Relashio


 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
Bienvenue sur Relashio
Nous vous souhaitons une bonne visite sur le forum. N'oubliez pas les Top-sites o/
Info: Les Jumeaux sont à limiter.
Info: Les Sang-pur de type "traitre à leur sang" sont désormais limités.
Si vous souhaitez un sang-pur, reportez-vous aux familles ou sur un personnage membre de la PBL.

Partagez | .
 

 ASTRID & JOSEPH ✕ le hibou de l'amour

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Message
Message(ϟϟ) Sujet: ASTRID & JOSEPH ✕ le hibou de l'amour Dim 20 Avr - 15:43

Invité

ACCIO PROFIL


Invité


« Elle m’aime un petit peu, elle ne m’aime pas du tout. Elle m’aime un petit peu, elle ne m’aime pas du tout. Elle m’aime un petit peu… » Comme un rituel destiné à réveiller Satan, Joseph répétait en boucle cette formule enfantine comme s’il en dépendait de sa vie. Une image qui serait le summum de tout ce qui est mignon et romantique, si seulement il retirait un à un les pétales d’une marguerite dans un jardin, s’interrogeant sur sa douce amoureuse. La situation était plus ou moins la même, sauf qu’il se demandait si oui ou non il avait une chance de se taper la directrice avant la fin de l’année scolaire, qu’il se trouvait dans le lit d’une enfant de onze ans, et qu’il retirait une à une les plumes d’un pauvre hibou qui n’était même pas le sien. Mais c’est presque pareil.

« Elle m’aime un petit – » « MAIS QU’EST-CE QUE… ?! » Se balançant d’avant en arrière, un sourire niais aux lèvres, Joseph garda les yeux fixés sur le hibou, ignorant la Poufsouffle qui venait de rentrer dans son dortoir. « Euh… Mr. Costello ? » Il gloussa. Etat mental particulièrement aggravé ou pas, c’était toujours drôle de se faire appeler Monsieur. « Est-ce que… tout va bien ? » Il hocha vivement la tête. Bien sûr que tout allait bien. Elle était bizarre cette fille. Il lui mettrait un T. à son prochain cours, tiens. Et voilà qu’elle se mettait à gigoter. C’était gênant. Pourquoi elle ne partait pas ? Il allait devoir faire preuve de ruse. « Je travaille à un projet particulièrement important, jeune fille. Allez donc me chercher une bouteille de vinaigrette, et que ça saute. » Elle ne répondit pas tout de suite, puis reprit avec une voix hésitante. Une fille vraiment bizarre. « Euh, oui, d’accord, c’est ça. Je vais chercher… de la vinaigrette. » Il n’avait pas relevé la tête mais il entendit la porte s’ouvrir puis se refermer. Il reprit son activité avec un ricanement. Jamais elle ne trouverait une bouteille de vinaigrette, c’était un plan à toute épreuve. Il n’avait pas été réparti chez les Serpentard, mais ça ne voulait pas dire qu’il ne pouvait pas être machiavélique quand il le voulait. Il lui faudrait un rire, d’ailleurs. Le ricanement, ça allait parce qu’il était seul, mais le jour où il aurait sa propre armée pour dominer le monde grâce à tous ses plans super intelligents, si ce jour-là il n’avait toujours pas de rire diabolique, ce serait la honte.

Il reprit joyeusement son entreprise, récitant sa petite litanie, pendant un moment. Court ou long, il n’était pas vraiment en état de s’en rendre compte. Puis la porte s’ouvrit. « Je jure sur mon caleçon préféré que si on m’interromps une fois de plus je – ASTRID ! » Il reconnut la Serdaigle et lui fit un sourire à 1000 watts, faisant apparaître ses 1001 fossettes, tout en agitant le hibou dans sa direction. « Astrid, Astrid, on va parler d’amour, toi et moi, viens t’asseoir ! » Il tapota le matelas pour l’inviter à le rejoindre, en tout bien tout honneur, bande de sales. « Le hibou il va me dire si j’ai mes chances avec… Euh, tu sais quoi, c’est pas important ça. Ce qui est important c’est qu’après je vais lui demander quand Maelan et toi vous serez ensembles, je dis bien quand, pas si, parce que c’est EVIDENT que vous allez finir ensemble. De toute façon, au pire, je le frappe. Okay ? » Il leva des yeux émerveillés vers la jeune fille. Le hibou de l’amour allait enfin donner une réponse à toutes leurs questions.
Revenir en haut Aller en bas
Message(ϟϟ) Sujet: Re: ASTRID & JOSEPH ✕ le hibou de l'amour Lun 21 Avr - 20:12

Invité

ACCIO PROFIL


Invité

Parfois, l’univers vous envoie des signes. Par exemple, quand vous vous appliquez à rédiger trois rouleaux de parchemin (végétal) sur l’histoire des révoltes des Leprechauns et que trois petites Poufsouffles gloussantes s’arrêtent en dérapant devant vous, c’est que l’univers essaie de vous dire qu’il est temps d’arrêter de travailler.
Astrid en fut un peu triste (elle aimait bien les Leprechauns). Mais voir des premières années glousser, reprendre leur souffle, et re-glousser avait quelque chose d’étrangement mignon. Qu’est-ce qu’elles étaient stupides.
À vrai dire, les Poufsouffles ne s’étaient pas arrêtées devant elle. Elles cherchaient de toute évidence leur propre préfète, mais la préfète des Poufsouffle était présentement occupée à gratter furieusement son parchemin. Apparemment, quelqu’un avait des devoirs en retard. Tendant l’oreille – il ne fallait jamais ignorer les signaux de l’univers -, elle avait attrapé les mots « hibou », « lit » et « Costello ».

Et voilà comment elle s’était retrouvée dans le dortoir des Poufsouffle, essayant de comprendre ce que racontaient les petites. Elles lui avaient ouvert la porte avant de reculer prudemment : quoi qu’il se passe à l’intérieur, ça avait l’air terrifiant.
Pourtant, en découvrant la scène, elle eut plutôt envie de rire. Joseph Costello, l’assistant du prof de vol (qu’elle connaissait un peu mieux que ça, quand même), était assis dans le lit d’une des premières années. Il tenait un hibou, qui roulait des yeux paniqués, qu’il… plumait ? en chantonnant quelque chose.
Astrid regarda autour d’elle. Ce devait être une mauvaise blague.
▬ Euh… Joseph ? Joe ? demanda-t-elle timidement, toujours pas convaincue qu’il ne s’agissait pas d’un piège.
▬ Je jure sur mon caleçon préféré que si on m’interrompt une fois de plus je – ASTRID !
Son caleçon préféré ? Diantre.
▬ Salut.
▬ Astrid, Astrid, on va parler d’amour, toi et moi, viens t’asseoir !
Au moins, il avait l’air content de la voir (oh, ce sourire). S’asseyant à côté de lui, Astrid essaya de récupérer le hibou paniqué – il lui échappa une fois – avant que Joseph ne martyrise trop le pauvre petit animal.
Mais là, tout de suite, il y avait plus urgent… Par exemple, le fait que l’assistant du prof de vol était complètement – quoi, drogué ? bourré ? – et qu’il semblait avoir perdu tous ses esprits.
▬ Parler d’amour, absolument, renchérit-elle d’un ton distrait (dans ses rêves). Joseph, qu’est-ce qui t’arrives ? Tu as trop bu ?
D’accord, il n’était que tôt heures du matin. Genre, l’aube. Mais Joe était du genre à abuser de l’alcool et tout à fait entre eux, elle ne pouvait pas tellement se permettre de blâmer ou de juger. Toutefois, elle aurait parié sur un genre de drogue ou de potion, plus que sur un abus d’hydromel : il était bien trop réveillé, bien trop joyeux, pour que tout soit complètement normal. (Sans compter qu’il était dans le lit d’une petite Poufsouffle et que ça n’était peut-être pas absolument autorisé.)
▬ Le hibou il va me dire si j’ai mes chances avec… Euh, tu sais quoi, c’est pas important ça.
Hein ? Par le kilt de la grand-tante Winnie, de quoi l’entretenait-il ?
▬ Joe… commença-t-elle sur un ton désespéré, avant d’être interrompue par Joe-le-bienheureux.
▬ Ce qui est important c’est qu’après je vais lui demander quand Maelan et toi vous serez ensembles, je dis bien quand, pas si, parce que c’est EVIDENT que vous allez finir ensemble. De toute façon, au pire, je le frappe. Okay ?
▬ Euh… Si tu veux.
Non, pas okay. Pas okay du tout. Qu’est-ce qu’ils avaient tous avec Maelan ? Elle avait passé, quoi, cinq ans à se mourir (plus ou moins) secrètement d’amour pour lui sans que personne ne s’y intéresse et maintenant qu’elle avait tourné la page, ils s’y mettaient tous ? Astrid émit un râle étranglé.
▬ Et si tu lâchais le hibou ? suggéra-t-elle du ton le plus calme qu’elle avait en réserve. Ce n’est qu’un pauvre animal, j’ai peur qu’il ne puisse pas faire grand-chose au sujet de Maelan… d’accord ?
Ce disant, la Serdaigle avança prudemment la main vers le volatile, qu’elle commença à détacher doucement des mains de Joseph.
▬ Si on va par là, rajouta-t-elle sur le ton de la confidence, je ne suis pas sûre que ce soit une très bonne idée. Maelan et moi, je veux dire. J’ai tourné la page et lui… et bien, disons que je ne suis pas exactement le genre de personne qu’il recherche.
Et par là, elle voulait dire qu’elle avait trop de seins, pas assez de poils sur le torse et qu’elle ne s’appelait pas Alcide Hemingway.
▬ Et si on allait ailleurs ? proposa-t-elle encore, tirant doucement le bras de Joe pour l’aider à se relever.
S’ils devaient continuer d’avoir cette incroyablement gênante conversation, autant ne pas l’avoir sous les yeux de tous les Poufsouffles du dortoir.
Revenir en haut Aller en bas
Message(ϟϟ) Sujet: Re: ASTRID & JOSEPH ✕ le hibou de l'amour Sam 26 Avr - 17:21

Invité

ACCIO PROFIL


Invité


Joe se décala pour laisser à Astrid la place de s’installer, non pas qu’elle en prenne beaucoup, par ailleurs. Très à l’aise, il commença à placer les couvertures autour d’elle pour créer une espèce de nid, ignorant totalement sa tentative de récupérer le hibou. Il fallait la mettre à l’aise, parce que si on pensait que Jonathan était comme son frère, alors Maelan aussi était son frère, et Astrid était sa future belle-sœur. Eh oui. Et la famille, c’est important. Et il ne voulait pas attendre parler de la fois où il n’avait pas préparé un petit nid pour Astrid pendant les 50 prochains repas de Noël. Prévoyant, le Costello.

« Parler d’amour, absolument. Joseph, qu’est-ce qui t’arrives ? Tu as trop bu ? » Il secoue la tête. Non, il n’a pas bu, évidemment. Il va bien, tout va bien. Pourquoi pense-t-elle qu’il a trop bu ? Est-ce que c’est son haleine ? Ou… Malheur ! Ses cheveux ? D’un geste angoissé, il essaie de se repeigner en se servant du volatile. Tentative désespérée qu’il tente de cacher derrière un sourire confiant à Astrid. « Et si tu lâchais le hibou ? Ce n’est qu’un pauvre animal, j’ai peur qu’il ne puisse pas faire grand-chose au sujet de Maelan… D’accord ? » Il ouvre grand les yeux. C’est triste et fou le manque de foi chez les jeunes. « Mais ma pauvre, tu n’as pas compris ! Bien sûr que le hibou ne va pas cogner la tête de Maelan jusqu’à ce qu’il comprenne que tu es la femme de sa vie, mais, MAIS, il peut te dire QUAND ça va arriver. Comme ça tu pourras faire genre j’suis-détachée-lalala, alors qu’en vrai c’est juste parce que le HIBOU DE L’AMOUR il te l’aura dit ! » Les doigts de la jeune fille s’entremêlent aux siens, mais dans le seul but de lui retirer l’oiseau qui semblait définitivement traumatisé. Joe jette ses dernières forces dans la bataille d’une voix faible de petit garçon à qui on retire son jouet, et qui sait qu’il ne le récupérera pas. « Mais Astrid, c’est comme une fée, il faut y croire pour que ça marche… » Mais, étrangement, cet argument ne marcha pas et l’animal rejoint définitivement la Serdaigle, à leur grand soulagement. Seul Joseph reste piteux face à cet échange et continua de fixer le hibou avec une moue triste, ressemblant de plus en plus à un enfant.

« Si on va par-là, je ne suis pas sûre que ce soit une très bonne idée. Maelan et moi, je veux dire. J’ai tourné la page et lui… et bien, disons que je ne suis pas exactement le genre de personne qu’il recherche. » Joseph hoche la tête, remonte les coins de sa bouche en un sourire compréhensif et désolé à la fois. « Tu parles du fait que tes boobs sont pas énormes, hein ? » Il soupira. Oui, bon, pouvait-on blâmer Maelan d’aimes les pommes mûres et les cerises fraîches ? Non, bien sûr que non. Mais c’était tout de suite moins drôle quand on voyait ça du point de vue de la fille aux petits nénés. Il posa sa main sur l’épaule d’Astrid et la pressa gentiment. « Ecoute, t’es intelligente et sympa, c’est tout ce qui compte. » Ouais, bah essayez, vous, de rassurer une jeune fille quand vous avez ingurgité… oups. Spoilers.

« Et si on allait ailleurs ? » Il la sent qui le tire par le bras et la suit, mais VRAIMENT parce que c’est elle, tout en poussant un long soupir. Elle était pas marrante, elle savait pas être romantique, un peu ? C’était pas trop lui demander de plumer un hibou avec lui pour répondre aux questions de leurs cœurs. Traînant le pas, il la suit jusqu’à la porte du dortoir où il s’arrête soudainement, sujet à une idée soudaine et lumineuse. « Ooooh, oh, Astrid ! » Il se tourne vers elle d’un coup, un sourire éclatant au visage, parlant d’une voix surexcitée. « Je saaaaiiiis où on peut aller ! Bon, alors, j’ai compris, plumer un hibou : pas cool, tout hibou de l’amour qu’il soit. Reçu 5/5, Madame de l’ASM ! Mais on peut aller lire notre futur sentimental dans les feuilles de choux ! » Il ne prend même pas la peine d’attendre sa réponse, certain qu’elle ne pourra qu’approuver un tel plan. « Le dernier arrivé dans les cuisines est un Strangulot ! » Et, avec un rire complètement débile si vous voulez mon avis, il se mit à dévaler les escaliers menant à la salle commune des Poufsouffles.
Revenir en haut Aller en bas
Message(ϟϟ) Sujet: Re: ASTRID & JOSEPH ✕ le hibou de l'amour Lun 28 Avr - 22:42

Invité

ACCIO PROFIL


Invité

▬ Mais ma pauvre, tu n’as pas compris ! Bien sûr que le hibou ne va pas cogner la tête de Maelan jusqu’à ce qu’il comprenne que tu es la femme de sa vie, mais, MAIS, il peut te dire QUAND ça va arriver. Comme ça tu pourras faire genre j’suis-détachée-lalala, alors qu’en vrai c’est juste parce que le HIBOU DE L’AMOUR il te l’aura dit !
Quelle perspective réjouissante. Pour l’instant, Astrid était bien trop occupée à sauver le hibou – sauver Joe viendrait plus tard – pour s’occuper des prophéties amoureuse d’un volatile, aussi mignon soit-il. Même si la tête déconfite de Joe à cet instant était absolument irrésistible : on aurait dit un petit enfant qui vient de se voir retirer son jouet favori et elle eut, un instant durant, envie de le serrer dans ses bras.
▬ Mais Astrid, c’est comme une fée, il faut y croire pour que ça marche…
Oooh, le pauvre petit chou. Il était trop mi-
▬ Tu parles du fait que tes boobs sont pas énormes, hein ?
Quel espèce de… Astrid fronça les sourcils, résistant à l’envie de le frapper avec le hibou. Qu’est-ce que c’était censé vouloir dire, ça ? Qu’elle n’avait pas de seins ? Baissant le regard vers les deux incriminés (ce qui la fit loucher), elle se sentit stupide. C’était à ça que ça tenait ? À une paire de seins, trop petite ou trop grosse ? Tseuh. De toute façon, là n’était pas la question. Après un temps de silence, la Serdaigle balaya l’argument d’un geste de la main.
▬ Je parlais du fait que j’ai des seins tout court, souligna-t-elle. Ces temps-ci, il est plus porté testostérone…
▬ Écoute, t’es intelligente et sympa, c’est tout ce qui compte.
▬ Merci, répondit-elle avec soulagement.
Ils s’éloignaient du sujet « seins d’Astrid », c’était tout ce qui comptait. Et s’ils pouvaient s’éloigner du dortoir des Poufsouffles, qui commençaient à les regarder de travers, ça ne serait pas un mal. Tanguant tant bien que mal, Joseph accroché au bras comme un chiot récalcitrant, Astrid réussit à leur faire franchir la porte du dortoir. Prochaine étape : l’infirmerie. Peut-être que l’une des deux sorcières en poste réussiraient à faire quelque chose pour sauver Joseph… ou peut-être pas, réalisa-t-elle en le voyant s’animer brusquement.
▬ Ooooh, oh, Astrid ! Je saaaaiiiis où on peut aller ! Bon, alors, j’ai compris, plumer un hibou : pas cool, tout hibou de l’amour qu’il soit. Reçu 5/5, Madame de l’ASM ! Mais on peut aller lire notre futur sentimental dans les feuilles de choux !
▬ Quoi ?  répéta-t-elle bêtement. Quoi ?
Avant qu’elle n’ait eu le temps de réagir, l’assistant lui avait échappé des mains et s’éloignait en dévalant les marches.
▬ Joooe ! appela-t-elle, désespérée, avant de lui emboîter le pas.
▬ Le dernier arrivé dans les cuisines est un Strangulot !
Des feuilles de chou ? Mais c’était dégueulasse, les feuilles de chou ! Ils n’allaient pas s’admirer dedans – sans compter que les elfes de maison risquaient de ne pas être contents. Mais trop tard, il était déjà reparti. Elle le suivit en maugréant, bousculant des élèves pour le garder en vue.
▬ Joe ! Attends, répéta-t-elle en s’arrêtant au beau milieu d’un couloir vide. Je viens d’avoir une idée – elle prit une inspiration – géniale. Est-ce qu’on en saurait pas plus si on se rendait dans la tour de divination ? Je veux dire, les étoiles sont sûrement plus au courant que les feuilles de chou, question sentiments.
Astrid le tira à nouveau par la manche. Avec un peu de chance, il serait suffisamment distrait pour se laisser dérouter vers l’infirmerie. Et là… Ils trouveraient ce qu’il avait. Ou alors ils seraient contaminés et tout le château deviendrait fou mais au moins, elle aurait essayé.
▬ Et toi alors, continua-t-elle en l’entraînant de plus belle, histoire qu’il arrête (ahum) de réfléchir, comment ça va, côté amour ?
Revenir en haut Aller en bas
Message(ϟϟ) Sujet: Re: ASTRID & JOSEPH ✕ le hibou de l'amour Sam 3 Mai - 23:30

Invité

ACCIO PROFIL


Invité


« Joooe ! » Accompagné d'un rire surexcité, il descendit les escaliers encore plus rapidement, les dévalant maintenant quatre à quatre. Avec un visage aussi mignon que le sien, ce serait quand même dommage de se faire transformer en Strangulot ! Il s'imagina un instant, vivant sa vie de Strangulot, Bart et Mae venant lui rendre visite, lui dire qu'il ne manquait rien, que le monde des humains c'était pas si bien... Il n'y croirait pas, mais ça lui réchaufferait le cœur que ses amis soient toujours là pour lui. Et Astrid, toujours humaine, viendrait le voir, et pleurerait doucement dans un mouchoir. Elle lui avouerait qu'elle était championne olympique et qu'il n'avait aucune chance contre elle, mais qu'elle n'avait pas eu le temps de le prévenir, parce qu'il était parti trop vite. « Joe ! Attends. » Il ralentit avant de s'arrêter complètement, se rendant compte qu'il était certainement plus prudent d'écouter ce qu'elle avait à lui dire avant de lui mettre la raclée de sa vie. « Je viens d'avoir une idée géniale. Est-ce qu'on en saurait par plus si on se rendait dans la tour de divination ? Je veux dire, les étoiles sont sûrement plus au courant que les feuilles de chou, question sentiments. » Il leva les yeux au plafond et les ferma, avant de se frotter énergiquement le front. Il fallait qu'il réfléchisse. Est-ce que les étoiles étaient vraiment plus au courant que les feuilles de chou ? Bon, ok, on se tourne naturellement vers les étoiles pour toutes questions concernant le futur, mais les feuilles de chou, c'était pas si mal ! Enfin, il croyait. Il devait bien y avoir une raison pour qu'on surnomme les journaux des feuilles de choux, dans tous les cas, non ? Réfléchissement Jean-Pierre. Il passa d'une main sur le front à deux doigts sur chaque tempe, afin de se dépétrer de cette énigme. Sacrée Serdaigle. Il ne voulait pas paraître plus bête qu'elle, mais c'était le risque avec les bleu et bronze, ils savaient trop de choses. Toujours dans le doute, mais bien décidé à faire semblant de savoir de quoi il parlait, il hocha la tête. « T'as raison. Je voulais juste essayer quelque chose de plus, euh... Végétal. » Grand sourire. Dans le pire des cas, ça la distrairait de ses propos. Il se pencha vers elle, attrapa son visage entre ses mains et lui laissa un gros baiser sur le front avant de repartir, légèrement tiré de la manche par Astrid.

« Et toi alors, comment ça va, côté amour ? » Il poussa un long soupir. « Oh, tu sais, comme ci, comme ça. Il y en a tout plein, des filles, mais moi, je veux une femme. » Et pour le coup, le Joseph sobre aurait été d'accord. D'abord parce qu'il fallait pas déconner, sortir avec des adolescentes, c'était finit, c'était un homme respectable maintenant, avec un boulot, et tout. Ensuite, parce que croyez-le ou non, mais le Costello croyait en la monogamie, et qu'il comptait bien la trouver, la femme de sa vie, et lui passer la bague au doigt. Enfin, et c'était surtout ce à quoi se réferrait le Joe intoxiqué, il voulait se mettre la directrice Thomas dans son lit. Ou se retrouver dans le sien. Ou faire ça sur son bureau, à elle, ou son balai, à lui, ou n'importe où, en fait, il n'était pas difficile. Mais c'était surtout pour gagner un pari avec Bart, et ça, ça ne plairait pas à Astrid, même dans son drôle d'état, il s'en rendait compte. Si elle entendait qu'ils avaient mis de l'argent sur le compte d'une femme, elle allait lui sortir un discours féministe, et ça, non merci. Joseph aimait Astrid, mais son côté ASM, c'était pas ce qu'il lui préférait.

Il attrapa le bras de la demoiselle et le fit passer sous le sien, genre gentleman t'as vu, avant de changer de sujet. « Pour en revenir à la testostérone, tu devrais pas t'inquiéter, c'est qu'une passade. Mae aime les filles, c'est sûr et certain. Ce... Alcide, c'est ça ? Il est mignon, mais il tient pas la compétition contre toi. » Joseph lança un clin d’œil à la jeune fille, tandis qu'elle déviait légèrement vers la gauche pour descendre une volée de marches. Il s'arrêta soudainement et lui lâcha le bras. « Qu'est-ce que tu fais ? C'est pas la tour de divination par là... » Il fit un pas en arrière et leva la main pour se protéger, comme si, sérieusement, Astrid voulait, ou était seulement capable, de lui faire du mal. « Ne me mens pas ! Où tu m'amènes ? Qu'est-ce que tu veux faire de mon corps ? » Il fit encore deux pas en arrière, se retrouvant dos au mur. Son visage prit un air douloureux, tandis qu'il la regardait comme s'il venait de se rendre compte d'une terrible trahison. « Je transpire du genou, Astrid, tu me fais transpirer du genou ! » Paniqué, il se recroquevilla sur lui-même, en plein milieu du couloir, puis commença à se balancer d'avant en arrière avec un air perdu.
Revenir en haut Aller en bas
Message(ϟϟ) Sujet: Re: ASTRID & JOSEPH ✕ le hibou de l'amour Dim 4 Mai - 15:53

Invité

ACCIO PROFIL


Invité

Astrid avait l’impression d’avoir de nouveau dix ans et d’emmener son petit frère au parc. Sauf que Joe n’essayait pas de changer en grenouille tous les cailloux qui passaient, ce qui n’était pas plus mal. (Non pas qu’il y ait beaucoup de cailloux dans les couloirs de Poudlard.)
▬ T'as raison. Je voulais juste essayer quelque chose de plus, euh... Végétal.
▬ On pourra essayer le végétal la prochaine fois ? proposa-t-elle avec enthousiasme (à elle non plus, il ne fallait pas beaucoup).
▬ En attendant, c’est de l’Amoûûr qu’on parle, c’est important, il vaut mieux en rester aux valeurs sûres.
Il avait l’air d’accord. En même temps, vu l’état dans lequel il était… Astrid se creusait la tête. Il fallait qu’elle trouve un moyen de savoir ce qu’il avait pris, au cas où d’autres élèves et/ou professeurs puissent être infectés. D’un autre côté, vu sa tendance à consommer des substances plus ou moins licites, il était peu probable qu’il ait contaminé qui que ce soit. Mais quand même.
Heureusement pour elle, le Joseph drogué n’était pas trop difficile à gérer. Il était même plutôt mignon et affectueux dans son genre… si tant est qu’on aime les gens dont l’esprit est resté bloqué à un âge mental de trois ans environ (coucou London).
▬ Oh, tu sais, comme ci, comme ça. Il y en a tout plein, des filles, mais moi, je veux une femme.
Ah. Qu’est-ce qu’elle pouvait répondre à ça ? C’était extrêmement responsable et mature, comme réponse, et en même temps étrangement dérangeant. Est-ce que la [insérer ici le nom de la substance étrange qu’il avait ingéré] le rendait plus adulte ?
▬ Hum, hum. Et t’en trouves pas ?
Elle n’avait personne à lui présenter, avec ça. Les seules adultes qu’elle connaissait, mis à part Sara – que Joe connaissait déjà – faisaient partie de sa famille. Astrid était, comment dire, la normalité incarnée à côté de ses cousines plus âgées.
Joe l’empoigna par le bras et ils commencèrent à déambuler dans le couloir, pas tout à fait droit, comme un vieux couple bourré.
▬ Pour en revenir à la testostérone, tu devrais pas t'inquiéter, c'est qu'une passade. Mae aime les filles, c'est sûr et certain. Ce... Alcide, c'est ça ? Il est mignon, mais il tient pas la compétition contre toi.
Astrid rougit. C’était plus fort qu’elle. Il fallait qu’elle le croit, un tout petit petit peu.
▬ C’est trop mignon de dire ça, Joe, mais je suis pas convaincue. Ca fait un bout de temps que je le connais, maintenant, je vois pas pourquoi… enfin, c’est pas important. Et puis Alcide est un enfoiré de première, de toute façon.

Ce disant, Astrid avait commis une erreur de débutante. Elle avait baissé sa garde, et maintenant…
▬ Qu'est-ce que tu fais ? C'est pas la tour de divination par là...
Joe la lâcha et recula brusquement, comme pour se protéger d’un coup.
La Serdaigle ne put que le regarder avec des yeux ronds comme des soucoupes. Il avait peur d’elle ? D’elle, Astrid, la petite Serdaigle avec autant de force qu’un paquet de fromage rapé ? Alors ça, ça rehaussait l’ego de ses fesses (© Moundir).
▬ Ne me mens pas ! Où tu m'amènes ? Qu'est-ce que tu veux faire de mon corps ?
D’ordinaire, la réponse à cette question était : un sandwich. Mais quelque part, Astrid avait l’impression que Joe ne goûterait pas bien la plaisanterie.
▬ Mais enfin, répliqua-t-elle d’un ton choqué, qu’est-ce qui te prend ? Tu crois que je serais capable de te faire du mal ?
▬ Je transpire du genou, Astrid, tu me fais transpirer du genou !
Elle ouvrit grand les mains pour lui montrer qu’elle n’y cachait pas de couteau ni de baguette magique.
▬ T’es trois fois plus grand et plus fort que moi, c’est moi qui devrais m’inquiéter.

Complètement hallucinée, la sorcière vit Joe se recroqueviller contre le mur comme un enfant battu (enfin, elle supposait, n’ayant jamais vu d’enfant battu). Mais qu’est-ce qu’elle avait fait ? Se morigénant, Astrid dut renoncer à son plan : comment exactement était-elle censée le traîner à l’infirmerie dans ces conditions ? Elle s’agenouilla auprès de lui.
▬ Joe… Ca va aller, ce n’est que moi. Je te promets de ne pas te faire de mal. Reparlons plutôt de l’amour et des choux, d’accord ? Tu veux aller à la tour d’astronomie ? Comment vont tes genoux ?
Revenir en haut Aller en bas
Message(ϟϟ) Sujet: Re: ASTRID & JOSEPH ✕ le hibou de l'amour Jeu 8 Mai - 19:03

Invité

ACCIO PROFIL


Invité


Quoi qu’il ait ingéré, il fallait féliciter le petit chimiste en herbe qui avait concocté la potion : C’était de la bonne. Si vous pensiez que plumer un hibou dans le lit d’une Poufsouffle de première année était le summum du bizarre, repensez-y, parce que Joseph était partie dans une spirale d’émotions qu’il ne parvenait plus à contrôler. On l’avait trouvé joyeux, rêveur, et même romantique, avant qu’il ne tourne gamin hyperactif, qu’il reste un bon sept secondes adulte mature, puis enfin qu’il ne sombre dans la panique la plus totale. La pauvre Astrid ne savait plus où donner de la tête (elle est quand même cheloue cette expression, surtout quand on la traduit mot à mot en anglais.) « Mais enfin, qu’est-ce qui te prend ? Tu crois que je serais capable de te faire du mal ? » Il pointa un doigt accusateur vers elle. Au fond de lui, il sentait une forme de quatorze juillet de la peur, à cause de ce que la Serdaigle avait osé faire un peu plus tôt. « Tu m’as pris mon hibou ! » Sa voix tremblait comme s’il venait de l’accuser d’avoir violé et assassiné toutes les femmes de son village, et il haletait comme s’il se retenait avec peine de ne pas se mettre à pleurer. Mais bon, au moins on pouvait être sûr que ça ne durerait pas très longtemps…

« T’es trois fois plus grand et plus fort que moi, c’est moi qui devrais m’inquiéter. » Il s’arrêta soudainement en plein milieu d’une grande inspiration incontrôlée. Oh no she didn’t. Non seulement elle s’en prenait à son physique mais en plus elle insinuait qu’il était dangereux ? Pour qui elle le prenait ? Alcide Hemingway ? « Bah d’abord j’te ferais dire que j’ai une taille normale, c’est toi la naine ! » Lança-t-il d’une voix hargneuse. Et toc, elle saurait plus quoi lui répondre. Il la regarda s’agenouiller à ses côtés d’un œil méfiant. ‘Tention, hein, si elle tentait un coup de boule, il aurait pas peur de se défendre. « Joe… Ça va aller, ce n’est que moi. » Pff. Ça, c’est ce qu’elle disait. « Je te promets de ne pas te faire de mal. Reparlons plutôt de l’amour et des choux, d’accord ? Tu veux aller à la tour d’astronomie ? Comment vont tes genoux ? » De l’amour et des choux. De l’amour et des choux. Il devait y avoir un lien, de l’amour et des choux, c’est les garçons qui naissent dans les choux, c’est ce que les parents amoureux disent aux enfants curieux, il y avait un lien. Son esprit commença à divaguer tandis qu’il fermait les yeux, et que sous ses paupières des choux et des roses et des nouveau-nés formaient une ronde et se mettaient à danser. Il piqua du nez et releva soudainement la tête et les paupières. « Je peux pas, j’ai la gueule de bois. » Marmonna-t-il.

L’air épuisé, Joe se cala contre le mur pour garder la tête droite, et regarda Astrid d’un drôle d’air. C’était quoi ces conneries ? « Pourquoi on irait à la tour d’astronomie ? … Et qu’est-ce qu’ils ont mes genoux ? » Il baissa les yeux sur ses jambes, s’attendant à voire des moignons sanguinolents, ou, enfin, au moins une goutte de sang, quoi. Mais rien. Il releva la tête, cherchant des réponses sur le visage de la jeune fille. Il semblait avoir retrouvé un semblant de conscience… Mais pour combien de temps ? Vous le saurez dans ma prochaine réponse.
Revenir en haut Aller en bas
Message(ϟϟ) Sujet: Re: ASTRID & JOSEPH ✕ le hibou de l'amour Sam 10 Mai - 22:12

Invité

ACCIO PROFIL


Invité

Astrid, comprit-elle rapidement, était dans le caca jusqu’au cou. M. Costello était complètement à côté de la plaque. Elle, qui avait pourtant l’habitude de gérer les élèves ivres morts au sortir des soirées, avait un peu du mal à le faire tenir tranquille. Non seulement ses propos étaient-ils incohérents, mais tout le reste de sa personne semblait passer d’un état à l’autre en moins de temps qu’il ne fallait pour dire « Boursouflet ».
Là, par exemple, il la menaçait assez théâtralement. Assez théâtralement, mais assez pour qu’elle se sente un tout petit peu mal à l’aise.
▬ Tu m’as pris mon hibou !
Grimaçant, la sorcière essaya de se justifier… sans trop savoir pourquoi. De toute façon, quoi qu’elle dise, il ne l’écouterait probablement pas.
▬ Parce que tu étais en train de le plumer ! Tu ne veux pas que ton hibou garde ses plumes ? Comment il fera pour voler, après ?
Astrid se retint de continuer. Pourtant, les arguments se bousculaient sur ses lèvres : cruauté envers les animaux, défense de toutes les espèces, liberté pour les hiboux… Mais Joseph avait d’autres chats à fouetter, sans mauvais jeu de mots. Comme, par exemple, le fait que son cerveau semblait s’être enfui par ses oreilles et avoir élu domicile quelque part entre Johannesburg et Tombouctou.
▬ Bah d’abord j’te ferais dire que j’ai une taille normale, c’est toi la naine !
▬ Quoi ?
Astrid ouvrit de grands yeux. Ca, c’était… c’était bas, c’était petit. Exactement comme elle.
▬ Ne sois pas méchant, gémit-elle en retour.
Certes, elle était toute petite. Enfin, pas très grande. Mais ça n’était pas sa faute. C’était, euh, génétique. Elle grandirait un jour. Plus tard.
Toute à ses considérations, elle en oubliait presque le vilain Joe. S’il continuait à être méchant, elle le laisserait tout seul dans son couloir et il se débrouillerait tout seul… Ou pas. Astrid était bien trop gentille pour le laisser mourir dans un coin ; il le savait sûrement.
Enfin, pour l’instant, il ne savait pas grand-chose. La sorcière le regarda d’un air consterné. Dommage qu’elle ne connaisse pas de vrais sorts de soin… mais peut-être que l’un des étudiants en médicomagie pourrait lui filer un coup de main ?

Quand soudain ! Joe releva les yeux vers elle… et elle ne comprit pas tout de suite ce qui avait changé.
▬ Je peux pas, j’ai la gueule de bois.
Tin-tin-tin-tiiiin. Astrid le regarda, interloquée, avant de se repencher vers lui, toujours aussi prudemment.
▬ Joe ?
▬ Pourquoi on irait à la tour d’astronomie ? … Et qu’est-ce qu’ils ont mes genoux ?
Par la barbe de Dumbledore ! Il avait repris ses esprits.
▬ Merlin merci, grommela la Serdaigle, tu te souviens de ce qui t’est arrivé ? Tu as pris ou fumé quelque chose, est-ce que tu te souviens quoi ?
L’espoir faisait vivre et en l’occurrence, l’espoir faisait briller ses yeux. Toute excitée, la Serdaigle se souvint qu’il sortait tout juste de dieu-sait-quelle expérience traumatisante et s’obligea à se calmer.
▬ Tu plumais un hibou dans un dortoir et je t’ai trouvé là. Et je sais pas ce que tu as pris, ou comment tu es arrivé là, ou… Enfin, bref. Ca va ? Tu te sens bien ?
Elle ignora volontairement la question des genoux. Comment explique-t-on à quelqu’un qu’on lui fait transpirer les genoux ? Elle n’avait pas envie de lui briser le cœur, le pauvre petit, parce qu’elle serait obligée de lui expliquer qu’elle préférait Maelan (comme s’il ne le savait pas) et qu’il avait l’air d’avoir suffisamment mal au crâne comme ça. Le pauvre petit, il était trop mignon.
Revenir en haut Aller en bas
Message(ϟϟ) Sujet: Re: ASTRID & JOSEPH ✕ le hibou de l'amour Sam 14 Juin - 23:08

Invité

ACCIO PROFIL


Invité


Le monde tournoyait autour de Joe qui essayait tant bien que mal de se concentrer sur un point fixe, le visage d'Astrid. Cette dernière avait l'air inquiète, sans qu'il ne sache pourquoi. Il se rendait aussi compte qu'il était assis contre un mur de pierre froide, dans Poudlard, oui, mais où exactement ? Et pourquoi ? Ce n'est pas comme s'il avait l'habitude de passer ses journées avec elle, dans l'école ou ailleurs, ils se connaissaient, oui, et il voulait, oh, juste arranger son mariage avec Maelan, rien de plus. « Merlin merci, tu te souviens de ce qui t’est arrivé ? Tu as pris ou fumé quelque chose, est-ce que tu te souviens quoi ? » « De quoi, de quoi ? » Il y avait trop d'informations d'un coup. Il lui était arrivé quelque chose ? « Astrid, j'ai aucune idée de quoi tu me parles... » Mais, étrangement, ça ne le rassurait pas du tout. Il parlait d'une voix faible et inquiète, comme un petit garçon qui sort tout juste d'un cauchemar et ne croit pas les mots de sa mère pour le rassurer.

« Tu plumais un hibou dans un dortoir et je t’ai trouvé là. Et je sais pas ce que tu as pris, ou comment tu es arrivé là, ou… Enfin, bref. Ça va ? Tu te sens bien ? » Ok, BEAUCOUP TROP d'informations à la fois, maintenant. « Attends, répète un peu ? Je plumais un hibou ? Mais pourquoi ? Pourquoi tant de haaaaaaaaaiiiiine ? » Joe s'était mis à crier cette dernière complainte avant de fermer brusquement la bouche, comme s'il ne comprenait pas ce qui venait d'arriver. Ses yeux devinrent comme fous, cherchant à nouveau à se poser sur un point fixe, avant de retrouver le visage d'Astrid. Le regard du jeune homme était maintenant totalement paniqué, tandis qu'il se rendait compte qu'il n'avait plus grand contrôle de lui-même. « Astrid, je sais pas, je... Il se passe quoi ? » Il ferma les yeux, essayant de se concentrer sur son dernier souvenir pour trouver une réponse. « Le pub. J'étais dans un pub, hier soir... » Son regard dériva, alors qu'il se demandait si ce souvenir remontait bien à hier soir. Vu ce qui se passait, là, ça aurait tout aussi bien pu remonter à plusieurs jours, voire semaines.

Pourtant, lorsqu'il se tourna de nouveau vers la jeune fille, son visage avait de nouveau un air calme et rassuré. Avec un petit sourire en coin, il fixa Astrid avec un regard d'amoureux. « Ton nez est vraiment trop mignon. » Il se pencha vers elle, jusqu'à heurter son nez doucement avec le sien. « Boup. »
Revenir en haut Aller en bas
Message(ϟϟ) Sujet: Re: ASTRID & JOSEPH ✕ le hibou de l'amour Mar 17 Juin - 21:56

Invité

ACCIO PROFIL


Invité

En équilibre instable sur ses jambes pliées, Astrid s’était mise à la hauteur de Joe et attendait de voir si la mémoire lui revenait vraiment, ou s’il s’agissait d’une simple feinte de [insérer ici le nom d’une substance illicite].
▬ De quoi, de quoi ? Astrid, j'ai aucune idée de quoi tu me parles...
Yes ! De joie, la Serdaigle en tomba sur ses fesses et resta interdite quelques secondes, assise au milieu du couloir. Elle se reprit bien vite pour se concentrer sur l’important : Joseph Costello et son esprit, revenu dans le monde des gens normaux. Enfin, presque normaux – London vivait quand même dans ce monde-là.
▬ Je te parle de… attends.
Récupérant son sac tombé un peu plus loin, Astrid farfouilla dedans à la recherche de sa baguette. Peut-être qu’un petit sort, à la base censé éclaircir les maux de tête, suffirait à le sortir de la confusion, maintenant que les effets de l’alcool/substance/whatever s’étaient dissipés. Évidemment, son sac était en désordre. Elle crut bien qu’elle allait devoir s’y plonger toute entière, telle la Mary Poppins de Poudlard, quand Joe commença à paniquer, la forçant à sortir de sa besace.
▬ Attends, répète un peu ? Je plumais un hibou ? Mais pourquoi ? Pourquoi tant de haaaaaaaaaiiiiine ?
▬ Ben… elle eut une moue maussade. Je sais pas. J’ai réussi à t’arracher le hibou pour le mettre à l’abri, mais… Je sais pas trop pourquoi ni comment.
Et pour cette raison justement, elle aurait apprécié de voir que lui savait quelque chose. Mais il avait l’air suffisamment paniqué comme ça (sans compter qu’il venait de la rendre à moitié sourde et qu’elle aurait aimé garder un de ses tympans au moins). Astrid grimaça en tirant sur son lobe, essayant d’ignorer les sifflements.
▬ Astrid, je sais pas, je... Il se passe quoi ?
▬ Aucune idée. Tu es bizarre depuis une heure et je sais pas pourquoi, ni ce que tu as pris…
▬ Le pub. J'étais dans un pub, hier soir...
Elle souffla. Ouf. Ils allaient s’en sortir.
▬ Quelqu’un t’a fait boire quelque chose ? Tu as laissé London Antwerp s’approcher de ton verre ou de ton assiette ? (London était sensé être à Poudlard, mais il était si fourbe que tout était possible.) Grosse soirée ?
C’est avec un temps de retard qu’elle vit la confusion revenir doucement dans les yeux de Joe. Elle ouvrit la bouche pour un appel désespéré (quelque chose du genre « nooon, ne me quitteuh pas »), mais il était trop tard, l’intelligence et le sens avaient déjà déserté les lieux.

Désespérée, Astrid se laissa retomber sur les fesses et regarda Joe, découragée. Elle n’avait plus d’idée – plus exactement, elle avait douze millions d’idées mais pas une seule qui soit intelligente et qui puisse, potentiellement, les tirer d’affaire.
Pendant qu’elle s’arrachait mentalement les cheveux, le professeur-ou-presque Costello s’était dangereusement rapproché ; elle se retrouva à loucher sur son visage d’un peu trop près. Fichtre, qu’essayait-il de faire ?
▬ Ton nez est vraiment trop mignon.
Euh…
▬ Boup.
Un bisou de nez. Chouette alors. (Hibou, si on voulait vraiment rester dans la thématique). On aurait dit un enfant réjoui. Un enfant de plus de vingt ans, ce qui rendait la mignonnitude de la chose un peu étrange, mais bon, elle n’était plus à ça près.
▬ Merci, répondit-elle en se dégageant la gorge. Elle s’éloigna un peu, prudemment pour ne pas le vexer encore. Le tien est pas mal non plus.
Et ils étaient de retour à la case départ… le hibou en moins. Bien. C’était le moment de se montrer brillante.
▬ Hé, je crois que l’infirmière Andersen a un nez hyper mignon, elle aussi ! Tu veux qu’on aille le voir ?
Revenir en haut Aller en bas
Message(ϟϟ) Sujet: Re: ASTRID & JOSEPH ✕ le hibou de l'amour Jeu 14 Aoû - 0:10

Invité

ACCIO PROFIL


Invité


« Quelqu’un t’a fait boire quelque chose ? Tu as laissé London Antwerp s’approcher de ton verre ou de ton assiette ? Grosse soirée ? » Joe plissa les yeux, laissant penser qu’il comprenait ce dont Astrid parlait et qu’il y réfléchissait. C’est que même dans l’état où il était, la théorie selon laquelle London était responsable de ses malheurs tenait trop bien la route pour ne pas être au moins considérée. Pour autant, il perdit encore une fois trop vite le fil de ses pensées pour aller plus loin et, peut-être, se rapprocher de la vérité, préférant se rapprocher du nez de la jeune Serdaigle. « Merci. Le tien est pas mal non plus. » Les yeux de l’assistant se mirent à briller, pleins de larmes. Jamais on ne lui avait dit quelque chose d’aussi beau, d’aussi pur, et même dans ses rêves les plus fous, jamais il n’aurait osé imaginer une telle déclaration. « C’est vrai ? Tu le penses vraiment ? » Il se mit à tripoter son nez frénétiquement, essayant de deviner à quoi il pouvait bien ressembler, le tirant, l’étirant, le déformant, le rendant probablement un peu moins charmant.

« Hé, je crois que l’infirmière Andersen a un nez hyper mignon, elle aussi ! Tu veux qu’on aille la voir ? » C’est à dire qu’à chaque fois qu’il avait rencontré l’infirmière, il s’était surtout concentré sur le fait que l’infirmière était carrément bonasse dans son intégralité pour seulement remarquer son nez. Ses cheveux, oui, sa poitrine, oui, même s’il était trop gentleman pour l’admettre à haute voix, surtout à Astrid, ses jambes, oui, et même sa taille, oui. Il avait remarqué qu’elle avait de beaux yeux et même une belle bouche, et que, faisons court, elle était belle en entière. Mais de là à se souvenir de son nez… Et puis, je vais vous faire une confidence, Joe, comme la plupart des types de ce monde, n’était pas directement attiré par les nez. En fait, tout le reste de la morphologie passait avant. Et voilà qu’il s’en voulait, maintenant, de ne pas y avoir prêté attention. BRAVO ASTRID. Bien joué, la culpabilisation du mâle qui objectifie les femelles. Mais Joe aurait préféré se faire piétiner par une horde de lapins enragés plutôt que d’admettre son tort, ce pourquoi il répondit, d’une voix hésitante, tâtant le terrain à chaque mot. « Oui… Bien sûr… Carrément… Je m’en suis rendu compte… Comme tout le monde… Il faudrait être aveugle pour… » Il se tut et baissa les yeux en se raclant la gorge, certain que son mensonge était aussi évident que… eh bien, le nez au milieu de la figure. Vite, faisons diversion. « On y va ! C’est parti ! Ne traînons pas ! En petite foulée, je vous prie ! » S’exclama-t-il en se levant d’un bond avant de partir au pas de course, prenant sa plus belle voix de presque-prof de sport, un sourire joueur aux lèvres.

on dit qu'elle compte pour du beurre, hein, cette réponse gnuhuhu
Revenir en haut Aller en bas
Message(ϟϟ) Sujet: Re: ASTRID & JOSEPH ✕ le hibou de l'amour Dim 4 Jan - 19:11

Invité

ACCIO PROFIL


Invité

▬ C’est vrai ? Tu le penses vraiment ?
▬ Aaaabsolument, répondit Astrid avec un soupir.
En face d’elle, Joseph s’amusait à triturer son nez. Elle tendit la main pour l’en empêcher, mais arrêta son geste : jusqu’ici, toute tentative de le contrarier avait eu des effets désastreux. Elle n’était pas complètement sûre de survivre à une autre crise de larmes de la part de Joseph – après tout, il était un genre de prof. Un prof qu’elle avait vu bourré, drogué et travesti, qu’elle n’avait pas en cours, mais un prof quand même.
Maintenant, il fallait qu’elle arrive à le traîner jusqu’à l’infirmerie pour qu’il se fasse soigner. Et si possible, qu’il reste en état tout au long du processus. Parce que, bien qu’il paraisse en douter au vu de la façon dont il se triturait le nez, Joe n’était ni plus ni moins qu’une bombe. Astrid n’avait aucune envie de se faire lyncher par toutes les élèves parce qu’elle n’avait pas su garder le cheptel masculin en bon état.

En attendant, son état mental avait l’air sérieusement perturbé. La petite remarque d’Astrid sur le nez de l’infirmière l’avait plongé dans des abîmes de réflexion.
▬ Oui… Bien sûr… Carrément… Je m’en suis rendu compte… Comme tout le monde… Il faudrait être aveugle pour…
▬ Hum, hum.
Astrid, dans sa petite tête de jeune fille bien élevée, était loin d’imaginer les tourments dans lesquels elle avait plongé l’esprit pervers de Joseph. Si elle l’avait su, elle s’en serait voulu de le faire culpabiliser… Et lui aurait infligé des torrents de réflexions désagréables sur la façon dont il traitait les femmes, nom d’une bretelle !
▬ On y va ! C’est parti ! Ne traînons pas ! En petite foulée, je vous prie !

Astrid n’eut pas le temps de réagir que Joseph s’était relevé d’un bond et partait dans l’autre sens, manifestement de très bonne humeur. En maugréant un juron (impliquant la présence de lamas dans l’arbre généalogique de Merlin), elle ramassa son sac et se releva, manquant de se casser la figure, pour se précipiter après lui.
Il courrait vite, quand il était en forme, et les petites jambes de la Serdaigle avaient du mal à suivre.
▬ Joooseeeeeph ! s’écria-t-elle alors qu’il se précipitait, la tête la première, dans un escalier. L’infirmerie est de l’autre côté !
Elle manqua de percuter violemment un mur en accélérant, mais rattrapa finalement Joe pour le tirer vigoureusement par la manche. (Et là, on va voir combien de petits pervers ont lu de travers.)
▬ Allez, viens par là. Et cours un peu moins vite : si tu tombes et que tu te blesses, tu auras le visage en sang et l’infirmière Andersen ne pourra pas admirer ton nez. Ce serait dommage, non ?

On va dire que celle-ci non plus, hein ?
Revenir en haut Aller en bas
Message(ϟϟ) Sujet: Re: ASTRID & JOSEPH ✕ le hibou de l'amour


ACCIO PROFIL


Contenu sponsorisé

Revenir en haut Aller en bas
 

ASTRID & JOSEPH ✕ le hibou de l'amour

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» ASTRID & JOSEPH ✕ le hibou de l'amour
» Senatris Edmonde Beauzile denonse konplo kandida o Sena Willo Joseph pou UCADDE
» Joseph Lambert ap seme terè nan Jacmel
» Palace Ducarme Joseph presumé gwo chef bandi
» Raymond Joseph mis a l'ecart pour cause de DECHARGE

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Relashio :: Administration :: Les Archives :: Version 1 :: [V1] Archives RP-