d'une simple citrouille, on peut faire tout un fromage.

Aller en bas

d'une simple citrouille, on peut faire tout un fromage.

Message par Invité le Dim 31 Oct - 15:43


d'une simple citrouille
« ft. ana-lena & eden »on peut faire tout un fromage.



Ces derniers temps, tout semblait aller de travers à Poudlard. Ana-lena sentait que quelque chose se préparait, mais elle était encore incapable de définir cette étrange intuition qui la taraudait depuis un moment. Elle avait comme l'impression que tout pouvait basculer d'une minute à l'autre, que tout ne tenait plus qu'à un fil. Mais ce curieux pressentiment n'empêchait pas la jeune femme de poursuivre ses activités habituelles ; d'ailleurs, elle semblait être la seule à imaginer que quelque chose se préparait dans l'ombre. En effet, le bal de Halloween approchant à grand pas, l'effervescence des préparatifs se faisaient sentir et l’organisation ne semblait en rien perturbée.
Les citrouilles s'accumulaient un petit peu partout dans le château, à tel point qu'Ana-lena commençait à ne plus en supporter la vue. D'ailleurs, depuis qu'elles se comptaient par centaines dans Poudlard, elle s'était chargée d'éloigner d'elle toutes les carafes de jus de citrouille qui occupaient les tables lors des repas, de peur de ne pas résister à la tentation de les faire exploser. Elle était incapable d'expliquer pourquoi, mais tous les ans, à l'époque de Halloween, elle perdait complètement les pédales face aux citrouilles et tout ce qui s'y rapportait ! Peut être était-ce dû à un événement traumatisant de son enfance ... ou alors était-ce simplement une réaction inexplicable qui la poursuivrait toute sa vie. Elle n'arrivait pas à trancher, mais de toute façon, cela lui importait guère. La seule chose qu'elle désirait, c'était regagner sa salle commune, rejoindre sa chambre et se glisser entre ses draps. Elle n'avait pas faim ; elle ne regagnerait pas la Grande Salle pour le dîner, ce qui lui permettrait ainsi d'éviter cette effroyable couleur orange qui commençait vraiment à lui donner la nausée.
Ana-lena montait donc les escaliers à grands pas pour rejoindre au plus vite la tour où se trouvait sa nouvelle salle commune ; la tour des Serdaigle ayant malheureusement été victime d'un effondrement, les bleu et bronze étaient désormais obligés de partager celle des Gryffondors, ce qui d'ailleurs, n'enchantait pas vraiment la jeune femme. Mais parfois, on n'a pas vraiment le choix.

Le reste de sa soirée était donc parfaitement programmé, et se résumait d'ailleurs à peu de choses : dormir. Sauf que c'était sans compter sur quelques fâcheux éléments extérieurs contre lesquels elle ne pouvait rien ; en effet, comment aurait-elle pu prévoir qu'Eden, cet infernal personnage sans scrupules aux idées complétement loufoques et emmerdantes, allait pointer le bout de son nez et faire preuve d'une machiavélique imagination ? Ce n'était pas du tout prévu au programme, et généralement, lorsqu'Ana-lena n'était pas d'humeur, ces interventions impromptues n'étaient pas les bienvenues. Alors vous imaginez bien que lorsqu'Eden, poussé par une inconsciente folie eut l'idée absurde de colorer ses cheveux à la mode du moment, autrement dit, en orange, et ce, d'un léger coup de baguette au détour d'un couloir, la jeune fille entra dans une colère noire. Elle aurait pu mettre un temps fou à trouver le coupable de cette plaisanterie de mauvais goût, mais lorsqu'elle se retourna, Eden se trouvait derrière elle et lui souriait de toutes ses dents, fier de son petit numéro.
Ana-lena aurait pu lui pardonner cette extravagance s'il avait eu le bon sens de ne pas s'exécuter en public, car en effet, elle était folle de voir qu'une dizaine de personne avait assisté à ce tordant spectacle ; trois filles de sixième année s'étaient lancé dans un fou rire interminable auquel Ana-lena mit fin brusquement d'un coup de baguette magique. Puis fixant Eden d'un regard furieux, elle l'envoya valser à quelques pas d'elle, contre la porte de la salle des trophées. En deux secondes, elle était à ses côtés et ouvrait la porte de cette pièce poussiéreuse et la plupart du temps déserte dans laquelle elle le poussa brutalement, manquant au passage de se détruire la clavicule contre cette montagne de muscles face à laquelle elle ne faisait pas le poids. Ana-lena serra les dents pour ne pas laisser échapper le moindre cri malgré la douleur, et elle s'empressa de refermer la porte d'un brusque coup de pied. Eden semblait assez surpris par sa réaction quelque peu excessive, il faut bien l'avouer, mais elle ne s'en préoccupait guère : ils allaient avoir une petite conversation pour mettre les choses au clair, là, maintenant, tout de suite ! Et il avait intérêt à annuler ce stupide sortilège qui lui donnait des airs d'hurluberlu complétement détraquée, mais surtout, elle voulait des excuses ! Hors de question pour elle de se laisser faire de la sorte, pas même face à Eden. Et encore elle était gentille, elle tolérait la discussion sans se lancer directement dans un duel sans merci au cour duquel elle n'aurait eu aucun scrupule à lui crever un oeil ! Enfin, si on pouvait considérer ses vociférations interminables comme l'amorce de discussion ...

« C'est quoi TON PROBLEME !? » hurla-t-elle au creux de son oreille d'une voix tonitruante. « Qu'est-ce qui te prend de me lancer un sortilège aussi stupide au milieu du couloir !? Tu n'as vraiment que ça à faire que de me pourrir l'existence avec tes âneries ? Non mais sérieusement, du orange ! Tu ne pouvais pas, au moins, choisir une autre couleur !? Tu ne trouves pas qu'il y a assez de orange dans le coin comme ça !? » Tandis qu'elle ne cessait de débiter des paroles agressives à l'encontre d'Eden, Ana-lena, qui ne tenait pas en place, ne cessait de parcourir la pièce de long en large. Comme elle ne quittait pas des yeux l'objet de sa colère, alors qu'elle commençait justement à se dire qu'elle s'enflammait tout de même pour pas grand chose, elle se prit le pied dans un meuble, se détruisant littéralement le petit orteil. « ARRRRRRG ! » Elle tourna son regard assassin en direction d'Eden et d'un doigt accusateur poursuivit sa litanie d'hystérique. « Tout cela c'est de ta faute ! Tu m'emmerdes Eden, tu m'emmerdes ! Et puis enlève moi cette maudite couleur espèce de troll ! »

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: d'une simple citrouille, on peut faire tout un fromage.

Message par Invité le Lun 1 Nov - 14:47



d'une simple citrouille
« ft. ana-lena & eden »on peut faire tout un fromage.



    Une pénurie, la misère, je ne sais pas vraiment quels mots employer pour désigner le divin château qu'est Poudlard. Enfin, ce n'était pas l'enceinte du bâtiment en lui même qui est concerné, mais plus la situation de l'école dans le monde magique. Elle ne fait plus partit intégrante de l'élite, depuis les mauvaises influences du livre de cette femme ridicule et de son héros qui ressemble plus à une vulgaire fouine qu'à un homme. Malgré ça, même si les temps sont rudes, on s'amuse bien. D'ailleurs, Halloween approchait à grand pas, car j'ai remarqué que le nombre de citrouilles avait considérablement augmenté. Et puis voilà, entre nous, je n'étais pas vraiment perdu dans le temps quand même. Je n'avais jamais été fan de cette fête, parce que franchement, voilà, je trouvais ça bidon à mon âge, mais lorsque j'étais jeune, il m'arrivait de me déguiser et encore. Juste pour dire qu'en ce moment, l'humeur de Poudlard était à la fête. Après une journée entière à m'ennuyer comme pas possible, je descends en direction de la grande salle afin de prendre mon dîner, avant de me diriger en direction des conneries. Je prends mon temps, j'en ai une grande dose à tué, mais peu importe. Le repas est sacré pour moi, mais bon, je pouvais me retenir cinq ou dix minutes de plus quand même. Rencontrant un groupe de Serpentard que je connaissais, je me décidais finalement d'aller manger avec eux. Je m'installe dos au mur, comme d'habitude, histoire d'avoir un œil sur les autre table, car avouons-le, même en mangeant, je repérais facilement une belle créature. Je croise le regard avec une femme diablement belle, mais terriblement violente. Je me souviens du jour où son pied est venu faire irruption dans mes bijoux de famille. Bizarrement, m'assoir est devenu très difficile, monter un balai encore pire. Sérieux, je veux pas faire le dégueulasse, mais je crois que j'ai été dispensé d'actes sexuels pendant presque trois semaines, même si j'ai pas eu envie de coucher pendant cet dispense. Rien d'y penser, je sens ce violent coup, comme si un un centaure m'était rentré dans le paquet. Je ferme les yeux, et je regarde mon assiette, elle m'a coupée l'appétit. Et sur le coup, j'ai bien cru qu'elle m'avait coupé ce qui fait de moi un homme et que je surnomme joyeusement Alex. Je me lève, dévisageant la jeune femme, avant de monter dans les escaliers, avec plein d'envies malsaines. Ma baguette caché secrètement dans ma robe, j'avance, cherchant des cibles du regard. J'aurais très bien pu utiliser celle qui avait presque réussit à me castrer, mais je ne voulais pas vraiment risquer une amputation. Surtout que je tenais énormément à Alex. Finalement au bout du compte, j'ai trouvé ma victime. Ana-Lena, une jeune Serdaigle, d'un an de moins que moi. Elle était magnifique et je dois dire que je pourrais très bien la draguer, mais c'est compliqué, parce que j'aime la faire chier, mais j'aime encore la voir en train de s'énerver après moi, ça me fait sans cesse penser que si elle est comme ça, c'est qu'elle me désire. Enfin, c'est plus histoire de rire qu'autres choses en faite. Me retrouvant derrière, entouré de personne inconnu, je sortais ma baguette avant d'incanter un sort qui transforma ses magnifiques cheveux en peau de citrouille. Bien-sûr, c'est une image, mais la seule chose qui changea, c'est la couleur de ses cheveux, rien d'autres. Elle se stoppa net, j'avais un grand sourire, enfin pas pour très longtemps. Elle arriva en face de moi, je restais là, avec mon sourire qui s'effaçait de plus en plus. Je restais sur mes gardes, un coup de genou dans les parties est si vite arrivé … Enfin non, elle me plaque contre la porte de la salle des trophées, et moi je ne peux faire que rigoler. Lorsqu'elle me pousse à l'intérieur, j'ai l'impression que je vais mourir de rire, que je vais faire un arrêt cardiaque tellement je me fends la gueule. Elle est énervée et ça m'amuse. Franchement, son comportement depuis quelques minutes, me fait penser à un phacochère en furie. Elle tourne partout, elle hurle, manquerait plus qu'elle me charge encore, enfin je dis ça, mais si ça arrivait je rigolerais moins. Enfin voilà, plus les minutes passent, plus je m'aperçois qu'elle ne décolère pas et franchement, j'allais entendre cette phrase, qu'un gamin dit pour une pub à son poisson rouge « T'as poussé le bouchon trop loin Maurice. » et là je vais encore plus me fendre la gueule. Ana-Lena, quel beau prénom composé, mais putain, même si je riais, je restais sur mes gardes, car je voulais pas me faire embrocher par la charge de cette jeune demoiselle. Et là, c'est le drame. Elle se cogne le pied contre un meuble et là, je ne peux m'empêcher d'exploser de rire. Putain mais voilà, c'est ça aussi de s'exciter comme une folle là, à me menacer, comme un gamin menace un parent le soir d'Halloween. Mais Je n'en pouvais plus, j'allais mourir, c'est décidé, mourir de rire, c'est excellent et je dois dire que là, même mort je rigolerais encore. Putain, mais imaginez-vous cette scène dans votre tête, une fille qui gueule et qui se prend le pied dans un meuble, elle gueule encore plus, mais la vache que c'est tordant.

    Je ne peux pas m'empêcher de penser que finalement, je suis vraiment bien tombé ce soir. Je suis avec une créature de rêve, qui passe son temps déguisé en mégère à me gueuler dessus et qui cogne son pied dans un meuble en protestant que c'est de ma faute. Mais je l'ai pas touché le meuble moi, il était là avant moi, je n'étais que le spectateur de cette scène hilarante, rien d'autre. Finalement, en entendant ses paroles, je me calmais, pour ensuite répondre tranquillement. « C'est pas de ma faute si ton orteil aime se frotter aux meubles hein ... » Je dissimule mon sourire derrière ma main, avant de me tourner et d'éclater de rire. Franchement, la scène était vraiment tordante, voir une nana qui t'engueules comme pas possible et qui se cogne le pied, pour encore plus s'énerver et dire que c'est ta faute, c'est vraiment très marrant. J'en rajoute une couche, mais le pire, c'est ce que j'ai dans la tête et ce que je suis sur le point de faire. Je saisis ma baguette, je la pointe dans sa direction, et je lui administre un nez rouge, comme un petit clown. Elle allait s'énervée encore plus, mais justement c'est ça qui est bon dans l'histoire. Bizarrement à chaque fois que j'aggrave la situation, j'ai cette sensation au ventre qui me montre, que je pourrais me prendre un coup dans les bourses à n'importe quels moments, pour être franc ça m'angoisse, mais bon, je m'amuse alors merde quoi. Je ricane, avant d'enchaîner sur une réponse à ses insultes et autre clownerie. « Un beau nez, une belle chevelure, tu deviens de plus en plus sexy miss Bradshaw ... » Putain, j'aggrave mon cas. Mais qu'est ce que je peux être con, mais bon c'est tellement amusant, de voir cette colère sur les traits de son visage, de la voir dans un tel état me rend presque heureux. J'en peux plus, mais voilà je passe un bon moment, je me détends, tout est parfait, sauf peut-être la coupe d'Ana et son nez rouge ...

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: d'une simple citrouille, on peut faire tout un fromage.

Message par Invité le Lun 1 Nov - 16:43

Cette affreuse douleur lancinante qui se baladait joyeusement entre ses orteils insupportait Ana-lena qui avait toujours détesté ces chocs inopinés, douloureux, et ridicules. Elle avait l'impression de s'être transformée en bête de foire en seulement quelques secondes. Avec cette monstrueuse couleur orange sur le crâne et son pied probablement aussi bleu qu'un schtroumpf, elle était pratiquement capable de remplacer l'arc-en-ciel. Il ne manquait plus qu'une pointe de rouge, un soupçon de jaune, un brin de vert et une pincée de violet. Et c'était sans compter la position des plus ridicules qu'elle avait adoptée : le dos courbé, elle tenait son pied d'une main, tentant de calmer la douleur qui la tenaillait en massant ses orteils, et pour ne pas prendre l'équilibre, elle avait appuyée son autre main sur l'un des meubles de la pièce, débordant de trophées plus poussiéreux les uns que les autres. Et tout cela en levant parfois son bras en direction d'Eden pour le menacer d'un doigt accusateur, ce qui entraînait quelques pertes momentanées d'équilibre. Et il rigole ce con, il rigole ! Ana-lena était furieuse de voir cette saleté de serpent rire comme un idiot. Il croyait peut être qu'elle allait le laisser se muscler les zygomatiques sans réagir ? « Tu trouves ça comique en plus ? A ta place je ferais attention à mon cul espèce de petit con ! Tu te crois malin avec tes blagues minables ? Il faut que tu grandisses un peu dans ta tête ! Ce genre de sottises c'est censé être fini depuis tes 10 ans ! Il serait temps que tu te mettes à la page tu ne crois pas ? » Elle était si furieuse qu'elle ne comprenait plus vraiment ce qu'elle disait, elle savait seulement qu'elle se déchaînait sur lui avec force et conviction ! D'ailleurs, elle fut très satisfaite de voir que sa petite leçon portait ses fruits puisque cette plaie d'Eden avait soudain cessé de rire et l'observait avec sérieux. Dis donc, quelle autorité, je suis plutôt fière de moi sur ce coup là, j'pensais pas que ce ... Ana-lena sentit son sang s'échauffer dans ses veines. Quoi ? Qu'est-ce qu'il venait de lui dire ? Elle avait déliré un peu trop vite sur son influence puisque cet air calme et serein n'était qu'un masque : après sa stupide réflexion, Eden partit dans un fou rire incontrôlable qui fit complétement perdre les pédales à la jeune fille.
« Mon quoi !? Mon orteil aime se frotter aux meubles !? TU VAS VOIR OU IL AIME SE FROTTER MON ORTEIL OUI ! JE VAIS TE LE PLANTER ENTRE TES JAMBES CA TE FERA MOINS RIRE D'UN SEUL COUP ! MON ORTEIL AIME SE FROTTER AUX MEUBLES, NON MAIS POUR QUI TU TE PRENDS ! » Ana-lena était furieuse ! Elle hurlait de plus en plus fort ; un peu plus, et les murs du château s'effondrait face à cet ouragan déchaîné et incontrôlable. Elle brûlait d'envie de sauter sur Eden pour mettre ses menaces à exécution, mais quand on est une petite nature et qu'on souffre le martyr (non non, je n'en rajoute pas), on ne se précipite pas sur l'ennemi avec un handicap de la taille d'un doigt de pied ! La solution à toute cette bouse, c'était la baguette. Le problème, c'est la retrouver. Poche du jean ? Non. Poche de la robe ? Non plus. Ah, poche arrière du jean ? Oui ! Ana-lena récupéra son arme et la pointa sur Eden d'un air menaçant : ses yeux lançaient des éclairs. Elle fit un pas vers lui, retenant une grimace lorsque son pied estropié se retrouva au contact du sol. Elle allait le réduire en bouillie et dans quelques minutes, il se mettrait à genoux pour implorer son pardon. Bon d'accord, là je me laisse un peu emporter ... mais il va le regretter cet emmerdeur, il va le regretter ! songea-t-elle, prête à lui prouver qu'on ne s'attaque pas à elle sans en subir les conséquences !

Mais Ana-lena, emportée par son élan de folie vengeresse, n'avait pas anticipé la moindre action offensive de la part d'Eden. Parce que ce petit con n'en avait pas fini ! Après les cheveux orange, il avait décidé de passer à l'étape supérieur et de lui offrir un hideux et monstrueux nez rouge. La jeune fille ne perdit pas une seconde pour déverser sur lui un flot d'injures qu'elle allait cherché elle-ne-savait-où. « Espèce de fiente de pigeon pourrie je vais te colorer ta sale tête de hiboux ! Grosse bouse de dragon j'vais te faire bouffer des crottes de véracrasses jusqu'à la fin de ta vie ! » Et entre deux insultes, Ana-lena réussit à prononcer son sortilège et envoya valser Eden à l'autre bout de la pièce. Mais elle était si furieuse qu'elle manqua quelque peu sa cible : au lieu de le faire percuter le mur de pierre, elle le fit entrer en collision avec une étagère. Quatre trophées vinrent s'écraser au sol en une centaine de petits morceaux. Mais Ana-lena s'en moquait bien pour le moment, elle se fichait même de savoir si Eden s'était blessée grâce à sa formidable précision ! Elle avait seulement envie de passer ses mains autour de sa gorge et de serrer aussi fort qu'elle le pouvait jusqu'à ce qu'il accepte de se confondre en excuses. Il se croyait au cirque peut être ? Elle allait lui montrer que ces imbéciles de gamins de moldus avaient raison d'être mort de trouille face à un clown ! Elle n'en avait pas fini avec lui !

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: d'une simple citrouille, on peut faire tout un fromage.

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum