LUCY ▼ The unicorn project

Aller en bas

LUCY ▼ The unicorn project

Message par Invité le Sam 26 Juil - 15:58

The unicorn project
LUCY & LIVIA

Livia coinça sa plume entre ses dents le temps de replier son parchemin. Le hibou moyen duc posé à ses côtés sur le rebord de la fenêtre piaffait d'impatience, sautillant d'une patte sur l'autre. La Serdaigle ne devait clairement pas aller assez vite à son gout car il fini par lui pincer les mains pour lui signaler son mécontentement. Étouffant une expression de douleur Livia agita sa main blessée devant les yeux de l'animal pour le tenir à distance, se retenant au dernier moment de lui donner une claque. Elle n'avait pas envie d'être accusée de cruauté envers les animaux et quelque chose lui disait que même si il n'y avait aucun témoin dans la volière Astrid finirait par le savoir. La prochaine fois elle penserait à prendre du Miamhiboux avec elle, elle n'avait aucune envie de se retrouver amputée d'un doigt, si elle ne pouvait plus faire de doigt d'honneur sa vie serait fichue. Tout en surveillant le bec de l'oiseau pour éviter toute autre attaque elle se dépêcha de refermer sa lettre et de l'attacher à sa patte. Elle regarda d'un air distrait le petit hibou de l'école s'envoler avec précipitation, elle espérait qu'il serait plus calme lorsqu'il remettrait sa lettre à ses grand parents. Bien que l'idée de son grand-père se battant avec le volatile la fasse sourire. Contrairement aux autres élèves de l'école, Livia ne se rendait pas souvent à la volière tout comme elle ne recevait que rarement des hiboux. Ses relations avec sa famille étaient plus que chaotiques depuis l'apparition de ses pouvoirs. Elle venait d'une famille de moldus et ses parents avaient été terrifiés en apprenant que leur fille était une sorcière, leur lien s'était brisé alors que ses pouvoir magiques grandissaient en elle. Livia avait tenté de garder un semblant de relation avec ses parents et son grand frère mais la peur et le dégout qu'elle pouvait lire dans leurs yeux lui montraient que ses efforts seraient toujours vains. Autant dire que la situation était tendue quand elle était obligée de revenir chez elle pour l'été. Même à Poudlard elle avait essayé de leur envoyer des lettres, espérant que la distance les aiderait à gérer la situation mais elle n'avait jamais eu de réponse. Alors elle écrivait à ses grands-parents paternels, les seuls qui avaient réussis à accepter la nature de leur petite fille, ou du moins qui parvenaient à s'en accommoder sans la considérer comme un monstre. Si ils ne souhaitaient pas que la magie envahisse leur quotidien ils appréciaient la fantaisie que les pouvoirs de Livia apportaient quand elle venait leur rendre visite. Ils étaient son dernier lien stable avec sa famille, les dernier à lui apporter de l'amour familial. Et à Poudlard son seul moyen de maintenir cette relation était par les hiboux postaux.

Le son de la grande horloge du château tira finalement Livia de ses pensées, elle secoua la tête, ce genre de réflexions n'étaient jamais bonnes pour elle. Elle se dirigea vers les escaliers de la volière avec précaution pour ne pas glisser et sortie finalement dans le couloir. Des dizaines d'élèves sortaient d'un peu partout pour se diriger dans la même direction et sans réfléchir elle les suivit. Chacun vaquait à ses occupations durant les week-end à Poudlard et seuls les repas ou matchs de Quidditch réunissaient tous les élèves. Ce qui tombait bien puisque la cloche venait d'annoncer que le repas de midi allait être servit. Il arrivait à la Serdaigle de sauter des repas pour rester à la bibliothèque à travailler. Parfois elle se mettait tellement la pression avec les cours que même son estomac ne parvenait pas à se faire entendre, plusieurs fois Astrid avait été obligée de venir la tirer par l'oreille jusqu'à la Grande Salle. La bouffe était un sujet sérieux pour sa meilleure amie. Mais aujourd'hui Liv n'avait besoin de personne pour la trainer jusqu'à la table des bleus et argents, l'appel de la nourriture était plus fort que celui des livres. Après avoir descendu plusieurs étage elle retrouva la foule des élèves dans la Grande Salle, chacun s'installait à la table de sa maison alors que les plats apparaissaient au fur et à mesure. Avec un petit sourire elle se laissa tomber sur le banc de la table des aigles en face d'Astrid, elle avait pris soin de laisser un espace entre Madeleine et elle. Les souvenirs de la blessure que lui avaient causées ses aventures avec Madeleine étaient encore trop vif pour qu'elle fasse comme si tout allait bien entre elles. Elle s'efforça donc de ne pas prêter attention à celle dont elle ne savait plus si elle pouvait la compter parmi ses amis ou pas. A la place elle préféra remplir son assiette. Quelqu'un vint s'asseoir à ses côtés, elle n'y prêta pas attention, adressant un rapide sourire à la nouvelle venue. Mais elle s'arrêta en plein mouvement, la fourchette à une dizaine de centimètres de la bouche, troublée par un détail. Qu'est-ce qu'une Poufsouffle venait faire à la table des Serdaigles?

(c) sweet.lips

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum