AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Bienvenue sur Relashio
Nous vous souhaitons une bonne visite sur le forum. N'oubliez pas les Top-sites o/
Info: Les Jumeaux sont à limiter.
Info: Les Sang-pur de type "traitre à leur sang" sont désormais limités.
Si vous souhaitez un sang-pur, reportez-vous aux familles ou sur un personnage membre de la PBL.

Partagez | .
 

 TIMOTHY ϟ je ne suis pas folle, vous savez

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Message
Message(ϟϟ) Sujet: TIMOTHY ϟ je ne suis pas folle, vous savez Lun 14 Avr - 22:26

Invité

ACCIO PROFIL


Invité

T & A
« Je ne suis pas folle, vous savez »

   
Informations générales
   ϟ Participants: Timothy Cavendish, Astrid Ludwill (or is it so ?)
   ϟ Période du Rp: Début novembre 2012
   ϟ Intrigue/évènement en cours: Loterie du RP
   ϟ Statut du sujet: Totalement ouvert (huhu) (on est faciles)
   ϟ Divers: Jambon.

   Autorisations
    ϟ Dé de Poudlard: Oui
    ϟ Dé de Réputation: Non  
   
   

Résultats loterie :
3. Tu te réveillais // 4. À Sainte-Mangouste // 8. Ton partenaire de jeu t’attaque sauvagement



La première pensée d’Astrid, en se réveillant, fut qu’elle avait mal à la tête.
Pas une petite douleur discrète appuyant un peu sur les tempes, non. Le bon vieux coup de gong frappé directement à l’intérieur de son crâne. Boooong.
Le moindre mouvement déclenchant une douleur, la Serdaigle émit d’abord un grognement néanderthalien. Elle essaya de rouler sur le côté pour attraper un verre d’eau sur sa table de nuit… et manqua de se retrouver par terre. Ouvrant de grands yeux paniqués, Astrid se releva brusquement, gémissant encore une fois quand sa tête se mit à tourner en raison du trop brusque mouvement.

▬ Ooooh, geignit-elle encore une fois, pour faire bonne mesure. Après quoi  la sorcière s’attacha-t-elle à examiner son environnement tranquillement.
Elle se trouvait sur un lit qui n’était visiblement pas le sien – et il était bien moins confortable, si on allait par là – dans une salle qui n’était de toute évidence par son dortoir. A vrai dire… Murs blancs, carrelage impeccable. Ajoutez au cocktail une bande de sorcières et sorciers vêtus de robes claires : Sainte-Mangouste. Maintenant, une autre question se posait. Par les roubignoles de Merlin, que faisait-elle à l’hôpital ?
Gigotant jusqu’à se débarrasser de ses draps, Astrid se glissa hors de son lit. Le carrelage était froid, si froid qu’elle failli retourner illico sous les draps. Tant pis pour le mystère, si l’ignorance pouvait lui éviter de mourir gelée.
Mais elle était courageuse avant tout, tintin-tin-tiiin, et poursuivit son exploration. Elle se trouvait dans une grande salle emplie d’hommes et femmes sur des lits. L’ambiance générale semblait être aux râleries, preuve que personne n’était gravement blessé.
Personne ne prêtait attention à une fille en chemise de nuit se baladant dans la salle. Astrid se sentait mal, comme si elle avait vidé des camions de crème fouettée qui lui seraient restés sur l’estomac. Ou qu’elle avait testé trop de potions de London (ce qui tournait TOUJOURS mal, comme la fois où elle avait fini violette et poilue).
Astrid avait eu beau faire le tour de la salle, elle n’avait toujours aucun indice quant à la raison pour laquelle elle se trouvait là. Les patients ne lui accordaient pas plus d’attention qu’à une crotte de mouche. La porte fermée ne lui laissait plus qu’une option : retourner dans son lit jusqu’à ce quelqu’un vienne à son secours et lui explique ce qui se passe.
Dix minutes plus tard, elle s’ennuyait déjà comme un rat mort. Et elle avait faim. Très faim. Ses pieds la démangeaient, elle voulait bouger, de préférence jusqu’à une cuisine. C’est en examinant lesdits pieds que les choses se compliquèrent.
Ils n’étaient pas vernis. Ce qui, en soi, n’avait aucune espèce d’importance. Sauf qu’elle se rappelait distinctement les avoir vernis la veille : elle avait même testé un nouveau sortilège pour qu’ils se vernissent tous seuls (efficacité : zéro). Et si on allait par là… elle avait les jambes poilues.
Avec un regard horrifié, Astrid découvrit progressivement ses jambes. Puis ses bras. Et l’ensemble de son corps – en partie caché sous sa blouse – qui n’avait plus rien du corps gracieux et nain qu’elle occupait habituellement. Qu’est-ce que c’était que ça, un tatouage représentant un chaton ?
Paniquée, la Serdaigle dégringola une nouvelle fois pour aller se planter devant la fenêtre. Il faisait beau, si bien qu’elle n’aperçut pas de suite son reflet. Et quand elle le vit… Horreur, terreur, malheur. Désolation.
Elle s’était transformée en Alcide Hemingway.

Un hoquet, derrière elle, la força à se retourner. Ou « le » força à se retourner ? Non. Même si elle ne pouvait plus sentir ses seins, ils étaient là, dans une dimension quelconque où elle ne s’était pas changée en homme.
Elle aperçut avec soulagement la tignasse brune (et mal coiffée) de Tim. Tim. Tim allait la sauver – s’il y avait bien quelqu’un qui n’allait pas la laisser vivre dans la peau d’Alcide Hemingway, c’était bien lui – et Maelan, mais pour des raisons quelques peu différentes. (enfin, ceci dit, c’était peut-être la solution à tous ses problèmes de cœur.)
▬ Tiiiim, gémit-elle d’une voix qui sonna curieusement très masculine, se jetant sur lui. Qu’est-ce qui s’est passé ? J’veux dire… pourquoi-comment ?
Curieusement… Tim n’avait pas l’air très heureux de la voir. Oh-oh.

Revenir en haut Aller en bas
Message(ϟϟ) Sujet: Re: TIMOTHY ϟ je ne suis pas folle, vous savez Mar 15 Avr - 16:04

Invité

ACCIO PROFIL


Invité

moi non plus je suis pas une folle, en passant. mais Alcide, oui *pan*
Une vive douleur lui transperçait le crâne de part en part, comme si il s'était pris un cognard en pleine tête. Cela lui était déjà arrivé quelques fois, lorsqu'il était batteur. Aussi rapide qu'il fut sur un balais et doué avec une batte, l'acharnement de certains à le faire tomber de son fidèle destrier avait parfois payé et il se souvenait encore combien les réveils à l'infirmerie avaient été difficiles. Ce réveil là n'aurait donc pas eu grand chose de différent si, lorsqu'il avait ouvert les yeux, allongé dans un lit dans une pièce aux murs blancs, ses yeux n'avaient pas accroché une pancarte "Sainte Mangouste" à côté de la porte. Il se releva sur les coudes, soudain plus alerte bien que le monde tanguait encore un peu. Que faisait-il donc dans l'hôpital londonien, si loin de l'école ? La dernière chose dont il se souvenait était de s'être trouvé dans les Quartiers de l'ABSU, en compagnie d'Astrid... Après, c'était le trou noir. Il avait beau faire tous les efforts du monde, rien d'autre ne lui revenait.

Se relevant sur les coudes, Timothy observa son environnement proche avec attention. Des lits étaient alignés, où d'autres malades, plus ou moins gémissants, étaient allongés. Ne voyant aucun personnel médical en vue, il décida de se lever, malgré que cette action lui coûta de manquer de tomber sur le lit d'à côté, dans lequel une vieille dame décharnée lisait la Gazette. Il ne réussit pas à en lire la couverture, les lettres étant trop occupées à danser sur la page, et se remit sur ses pieds, restant un moment immobile. Il avisa alors qu'il n'était vêtu que d'une blouse blanche, ce qui lui fit momentanément se demander où se trouvaient ses vêtements. Cette pensée fut toutefois vite oubliée alors qu'il regardait de l'autre côté, vers la fenêtre, devant laquelle une silhouette lui semblant familière se tenait. Fronçant les sourcils, il s'approcha lentement, mais sûrement, de cette apparition, espérant confirmer cette sensation de déjà vu qui le taraudait alors qu'il avançait. Il avait déjà vu cette personne, c'était certain, cependant, quelque chose dans sa façon d'être le dérangeait. Allez savoir quoi...

Lorsqu'il fut assez prêt, il tendit le bras pour lui toucher l'épaule et la faire se retourner, mais n'en eut pas besoin... Ses yeux clairs avaient accroché son reflet dans la vitre et il eut hoquet de surprise face à l'ampleur de la révélation qui venait d'exploser dans son crâne. Sa vision avait cessé de se brouiller et il reconnaissait à présent le visage de cette personne qu'il était sûr de connaître : Alcide Hemingway. Quelle était la probabilité qu'il se trouve dans la même pièce que lui dans un hôpital et qu'il n'y soit pour rien ? Absolument aucune, on était bien d'accord. Ce dernier se retourna alors pour se "jeter sur lui" en gémissant dans son oreille : « Tiiiim, qu’est-ce qui s’est passé ? J’veux dire… pourquoi-comment ? » Entendant à peine les paroles qui sortaient de la bouche de son ennemi juré (oui je sais, ça fait très théâtral, et je vous emmer- hrm.), Cavendish sentit ses mâchoires se contracter et ses muscles se tétaniser en sentant le corps d'Hemingway contre le sien. C'était épidermique, viscéral. Sans prendre le temps de réfléchir, il le repoussa donc farouchement pour cracher : « Qu'est-ce qu'il te prend bordel ? T'as pris un coup sur la tête ou quoi ?! » Tout en lui lui donnait envie de l'encastrer dans le mur et il dut se faire violence pour ne pas tout bonnement exploser, se raccrochant simplement à la pensée qu'il y avait un public qui, certainement, ne resterait pas sans réagir si il commençait à lui foutre sur la gueule en pleine salle de réveil. Il l'attrapa par le col, approchant son visage près du sien en le regardant d'un air menaçant. Il regrettait amèrement de ne pas avoir sa baguette sur lui, ça aurait eu un bien meilleur effet. « Arrête tout de suite ton petit numéro et dis moi de suite ce qu'on fait là. » Résistant à l'envie de lui en coller une, chose qui, il était sûr, aurait réussi à faire passer un peu sa migraine, il le poussa contre le mur sans ménagement, créant une distance de sécurité entre eux bien dérisoire. L'envie de le tabasser était puissante, si puissante qu'elle brouillait son jugement et l'empêchait de lui laisser le bénéfice du doute. Et puis ce mal de crâne qui ne faisait qu'empirer...

Pointant un index accusateur sur lui, il lui enfonça le doigt dans le torse en continuant de proférer d'une voix forte où transpirait toute sa colère, tant bien que mal contenue : « Quel sort tu m'as lancé ? Pourquoi j'ai aussi mal au crâne ?! » Il l'avait pris en traître, c'était sûr, sinon, il aurait au moins eu les stigmates de sa riposte. Car, oui, Tim était persuadé qu'il était bien meilleur que lui en sortilèges et que, si il lui avait lancé un sort à la loyale, il lui aurait ravagé le portrait en moins de deux... « Il n'y a bien que toi pour faire des coups de ce genre et cette fois, il n'y a pas le corps professoral pour m'empêcher de te faire répondre de tes actes ! Rien ne m'empêche de te foutre la raclée que tu mérites et qu'il me démange de te mettre depuis des années. Ici, et maintenant. Et j'effacerais la mémoire de tous ces témoins s'il le faut. Alors si j'étais toi, je me dépêcherais de donner des explications. » Il assortit ces dernières paroles d'une pichenette en plein milieu du front de son adversaire. Ben quoi ? Fallait bien marquer le coup... Et puis, si il lui brisait la mâchoire de suite, ça l'empêcherait de parler, alors bon.
Revenir en haut Aller en bas
Message(ϟϟ) Sujet: Re: TIMOTHY ϟ je ne suis pas folle, vous savez Sam 19 Avr - 13:43

Invité

ACCIO PROFIL


Invité

Timothy, réalisa rapidement Astrid, n’avait pas envie d’un câlin. Rejetée sans ménagement, la Serdaigle-qui-n’en-était-plus-vraiment-une valdingua quelques mètres en arrière, manquant de tomber en trébuchant. Oui, elle trébuchait sur du rien et non, il n’y avait rien à y faire.
▬ Tim ? questionna-t-elle d’une voix mal assurée.
▬ Qu'est-ce qu'il te prend bordel ? T'as pris un coup sur la tête ou quoi ?!

Astrid-Alcide (que pour les besoins de ce sujet, nous appellerons désormais Astrid²) ouvrit la bouche pour répliquer. Elle était encore sous le choc, n’ayant pas tout à fait intégré le fait qu’elle était désormais la copie conforme d’Alcide Hemingway. (Copie conforme ? Alors, il avait vraiment un tatouage ? Si elle sortait vivante de cette histoire, il allait morfler.)
Alors qu’elle digérait encore l’information, Timothy se rapprocha d’elle et l’attrapa par le col de sa blouse d’hôpital. Le tissu fragile émit un craquement assez caractéristique : s’il continuait, elle aurait bientôt l’opportunité d’admirer son nouveau corps sous toutes les coutures. Ce qui n’avait que peu d’importance, vu l’air menaçant que le Tim arborait. Brr. Elle commençait à comprendre pourquoi les premières années fuyaient en courant quand il débarquait, énervé, des réunions de l’ABSU.
▬ Arrête tout de suite ton petit numéro et dis-moi de suite ce qu'on fait là.
▬ Quoi ? couina-t-elle. Mais j’en sais rien !
Elle était encore trop choquée pour réagir. De toute évidence, le sortilège – quel qu’il soit – qui lui avait donné l’apparence d’Alcide Hemingway avait fonctionné, parce que Tim n’avait pas l’air de la reconnaître. Aouch, songea-t-elle en se dégageant, jetant un regard furieux à son ami. S’ils avaient été dans un film ou dans un livre, il aurait reconnu une petite lueur dans ses yeux, aurait regardé derrière lui pour dire d’un ton étranglé « Oh, Astrid… que t’est-il arrivé ? » Mais ils n’étaient pas dans un film – sans quoi Tim se serait probablement appelé Rodriguo.
Tim enfonça un doigt menaçant dans le torse d’Astrid². Si elle avait toujours été une fille, la situation aurait porté à confusion et elle regarda le doigt d’un air confus.
▬ Quel sort tu m'as lancé ? Pourquoi j'ai aussi mal au crâne ?!
▬ Ça a probablement un rapport avec les bouteilles de Bièraubeurre que Karen a ramené à la dernière réunion, nota-t-elle.
Elle réalisa avec un temps de retard que ça n’était peut-être pas la chose la plus intelligente à dire. Elle n’était plus Astrid, il fallait qu’elle se le mette dans le crâne.
▬ Il n'y a bien que toi pour faire des coups de ce genre et cette fois, il n'y a pas le corps professoral pour m'empêcher de te faire répondre de tes actes ! Rien ne m'empêche de te foutre la raclée que tu mérites et qu'il me démange de te mettre depuis des années. Ici, et maintenant. Et j'effacerais la mémoire de tous ces témoins s'il le faut. Alors si j'étais toi, je me dépêcherais de donner des explications.
Astrid ne put s’en empêcher. Elle donna une tape sur la main de Tim, histoire qu’il arrête de la pointer méchamment du doigt. Alcide ou pas Alcide, il restait l’un de ses plus vieux potes et certaines habitudes sont difficiles à perdre.
▬ Hého, on se calme.
C’était une chose étrange que de se retrouver de ce côté de la barrière, d’être la proie de la haine et de la violence de Tim. Sauf qu’elle n’était pas Alcide.
▬ Moi aussi, j’ai mal au crâne, ajouta-t-elle bien inutilement. Et je ne me rappelle de rien, sauf qu’apparemment toi non plus et… Ooooh, Tim, (elle écarquilla les yeux) je ne suis pas Alcide ! J’ai l’air d’être Alcide, mais non, et je me suis réveillée comme ça, et j’ai un tatouage de chaton sur le torse, tu y crois ?
Il n’avait pas l’air d’y croire, non.
▬ C’est moi, Astrid !
Revenir en haut Aller en bas
Message(ϟϟ) Sujet: Re: TIMOTHY ϟ je ne suis pas folle, vous savez Mar 6 Mai - 12:36

Invité

ACCIO PROFIL


Invité

Qu'était-ce encore que ces foutaises ? Timothy tentait d'intégrer ce qui était en train de se passer mais les informations avaient du mal à passer son cortex pré-frontal. Seules ses émotions le guidaient à présent, et elles étaient actuellement un mélange de colère et de haine assez impressionnant, en plus de la douleur sous-jacente qui menaçait de faire exploser son crâne. Non content de l'avoir conduit ici, Alcide avait visiblement décidé de jouer avec ses nerfs - notez que ce n'était pas si inhabituel que ça - et le prenait à présent... Pour un con, manifestement. Non mais, sérieusement. Vous croyiez qu'il allait gober qu'il n'avait rien fait ? Et encore mieux... Qu'il s'agissait d'Astrid, sous les traits les plus disgracieux qui soit ? Et lui, il était qui, alors : la Reine d'Angleterre ? (Il eut la brève envie de trouver un miroir pour vérifier cet état de fait mais n'en fit rien.) « Ça a probablement un rapport avec les bouteilles de Bièraubeurre que Karen a ramené à la dernière réunion » Sa mention de ce qu'avait ramené Karen lors de leur dernier regroupement en date avait toutefois vaciller momentanément ses certitudes... Avant qu'un sourire encore plus mauvais ne se peigne sur son visage, si c'était encore possible (plus mauvais que mauvais ça donne quoi ? "super méga mauvais de la mort qui tue" ?). « Et en plus tu as le cran d'avouer que tu espionnes nos réunions... » Balança-t-il d'un ton encore plus hargneux (vous l'avez donc compris, même quand Tim a l'air super méchant, il peut toujours l'être encore plus, en fait dans une autre vie il aurait pu s'appeler Bruce Banner). C'est donc vert de rage (Hulk style, ahah) qu'il entreprit de lui faire pipi dans son froc par diverses menaces bien que dans un langage plutôt correct, au vu des insultes qu'il se retenait de proférer. Imaginez un peu ce que ça donnait quand il ne se contenait pas. Sachez-le, ce n'était pas beau à voir... Mais personne ne pouvait cependant réellement en témoigner... Car, si il en était arrivé là, ils ne seraient plus là pour le faire. « Hého, on se calme. » La petite tape sur la main le surprit et il ne dit momentanément plus rien. Cette réaction lui semblait étrange... Alcide l'avait habitué à mieux que ça. Pour tout vous dire, c'était presque insultant de ne pas s'être pris un crochet du droit. De une, parce que ça lui aurait donné une bonne raison de le tabasser. De deux, parce que... On aurait dit qu'il le prenait simplement pour un gamin dissipé et que ses menaces n'étaient même pas prises au sérieux. Fixant un instant le fouteur de merde en chef qu'était Hemingway il serra les dents, ses yeux lançant des éclairs. Il aurait été Zeus, Alcide serait mort sur l'instant. Mais il n'était que Le Roi Blanc de l'ABSU, pas le Dieu du Tonnerre. Une chance pour lui.

Il se força ensuite à écouter - et entendre - le blabla qui sortait de sa bouche, remarquant que ses lèvres continuaient de remuer. « Moi aussi, j’ai mal au crâne. Et je ne me rappelle de rien, sauf qu’apparemment toi non plus et… » Blablabla... « Ooooh, Tim, » ...Hein, quoi ? Tim ? Depuis quand HEMINGAY l'appelait TIM ?! N'aurait plus manqué qu'il ajoute "mon roudoudou" ensuite, ça lui aurait fait le même effet. « ...je ne suis pas Alcide ! J’ai l’air d’être Alcide, mais non, et je me suis réveillée comme ça, et j’ai un tatouage de chaton sur le torse, tu y crois ? » Froncements de sourcils. Soit il était tombé sur la tête, soit il tombait vraiment très bas... Le regard de Timothy était machinalement descendu sur son torse avant qu'un rictus ne vienne secouer ses lèvres restées closes durant l'échange, laissant échapper un très léger rire. Il ne lui connaissait pas cette technique, tiens... Il le croyait même incapable de tout trait d'humour, jusqu'à présent. C'est pourquoi il n'aurait sûrement jamais, ô grand jamais, pu imaginer qu'une énormité encore plus grosse allait encore sortir de sa bouche. « C’est moi, Astrid ! » Il y eut un bref moment de latence durant lequel il fut pris au dépourvu. Encore, pour le tatouage du châton, il lui aurait volontiers laissé le bénéfice du doute... Mais là, c'en était vraiment trop. Le Rouge et or éclata d'un rire profondément sarcastique, portant ses deux mains à son visage : « Moi qui croyait avoir tout vu, j'étais manifestement loin du compte. Mais dis moi, t'as trouvé ça tout seul ? Non parce que, vraiment, elle est bonne, celle là. T'en as d'autres des comme ça ou c'est bon, t'as fini de jouer aux cons ? Parce que j'aimerais autant passer aux choses sérieuses, si tu veux bien. » Les mains de Timothy s'étaient rejointes devant ses pectoraux et il fit craquer ses doigts. Alcide lui avait probablement tout fait mais alors, ce coup là, jamais. Il devait vraiment être désespéré pour tenter une manoeuvre aussi minable. Lui faire croire qu'il était son amie Astrid... Comme si il y avait une infime chance qu'il y croit. Autant la situation était bizarre, autant il devait vraiment le prendre pour le dernier des cons. Toutefois... Si il y avait la moindre, que dis-je, l'infime rikiki possibilité que... Non, mais non, c'était vraiment n'importe quoi. Mais si... « Je vais quand même te laisser une chance de me prouver ton raisonnement. » S'entendit-il prononcer, faisant craquer ses dernières phalanges avec lenteur. « Qu'est-ce que tu m'as offert pour mon vingtième anniversaire, Astrid ? » Il avait prononcé le prénom avec un dédain profond. Imaginer un seul instant qu'elle puisse réellement être dans ce corps le rebutait affreusement, mais encore plus d'appeler ce rebus de l'humanité par le prénom de sa mignonne et douce associée. « Si tu me donnes la date en prime, t'as un bon point. » Autant vous dire qu'il ne l'en croyait pas un seul instant capable. On disait bien "connais ton ennemi et connais toi toi-même", mais Timothy était plus que certain qu'Alcide n'était capable que de la deuxième partie, puisqu'il était génétiquement programmé pour ne penser qu'à sa gueule. En outre, il le jugeait bien trop insignifiant pour faire l'effort de savoir le jour de sa naissance. A moins d'avoir déclaré dans le calendrier de la PBL ce jour comme deuil national, mais il était certain qu'il ne lui accordait pas assez de crédit pour lui faire cet honneur...
Revenir en haut Aller en bas
Message(ϟϟ) Sujet: Re: TIMOTHY ϟ je ne suis pas folle, vous savez Jeu 8 Mai - 12:17

Invité

ACCIO PROFIL


Invité


▬ Et en plus tu as le cran d'avouer que tu espionnes nos réunions...
Là, il devenait pénible à tendance relou. Astrid-Alcide roula des yeux dans ses orbites, exaspérée.
▬ Tout à fait, j’ai que ça à faire, railla-t-elle. Je ne t’espionne pas parce que je suis invitée aux réunions, rapport au fait que je suis membre de l’ABSU.
Tim l’avait lâchée : apparemment, il n’éprouvait plus le besoin de la tuer, là, de suite. On avançait sans aucun doute sur le chemin de la guérison… sauf qu’ils n’avaient toujours aucune idée de la raison pour laquelle ils se trouvaient là.
Fronçant à son tour les sourcils, Astrid secoua la tête avec incompréhension. Il lui avait semblé apercevoir, au fond de la salle, le reflet d’une licorne sur le carrelage blanc. Ce qui était complètement impossible, vu qu’ils étaient à Sainte-Mangouste (et ce, même si le paysage qu’on apercevait par la fenêtre ressemblait plus à sa campagne natale d’Inverness). Décidemment, cette soirée/matinée/whatever ressemblait de plus en plus à n’importe quoi. Mais elle s’en occuperait plus tard, quand elle aurait résolu le problème de sa transformation en Alcide.
Car c’était un problème, à n’en pas douter. Tim semblait perdre le contrôle de lui-même ; Astrid savait ce qui venait ensuite. Elle n’avait aucune envie d’en venir aux mains, elle était bien trop petite et jeune pour survivre à un duel contre Tim. Bon, les médicomages ne les laisseraient sûrement pas s’entretuer, mais tout de même.
▬ Moi qui croyait avoir tout vu, j'étais manifestement loin du compte. Mais dis moi, t'as trouvé ça tout seul ? Non parce que, vraiment, elle est bonne, celle là. T'en as d'autres des comme ça ou c'est bon, t'as fini de jouer aux cons ? Parce que j'aimerais autant passer aux choses sérieuses, si tu veux bien.
Il fit craquer ses phalanges d’un air menaçant et la jeune fille – ou le jeune homme – déglutit. Il était temps que la plaisanterie prenne fin, ou tous les médicomages du monde ne pourraient arrêter Tim avant qu’il ne lui refasse le portrait. Les dégâts resteraient-ils, une fois qu’elle aurait retrouvé sa tête normale ? Oh, par les roubignolles de Merlin ! Et si Alcide était dans son corps à elle ? Dumbledore savait ce qu’il ferait avec. (Il lui vint à l’esprit que s’il en profitait pour embrasser Jules, les choses allaient devenir sacrément compliquées).
▬ Je vais quand même te laisser une chance de me prouver ton raisonnement.
▬ Vas-y, répliqua-t-elle sur un ton nettement plus sérieux.
On ne rigolait plus, là. Sa future vie amoureuse en tant qu’Alcide était en jeu.
▬ Qu'est-ce que tu m'as offert pour mon vingtième anniversaire, Astrid ? Si tu me donnes la date en prime, t'as un bon point.
Heureusement, c’était une question facile. Astrid avait beau avoir la capacité de concentration d’un poisson rouge au repos, elle avait quand même une bonne mémoire. Elle lui jeta un regard de mépris à son tour : c’était trop facile. Il avait plutôt intérêt à la croire, cette fois.
▬ Je t’ai rien offert du tout, parce que t’es né début juillet et qu’on s’est pas vus à ce moment. Tu me diras, j’aurais pu t’envoyer quelque chose avec la carte que ma chouette t’a apportée, mais j’étais un peu occupée parce que la maison de ma tante Martha venait d’être inondée et qu’on a du aller l’aider à sauver les meubles, vu que London était trop occupé à se faire découper en morceaux par ses parents pour les aider.
Il se souviendrait forcément de sa chouette. Mrs. Lowell – car tel était son nom, oui monsieur – était assez particulière pour que personne ne l’oublie. Encore plus affamée que sa maîtresse, elle ne faisait rien sans compensation, était constamment de mauvaise humeur et se faisait prier pendant des jours avant de consentir à apporter le moindre courrier. Elle avait aussi tendance à délivrer le courrier dans des endroits saugrenus, rarement dans la bonne maison… aussi, le fait qu’elle ait apporté une carte d’anniversaire au bon endroit était un évènement susceptible d’être célébré.
▬ Convaincu ? Maintenant, est-ce qu’on peut se pencher sur le fait que je suis transformée en Alcide ? Parce que je n’ai pas la moiindre idée de comment je me suis retrouvée là.

Revenir en haut Aller en bas
Message(ϟϟ) Sujet: Re: TIMOTHY ϟ je ne suis pas folle, vous savez Jeu 22 Mai - 16:13

Invité

ACCIO PROFIL


Invité

Tout ceci n'avait aucun sens. Il était en train de débattre avec Alcide à Ste Mangouste du fait qu'il était en réalité Astrid. Se pouvait-il que le vert et argent ait pété les plombs et ait été interné ? Il ne lui semblait pas qu'ils soient dans le pôle "psychiatrie", pourtant... Et puis, si tel avait été le cas, qu'aurait-il fait lui ici ? Il se sentait normal. Il n'avait pas l'impression d'être fou. Pouvait-il avait été sujet à une crise psychotique ? On l'aurait enfermé si cela avait été vrai. Il n'y avait donc aucune explication qui lui sembla logique à laquelle se raccrocher. A moins que tout ceci se passa dans sa tête et qu'il ait bien perdu la boule. Tim se retint de déglutir. Seule sa colère le tenait et lui évitait de trop partir en vrille... Enfin de vraiment péter les plombs, quoi. Même si il n'était pas loin du compte. Et la patience légendaire d'Astrid, si c'était bien elle, ce dont il doutait profondément, semblait arriver à ses limites. C'est pourquoi il lui avait sorti la première question qui lui passait par la tête. Une question évidente pour ses proches, mais qui, pour les autres, et donc pour Alcide, l'était moins. Et puis, l'anecdote à ce propos était rigolotte, en plus, la chouette de la Bleu et argent était un sacré numéro... Raison de plus pour Astrid de s'en souvenir. Et pour lui de regagner un peu son calme en y repensant.

Il écouta donc sa réponse avec attention, dans une tension palpable. « Je t’ai rien offert du tout, parce que t’es né début juillet et qu’on s’est pas vus à ce moment. Tu me diras, j’aurais pu t’envoyer quelque chose avec la carte que ma chouette t’a apportée, mais j’étais un peu occupée parce que la maison de ma tante Martha venait d’être inondée et qu’on a du aller l’aider à sauver les meubles, vu que London était trop occupé à se faire découper en morceaux par ses parents pour les aider. » La surprise de Timothy fut totale, mais un poids s'envola également de sa poitrine face à cette révélation inattendue. C'était bien Astrid, et non Alcide. « A-Astrid ! » Glapit-il, presque livide, soudain. Il se reprit toutefois pour venir la prendre dans ses bras, même s'il se recula bien vite, ne pouvant réprimer une expression un peu dégoûtée d'avoir fait un câlin - même par procuration - à Hemingway. Il resta ensuite un instant silencieux, fixant son amie métamorphosée. Les raisons de tout cela continuaient de lui échapper. Il n'aimait pas ça.

Car ce nouvel état de fait ne les avançait pas beaucoup sur le pourquoi du comment de toute cette histoire, bien qu'au moins, à présent, il se trouvait en terrain inconnu avec une alliée, et non un ennemi... Ce qui avait de quoi être une bonne nouvelle, malgré... « Convaincu ? Maintenant, est-ce qu’on peut se pencher sur le fait que je suis transformée en Alcide ? Parce que je n’ai pas la moindre idée de comment je me suis retrouvée là. » Malgré ça, quoi. « Par tous les saints, de toutes les personnes sur Terre, il a fallu que ce soit lui... Un peu de plus et je... » Tim serra les mâchoires. I n'avait pas besoin de lui faire un dessin puisqu'elle avait tout vu de ses propres yeux. Oui, il avait bien failli commettre l'irréparable : la frapper, elle, Astrid. Une femme et qui plus est, son amie. Nul doute qu'il n'aurait pas pu se regarder dans une glace pendant un moment après ça, quand bien même il aurait eu, disons, une "bonne" raison de le faire. Il allait vraiment falloir qu'il travaille son self-control... S'obligeant à penser à autre chose au lieu de s'auto-flageller (ohoh) plus longtemps, il se concentra sur le problème qui les occupait, énonçant tout en essayant de rester calme. « Je ne connais aucun sort assez puissant pour changer complètement l’apparence de quelqu'un. Et l'effet est saisissant... C'est sûrement l'oeuvre d'une potion, comme du polynectar. Peut être qu'on peut trouver un antidote dans le coin ! Après tout, on est dans un hôpital. » Il fallait se concentrer sur une chose à la fois et lui rendre con apparence semblait la première chose à faire. Sait-on jamais que cela puisse, à la longue, devenir irréversible. Ç’aurait tout de même été dommage. Et puis, pour tout vous dire, imaginer deux Alcide Hemingway à Poudlard lui donnait des sueurs froides... Un vrai cauchemar.
Revenir en haut Aller en bas
Message(ϟϟ) Sujet: Re: TIMOTHY ϟ je ne suis pas folle, vous savez Lun 26 Mai - 22:55

Invité

ACCIO PROFIL


Invité

▬ A-Astrid !
Elle-même et en personne. L’écossaise esquissa une petite gigue de la joie de bon aloi, avant de se souvenir qu’elle ne portait qu’une blouse d’hôpital et que tout le monde allait pouvoir admirer ses fesses. Même si, techniquement, les fesses n’étaient pas les siennes, l’impression était désagréable.
En même temps… elle était transformée en Alcide, il était peut-être temps d’en profiter un peu. Lui rendre la monnaie de sa pièce, tout ça ; la vengeance serait un plat qui se mange froid. Elle prit note mentalement d’aller faire une photocopie de son derrière Alcidesque pour l’accrocher dans son dortoir le faire chanter. Comme si c’était son genre.

▬ Par tous les saints, de toutes les personnes sur Terre, il a fallu que ce soit lui... Un peu de plus et je...
Astrid hocha vigoureusement la tête en s’examinant encore une fois. Elle en profita pour se tâter un peu les bras et les cuisses, cherchant à éprouver l’élasticité de son nouveau corps. Si elle devait rester coincer là-dedans un bout de temps, autant savoir à quoi s’attendre, des fois que d’autres tatouages de chatons soient planqués quelque part. Surtout si c’était pour qu’elle se fasse violer dans les couloirs de Poudlard.
Mais qu’est-ce qu’elle racontait ? Il était hors de question qu’elle reste comme ça.
▬ Je te le fais pas dire. J’ai cru avoir une crise cardiaque en m’en rendant compte… C’est comme si le karma tentait de m’envoyer un message, tu vois ?
Elle eut un hoquet de stupeur.
▬ Oh, par la barbe de Merlin ! Tim, tu crois que c’est un genre de punition divine ? Je n’ai pas été assez gentille, alors je me réincarne dans mon pire ennemi ? Est-ce que je suis morte ? (Elle commença à respirer un peu trop rapidement.) Je SAVAIS que j’aurais du faire chabat de façon plus assidue. Oh, ma mère va me tuer…
Tournant ses mains en roulant des yeux de façon assez désespérée, Astrid-Alcide recula jusqu’à se retrouver assise sur son lit, le tout en gémissant.
▬ Je ne connais aucun sort assez puissant pour changer complètement l’apparence de quelqu'un. Et l'effet est saisissant... C'est sûrement l'œuvre d'une potion, comme du polynectar. Peut être qu'on peut trouver un antidote dans le coin ! Après tout, on est dans un hôpital.
▬ Heureusement que t’es là, grinça-t-elle avec reconnaissance. Le problème, c’est que j’ai aucun souvenir, à part celui de m’être couchée hier soir. Je sais pas ce que ça pourrait être… Mais c’est sûrement la faute de London. Ou de Dieu. Enfin, un des deux.
Elle entreprit ensuite d’entortiller son drap de lit autour d’elle pour faire un genre de toge. Ca n’était pas très seyant mais au moins, ses fesses étaient couvertes et le peu de dignité qu’il lui restait aussi. Et dans cet attirail, elle partit à la chasse à l’antidote en traînant Tim derrière elle.

Astrid s’arrêta à côté de la porte en verre. Derrière, des médicomages allaient et venaient dans le couloir, mais personne ne leur prêtait attention. Regardant à gauche, puis à droite (c’est important sinon on se fait écraser), elle trottina – enfin, autant qu’elle le pouvait en étant un grand mec – jusqu’à un plateau recouvert de petits flacons. Elle en attrapa une pelletée, qu’elle fourra dans un pli de son drap-toge.
▬ Vas-y, j’ai un stock, annonça-t-elle en versant le tout sur son lit. A ton avis, je commence par quoi ?
Elle souleva un tube un peu poussiéreux dont le flacon, peu engageant, était recouvert de petites fleurs animées.
▬ Tu crois que je peux tester ça ?
Décidemment, London lui déteignait dessus. Elle était prête à avaler n’importe quoi pour peu qu’elle se transforme en autre chose qu’Alcide Hemingway.
Revenir en haut Aller en bas
Message(ϟϟ) Sujet: Re: TIMOTHY ϟ je ne suis pas folle, vous savez Dim 1 Juin - 18:59

Invité

ACCIO PROFIL


Invité

Timothy essayait tant bien que mal de reprendre ses esprits. Avec l'impression qu'un étau se resserre de chaque côté de votre crâne, ce n'était pas forcément manœuvre aisée, mais il fallait faire avec. De toute façon, il n'allait pas se plaindre : il n'avait jamais été habitué à choisir la facilité. Se massant la nuque d'une main un peu moite, il regardait son amie réincarnée en la plus vile créature que la Terre pouvait porter, non sans un zeste de stupeur au fond du regard malgré que l'étonnement fut passé. Comment était-ce possible ? Il en convenait, avec la magie, certes, beaucoup de choses pouvaient le devenir... Mais cela continuait tout de même de le laisser perplexe.

Astrid était en proie à des déblatérations philosophiques et il ne les écoutait que d'une oreille distraite, occupé qu'il était à faire marcher ses neurones encore fonctionnels pour trouver une solution à leur problème. Alors, il exposa la situation, sous le regard désespéré de la Serdaigle partie gémir sur son lit. Il s'approcha pour poser une main réconfortante sur son épaule alors qu'elle répliquait d'un ton un peu morose. « Heureusement que t’es là. Le problème, c’est que j’ai aucun souvenir, à part celui de m’être couchée hier soir. Je sais pas ce que ça pourrait être… Mais c’est sûrement la faute de London. Ou de Dieu. Enfin, un des deux. » Tim opina du chef, les yeux dans le vague alors que l'image du blondinet en question se matérialisait sur sa rétine. Il poussa un profond soupir. « C'est vrai qu'avec London on peut s'attendre à tout... » Comme à brûler en plein vol pendant une session de recrutement. Souvenir traumatisant qui ne le quitterait probablement jamais. Elle sembla finalement reprendre du poil de la bête et partit en quête d'un éventuel antidote dans un déguisement de fortune qui fit sourire le Gryffondor. Il était soulagé de la voir réactive face à ses suppositions et la suivit de loin, bien que d'un pas déterminé. Se croyant peut être dans un film d'action, il la vit regarder à droite et à gauche du couloir avant de traverser sur la pointe des pieds, de récupérer un tas de fiole et de revenir sous son regard circonspect. Personne n'avait prêté attention à elle malgré sa tenue on ne peut plus étrange, drapée (c'était le cas de le dire) dans une espèce de toge improvisée, le tissu blanc créant une sorte de traîne derrière elle. Même les malades ne semblaient pas du tout intéressés par leurs allées et venues, pourtant plutôt suspectes...

Ni le fait qu'ils venaient de voler tout un attirail de fioles au nez et à la barbe des infirmiers. Bizarre. « A ton avis, je commence par quoi ? Tu crois que je peux tester ça ? » Se reconcentrant sur son amie et oubliant momentanément ses préoccupations extérieures, il fronça les sourcils. « Tu es sûre de vouloir faire ça à l'aveugle ? » Il regarda les décoctions qui s'étalaient sur le lit de la jeune femme et, posant une fesse sur le lit, les fit rouler sous ses doigts avec un air dubitatif. Dieu seul savait ce qu'elles contenaient, et ni les étiquettes, ni la couleur des breuvages n'étaient vraiment susceptibles de les renseigner. Aucun d'eux n'étant un médicomage en devenir... Du moins de ce qu'il en savait. Pourtant, une fiole en particulier semblait attirer son attention. Sans trop savoir la raison qui le poussait à dire cela, Timothy attrapa cette dernière et, la regardant un instant à la lumière blafarde du néon qui les surplombait, souffla : « Celle-là... Prends celle-là. » Pourquoi elle plutôt qu'une autre ? Il n'en avait aucune idée. Il la lui tendit au creux de sa paume avec une expression sérieuse. Il ignorait pourquoi mais il était persuadé que la clé se trouvait dans cette fiole, bien que son contenu lui soit toutefois complètement inconnu. Fait inquiétant, j'en conviens, mais qui n'ébranlait pourtant pas sa certitude momentanée.  A elle à présent de voir si elle lui faisait confiance ou non. De ce qu'il en savait, il pouvait très bien se tromper... Et causer la mort d'Astrid lors de son ingestion. (Espérons que non !)
Revenir en haut Aller en bas
Message(ϟϟ) Sujet: Re: TIMOTHY ϟ je ne suis pas folle, vous savez Sam 14 Juin - 16:04

Invité

ACCIO PROFIL


Invité

▬ Tu es sûre de vouloir faire ça à l'aveugle ?
Astrid-Alcide haussa les épaules en faisant la moue. Évidemment qu’elle n’était pas sûre, mais avait-elle le choix ?
▬ J’sais pas, confessa-t-elle. J’ai peur que si on demande de l’aide aux médicomages, ils se changent en monstres et ils nous dévorent sur-le-champ.
À ce stade, la Astrid normale aurait réalisé que quelque chose n’allait pas. Que les médicomages ne s’attaquaient normalement pas à leurs patients. Mais la Astrid transformée en Alcide savait, elle, que quelque chose ne tournait pas rond. Elle avait un mauvais pressentiment dans toute cette histoire et jeta un regard méfiant autour de la salle.
▬ Celle-là... Prends celle-là.
Tim avait l’air si inspiré, presque mystique, qu’Astrid se sentit immédiatement en confiance. Ouiii, le karma, tout ça. Elle s’empara de la potion qu’il lui tendait. Le flacon était petit et son contenu trouble. Quand elle l’agita, le liquide un peu visqueux s’agita paresseusement. Bon.
Grimaçant, la Serdaigle déboucha la fiole et prit une grande inspiration.
▬ Bon. Quand il faut, il faut, hein ?
Et sans rien ajouter, elle descendit la fiole cul-sec.

Au début, rien ne se produisit. Astrid examina ses doigts, ses mains et ses genoux d’un air soupçonneux, comme si elle allait soudain se mettre à cracher du feu par toutes les articulations. Rien. Elle se détendit une seconde et jeta un regard inquiet à Tim.
▬ Tu vois du changement ?
Il avait l’air perplexe. Bizarre. Astrid n’aurait su dire si le changement avait lieu dans sa propre vision ou si Timothy était véritablement touché, mais elle lui trouvait soudainement une drôle de couleur.
▬ Tim, tout va bien ?

Elle avait à peine refermé la bouche qu’une douleur intense lui vrilla l’estomac. Pliée en deux, Astrid eut un hoquet, comme si tous ses organes cherchaient à se faire la malle en même temps. C’était comme si elle avait combiné une soupe au piment, du tabasco et des épices pour y mettre le feu et les siroter à la paille.
▬ Oooh, gémit-elle doucement, s’effondrant petit à petit.
Peu à peu, la douleur vive s’estompa et Astrid put recommencer à respirer. Haletante, elle jeta un regard effrayé à Tim, qui avait toujours l’air aussi bizarre. Elle ressentait quelque chose d’étrange. Comme si elle avait pris de la distance et qu’elle regardait son corps brûler depuis un point de vue extérieur. C’était la fin.
▬ Tim… je crois que je suis en train de mourir !
Roulant sur son lit, Astrid prit une posture dramatique, telle la Marion Cotillard de bas étage. Il fallait que l’instant soit un tout petit peu solonnel, ou alors ils inscriraient sur sa tombe quelque chose du genre « Ci-git Astrid, décédée comme une merde dans un hôpital sous les traits d’Alcide. Puisse-t-elle avoir plus de dignité au Paradis. » Parce qu’elle irait au paradis, forcément.
▬ Dis à ma famille que je l’aime. Sauf à London, parce qu’il gère aussi bien les sentiments qu’une poule gère une pince à épiler, dis-lui plutôt que je lui lègue mes livres de cours et qu’il ferait bien de bosser s’il veut un jour avoir son diplôme. Et, Tim, ne tue pas tous les membres de la PBL sinon t’iras à Azkaban. Dis aux membres de l’ASM que tous mes dossiers sont rangés dans ma sacoche verte et qu’ils ont de quoi s’occuper jusqu’à l’année prochaine… au moins.
Et, dans un grand râle emprunt de dignité, Astrid trépassa.

(et ouais.)
Revenir en haut Aller en bas
Message(ϟϟ) Sujet: Re: TIMOTHY ϟ je ne suis pas folle, vous savez


ACCIO PROFIL


Contenu sponsorisé

Revenir en haut Aller en bas
 

TIMOTHY ϟ je ne suis pas folle, vous savez

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» [MINI RP] Je n'suis pas folle vous savez, bonsoir ! ~ Lexie&Mad
» JENNA TILLIER Ϟ Je n'suis pas folle vous savez !
» LUYANA • "Je ne suis pas folle! Je suis spéciale..."
» Heureux de vous connaitre!
» Je serais toujours près de toi... [Mort de Saveur d'Amande: pv Dauphine, et ceux qui veulent lui rendre hommage]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Relashio :: Administration :: Les Archives :: Version 1 :: [V1] Archives RP-