Relashio


 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
Bienvenue sur Relashio
Nous vous souhaitons une bonne visite sur le forum. N'oubliez pas les Top-sites o/
Info: Les Jumeaux sont à limiter.
Info: Les Sang-pur de type "traitre à leur sang" sont désormais limités.
Si vous souhaitez un sang-pur, reportez-vous aux familles ou sur un personnage membre de la PBL.

Partagez | .
 

 Qui sème le vent, récolte la tempête.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Message
Message(ϟϟ) Sujet: Qui sème le vent, récolte la tempête. Jeu 28 Oct - 17:38

Invité

ACCIO PROFIL


Invité


qui sème le vent
« ft. jensen & london »récolte la tempête.





    L’année scolaire venait juste de recommencer. Les cours avaient repris, et la routine coutumière s’était installée, si tant est qu’il puisse y avoir une routine dans les couloirs de l’école de sorcellerie Poudlard. La plupart des élèves étaient calmes, et vaquaient à leurs occupations de la demi-journée. Jensen Louise Holynski sortait du cours de Potions, un immense sourire accroché à ses lèvres. Son coéquipier, un serpentard dont elle avait déjà oublié le nom, s’était employé à tenter de saborder la potion qu’ils étaient sensés préparer ensemble. Jensen s’était arrangée pour le laisser à côté du chaudron, dans lequel elle lui avait réservé un petit quelque chose. Elle avait prétexté qu’elle devait aller voir le professeur de métamorphose pour sortir en avance et s’épargner de fait le rangement du chaudron. A peine avait-elle quitté la salle, qu’elle entendit un juron. Le serpentard sortit de la salle, l’air furieux, mais ce qui provoqua le rire de Jensen fut la potion dont il était couvert.

    Elle s’éloigna sur ses entrefaites, rejoignant ses amies pour le déjeuner. « Jensen ? C’est vrai ce que tu as fait ce matin à Stuart ? » Jensen haussa les épaules et jeta un regard éloquent à son amie. « Tu sais qu’il ne faut pas me provoquer. » Son amie éclata de rire. « On l’a vu se balader dans les couloirs, avec ce qui ressemblant grandement à de la bave de troll sur son visage et ses cheveux .. » « L’avait pas qu’à me gonfler, celui-là.. » Marmonna Jensen, qui se servit de la purée. Tout le monde savait que Jensen était prompte à démarrer au quart de tour, et que la vengeance était son plat favori, surtout en ce qui concernait les farces et attrapes. « Mais .. le prof n'a rien dit ? » Jensen soupira, posa sa fourchette. « Je me demande parfois si t'était en cours... Évidemment qu'il a rien dit, il est pas stupide. Il a bien vu que Stuart m'embêtait. »

    L’après midi se passa sans autre incident, hormis les regards haineux du serpentard, bien entendu. A dix-sept heures, alors que Jensen et ses amies revenaient des serres et de leur cours de Botanique, l’une des amies de la gryffondor attira son attention sur un panneau, dans le hall d’entrée. « Mur de la honte. » Sachant déjà qu’elle allait trouver son nom en tête de liste, Jensen ne s’arrêta pas, et quitta ses amies. Elle se dirigea vers les toilettes, ou l’attendant sa tâche quotidienne. Le concierge l’attendait, et lui tendit un balai-brosse et un seau. « Et que ça brille » Grogna-t-il en partant. Jensen l’ignora. Ce type ne valait pas la peine qu’on s’en prenne à lui. Elle entra dans les toilettes, tira sa baguette magique et murmura, en la pointant sur le seau ; « aguamenti. » Aussitôt, il se remplit d’eau. Si seulement elle connaissait un sort qui lui permettrait de tout nettoyer d’un clin d’œil … Et aussi d’attraper celui qui l’avait dénoncé pour cette fête. Elle commença par le fond des toilettes, mais elle avait à peine commencer à laver le sol, que la porte des toilettes s’ouvrit..
Revenir en haut Aller en bas
Message(ϟϟ) Sujet: Re: Qui sème le vent, récolte la tempête. Ven 29 Oct - 21:02

UFR1 Double Cursus

avatar
ACCIO PROFIL

17/03/2010 795 ϟ © : Little Suzy

Carte d'identité
ϟ Autres appartenances: Sympathisant AFW et FFA
ϟ Fonctions/options: Batteur titulaire. Sortilèges avancés, Relations internationales magiques, Métamorphose avancée
ϟ Réputation: Est connu pour vendre des objets magiques modifiés dans tout Poudlard

Parfois, le monde était cruel. Trop cruel. Enfin, c'était ce que London pensait en tentant vainement de dompter ses courts cheveux bruns devant le miroir des Gryffondor. Mais pas le temps de s'éterniser, il avait déjà manqué le petit déjeuner en voulant faire la marmotte et même si son estomac protestait violemment, les cours l'attendaient. Sociologie et Histoire. Tout pour lui plaire en somme et l'irlandais regretta presque de ne pas avoir passé plus de temps enfouis sous sa couette. Lui qui n'était déjà pas bien réveillé tombant légèrement endormi sur son parchemin et c'est réduit à l'état de Zombie que le rouge traina ses pieds jusqu'à sa table, des marques d'encre maculant encore sa joue.
— Hey, Lond' tire pas cette tronche. T'as entendu ce qu'avait fait Jensen au Serpentard ce matin ? Cette simple phrase eut le mérite de réveiller l'irlandais. — Bien sûr que j'en ai entendu parler. J'ai été drôlement déçu de ne pas le croiser. T'imagines le truc ? London avait toujours eut une certaine passion pour les vengeances amusantes/sadiques ou les deux en même temps. Et il aurait parié sa main droite que le nain de Serpentard n'était pas blanc comme neige dans cette histoire (Sans jeu de mots, bien entendu.) Il chercha promptement la jeune Jensen du regard sans succès. Si elle avait été présente, il aurait certainement perdu ses yeux, éblouis par ses cheveux tellement blonds que... Bref !
Toujours avec le même enthousiasme que dans la mâtinée, l'irlandais se laissa porter par la foule jusqu'à l'extérieur où l'attendait un cours de botanique. Et ce n'est qu'au retour des serres qu'il le vit. ZE parchemin et...
Hahaha ! Trop drôle ! Voilà la pensée qui avait effleuré London lorsque son regard noisette s'était posé sur le Mur de la Honte. Et tout là-haut, en lettre vermeilles, le nom de Jensen Holynski. Si ça c'était pas la grooosse honte ! L'année venait tout juste de commencer et voilà que sa camarade était déjà dans de beaux draps. Il y avait de quoi se marrer allègrement. Armé de son appareil photo, et après avoir immortalisé le nom esseulé de la malheureuse rouge, London monta rapidement les marches menant aux toilettes.
D'un grand coup de pied, appareil au poing, le huitième année fit irruption sur le "lieu de travail" de la jeune Holynski. Il avait déjà eut à faire avec ses soeurs mais elle... Elle était plus fun.
— Souriez Miss Hole ! C'est pour le journaaal ! S'écria-t-il avec un enthousiasme certain avant de la mitrailler joyeusement.
— Alors ? Ca te plait ton nouveau job ? Dommage que tu sois pas en Septième année hein ? T'aurais déjà appris un sort bien utile... Mais booon ! Fallait pas essayer de faire une piscine d'intérieur avec les toilettes. Entre nous, t'imagines si Mimi Geignarde avait été là ? Elle nous aurait tous hurlé dessus jusqu'à ce qu'on meure.
Un large sourire s'étala sur le visage de London. Avec Jensen, c'était... une longue histoire. Ils avaient toujours été plus ou moins amis de vacheries, préférant s'unir contre les autres pour plus d'efficacité. Mais cela n'avait jamais empêché les coups en traitre. Pourtant, il jurait mordicus que ce n'était pas lui qui l'avait dénoncé pour sa fête. Non, il n'aurait fait ça. Mais il remerciait le coupable pour lui offrir une vision aussi magnifique.
L'irlandais fit quelques pas en titubant et s'accrocha malencontreusement au robinet adjacent, inondant ainsi une petit partie des toilettes. Un sourire mi-gêné mi-sadique se dessina sur ses lèvres tandis que les bordures de la flaques s'étalaient progressivement jusqu'à atteindre le seau de Jensen.
— Oups... fit-il simplement en arborant cet air coupable dont il avait le secret. — Tu m'en veut pas hein ? Bah, de toute façon, il fallait bien le mouiller ce carrelage... Et puis, je t'aide à préparer ta future fête. Haha. Ho j'oubliais ! Je t'ai apporté ça, ça devrait te donner un coup de main ! reprit le jeune homme en lui tendant une éponge flambant neuve entourée de paquet cadeau et d'un ruban rose.
—Tu vas a-do-rer c'est certain ! Ce faisant, il fit encore quelques pas pour s'approcher de Jensen, renversa le seau qu'elle venait de remplir sur les pieds de la rouge et haussa simplement les épaules, faisant mine de ne pas avoir vu.
— Allez ! Ouvre, fais-toi plaisir Jen !
Lui ? Lourd ? Jamais !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Message(ϟϟ) Sujet: Re: Qui sème le vent, récolte la tempête. Ven 29 Oct - 22:03

Invité

ACCIO PROFIL


Invité

    Peut être que pour vous, laver des toilettes, c’est pas fun, mais mine de rien, ça peut l’être. Bon disons aussi qu’avec un esprit comme celui de Jensen, la moindre corvée devient amusante. Et puis au moins, elle, elle est tranquille dans les toilettes, pendant que d’autres sont dans la salle commune bondée de monde. J’vous raconte pas le bouquant qu’il y a là-dedans en heures de pointe. Mais aujourd’hui, elle n’allait pas être tranquille. Aujourd’hui, il y avait ce truc, là, « mur de la Honte », donc forcément, ça attire les paparazzis, non ? Tiens en parlant de ça.. La porte des toilettes s’ouvrit. La gryffondor fronça les sourcils, puis, reconnaissant la tignasse noire de London Antwerp, se détendit. Bon, certes, de la part de ce type, il fallait un peu s’attendre à tout, mais c’était toujours mieux que de tomber sur un serpentard. Le jeune homme avait amené son appareil photo, et comme elle s’en doutait, il s’empressa de la bombarder de clichés. Oh, Jensen ne se fit pas prier. Elle sourit, prit des poses avantageuses, comme le font les mannequins, quoi.. Pour une fois qu’elle allait faire le une du journal .. Enfin euh… c’est pas la première fois ? Ha bon. Et puis il avait pas qu’à débouler là avec son appareil en s’écriant « Souriez Miss Hole ! C’est pour le journaaal ! » Une occasion comme celle-là, on la refuse pas.

    « Si mon nouveau job me plaît ? Ah mais carrément, j’adore ça ! Quant à Mimi Geignarde, m’en fou, j’aurais quand même fait ma fête. Elle aurait migré dans la salle de bain des préfets, et puis c’est tout. Elle aurait pas eu son mot à dire. C’est qu’un fantôme, en plus alors, hein. »
    A son tour, la jeune femme sourit. London, c’était en quelque sorte son partenaire de jeu. Leur alliance remontait à quelques temps, et, croyez-moi, les pauvres élèves de Poudlard, ils en ont pâti. Malgré tout, cette alliance, si on peut appeler ça comme ça, ne leur interdit pas de se faire des coups-bas, et ni l’un ni l’autre ne se gênent. Il faut dire aussi que Jensen a rarement eu un « adversaire » comme London. Elle le soupçonnait même de l’avoir dénoncé pour la fête… quoique, il s’amusait bien trop ce soir-là pour ça.
    Le gryffondor en profita pour faire - comme d’habitude - l’imbécile et rajouter à la corvée de nettoyage de la jeune femme. Jensen ouvrit la bouche, la referma et jeta un regard du genre je-te-préviens-tu-va-me-payer-ça, puis, finalement, finit par sourire. Oh, un sourire qui en disait long sur son état d’esprit. Game on, comme dirait nos chers amis américains.

    « Ma future fête, gros maladroit, ne se ferait pas dans les toilettes, mais dans les cachots. Et, bien sûr, tu est mon invité d’honneur. »
    Soudainement, il lui tendit un cadeau. Fronçant les sourcils, elle hésita. Certaine qu’il s’agissait là d’une blague. Elle connaissait London, il n’en ratait jamais une. Il se rapprocha de Jensen, renversant par la même occasion le seau d’eau sur les pieds de la gryffondor. Elle poussa un juron mémorable. Les Docs Martins, ça coute trèèès cher. L’air visiblement en quête de vengeance, elle lui prit le cadeau des mains et l’ouvrit. L’éponge qu’il contenait ne fit qu’accentuer ce besoin qu’elle avait de rendre la pareille au rouge et or.
    «  Oooooh. C’est trop gentil, fallait pas, vraiment. Ca a dû te ruiner, sérieux, une si belle éponge. » rétorqua-t-elle avec un sourire éblouissant.
    Elle releva le seau, le remplit à nouveau et y jeta l’éponge.
    « Tu l’as dit, je vais a-do-rer ça. »
    Sans prévenir, Jensen lui balança le seau d’eau dessus. Qui veut la paix prépare la guerre, non ? Il fallait bien qu’il paie un peu. Et puis, entre nous, personne ne viendrait vérifier si les toilettes sont propres. Alors un peu plus ou un peu moins d’eau … Qui verra la différence ?
Revenir en haut Aller en bas
Message(ϟϟ) Sujet: Re: Qui sème le vent, récolte la tempête. Lun 1 Nov - 23:55

UFR1 Double Cursus

avatar
ACCIO PROFIL

17/03/2010 795 ϟ © : Little Suzy

Carte d'identité
ϟ Autres appartenances: Sympathisant AFW et FFA
ϟ Fonctions/options: Batteur titulaire. Sortilèges avancés, Relations internationales magiques, Métamorphose avancée
ϟ Réputation: Est connu pour vendre des objets magiques modifiés dans tout Poudlard

London s'amusait toujours bien plus de voir les autres effectuer leurs punitions plutôt que lorsque c'était lui qui tenait le balai. Logique, jusque là. Mais bizarrement, Jensen semblait être ce genre de fille à trouver du fun jusqu'au récurage des toilettes. Il y avait des gens, comme ça, qui pouvaient se montrer bien étonnants si on creusait un peu. Remarquez, il n'y avait pas besoin de creuser bien loin pour voir que la Holynski, elle était pas complètement finie dans sa tête. L'irlandais imaginait qu'à sa mort, la rouge serait un mélange fort étonnant entre Peeves, la mère fouettard et un télétubbies. Elle avait cette innocence délicieuse, ce sourire étonnant qu'il adorait susciter. Et cette étincelle au fond du regard qui disait toujours "Come on, let's play" et surtout... surtout... La façon dont elle répondait toujours à ses innombrables trolleries.
— Si mon nouveau job me plaît ? Ah mais carrément, j’adore ça ! Quant à Mimi Geignarde, m’en fou, j’aurais quand même fait ma fête. Elle aurait migré dans la salle de bain des préfets, et puis c’est tout. Elle aurait pas eu son mot à dire. C’est qu’un fantôme, en plus alors, hein. Lui avait-elle répondu non sans malice après s'être prêtée au jeu du mannequin d'un jour. Il en était sûr, ces photos seraient la pièce maitresse de sa future exposition sur l'exploitation des femmes en Europe de l'Est *PAN*. Ses pas l'avaient mené jusqu'aux robinets qu'il avait ouvert d'un geste absolument fortuit et malheureux s'attirant par la même occasion le regard noir freaking-jvais-te-transformer-en-véracrasse de Jensen auquel avait succédé un de ces sourires auxquels il avait pensé quelques minutes plutôt, mi-chat de Cheshire mi-Joker dans Batman, celui qui parlait de lui-même. Celui qu'il valait mieux fuir quand on ne s'appelait pas London Antwerp. Mais tiens... London, c'était lui non ?
Le sourire de Jensen en créa donc un sur le visage de l'irlandais.
— Ma future fête, gros maladroit, ne se ferait pas dans les toilettes, mais dans les cachots. Et, bien sûr, tu est mon invité d’honneur. Il haussa les épaules à cette déclaration, comme s'il s'agissait d'une évidence. Bien sûr qu'il serait l'invité d'honneur. Qui d'autre ? Trop modeste le London...
En sortant le petit paquet qu'il lui avait concocté à la va-vite juste avant de venir, en déballant un des cadeaux de Noël d'un de ses camarades (Oh le vilain), l'irlandais renversa allègrement le seau que la rouge venait tout juste de remplir.
— Tu m'en veut pas hein ? Bah, de toute façon, il fallait bien le mouiller ce carrelage... Et puis, je t'aide à préparer ta future fête. Haha. Ho j'oubliais ! Je t'ai apporté ça, ça devrait te donner un coup de main !
— Oooooh. C’est trop gentil, fallait pas, vraiment. Ca a dû te ruiner, sérieux, une si belle éponge avait-elle finalement répondu avec ce même sourire qui ne présageait jamais rien de bon... Vraiment rien.
Vous voyez, un sourire pouvait dire tellement de choses que London hésitait à cet instant précis entre le "Fuis mon gars, tu va déguster comme jamais" et le "Hooo ! A charge de revanche, sale troll" ou un mélange des deux. Dans tout les cas, l'irlandais fit un pas en arrière, sans se départir de son sourire.
— Tu l’as dit, je vais a-do-rer ça.
Ah ouais ? Bizarrement je sens que moi... Jvais ptêtre pas aimer...
avait songé le jeune irlandais à l'instant même où les mots franchissaient les lèvres de Jensen.
*SPLASH*
Ca c'est le bruit qu'avait fait l'eau que lui avait envoyé la rouge en pleine face. Avec l'éponge en bonus, qui s'était étalée de toute sa largeur sur le visage du Gryffondor. Aveuglé, le jeune homme tituba, se prit les pieds dans le seau et se raccrocha tant bien que mal aux éviers adjacents, ouvrant au passage les robinets rescapés de sa prétendue chute précédente.
— Aloooors lààààà... fit-il mine de fulminer après quelques secondes de silence, histoire de reprendre ses esprits, Je te promets que tu vas te retrouver avec des pieds palmés si tu continues comme ça, Jensen Louise Holynski !
D'un geste ample, il sortit sa baguette de sa poche détrempée.
Aguamenti murmura l'apprenti journaliste en pointant sa camarade. Commençons doucement n'est-ce pas ? Quoi que... Non.
Tandis qu'il amenait une porte de toilette à lui pour se faire une barricade, le jeune homme fut pris d'un certain sentiment de culpabilité. Non à l'égard de Jensen qui devrait évidemment tout nettoyer tandis qu'il ne lèverait pas le petit doigt, ni même pour Poudlard, puisqu'un coup de Reparo et la porte ainsi que les robinets seraient comme neufs. Non, un instant, son esprit effleura le lointain souvenir d'Angie et l'espace d'une seconde, son visage se ferma. Ho non non non, pas d'abattement London, pas d'abattement.
Ayant terminé son presque-bunker autour des éviers, l'irlandais ouvrit tout les robinets d'eau chaude, emplissant ainsi la pièce de vapeur d'eau. Alooors elle voulait la guerre hein ? Eh bien elle allait l'avoir ! Sa baguette dans une main, des bombabouses de l'autre et un de ces pétards magiques entre les dents, London eut instant du mal à décider qu'elle serait l'arme la plus appropriée.
Puis il lâcha sa baguette, amorça le pétard et le lança au loin, approximativement en direction de Jensen. Ou du moins là où il l'avait vu pour la dernière fois, avant que le brouillard dense n'envahisse les toilettes.
— Banzaïïï. hurla-t-il pour couvrir la détonation, un peu à la manière de ces japonais siphonnés du ciboulot qui fonçaient sur des porte-avions avec un vieux coucou. D'ailleurs il imitait très bien le ninja (Oui, London avait un peu trop lu de mangas moldus comme Naruto durant les vacances. Du coup cela se ressentait légèrement sur ses petits neurones). L'irlandais farfouilla un instant dans ses poches, avant de tomber sur un stylo. D'un air satisfait, il commença à se dessiner quelques peintures de guerre, avant de juger que faire cela avec sa baguette serait infiniment plus intelligent.
— YATAAAAH... WOOUUUUAH. imitait-il en balançant des bombabouses dans tout les coins, bien que le premier cri se rapporte plutôt à celui de Hiro dans Heroes qu'à un ninja quelconque, tout peinturluré comme un véritable soldat.
— Tu as signé ton arrêt de mort, Jen, rends toi tant qu'il en est encore temps !. s'exclama finalement l'irlandais en adoptant le ton de John Wayne ou tout autre homme viril qu'il avait entendue dans les films de PAN-PAN/BOUM-BOUM, ainsi qu'il nommait les Westerns et autres films de Guerre tels que Il faut sauver le Soldat Ryan dont il avait également vue l'adaptation sorcière en Il faut sauver l'Auror Bert qui n'avait rencontré qu'un succès franchement mitigé. Mais passons.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Message(ϟϟ) Sujet: Re: Qui sème le vent, récolte la tempête. Sam 6 Nov - 19:42

Invité

ACCIO PROFIL


Invité

    Elle avait vu London faire un pas en arrière. Il savait qu’il allait récolter, il le savait toujours. Jensen ne laissait rien passer, surtout venant de lui. Elle savait aussi que c’était là un jeu qui ne finissait jamais. Le rouge ne bougea plus, et, comme il fallait bien s’y attendre, se prit l’eau que contenait le seau en pleine figure, avec en extra bonus l’éponge qu’il lui avait si gentiment offerte. Il tituba, et se rattrapa aux lavabos. De son côté, Jensen était hilare. Elle ne pouvait s’empêcher de rire. Voir London ainsi, c’était…. Ben c’était rare. Et ça valait le coup, qu’importe ce qu’il allait lui faire subir après ça. Le temps qu’il reprenne ses esprits, la gryffondor brandissait sa baguette, prête au moindre mauvais sort. Elle sourit quant aux paroles du jeune homme.

    « J’adorerais ! » rétorqua-t-elle, provocante, quant à l’aimable proposition de London, à savoir transformer ses pieds en pieds palmés. Elle se fichait pas mal de ce qu’il pourrait faire à ses pieds, puisqu’il lui suffirait d’aller à l’infirmerie pour qu’on lui rende instantanément ses pieds normaux. Et puis, l’infirmière avait déjà vu Jensen un bon nombre de fois, et ne s’étonnait plus du pourquoi du comment la jeune femme arrivait avec de telles blessures, ou de telles anormalités. Elle ne posait plus de questions aussi, Jen lui ayant cloué le bec une fois, jugeant qu’elle n’arrêtait pas de « piailler comme un vieil hippogriffe emplumé. » Evidemment, ça avait pas plu à l’infirmière. Mais Jensen n’eut pas le temps de lancer un seul sort, que l’aguamenti de London la percuta. La vague d’eau la surpris, et la cueillie en plein fou-rire. Vous avez déjà essayé de respirer sous l’eau alors que vous êtes mort de rire ? Ben laissez-moi vous dire que c’est pas drôle du tout. L’eau vous rentre par le nez (faut avouer, c’est horrible !), vous avez l’impression que vous allez cracher tous vos boyos… Bref. Toussant à s’en fendre l’âme, Jensen ne prêta guère attention à ce que faisait London.

    Elle aurait dû. Quant enfin sa toux se fut calmée, la vapeur dans les toilettes, était si épaisse qu’on n’y voyait pas à trois centimètres devant soi. N’étant pas stupide, et pas suicidaire, Jensen prit soin de ne pas faire de bruit, sachant très bien que London s’attendait à ça, et qu’il attendait la moindre ouverture pour lui sauter dessus, lui jeter un sort, ou je-ne-sais-quoi-d’autre qui serrait pas très amusant de se recevoir dessus.
    Sans bruit, elle se dirigea vers les cabines des toilettes, et se glissa sous l’une d’elles. A temps, vraiment. Derrière la porte, elle entendit un « Banzaïïï », qui ressemblait surtout au cri d’un de ces mecs bridés, qui sautaient partout pour avoir l’air fun. Mais son hurlement ne suffit pas à couvrir toutes les détonations, et là, Jensen fut bien contente d’être à l’abri dans sa cabine. L’eau, ça passe. Pas les bombabouses.

    La jeune femme se releva, rabattis la lunette des toilettes, sans se préoccuper du bruit, de toute façon, l’autre ninja écervelé faisait bien trop de bruit avec ses engins explosifs à deux balles, pour pouvoir l’entendre. Elle monta sur le capot, et put ainsi passer sa tête au-dessus de la cabine, et observer la scène qui se déroulait hors de son endroit, certes étroit, d’accalmie. Elle vit London, à travers la vapeur, avec … de la peinture ? La gryffondor réprima un fou-rire, qui devint vite incontrôlable, lorsqu’elle entendit London s’écrier, tel James Bond, que son arrêt de mort était signé. Elle eut du mal à reprendre son sérieux, pour à son tour s’écrier, tel une héroïne dans son combat contre le mal absolu ;
    « Je ne me rendrais jamais ! Je préfère mourir plutôt que de servir un tel tyran ! » Et sans attendre une quelconque réponse, pointant sa baguette en direction de là ou London et son quartier général fait de portes de toilettes se tenait, elle murmura ; « Reducto ! » Cela fait, elle ne regarda pas si elle avait eu sa cible ou non, mais disparu à nouveau dans la cabine, passant dans celle d’à côté. Sait-on jamais, s’il l’avait vue, au moins, maintenant, elle n’y était plu.

    (tu m'excuses, c'est vraiment nul T_T)
Revenir en haut Aller en bas
Message(ϟϟ) Sujet: Re: Qui sème le vent, récolte la tempête. Dim 12 Déc - 19:48

UFR1 Double Cursus

avatar
ACCIO PROFIL

17/03/2010 795 ϟ © : Little Suzy

Carte d'identité
ϟ Autres appartenances: Sympathisant AFW et FFA
ϟ Fonctions/options: Batteur titulaire. Sortilèges avancés, Relations internationales magiques, Métamorphose avancée
ϟ Réputation: Est connu pour vendre des objets magiques modifiés dans tout Poudlard

La guerre vous dis-je ! C'était fichtrement la guerre ! Des obus, des cris, des larmes... Une guerre mondiale avait pris possession des Toilettes du Premier Etage. Et ils étaient bien trop jeune pour y faire face *PAN* Dans les tranchées creusées en papier toilette s'abattaient des Bomb...abouses avec fracas et un brouillard de guerre s'était levé. London fronça le nez, adoptant une pose de héros déchu. Ca sentait le sang, la mort, la souffrance... Trop jeune, il était bien trop jeune pour périr au combat ! Et cette guerre qui n'était pas la sienne...Enfin, un peu quand même... Vu qu'il l'avait déclenchée. Mais ça, les scénaristes avaient oublié de le préciser. Pataugeant dans l'eau encore chaude qui s'écoulait le long des robinets, le brun se redressa à la recherche de son adversaire, l'oeil alerte et l'oreille attentive.
— Je ne me rendrais jamais ! Je préfère mourir plutôt que de servir un tel tyran ! s'éleva soudain une voix dans la brume, réponse héroïque à son appel maléfique à la reddition, passé quelques minutes plus tôt. Un sourire carnassier se dessina sur les lèvres du jeune Gryffondor. Ha ouiii ? Ainsi il était un Tyran !? London ouvrit la bouche pour répliquer lorsqu'un Reducto frappa sa barricade de fortune de plein fouet. Une certaine déception au fond du regard, l'irlandais observa la porte se réduire à la taille d'une vulgaire planche tout juste bonne à protéger un elfe de maison. Il leva un poing conquérant et répliqua finalement avec une ardeur redoublée.
— Si tu ne viens pas à London, c'est London qui viendra à toi, Holynski ! (Oui, London avait vu beaucoup trop de films durant les vacances.)
Il lança un Aguamenti tonitruant en direction de la cachette présumée de Jensen, espérant avoir fait mouche et, à défaut de l'avoir noyée (Quand même, il n'était pas si cruel ._.), au moins copieusement douché sa jeune camarade, un ultime sort en direction des robinets fit sauter les vis et autres joints d'étanchéité, assurant ainsi un flot d'eau chaude continu et ininterrompu. Avec précipitation, il glissa sa baguette dans sa poche arrière et un ultime cri rauque et guerrier s'échappa de la gorge du rouge tandis qu'il s'évertuait à trouver refuge dans les cabines de toilettes opposées, sans, éventuellement, se casser la figure en route.
Oui, croyez-le bien, le chemin vers la gloire était aussi cruel que semé d'embûches. Après avoir failli trébucher et atterrir le nez dans la cuvette des toilettes, London finit par poser son Quartier Général dans un coin un peu moins embrumé que les autres après avoir traversé une dizaine de cabines, tantôt accroupi, d'autres dans des positions aussi peu confortables qu'avouables.
Ses doigts agiles coururent le long des munitions de bombabouses qu'il avait aligné avec soin sur le couvercle baissé. Sa main descendit vers sa poche pour attraper sa baguette et lancer un sort bien placé à cette blondinette effrontée qu'était Jensen Holynski. Et tandis que ses doigts ne tâtaient rien d'autre qu'un vide déconcertant et son jean, une moue paniquée se dessina sur le visage de l'Irlandais.
— Ho non non non non... Mayday ! Houston, on a un problème ! Bafouilla le jeune homme pris d'une soudaine panique.
A quatre pattes dans la cabine, London tâtonnait à l'aveugle, se maudissant d'avoir précédemment ouvert tout les robinets d'eau chaude (Finalement, ce n'était plus une si bonne idée...). Ses sourcils se froncèrent sur ses yeux bleus et il grommela quelques vagues insultes envers Dieu, Merlin et ses potes.
— Temps mooooooort ! On signe l'armistice provisoiiiire ! cria-t-il finalement en désespoir de cause, pataugeant dans... Hum... Il préférait ne pas savoir quoi, finalement...
L'irlandais avait fourré ses munitions dans ses poches et agitait désormais un petit drapeau constitué d'une balayette et d'un morceau de papier toilette au-dessus de sa tête. Avec attention, il scruta la pièce à la recherche de quelques mèches blondes.
— J'ai hum... avait-il commencé à dire avant de s'interrompre.
Naaaan ! Il n'avouerait pas avoir perdu sa baguette, c'était débile
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Message(ϟϟ) Sujet: Re: Qui sème le vent, récolte la tempête. Lun 17 Jan - 21:54

Invité

ACCIO PROFIL


Invité

Le reste du monde semblait ne pas exister. Tout ce qui importait, c’est que la Troisième Guerre Mondiale version sorciers déjantés avait pris possession des toilettes des filles du premier étage. Jensen savait que si quelqu’un ouvrait la porte desdits toilettes, il risquait de prendre une bombabouse perdue en pleine figure, avec en option, une douche d’eau chaude. Et avant qu’il est compris de quoi il retournerait, serrait déjà certainement partit en courant devant tant de violence … Mais heureusement, pour l’instant, les portes du lieu restaient fermées, et ça valait bien mieux comme ça.
Jensen préférait ne pas imaginer le concierge revenant, et ouvrant la porte des toilettes, une avalanche d’eau et de brume se déversant sur lui. Oh, ça pourrait être drôle, oui, mais ce type n’était pas amusant lorsqu’il s’agissait de retenues. Des verbes à copier, voilà ce qu’il vous donnait. Or, tout le monde sait que c’est bien plus sympa de nettoyer des toilettes … surtout lorsque ça finit en bataille rangée.

« Si tu ne viens pas à London, c'est London qui viendra à toi, Holynski ! » Le cri lui parvint à travers la porte, et Jensen haussa un sourcil, interloquée. Elle passa la tête par-dessus la cabine, tentant de voir ou London se trouvait. Peine perdue, elle ne vit rien. « J’ai déjà entendu ça quelque part .. » marmonna-t-elle dans son coin. Et avant même qu’autre chose aie pu traverser l’esprit de la blondinette, l’aquamenti qu’avait lancé alors London l’atteignit par le haut de la cabine. Déjà totalement trempée, la douche supplémentaire ne fit qu’agacer la Gryffondor. Il ne trouvait pas qu’elle était déjà assez mouillée comme ça ? De l’eau dégoulinant de ses cheveux blonds, désormais bouclés, la jeune femme se décida à ouvrir la porte de sa cabine. Le loquet étant coincé, elle batailla un moment, ses mains glissant sur la serrure.
La porte, entravant sa vue, l’énerva bien trop vite, et sans réfléchir plus que ça, Jensen dégaina sa baguette, et dans le même mouvement, s’écria : « Diffindo » La porte fut propulsée contre le mur d’en face, ou elle se fracassa avec un bruit de bois mouillé. Ce n’est qu’après que Jensen pensa que peut être, London se trouvait derrière. Bah ! Elle n’avait pas entendu de cri tonitruant, donc il était toujours vivant. Et le connaissant, il préparait une prochaine attaque.

Le sol était jonché de … bah en fait, elle ne le voyait même pas, donc difficile de savoir sur quoi elle marchait. Cependant, alors qu’elle se dirigeait vers un robinet afin de l’éteindre (un des seuls épargnés par la bataille, semblait-il), un bois de bois rond roula sous son pied, manquant de la faire tomber en arrière. Se retenant de justesse au robinet, elle chercha à tâtons l’objet, et lorsqu’elle vit ce qu’elle avait en main, un immense sourire se dessina sur ses lèvres, alors qu’elle entendait London crier derrière elle.

« Temps mooooooort ! On signe l'armistice provisoiiiire ! » Elle haussa un sourcil, et croisa ses bras dans son dos, s’avançant vers le jeune Gryffondor, qui semblait aussi mouillé qu’elle. « J'ai hum... » commença-t-il avant de s’interrompre.
Jensen ne se départie pas de son sourire, et décroisa les bras, agitant devant le visage de London l’objet sur lequel elle avait failli rouler et se casser la figure.
« C’est ça que tu as perdu ? » lança-t-elle, un brin malicieuse. « Tu devrais faire plus attention à tes affaires, on ne sait jamais dans quelles mains elles peuvent tomber, tu sais … » Et tout en parlant, elle tenait la baguette de London, dans la main, le provoquant, l’incitant à venir lui-même la chercher. Elle lui réservait encore quelques surprises …
Revenir en haut Aller en bas
Message(ϟϟ) Sujet: Re: Qui sème le vent, récolte la tempête. Dim 27 Fév - 15:42

UFR1 Double Cursus

avatar
ACCIO PROFIL

17/03/2010 795 ϟ © : Little Suzy

Carte d'identité
ϟ Autres appartenances: Sympathisant AFW et FFA
ϟ Fonctions/options: Batteur titulaire. Sortilèges avancés, Relations internationales magiques, Métamorphose avancée
ϟ Réputation: Est connu pour vendre des objets magiques modifiés dans tout Poudlard

S'il fallait savoir une chose, juste une, avant de se jeter tête baissée dans une bataille contre Miss Holyski, c'était que généralement, lorsque la rouge faisait la guerre, ce n'était pas à moitié. En témoignait cette porte qui venait de se fracasser non loin de lui éclaboussant les alentours d'échardes. London ferma les yeux un instant, imaginant sans peine le chaos qui régnait dans le restant de la pièce. D'un geste désordonné, il tenta de disperser la brume masquant le carrelage blanc cassé (Du moins il l'était la dernière fois qu'il l'avait vu.), histoire d'apercevoir ses pieds ou à défaut voir dans quelle bouse il allait bien pouvoir atterrir lorsqu'il se ramasserait pour la cinquième fois. Mais non, tout restait désespérément noyé sous cet écran opaque et fantomatique. L'irlandais tâtonna brièvement avant d'atteindre les robinets, agitant toujours son drapeau de fortune. Oui, il était dans la bouse de dragon. Profondément enfoncé en plus. Mais il fallait le comprendre, re-contextualiser. Dans le feu de l'action, tout pouvait arriver, il fallait être réactif, savoir innover et surprendre... (Enfin, c'est ce que London avait entendu dans un discours de recrutement pour l'armée... Ou dans Call Of Duty, allez savoir...).
Sauf que bon, personne n'avait jamais vu Rambo ou Chuck Norris filer un lance-roquettes à l'ennemi histoire de faire diversion ou James Bond perdre son seul pistolet. D'abord parce que personne n'y aurait cru, ensuite parce qu'il fallait l'avouer... C'était nul ! London n'étant ni Rambo ni Chuck Norris et encore moins James Bond, il n'était pas soumis à ce genre de contraintes scénaristiques. Ce qui ne constituait pas forcément une bonne nouvelle.
Parce quoi oui, en l'occurrence, James London Bond avait perdu sa seule arme de défense. Et il n'avait qu'un minable drapeau en papier toilette en guise de gadget ultra-perfectionné pour lui sauver la vie.
— Temps mooooooort ! On signe l'armistice provisoiiiire ! J'ai hum...
J'ai quoi ? Avouer qu'il avait été maladroit lui aurait arraché la bouche, sans nul doute. Alors London s'était contenté de scruter le brouillard dense jusqu'à voir une blondinette salvatrice en émerger, évoquant vaguement une apparition de la Vierge Marie. Sauf que Jensen ne s'appelait pas Marie... Et quant à savoir si elle était vierge, le rouge n'en avait aucune idée, mais vu de quoi elle était capable, il n'aurait pas été surpris d'apprendre qu'elle avait perdu sa virginité avec n'importe quel mâle de l'AWH... Mais passons.
Pas belle à voir la Jensen hein ? Elle ressemblait à Pamela Anderson après un méga hangover, la poitrine en moins. Enfin, London supposait qu'une bataille rangée dans les toilettes donnait généralement ce genre de tronche. Mais rien n'était certain.
— C’est ça que tu as perdu ? fit donc la (presque) Vierge Jensen agitant sous son nez sa précieuse baguette.
Un air incrédule se dessina sur le visage de l'irlandais, qui hésitait présentement entre embrasser la blondinette, lui vouer un culte ou la viole... Nah, c'pas vrai. Bref, son préciiiiieeeeuuuux étant désormais aux mains de l'ennemi, London songea que vouer un culte au camp adverse n'était pas forcément la meilleure chose à faire en temps de guerre.
— Tu devrais faire plus attention à tes affaires, on ne sait jamais dans quelles mains elles peuvent tomber, tu sais…
Voilà qu'elle lui servait de la philosophie tout en le provoquant allègrement. Merci Confucius.
— En effet, on ne sait jamais. Surtout quand il s'agit de tes mains, on ne sait jamais où elles peuvent bien avoir trainé... Dans des lieux peu reluisants je suppose. répondit finalement le jeune irlandais, un sourire narquois fendant son visage.
London fit donc un pas en avant tout en fronçant les sourcils. Il aurait pu avoir l'air menaçant s'il n'avait été trempé de la tête au pied et s'il n'avait pas eu l'air d'un caniche chez le toiletteur. Sauf que... Un London mouillé et tout habillé, c'est mignon, séduisant, sexy tout ce que vous voulez mais certainement pas effrayant. Et c'est conscient de cette faiblesse a priori que le Gryffondor se jeta en hurlant sur sa malheureuse victime.
— Ne baisse jamais ta garde, Holynski ! s'écria le lion en brandissant, victorieux, le préciiiieeeuuux qu'il avait finalement arraché des mains de l'opposant.
London assis là, sur Jensen, son bras entravant les siens, au beau milieu de la brume... C'est sur cette étrange position que la porte des toilettes s'ouvrit en grinçant.
— Heu...
L'irlandais avait posé ses yeux bleus sur la silhouette dessinée dans le brouillard, sans rien ajouter, sans même bouger d'un pouce. Il jeta un regard menaçant à la blonde allongée dans l'eau signifiant à peu de chose près "Si tu cries au viol je te transforme en crapaud".

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Message(ϟϟ) Sujet: Re: Qui sème le vent, récolte la tempête.


ACCIO PROFIL


Contenu sponsorisé

Revenir en haut Aller en bas
 

Qui sème le vent, récolte la tempête.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Qui sème le vent, récolte la tempête [Fubuki]
» Qui sème le vent récolte la tempête.[Terminé]
» [Évent été 2016] Qui sème le vent récolte la tempête | Tonnerre
» [Évent été 2016] Qui sème le vent récolte la tempête | Ombre
» Qui sème le vent, récolte la tempête.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Relashio :: Administration :: Les Archives :: Version 1 :: [V1] Archives Hors-Rp :: Ancien :: RP-