que les cours de divination sont une perte de temps et qu’ils ne nous apprennent rien qui pourrais nous resservir dans notre vie futur. Je ne vois aucun intérêt à regarder le fond d’une tasse de café jusqu’à qu’ont disent ce que nous voyons dedans. Je ne crois pas aux présages. En cinquième année, Hayden Sheppard, une fille qui était dans mon cours à vu une tête de mort au fond de sa tasse, ce n’est pas pour autant qu’elle est morte.
    Je me laissais guider par mes jambes, je marchais en slalomant. J’étais dans mes pensées, c’est pourquoi je bouscula plusieurs élèves, je bredouilla des brefs mots d’excuse lorsque je leur écrasais les pieds. Je n’avais pas envie de me prendre la tête avec quelqu’un aujourd’hui et étant donné ce qui se passais en ce moment à Poudlard, ça n’allait pas arrangé les choses.
    Les couloirs étaient interminables. Je crus que je n’arriverais jamais à mon cours à l’heure même si j’avais déjà une quinzaine de minute de retard. En règle général, je n’étais pas très ponctuelle. Mais là, mes camarades de classe étaient rangés devant la salle de classe. Il semblerait donc que je sois à l’heure … Qu’est-ce j’étais censé faire à ce moment là ? Je n’en avais logiquement aucune idée pour la simple raison que je n’ai jamais appris à réagir lorsque pour la première fois de ma vie j’arrivais à l’heure en cours. Je considère que je suis folle ces derniers temps. Bon d’accord, je peux admettre que ce qui venais de m’arriver était quelques peu déstabilisant et que j’ai du ouvrir la bouche comme une carpe d’étonnement puisque un mec plutôt mignon de ma maison me la referma, ce qui fit claquer ma mâchoire « Ferme la bouche Lloyd …. » me lança-t-il en riant. Je lui attrapa le bras et le serrant le plus fort possible pour ne pas qu’il m’échappe. « Dis moi plutôt, où est la prof ? » le motivai-je avant de lui décrochais mon plus beau sourire hypocrite. « Elle est pas là. » me répondit-il indifférent. C’est moi où mon rêve le plus fou venait de se réaliser ? Je ne pris pas le temps de savoir si cette rumeur était fondée ou non. Mais j’aurais du parce que le garçon que j’avais interrogée n’était pas un modèle à suivre. Dans le pire des cas, je serais collée mais je n’en avais rien à faire, j’étais tellement contente de ce que je venais d’entendre que je courus sans me retourner.
    Très vite, je me retrouva entrain de dévaler les escaliers si vite je faillis tomber parce que je manqua la dernière ou parce que j’avais failli plusieurs me prendre les pieds dans ma robe de sorcière. Maintenant la question était : qu’est-ce que j’allais bien pouvoir faire ? Aller au terrain de Quidditch ruinerait mon brushing à cause du vent sans oublier que les gradins étaient trop inconfortable. La grande salle serait desserte et donc je n’aurais aucun intérêt à y aller. La bibliothèque était réservée aux premières années et en plus je n’avais pas envie d’aller étudier. En fait, je n’avais envie de rien faire est le seule endroit où je pourrais me « comporter » comme une limace c’était dans ma salle commune, bien sûr traverser tout ses couloir et descendre les escaliers ne m’avait enchanté mais je fus soulagée quand je rentra dans ma salle commune. Même si elle était située près des cachots et au sous sol de Poudlard, elle était plutôt confortable. Le feu crépitait dans le foyer de la cheminée qui réchauffait la pièce humide. Je m’assis en croisant mes jambes sur la canapé en cuir noir après avoir saisi le nouveau numéro de la Gazette du Sorcier que déjà lu et relu plusieurs fois.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le serpent change de peau, mais garde sa nature.

Message par Invité le Mar 2 Nov - 14:30






    "10 points en moins pour Gryffondor! Retenue pour Jackson ce soir.Je vous attendrai à 19h pile dans mon bureau. Soyez à l'heure!" déclara la voix ferme et sulfureuse d'Anémone.

    Quoi de mieux que de commencer la journée par une retenue? Le cours de vol venait à peine de commencer qu'un jeune gryffondor jouait déjà les bouffons, tentant vainement d'attirer l'attention de ses camarades, au lieu de quoi il se coltina une heure de retenue. Cet empoté ne savait même pas la malchance qu'il venait d'avoir! Tous savaient que la directrice des serpentards était une femme attentive et pédagogique, mais également une femme froide et sans pitié si on faisait la bêtise de manquer de respect à son cours. Ce petit lionceau venait tout juste d'entrer dans l'arène et, de part son imbécillité, il venait de signer son arrêt de mort. Tant mieux pour elle, puisqu'elle pourra s'amuser à lui octroyer de sales corvées, et tant pis pour lui, qui amorçait seulement sa descente aux enfers.

    "Jackson, puisque vous semblez précipité à l'idée de voler, faites nous donc une démonstration au lieu d'exhiber votre talent inéluctable pour la bouffonnerie!"

    Et Hop! Un nouveau bouc-émissaire sur la liste noire de Professeur Reyes qui jouissait intérieurement à l'idée d'élaborer de nouvelles retenues. Un fin sourire sournois ourla ses lèvres rosées tandis qu'elle attendait que l'oisillon prenne son envol. Celui-ci, fier d'être au centre de l'intérêt de tous, déploya son balai qu'il chevaucha maladroitement avant de s'élever à une hauteur d'un mètre au-dessus du sol.

    "Eh bien, ne me dites pas que c'est là tout ce que vous savez faire?"

    Elle fit un petit tour de baguette et le jeune Jackson se retrouva à une hauteur de dix mètres et, prit par une peur soudaine, il se mit à pleurnicher à chaudes larmes, suppliant son professeur pour qu'elle le fasse redescendre, chose qu'elle fit sans se presser.

    "Bien, j'espère avoir été assez claire maintenant?"

    "Oui professeur..." couina le petit être en baissant la tête, trouvant un soudain intérêt pour ses chaussures.

    Le reste de la matinée se passe sans bévues et Anémone put donner son cours pleinement. Elle adorait apprendre aux jeunes sorciers à voler et leur faire découvrir les joies du quidditch. A cette pensée, la jeune femme repensa à Eden qu'elle devait revoir prochainement pour disputer une partie de quidditch. Elle appréciait beaucoup ce jeune homme souriant qui partageait la même passion qu'elle.

    Le reste de la journée s'annonçait bien, elle n'avait pas de cours à donner et comptait bien ne profiter pour se changer les idées. Une brusque envie de passer dans la salle commune des serpentards traversa son esprit et la sorcière s'y hâta d'un pas souple et prompte. Elle se retrouva rapidement dans la salle élégamment décorée des serpentards et, faisant un petit tour sur elle-même, Anémone fut frappée par un courant de nostalgie. Cette pièce lui rappela tant de souvenirs, les visages de ses compagnons défilèrent devant ses yeux comme une ritournelle. Un soupir nonchalant s'extirpa de ses lèvres et lorsqu'elle se retourna, elle remarqua seulement maintenant la présence de la jeune Lloyd. Celle-ci était assise sur le canapé et lisait attentivement la Gazette des sorciers.

    "Des nouvelles intéressantes?"










Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le serpent change de peau, mais garde sa nature.

Message par Invité le Mar 2 Nov - 15:57

    Au loin, je pouvais entendre des bruits de pas provenant du couloir que les Serpentards utilisaient pour aller dans la salle commune. Je n’allais bientôt plus être seule, j’espérais seulement que ce ne serait ni des crétins de première année, ni Eden qui entrerait dans cette pièce. Je fus plutôt soulagée quand je vis la silhouette de madame Reyes encadrait la porte. Je n’avais jeté qu’un rapide coup d’œil imperceptible parce que je ne voulais pas qu’elle croit que je m’intéresse à elle, même si c’est un peu vrai. Je la considère comme le modèle que je n’ai jamais eu même si je préfère ne montrais aucun de mes sentiments… N’allait pas croire que je l’aime mais je préfère juste rester dans ses bonnes grâces même si je ne suis pas sa préférée. J’aimerais l’être pourtant et j’avoue que ça me causerais une immense joie si jamais j’arrivais à détrôner Eden, son chouchou mais pour cela il faudrait que je partage sa passion pour le Quidditch et je savais que même si je faisais semblant d’adorer ce sport, je n’y arriverais jamais parce que j’avais le vertige et être dans les airs me donnais la nausée et me faisais perdre tout mes moyens. Rien qu’en y repensant ça me fis frissonner d’horreur. Voilà, pourquoi je ne me m’étais jamais les professeurs que Quidditch à dos, j’avais trop peur de me retrouver projeter dans les airs à vingt mètre du sol sans compter que madame Reyes était aussi la directrice des Serpentards. Je la respectais énormément mais comme je l’ai dis je ne veux pas qu’elle s’aperçoive que je m’intéressais à sa personne parce que sinon elle allait avoir une supériorité et elle n’allait pas hésiter à s’en servir, c’est pour que je fais semblant d’être indifférente et froide avec elle. Je cache bien mon jeu, je trouve. Bon, je sais que madame Reyes à de l’expérience avec les élèves mais j’espère qu’elle ne voit pas clair dans mon jeu, ce serait néfaste pour moi et pas seulement parce que je prétexte un migraine chronique à chaque qu’il s’agit d’enfourcher nos balais. Du coin de l’œil je vis, que madame tournoyait sur elle-même. Elle ne m’avait pas encore vu même si d’habitude je ne passe pas inaperçu. Mais bon passons… La directrice était entrain de tournoyait sur elle-même et elle se débrouillait plutôt bien, elle devait être une bonne danseuse. Ça me rappelais l’époque où je dansais la valse seule dans le jardin en imaginant que mon prince charmant était avec moi. Oui, je sais dis comme ça , ça fais peur mais je n’étais qu’une enfant à l’époque. Une enfant douce et innocente. Dis comme ça on pourrait croire que je suis nostalgique de mon enfance mais pas du tout, je suis contente que cette période de ma vie soit passée parce qu’au moins maintenant je suis moins seule. Sauf en ce moment même si je fais semblant d’être intéressée par la Gazette du Sorcier. Surtout que je ne pouvais être imprégnée par ce numéro qui annonçait que l’école de magie ne faisais plus partie de l’élite. Ce numéro était paru, il y plusieurs mais je n’avais toujours pas avalé la pilule. « Des nouvelles intéressantes ? » lança mademoiselle Reyes à mon attention. Je releva la tête avec un air de faux étonnement comme si je venais juste de découvrir qu’elle était dans la pièce. Je remarqua qu’elle avait cessé sa petite danse et qu’elle s’était re-concentrée, certainement en s’apercevant de ma présente. « Non, aucune. » lui répondis je de ma voix la plus neutre. Il n’y avait aucune nouvelles intéressantes depuis l’annonce de la décadence de Poudlard. Mais je ne savais pas si elle avait pu lire l’article mais elle en avait certainement entendu parler, c’était obliger, on ne parlait que de ça depuis l’entrée de Poudlard jusqu’au placard à balai sans oublier qu’il y avait des affiches un peu partout au milieu des citrouilles d’Halloween.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le serpent change de peau, mais garde sa nature.

Message par Invité le Dim 7 Nov - 10:51








La froideur de la pièce lui rappela les nombreuses fois où elle s'était réchauffée dans les bras de ses deux meilleurs amis, à se frotter rigoureusement les mains devant un foyer fraîchement allumé pour éviter d'avoir le bout des doigts cyanosé. A l'époque, alors que l'hiver s'annonçait lentement, elle portait toujours un pull noir en laine à col roulé sous sa robe de sorcier, le tout accompagné de son écharpe aux couleurs de sa maison. C'était dans la salle commune des gryffondors qu'elle trouvait chaleur et réconfort, nichée dans un divan velouté et moelleux entre Adam et Ceres.

Ses doigts frôlèrent la pierre froide et dure qui recouvrait les murs de la grande salle aux allures nobles et raffinées, elle huma le parfum indéfinissable qui flottait autour d'elle avant de reposer ses perles sombres sur son élève qui feignit de marquer un quelconque intérêt pour la Gazette qu'elle tenait en main. Détaillant la jeune fille avec attention, elle reçut une réponse simple et brève.

"C'est toujours la même chose que l'on entend depuis des jours de toute façon! " déclara-t-elle distraitement avant de s'installer sur un siège qui faisait face à la jeune fille.

Les jambes croisées, l'air légèrement détaché, la directrice de serpentard observa attentivement Lubally qui se montra aussi silencieuse qu'une tombe. Même si elle ne le montrait pas souvent, elle commençait à apprécier cette demoiselle qui restait un vrai sujet de curiosité pour elle. Sa façon d'agir et de parler lui rappelaient sa propre personne, autrefois, et elle était sure qu'en grattant un peu sous la carapace de Lubally, elle pourrait y trouver des choses intéressantes.

"Comment vas-tu Lubally? "

Ce n'était pas rare de la voir appeler ses élèves par leur prénom et les tutoyer, c'est une chose qui arrivait souvent avec les élèves de sa maison lorsqu'elle se retrouvait seule avec l'un d'eux, pour la simple et bonne raison qu'elle aimait prendre soin de ses élèves et les aider en cas de nécessité. Bien sûr, c'est une facette de sa personnalité qu'elle ne montre pas ouvertement! Dans le ton de sa voix, on pouvait deviner qu'il ne s'agissait pas d'une simple formule de politesse mais d'une demande sincère, presque amicale.




Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le serpent change de peau, mais garde sa nature.

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum